Matériel Agricole 176

Matériel Agricole 176
Matériel Agricoles Numéro 176 Avril 2012, Amazone Pulvérisateur UF-UF twin-UG-UX Nouveautés 6 , Amazone Epandeur d'engrais ZA-M Profis Ultra Nouveautés 6 , Kongskilde Outil de préparation du sol Vibro Master 3000 Nouveautés 6 , New Holland Tracteur T6 Nouveautés 6 , Same Deutz-Fahr Tracteur Explorer ³ Nouveautés 6 , Argo Chargeur frontal Mclassic-Mpower Nouveautés 7 , Kverneland Faucheuse 2836M Nouveautés 7 , Kverneland Faneuse Taarup 8460 Nouveautés 7 , Kuhn Epandeur d'engrais Axis 50.1 Nouveautés 7 , Dyna Touraine trémie Dyna'Contain H50 Nouveautés 10 , RDS Terminal de commandes Weighlog ?10 Nouveautés 10 , Kverneland Remorque mélangeuse à vis verticale Siloking tapis de distribution+ bol pilotés à distance Nouveautés 10 , Michelin Pneumatique CerexBib Nouveautés 10 , Michelin Site Internet Nouveautés 10 , Sac Indus Presses à balles rondes Filet balles de grand diamètre Nouveautés 10 , La Buvette abreuvoir Lac 10 Nouveautés 10 , Startec Cuve frontale fertiliseur azote liquide Nouveautés 10 , Total Huile Nouveautés 11 , Bélair Faucheuse frontale + remorque autochargeuse Gabare Descriptif technique 14 , Kubota Tracteur M8540 Essai 18 , Vicon Semoir monograine Multicorn DPII Synchro-Drive Plate-forme 34 , Sola Semoir monograine Prosem-K T 300/6 Plate-forme 36 , Monosem Semoir monograine NG Plus 4 Monobloc 2 Confort Plate-forme 38 , Gaspardo Semoir monograine MTER BigBag 300 Micro Plate-forme 40 , Sfoggia Semoir monograine Discover télescopique Plate-forme 42 , Kuhn Semoir monograine Maxima 2 Ti Plate-forme 44 , Amazone Semoir monograine ED 452-K Contour Plate-forme 46 , MaterMacc Semoir monograine MS 8230 Midi Plate-forme 48 , Kverneland Semoir monograine Optima HD Plate-forme 50 , Väderstad Semoir monograine Tempo TPF 8 Combi Plate-forme 52 , Horsch Semoir monograine Maestro 8.75CC Plate-forme 54 , Yto Tracteur Résultats 2011 Actualités 56 , BKT Pneumatique Objectifs 2011 Actualités 56 , Zetor Tracteur Résultats 2011 Actualités 56 , Michelin Pneumatique Résultats 2011 Actualités 56 , Agco Pièces Salon Actualités 56 ,   le magazine 100 % machinisme N° 176 - AVRIL 2012 issn 1267-7000 - 5,50 euros Plate-forme Kubota M8540 : bien noté dans les cours Les semoirs monograines Scar Union : nouveau look, nouvelles ambitions Distribution Bélair : la Gabare sur le haut de la vague Descriptif technique Essai Il n'y a pas que de l'herbe au Salon de l'herbe. Tant mieux pour la beauté des bêtes www.salonherbe.com Tous les produits et matériels en plein air et en action. Liliane et compagnie Le Salon de l'herbe, c'est 40 hectares de démonstrations et d'essais pour tout voir et tout comparer.Cette année, le salon s'enrichit et intègre dorénavant l'ensemble des cultures fourragères : maïs, betterave, colza, pois protéagineux, sorgho, etc., pour un salon encore plus proche de vos préoccupations ! mercredi 23 et jeudi 24 mai 2012 à Nouvoitou (35) Pour vous abonner rendez-vous P. 67 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 3 4 Sur le vif Titan Machinery : une concession transatlantique Kubota-Kverneland : feu vert européen Fiat Powertrain Technologies : les Cursor en tête du rallye Dakar La Chine veut transformer ses paysans en citadins Recyclage : les sacs de semences valorisés Beiser : le marché des citernes s'enflamme Same Deutz-Fahr : démenti sur les rumeurs 6 Nouveautés Amazone : haute technologie en pulvérisation Kongskilde : la finition affinée New Holland : les T6 fidèles à la technologie antipollution SCR Same Deutz-Fahr : les Explorer3 mieux garnis Argo : des chargeurs frontaux signés Manip' Kuhn : l'épandeur Axis s'anime hydrauliquement Kverneland Taarup : une faneuse sans entretien 10 Nouveautés pièces et équipement Dyna Touraine : des containers pour l'aliment en vrac RDS : un moniteur de pesée à écran tactile Michelin : prêts pour des trémies de 14 500 litres