Ploeger Oxbo achète Bourgoin

Ploeger Oxbo achète Bourgoin

Avec la reprise de Bourgoin par Ploeger Oxbo, nous assistons à la naissance d'un groupe géant spécialisé dans les machines de récolte pour cultures spéciales.

Le groupe néerlandais Ploeger-Oxbo a annoncé avoir acquis, par le biais de sa filiale Ploeger Agro France BV, la SAS Bourgoin Investissement, c'est-à-dire le groupe Bourgoin. Ce constructeur français marque le paysage du machinisme agricole français depuis une cinquantaine d'années avec ses machines de récolte de maïs en épis. En 2008, il s'était diversifié dans la récolte de légumes de plein champ en rachetant le spécialiste breton BCMH fabriquant des automoteurs de récolte de pois, de flageolets, de haricots verts, d'épinards... En tout, Bourgoin compte une centaine de salariés sur ses sites industriels de Bournezau (Vendée), du Poiré-sur-Vie (Vendée) et de Quimper (Finistère). Ad Ploeger, le repreneur et membre du comité d'administration du groupe Ploeger Oxbo, s'est voulu rassurant : « Cette nouvelle structure permet à nos sociétés d'échanger librement leurs informations technologiques en conservant leur propre identité. Nous nous appuierons sur les forces individuelles des entités du groupe pour permettre de nouvelles ambitions communes. » Le groupe néerlandais Ploeger-Oxbo fait également partie des grands spécialistes de la récolte des légumes de pleins champs. Il compte actuellement près de 600 collaborateurs répartis sur ses six sites de fabrications aux États-Unis, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. Son histoire a démarré dans les années cinquante lorsque le Néerlandais Gerrit Ploeger, planteur et courtier en légumes, aidé de son mécanicien, a construit sa première machine de récolte de haricots dans la cour de la maison familiale d'Oudenbosch. Au fil des décennies, il a diversifié ses fabrications et a étendu son réseau commercial à une échelle internationale. En 1968, ce constructeur a proposé sa première automotrice de récolte de haricots sur trois rangs, en 1982, une automotrice de battage de pois et, à partir de 2003, une arracheuse automotrice de pommes de terre à quatre rangs. Dans les années 2000, il s'est engagé dans une dynamique de fusions et d'acquisitions.  En 2002, il a acheté son concurrent britannique FMC, qui depuis a été rebaptisé PMC. En 2011, il a fusionné avec le spécialiste nord-américain Oxbo fabriquant dans trois usines une large gamme de machines de récolte de petits fruits, d'olives, de maïs doux et même de raisin. Dans son histoire récente, Ad Ploeger,  fils du fondateur, s'est refusé à fusionner les offres de ses différentes marques. « Les clients ont toujours le dernier mot et ils choisissent le fabricant qu'ils souhaitent», nous expliquait-il lors d'une interview réalisée en 2012.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Commerce international

Les tracteurs italiens au ralenti

Récolte des fourrages

Deux enrubanneuses traînées aux couleurs Fendt

Tracteur d'occasion

Peu de points à surveiller sur les John Deere série 6R

Pommes de terre

La fraise Dewulf SC300 renforcée

Manutention

Un minipelle à zéro déport de 2,3 t pour Yanmar

Travail du sol

Horsch confirme sa vision de l'agriculture hybride

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : les mesures (partie 3)

Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 7719S, tout d'un grand

Presse à chambre variable

Des balles rondes atteignant 140 kg/m3 chez Kuhn