Usine Merlo de Cunéo100 millions d'euros pour construire le Turbofarmer II

100 millions d'euros pour construire le Turbofarmer II
L'usine de Merlo de Cunéo (Italie) s'est dotée d'outillages ultra-modernes.
Rarement le lancement d'une nouvelle gamme de chargeurs télescopiques s'est accompagné d'un tel investissement industriel que celui des Turbofarmer II. En la créant, Merlo a en effet voulu imaginer des produits totalement nouveaux, plus performants , plus sobres ou plus confortables. Ils devraient également se montrer plus faciles à décliner dans de multiples versions pour répondre aux besoins de toutes les clientèles, mais aussi, plus rationnels à industrialiser. Ces engins ont donc été décomposés en cinq modules : le châssis, les essieux, le compartiment moteur, la cabine et le mât télescopique. Chacun de ceux-ci est assemblé en parallèle dans des ateliers spécialisés de l'usine du groupe à Cunéo (Italie). Ils y sont complètement finalisés et rigoureusement testés avant d'être réunis sur la ligne de montage finale. En combinant différents modules, le constructeur est capable de multiplier les versions sans augmenter la complexité de la ligne d'assemblage ou d'accroître les besoins en pièces de rechange. Une telle architecture se montre également mieux adaptée à accueillir des technologies innovantes, comme en témoigne le prototypeTF 40.7 Hybrid à transmission diesel-électrique sur lequel est en en train de plancher le bureau d'études de Merlo. 100 M€ d'investissements Pour industrialiser cette nouvelle gamme Turbofarmer II, le constructeur n'a pas lésiné. Il a investi près de 100 millions d'euros en trois ans pour moderniser son usine et poursuit ainsi un développement qui ne s'est jamais interrompu en cinquante ans. Le site qui, en 1964, ne s'étendait que sur 40 000 m2 et ne comptait qu'un hangar de 3000 m2, lorsque Amilcare Merlo et sa sœur Natalina ont démarré leurs fabrications, s'étend aujourd'hui sur 300 000 m2 dont 220 000 m2 couverts. Il a été notamment pourvu d'un nouveau centre logistique des pièces détachées ainsi que de nouvelles lignes de fabrication entièrement automatisées pour les flèches télescopiques et les vérins. Il présente la particularité d'intégrer sur place une très large part de la production des composants de chargeurs télescopiques. L'usine produit ainsi près de 50 000 vérins par an, elle fabrique elle-même les essieux, les cabines, les composants plastiques des tableaux de bord. Cette volonté de maîtrise de la plus grande part de la fabrication peut aller très loin dans le groupe Merlo. Il dispose en effet, d'une division Electronics Departement chargée de concevoir et de développer les systèmes électroniques de contrôle de ses machines. Sfiliale Movimatica, installée à Turin développe des systèmes de télétransmission et de gestion de flottes à distance. Cunéo reste toutefois le plus important site du groupe. Sur les 1 100 salariés employés par le groupe italien, plus de 900 y travaillent. Les gammes de chargeurs télescopiques restent ses productions majeures. Il se développe toutefois également avec ses engins d'entretien communaux Treeme ou des matériels de collecte d'ordures ménagères Tecno. Il réalise en tout près de 400 millions d'euros de chiffre d'affaires. Son plus grand marché reste la France avec 29 % de ses ventes, suivi de l'Allemagne (18 %) du Royaume-Uni (13 %) et de l'Italie (10 %).

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Travail du sol

Horsch confirme sa vision de l'agriculture hybride

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : les mesures (partie 3)

Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 7719S, tout d'un grand

Presse à chambre variable

Des balles rondes atteignant 140 kg/m3 chez Kuhn

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : le point technique (partie 2)

Entretien du paysage

L'épareuse Ferri TP 510 remplace la TP 51

Entretien du paysage

Une portée de 16 m pour le broyeur automoteur Athena d'Energreen

Manutention

Un pelle sur pneus Liebherr de 14 t

Récolte

Geringhoff resserre les maïs