La Buvette : s'abreuver au Lac Startec : la fertilisation liquide au semis Total : la chasse aux frottements 14 Descriptif technique Remorque faucheuse autochargeuse Bélair : la Gabare surfe sur le haut de la vague Accédez directement au site www.materielagricole.info Vos identifiants pour avril 2012 Mot de passe mat123 Login BNKK 56 Actualités Yto : premier tractoriste chinois BKT : les objectifs dépassés Michelin : un trésor dans les spécialités Zetor : à la conquête du monde Agco : un salon pour les pièces 63 Parcours et l'information dans les réseaux 65 Distribution Scar Union : Nouveau look, nouvelles ambitions Retrouvez l'agenda en page 56 68 Tracteurpool.fr Les annonces de matériels agricoles d'occasion 74 Offres d'emploi Essai 18 Sommaire Les semoirs monograines Kubota M8540 Bien noté dans les cours Plate-forme 29 Tous les éléments techniques et les avis sur onze appareils monograines commercialisés par les principales marques du marché. Le Kubota M8540 de 86 chevaux devrait séduire les exploitations de polyculture élevage à la recherche d'un tracteur léger, simple et maniable. Sur le vif 4 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Le semis de maïs est au coeur de ce numéro avec l'étude de onze appareils monograines dans notre plate-forme d'observation. Depuis les années quatre-vingt, la superficie concernée par cette activité de saison s'est stabilisée en France aux alentours de trois millions d'hectares. La part du maïs grain, toujours majoritaire, est progressivement rattrapée par celle du maïs fourrage. Les surfaces d'ensilage, 1,4 million d'hectares en 2010, suivent en effet l'agrandissement des exploitations et occupent une place prépondérante dans l'alimentation des troupeaux. La réussite de l'implantation de cette culture passe par l'utilisation de matériels performants et bien réglés. Un appareil doit en effet être capable de déposer la semence à une profondeur précise tout en plaçant les graines à distance régulière sur le rang. La course au débit de chantier est aujourd'hui l'une des préoccupations des maïsiculteurs. Les ténors des implantations simplifiées ou en direct ont bien intégré cette préoccupation et ont récemment bousculé les positions des spécialistes renommés. Ils promettent, rouleau-compresseur du marketing à l'appui, des vitesses de semis décoiffantes. Qui remportera le match ? La qualité de la levée et les coûts de revient des chantiers arbitreront. La rédaction édito Avril 2012 Avec ce numéro : ENCART 4 pages JOHN DEERE o ENCART recto verso régionalisé TRACTOGUI DE Le maïs, une plante incontournable Titan Machinery. Une concession transatlantique ? Titan Machinery ne semble pas trouver de limite à sa boulimie intercontinentale. Après avoir monté un réseau de 91 bases sur huit États du Midwest des États-Unis pour représenter les gammes de New Holland, Case et Case IH, puis s'être récemment implanté en Roumanie en rachetant Agro Expert (voir lettre Décisions Machinisme n° 116), ce groupe de distribution nord-américain vient d'acquérir une participation majoritaire dans le distributeur bulgare Rimex. Cet établissement, créé en 1990, représente les matériels Case IH, Kverneland, Väderstad, Tecnoma, Grimme ou Grégoire au travers d'un réseau de sept bases à Sofia, Dobrich, Pleven, Ruse, Montana et Stara Zagora. Il emploie près de 100 salariés et réalise un chiffre d'affaires d'environ 37 M$. De son côté, le groupe coté en bourse Titan Machinery espère réaliser un chiffre d'affaires de 1,5 Md$ en 2012 et dégager un bénéfice de 37,9 M$. B.S. Kubota-Kverneland : feu vert européen ? Kubota a reçu l'agrément des autorités européennes. Son offre de rachat de Kverneland est conforme à la législation sur les fusions. L'acquisition devrait être conclue dans les tout prochains jours. B.S. La Chine veut transformer ses paysans en citadins ? En Chine, les ministères de l'Agriculture