Par

Acquisition, MX dans les bras d’Ålö


« L’acquisition des chargeurs MX par Ålö conforte le groupe suédois dans sa place de leader européen des chargeurs frontaux. Selon le communiqué de MX, le nouvel ensemble offre un potentiel annuel de 40 000 chargeurs et pourrait représenter un chiffre d’affaires de 250 M?.

Cela faisait un moment que les deux dirigeants de MX, Loïc et Lionel Mailleux envisageaient d’ouvrir leur capital pour financer le développement de leur entreprise. Plusieurs industriels et financiers se sont montrés intéressés par l’affaire qui fait partie des belles réussites du machinisme agricole français. La forge créée dans les années cinquante a rapidement pris une dimension industrielle lorsque, après 1962, elle s’est lancée dans l’activité des chargeurs frontaux. Dans son usine d’Acigné (Ille-et-Vilaine), MX produit aujourd’hui près de 7 000 chargeurs par an, des relevages, ainsi que des dispositifs d’attelage. Avec ses 470 salariés, il réalise près de 62 M? de chiffre d’affaires et exporte presque 40 % de sa production. L’industriel dispose de filiales en Angleterre et en Allemagne et travaille avec un réseau d’importateurs dans les différents pays européens, au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Amérique latine.

Des gammes complémentaires L’activité de sous-traitance industrielle, notamment auprès de Claas pour des chargeurs, et d’Agco pour des relevages et des attelages représente près de 20 % du chiffre d’affaires. MX se dispute avec l’Allemand Stoll la deuxième place sur le marché des chargeurs en Europe. Parmi les différentes propositions reçues- par la famille Mailleux, c’est finalement celle d’Ålö, portant sur l’intégralité des parts qu’elle a jugée la plus intéressante. L’expertise industrielle et commerciale d’Ålö et la complémentarité avec les gammes du groupe scandinave pourraient assurer un certain développement à la marque MX. Lionel Mailleux, l’actuel dirigeant, a fait savoir qu’il quittera prochainement l’entreprise.

Des gains en productivité
Cet événement marque un nouvel épisode dans la stratégie de croissance conduite par Ålö depuis plusieurs années. On s’en souvient, ce constructeur fondé en 1947 par Karl-Ragnar Åström, s’est fait connaître en France à partir des années soixante, par les chargeurs de sa marque Quicke. En 1992, il a racheté l’entreprise Agroma de Matha (Charente-Maritime) pour produire des adaptations et des outils. En 2002, après le rachat de Trima, un autre constructeur scandinave de chargeurs, le fond d’investissement britannique 3i est progressivement rentré dans le capital, jusqu’à en devenir l’actionnaire principal. En 2005, parallèlement à l’introduction de ses nouvelles gammes de chargeurs, le constructeur a mis en route sa nouvelle usine suédoise de Brännland. Ce site extrêmement automatisé lui a donné les moyens de passer à un potentiel de production de 25 000, puis de 31 000 chargeurs par an, avec moins de personnel. Il lui a notamment permis de conclure avec le groupe CNH, un accord de fourniture de chargeurs pour ses marchés nord-américains.
Aujourd’hui, le groupe Ålö est présent sur 30 marchés, compte 5 usines dans le monde et 11 filiales de commercialisation. Il revendique 20 % de parts de marché en chargeurs pour tracteurs de plus de 50 ch dans le monde et 40 % en Europe. En 2006, il a produit 27 100 chargeurs, 45 000 outils, 29 000 adaptations. Son effectif de 629 personnes, dont 278 employées en dehors de Suède, lui permet de dégager un chiffre d’affaires de 163 M?. »

Commentez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *