Volume : 23,2 m3 Poids à vide : 8 160 kg Nombre de pesons : 4 Puissance préconisée : 90 ch   Une gamme étendue L’Allemand BvL propose une ...

Comparatif bols pailleurs

Essai du BVL V-MIX Plus 24H-2S : un bol économe


Volume : 23,2 m3

Poids à vide : 8 160 kg

Nombre de pesons : 4

Puissance préconisée : 90 ch

 

00.JPG

Une gamme étendue

L’Allemand BvL propose une large gamme de mélangeuses à vis verticales V-MIX. Ses modèles à une, deux ou trois vis disposent de capacités de cuves s’échelonnant de 3,7 à 46,6 m3. La turbine de paillage V Comfort Turbo prend place à l’avant de la mélangeuse lorsque celle-ci compte une ou deux vis. Elle mesure 1 225 mm de diamètre dans le premier cas et 1 300 mm dans le second. Elle peut également se situer à l’arrière de tous les modèles de la gamme et affiche alors un diamètre de 1 m. Afin de distribuer la ration, BvL laisse le choix à l’acquéreur entre une multitude de combinaisons de trappes et de tapis. Ainsi, il installe sur demande des portes latérales des deux côtés, à l’avant ou à l’arrière, et au niveau des vis, légèrement en décalage par rapport à leur axe de rotation, afin de favoriser l’écoulement tangentiel à leur sens de rotation. À l’arrière peuvent prendre place une trappe ou un tapis de distribution vers la gauche ou la droite. Enfin, un tapis peut également être monté à l’avant, mais il interdit alors le montage d’une turbine de paillage.

 

Le châssis rabaissé

Le boîtier réducteur intermédiaire permet de transmettre directement les 540 tr/min de la prise de force, ou bien de les réduire à 280 tr/min avant d’entraîner les vis de la mélangeuse et la turbine. L’engagement de cette dernière s’effectue à l’aide d’un crabot à commande manuelle ou hydraulique (option) lorsque la prise de force est arrêtée. Le châssis de la V-MIX présente une découpe particulière à l’avant de la cuve. À cet endroit, il est en effet abaissé afin de laisser place à la turbine de paillage. Ainsi, la paille descend de la trappe à l’avant de la cuve dans le carter de la pailleuse. Selon le constructeur, cette architecture, bien que plus fastidieuse à mettre en œuvre que celle d’un châssis droit, garantit un transfert plus efficace de la paille entre ces deux éléments. La fixation du timon sur le châssis autorise cinq positions hautes différentes. De plus, celui-ci ainsi que le crochet d’attelage sont réversibles, portant à 20 le nombre de configurations possibles pour adapter au mieux la mélangeuse au tracteur chargé de l’animer.

BVLrivales.JPG

L’avant abaissé du châssis permet de positionner l’entrée de la pailleuse à 11 cm au-dessous de la cuve.

Deux vis et un aimant

L’offre en vis des mélangeuses BvL compte près de 120 modèles différents. Le constructeur insiste sur la nécessité d’adapter cet organe aux différentes compositions de rations rencontrées. Notre modèle d’essai intègre des vis de 1,10 m de haut et 2,15 m de diamètre à la base, spécialement conçues pour les rations fibreuses, provoquant la descente de la matière sèche à travers le mélange. Six couteaux sur chaque vis sont épaulés par quatre contre-couteaux, dont le réglage selon trois positions s’opère manuellement. Un positionnement hydraulique figure parmi les options. L’aimant placé sur la vis avant a retenu quatre des cinq rondelles métalliques qui avaient été incorporées au mélange.

03.JPG

L’aimant installé sur la vis avant a retenu quatre des cinq rondelles métalliques ajoutées à la ration.

La pesée et le pilotage

La cuve de la V-MIX est reliée au châssis par l’intermédiaire de quatre barreaux mesurant le poids chargé. Celui-ci s’affiche sur le boîtier de pesée placé au-dessus du timon. Ce terminal est programmable et peut enregistrer 50 recettes comptant 30 ingrédients chacune. Lors du chargement, le soleil brillait sur son écran, rendant la lecture de ses chiffres rouges difficile. Diverses options d’afficheurs et de radiocommandes figurent au catalogue. En cabine, un boîtier électrique regroupe les boutons de commande de l’ouverture de la trappe de distribution, de la descente de la béquille et de l’orientation de la goulotte de paillage. Deux leviers, reliés à des téléflexibles, permettent aussi de sélectionner le rapport de réduction sur le boîtier intermédiaire et d’engager le crabot de la turbine de paillage.

06.JPG

La commande électrique pilote la trappe de vidange, la béquille et les fonctions de paillage.

La distribution sans forcer

La machine présente à notre comparatif reçoit une trappe de distribution à droite. Cette ouverture, d’une largeur de 110 cm, est dissimulée sous une bâche de protection qui se relève avec l’ouverture de la porte. La BvL peut déverser son mélange dans une auge à une hauteur de 97 cm. La puissance requise pour la distribution, mesurée à 31 ch, est l’une des plus faibles de ce test, plaçant la V-MIX en deuxième position des consommations globales. À la demande du démonstrateur de la marque, l’ordre de chargement a été changé afin de terminer par la farine. La paille, retenue sur les vis par le poids des ensilages de maïs et d’herbe, n’a pas été coupée suffisamment en un temps de mélange relativement court, de 14 minutes. Le tamisage de la ration produite a permis de déterminer un ratio de défibrage de 10,3 %, le plus faible de ce comparatif. Après la vidange de la cuve, 5,3 kg de ration restaient dans la mélangeuse.

 

Le paillage longue distance

Sous le passage entre la cuve et la pailleuse, un bac récupère les pierres ou tout autre corps étranger présent dans la paille. La turbine, au régime de 900 tr/min, a expulsé la paille à une distance maximale de 28 m, la plus importante de notre comparatif. Afin de limiter la dispersion de poussières, un kit d’humidification de la paille permet d’ajouter 10 % de son poids en eau grâce à un tuyau placé à hauteur d’homme et de projeter celle-ci dans la cuve. Notre machine n’était pas équipée de ce kit, mais nous avons fait l’essai en ajoutant 50 L d’eau dans la paille. Nous avons effectivement constaté une production de poussières moindre. Cependant, les brins de paille présentaient un certain taux d’humidité, laissant présager une efficacité diminuée de la litière.

05.JPG

La casquette positionnée devant la trappe de la pailleuse interdit le passage des brins trop longs.

On a aimé

– Les nombreuses combinaisons d’attelage.

– La distribution la moins gourmande en puissance du test.

– Le récupérateur de pierres.

 

On a moins aimé

– La hauteur hors tout importante.

– Le poids à vide élevé.

– Le défibrage insuffisant.

 

02.JPG

 

Le tarif :

Prix de base : 51 165 € HT

Pesée simple, béquille mécanique, attelage haut, anneau antidébordement soudé, pneus jumelés 215/75 R17.5.

 

Prix du modèle présenté : 56 470 € HT

Pesée programmable, béquille hydraulique, boîtier de commande électrique, attelage bas, pailleuse V Comfort Plus avec cloche d’aspiration, cardan grand angle, aimant.

Commentez l'article

Les commentaires sont fermés.