et des Finances ont annoncé 1,56 Md€ de subventions pour aider les agriculteurs à acheter des machines agricoles. Ce programme vise un objectif double : libérer de la main-d'oeuvre rurale et augmenter la production de céréales. En huit ans, le gouvernement chinois a déjà mobilisé 6,37 Md€ pour mener cette politique. B.S. Recyclage. Les sacs de semences valorisés ? Les sacs de semences usagés vont peut-être trouver une seconde vie. L'association Ares pour la récupération des emballages de semences a conclu un accord en ce sens avec Adivalor, un organisme de valorisation des déchets de l'agrofourniture. En s'appuyant sur les réseaux des distributeurs, il serait possible de récupérer 4 000 tonnes de sacs papier par an et de les recycler en emballages non alimentaires. Aujourd'hui, ils sont souvent brûlés avec tous les risques pour l'environnement ou la santé que peut présenter une combustion imparfaite de résidus phytosanitaires et de solvants. B.S. FPT. Les Cursor en tête ? Les moteurs FPT industrial CursorC13 se sont couverts de lauriers durant le rallye Paris-Dakar. Ils ont permis aux camions Iveco Trakker du team De Rooy de se placer aux première, deuxième et sixième places. Après leur préparation, ces moteurs délivrent 900 chevaux à 3 600 tours/min. Pour l'anecdote, ils sont fabriqués à Bourbon-Lancy (Allier) dans l'ancienne usine Someca. B.S. Same Deutz-Fahr. Démenti ? La rumeur récurrente du rachat possible de Same Deutz-Fahr par Kubota a fini par agacer le constructeur italien. Il a donc publié un communiqué démentant toute négociation en cours. « Il n'y a jamais eu de contact entre Same Deutz-Fahr et Kubota », martèle-t-il. Lodovico Bussolati, le P.-d.g. précise : « Nous sommes déterminés à poursuivre notre stratégie de développement, qui consiste à rester indépendants, à développer de nouveaux produits et à nous étendre sur les marchés émergents au travers de joint-ventures et d'acquisitions. » B.S. est une revue mensuelle éditée par CIP 8, rue Jules-César, 75012 Paris site : www.comcip.com AGRIICOLE Principaux associés : D. Bailly, G. de Lagarde, Y. Mangart, L. Seconda Commission paritaire : 0911 T 88530 Dépôt légal : 2e trimestre 2012 Directeur de publication : Guy de LAGARDE Abonnements : Tél. : 01 40 92 70 56 - Fax : 01 40 92 70 59 Rédac tion : e-mail sur le principe de : l.seconda@comcip.com Tél. : 01 53 33 82 33 - Fax : 01 53 33 82 21 Directeur délégué : Luc SECON DA Rédacteur en chef : David LAISNE Y Rédacteur en chef adjoint : Aurélien GROUL T Rédacteurs : Matthieu Schubnel, Bernard SERP ANTIé, Nicolas LOUIS a par ticipé à ce numéro : Nassim HAMITI Secrétaire de rédaction : Jean-Baptiste CAPELLE Création graphique : Éric TOUTOUS Publicité : Tél. : 01 53 33 82 30 - Fax : 01 53 33 82 21 Christophe LEC ACHÉ (c.lecache@comcip.com) Prisca Boeuf (p.boeuf@comcip.com) Rubrique OFFRES D'EM PLOI : Valérie Quivogne : 06 70 36 38 97 valerie@quivogne.net Administra tion : Tél. : 01 53 33 82 20 Fax : 01 53 33 82 21 Patricia L AVOIE Impr ession : BLG TOUL ZI de la Croix-de-Metz 54200 TOUL Tél. : 03 83 65 20 50 Une formation pour les ETA ? En avant-première de leur congrès national, se tenant du 29 février au 2 mars à Clermont-Ferrand (Puy-de- Dôme), les Entrepreneurs du territoire ont annoncé la mise en place d'une nouvelle formation de techniciens gestionnaires de chantiers en entreprise de travaux agricoles. Ce programme, qui sera enseigné par cinq établissements, proposera un cursus d'une durée de dix-huit mois réparti sur les périodes creuses des entreprises. Cette initiative vise à répondre à leurs difficultés de recrutement. Les 21 359 entreprises de travaux agricoles, forestiers et sylvicoles comptabilisées par leur syndicat emploient, en effet, un total de 73 303 salariés et ont besoin, chaque année, de pourvoir 7 000 postes. Malheureusement, les professionnels se plaignent du manque de