John Deere fait partie des nouveaux arrivant dans le jeu.
Le jeu vidéo démarre, je lance une partie. Je me demande si je ne viens pas de démarrer une vidéo. Les graphismes et les lumières de ...

Farming Simulator 2019

Jeu vidéo Farming Simulator 2019 : la récolte, c’est coton !

Le développeur Giants dévoilait ce mardi 20 novembre la nouvelle mouture de son célèbre jeu Farming Simulator. Dix ans après la version 2009, qui a rencontré un énorme succès auprès du grand public, le concepteur du jeu frappe un grand coup et dévoile des graphismes toujours plus proches de la réalité. Le parc de matériels s’agrandit et accueille de nouvelles marques. La culture du coton se greffe à celle d’autres espèces déjà présentes.


Le jeu vidéo démarre, je lance une partie. Je me demande si je ne viens pas de démarrer une vidéo. Les graphismes et les lumières de ce Farming Simulator édition 2019 le rendent encore plus proche de la réalité. Le développeur suisse Giants a, sans aucun doute, fortement travaillé sur cet aspect du jeu. Avant de démarrer une « carrière », plusieurs choix s’offrent à moi. Je peux la débuter sans véhicule ni terrain mais avec des fonds importants, ou sans machine ni parcelle mais avec un capital restreint. Une troisième solution s’offre à moi : commencer une partie, comme Farming Simulator le propose habituellement, avec un minimum de matériels, quelques champs et un peu d’argent. Une fois la situation de départ choisie, je démarre l’aventure sur une carte typée américaine ou européenne.

 

 

Une ferme personnalisée

Ce nouvel opus offre la possibilité de produire du coton. Pour les néophytes comme moi, des tutoriels présents dans le menu m’expliquent comment se passe la production du coton, de A à Z, à l’instar de toutes les autres activités présentes dans ce Farming Simulator 2019. Cette plante exotique, peu répandue en France, se cultive facilement dans le jeu et se ramasse avec une récolteuse à coton de marque Case IH. Des boudins sont déposés dans le champ, il ne me reste plus qu’à les rapatrier dans une remorque pour les vendre à la coopérative. Comme pour la culture de la canne à sucre, déjà présente dans les éditions précédentes, toutes les machines dédiées à la récolte du coton sont disponibles à la concession.

Changement d’univers pour se lancer dans l’élevage. Je commence par acheter une remorque pour le transport des animaux. L’achat du bétail s’effectue chez le négociant. Il suffit ensuite de les emmener à l’enclos. Je peux posséder des vaches sans pour autant avoir un parc de matériels important puisqu’il m’est possible d’acheter du fourrage à mon troupeau. Les enclos pour les animaux se trouvent dans le magasin et sont à placer à côté de ma ferme ou dans mes parcelles.

 

 

Un magasin plus accueillant

La nouvelle interface du magasin de Farming Simulator offre la possibilité de voir en direct le changement d’équipements sur sa machine. Par exemple, un automoteur peut recevoir différentes montes de pneumatiques comme Michelin, Trelleborg ou encore Mitas. Le tracteur reçoit, selon sa puissance, un jumelage, des roues larges ou étroites. Sur certains véhicules, le choix de la couleur de la carrosserie est toujours disponible. Le magasin abrite désormais différentes parties avec, d’un côté, les machines motorisées et, de l’autre, les outils. Le constructeur de matériels agricoles John Deere fait désormais partie des machines de base. Le jeu se modernise en accueillant, au niveau du tableau de bord, une jauge d’usure de chaque outil. Celle-ci détermine la valeur de revente du véhicule. Plus elle est basse, moins la machine vaudra cher sur le marché de l’occasion. Ce niveau d’usure impacte également les performances de la machine. Pour entretenir cette dernière, je dois me rendre à la concession et la faire réparer ou la revendre si le coût de la remise en état est trop important. Désormais, le pictogramme permettant au joueur de visualiser son choix d’attelage de l’outil (à l’avant ou à l’arrière) apparaît en haut de l’écran, à droite, et non plus à côté du compteur de vitesse comme dans le dernier opus. Dans Farming Simulator 2019, contrairement à la version 2017, les champs s’achètent depuis le menu du jeu. Je peux les acquérir mais aussi les revendre. Lorsqu’une parcelle m’appartient, je suis capable d’y installer une ferme, un enclos ou encore un hangar pour abriter du matériel. La plupart des touches pour accéder au menu, mettre en route les machines ou encore les piloter n’ont pas changé, ce qui ne devrait pas perturber les gamers avertis.

 

 

J’aime

– Le jeu de lumières.

– La diversité du matériel.

J’aime moins

– L’absence de GPS.

– Le terrain qui ne se déforme pas.

Un ordi performant requis

L’utilisation du jeu Farming Simulator 2019 requiert une configuration minimale avec les systèmes d’exploitation Windows 7, 8 ou 10, ou Mac OS X 10.13, un processeur de 2,5 GHz, une carte graphique de 2 GB VRAM, 4 Go de mémoire RAM, 20 Go d’espace sur le disque dur, une carte son et un lecteur DVD-ROM. Il est proposé au tarif de 34,90 € sur un ordinateur PC et Mac, contre 49,90 € sur les consoles PS4 et Xbox One.


Commentez l'article

Les commentaires sont fermés.