compétences des candidats qui se présentent. B.S. Conformément aux prévisions, le passage réglementaire au gazole non routier a dynamisé le marché des cuves de stockage. La société alsacienne Beiser Environnement, acteur majeur du marché de la citerne, a renoué avec la croissance en retrouvant son niveau d'activité de 2007 (22 M€ de chiffre d'affaires annuel), en partie grâce à l'explosion des demandes pour ce type de produit. La cuve à gazole a représenté en 2011 près de 68 % des ventes de l'entreprise, contre seulement 32 % trois ans auparavant. Cette aubaine économique devrait se prolonger. « En s'appuyant sur notre fichier client, nous estimons entre 10 et 15 % seulement la proportion d'installations actuellement aux normes, indique Bernard Cogniel, le fondateur et président du conseil d'administration de Beiser Environnement. Dans cette transition, les sociétés de travaux publics ne sont d'ailleurs pas plus avancées que les entreprises agricoles. » Selon ce responsable, le parc français, tous secteurs confondus, oscillerait entre 800 000 et un million de citernes. « Le remplacement des contenants se fera doucement et sur plusieurs années. Le nombre total de cuves à gazole commercialisées à ce jour par notre société est compris entre 10 000 et 15 000 », pronostique-t-il. Compte tenu des contraintes de conservation du nouveau carburant, la capacité des cuves demandées est désormais bien inférieure aux commandes antérieures. Le mode d'installation de la citerne évolue également : « Plus de 95 % des citernes livrées sont désormais aériennes, précise Bernard Cogniel. Les quatre cinquièmes d'entre elles disposent d'un équipement de protection contre le vol. » M.S. Beiser. Le marché des citernes s'enflamme ? Amazone s'adresse aux amateurs de haute technologie en déclinant ses pulvérisateurs et épandeurs à engrais centrifuges dans une version Premium. En plus du gain en confort procuré par cette finition, Amazone annonce jusqu'à 10 % d'économie en intrants. Les pulvérisateurs UF, UF Twin, UG et UX bénéficient, sous la dénomination Premium, des automatismes de hauteur de rampe (Distance Control), de coupure des tronçons et de relevage de rampe en bout de champ assisté par GPS (GPS Switch). En complément, la marque propose le pack Confort composé d'une station de lavage embarquée, de l'arrêt automatique du remplissage, de la gestion de l'agitation et du rinçage depuis la cabine. De leur côté, les épandeurs à engrais ZA-M Profis et Ultra intègrent, en version Premium, la pesée automatique et la coupure automatique des tronçons GPS Switch. Tous les appareils dans cette finition haut de gamme sont équipés du terminal Amatron+ adaptable sur les semoirs à céréales. A.G. Amazone Haute technologie en fertilisation et pulvérisation 6 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Nouveautés Same Deutz-Fahr Les Explorer3 mieux garnis New Holland Les T6 fidèles à la technologie antipollution SCR ? Les tracteurs de la nouvelle gamme New Holland T6, remplaçants des T6000, adoptent, comme leurs aînés T7 et T8, des moteurs à technologie SCR (injection d'AdBlue) pour répondre aux normes antipollution Stage IIIB, entrées en vigueur, pour leur niveau de puissance, au 1er janvier 2012. Cette famille compte sept modèles : T6.120, T6.140, T6.150, T6.155, T6.160, T6.165 et T6.175, développant entre 119 et 175 chevaux. Ces tracteurs logent des moteurs Fiat Powertrain Technologies à quatre cylindres de 4,5 litres ou six pistons de 6,7 litres. Tous, excepté le premier modèle de la gamme, bénéficient d'une puissance additionnelle, allant de 32 à 40 chevaux, délivrée au transport, lors des travaux à la prise de force ou de fortes sollicitations hydrauliques. Grâce à l'abaissement automatique du régime de ralenti de 850 à 650 tr/min lors des immobilisations prolongées et aux améliorations apportées au moteur, le fabricant annonce diminuer de 10 % les coûts d'exploitation. Les trois plus gros T6 accèdent désormais à trois régimes de prise de force : 540 Eco, 1 000 et 1 000 Eco. Tous se complètenten option du pont avant SuperSteer affichant un rayon de braquage de 4,05 mètres ou de l'essieu suspendu Terraglide. Comme leurs prédécesseurs, ils utilisent un système hydraulique délivrant jusqu'à 113 l/min et une transmission au choix 24 x 24 ou 16 x 16, respectivement à deux ou huit rapports sous charge. A.G. Kongskilde La finition affinée ? L'outil de préparation du sol Vibro Master 3000 de Kongskildes'enrichit d'équipements arrière pour le travail de finition et le rappuyage. Le premier dispositif, dénommé CL-VM3, combine une rangée de herses peignes à un rouleau cranté de 320 mm de diamètre. Le second module, le CDL-VM3, adopte un rouleau supplémentaire de 290 mm de diamètre. Ces deux solutions complètent une offre désormais riche de deux types de herses et cinq combinaisons de rouleaux. Ces derniers intègrent dorénavant des paliers renforcés et graissés à vie. A.G. ? Same renouvelle ses tracteurs de la série Explorer3. Les modèles 90 et 105, le nombre correspondant à leur puissance maximale respective, logent un quatre cylindres Deutz de la série 1000 pourvu d'un turbocompresseur, d'un intercooler et d'une injection à régulation électronique. Ce moteur, 100 % compatible avec le biodiesel, satisfait aux normes antipollution Stage IIIA. Sur cette nouvelle génération de tracteurs, la firme enrichit l'offre en transmissions d'une variante réunissant l'inverseur synchronisé et le doubleur Hi-Lo, deux équipements auparavant non disponibles simultanément. Cette boîte à cinq vitesses et quatre gammes associées à un réducteur propose 40 rapports avant et arrière. Une déclinaison avec une gamme en moins, soit 30 rapports au total, fait également son apparition au tarif. Les Explorer3 90 reçoivent désormais des vérins auxiliaires de relevage, de 70 mm de diamètre, portant la capacité maximale à 4 300 kg. Les modèles de 105 chevaux accèdent en option à un relevage électronique qui, associé à des vérins additionnels, porte désormais une charge de 6 200 kg. Ils adoptent un quatrième distributeur optionnel à bas débit (25 l/min) et à commande électrohydraulique. La cabine à quatre montants, plus haute de 70 mm, accède à deux types de consoles latérales (selon le mode de commande du relevage), à un tableau de bord redessiné et à des matériaux favorisant son insonorisation. Les nouveaux Explorer3 reçoivent un capteur de présence du conducteur, une ceinture de sécurité avec enrouleur, un coupe-batterie, un volant réglable en hauteur et en inclinaison. A.G. Le meilleur choix pour vos besoins croissants PNEUS AGRICOLES bkt-tires.com AGRIMAX Bien plus qu'une réponse technologique aux besoins spécifiques de l'agriculture moderne: un projet novateur visant à améliorer les performances en matière d'efficacité opérationnelle, sécurité et confort. Toute la valeur de la recherche BKT est concentrée dans Agrimax. Dans la structure, plus résistante pour que les performances restent intactes plus longtemps. Dans le mélange, pour en allonger la durée de vie et réduire les coûts de service. Dans le dessin de la bande de roulement, conçu pour apporter des standards inédits de confort et de conduite, même sur route. Pneus pour l'agriculture BKT: des solutions novatrices, pour une gamme comptant parmi les plus complètes et compétitives du marché. Importateur pour France: Zone d'activitè Pôle Sud - Basse Goulaine - 65 Rue de l'Atlantique - 44124 Vertou Cedex, France Tel: +33 2 51 79 11 11 ; accueil@sonamia.fr ; www.sonamia.com 8 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Nouveautés Kverneland Une faucheuse portée de 3,60 mètres La dernière-née des faucheuses à disques Kverneland Taarup 2836M bénéficie d'une suspension pendulaire pour un suivi optimal du terrain. Le lamier de cette machine, d'une largeur de travail de 3,60 mètres, est amorti par ressort. Son boîtier d'entraînement réversible autorise deux régimes de prise de force : 540 ou 1 000 tr/min. Au transport, la 2836 M se replie à la verticale à 125 degrés pour placer son centre de gravité au plus près du tracteur. Kuhn L'épandeur Axis s'anime hydrauliquement présente en trémie. L'appareil Kuhn se commande à l'aide du terminal Isobus CCI 100 ou à partir d'un moniteur Isobus compatible amovible ou intégré au tracteur. Il accède à la solution GPS Control intégrant les dispositifs Vari-Spread et Opti-Point. Le premier gère l'ouverture et la fermeture des trappes par GPS. Il permet également Argo Des chargeurs signés Manip' ? Argo France, filiale du groupe italien Argo Tractors, vient d'établir un accord commercial avec le constructeur de chargeurs frontaux Manip'. Ainsi, depuis le 1er février, les concessionnaires français McCormick et Landinicommercialisent une gamme de chargeurs frontaux aux couleurs de leurs tracteurs. Ces équipements, fabriqués à Loudun, dans la Vienne, se déclinent en deux familles : MClassic et MPower. Les matériels des deux séries reçoivent un parallélogramme mécanique et bénéficient de tuyauteries intégrées. Ils partagent les mêmes adaptations et joysticks de commande. Les modèles MClassic, plutôt dépouillés et de construction spécifique, se contentent du verrouillage manuel des brancards sur l'adaptation. Ils adoptent des vérins de bennage à simple tige et un porte-outil à verrou mécanique. Les chargeurs MPower, d'architecture plus moderne, bénéficient du verrouillage automatique sur l'adaptation et du blocage hydraulique des outils. Ils sont équipés de vérins de bennage à double tige et des doigts amovibles Manip'Pic, adaptables rapidement sur le porte-outil, pour la manipulation des balles rondes ou carrées. Les catalogues de chargeurs frontaux McCormick by Manip' et Landini by Manip comprennent également une large gamme d'outils tels que des godets, des bennes multiservices, des transpalettes, des fourches, ainsi que des pince-balles. D.L. Une faneuse sans entretien La faneuse Kverneland Taarup 8460, remplaçante du modèle 8060, adopte une nouvelle tête d'attelage issue de la gamme grande largeur et des articulations entre les rotors montées sur roulement à billes sans entretien quotidien. Cette machine à six toupies munies chacune de cinq bras travaille sur une largeur de 6,05 mètres. Elle bénéficie de série de la mise en oblique pilotée mécaniquement depuis la cabine. Cette fonctionnalité se commande hydrauliquement en option. D.L. ? L'épandeur d'engrais Axis 50.1 de Kuhn se décline désormais en finition H EMC W équipée de l'entraînement hydraulique des disques et d'un dispositif de pesée embarquée. Cette variante, d'une capacité de 4 000 litres et d'une charge utile de quatre tonnes, intègre la technologie Isobus. L'animation hydraulique retenue sur ce modèle garantit une vitesse de rotation idéale des plateaux, indépendamment du régime moteur du tracteur. Associée au réglage du point de chute de l'engrais sur le disque, elle permet de régler, depuis la cabine, la largeur de travail de 18 à 50 mètres et de configurer l'appareil pour les apports en bordure de parcelle. L'Axis H bénéficie de la technologie EMC (Electronic Mass Control) mesurant et régulant en permanence l'écoulement de l'engrais sur chaque disque en fonction de la pression hydraulique dans le circuit. Cet automatisme optimise le dosage côté par côté. Le cadre de pesée, à deux pesons, ne joue qu'un rôle informatif en indiquant la quantité d'engrais de mémoriser jusqu'à huit largeurs pour optimiser l'épandage dans les pointes. Avec cet automatisme, comme pour les apports en bordures, l'électronique agit sur le régime de rotation du disque pour ajuster la distance de projection des granulés et modifie le point de chute de l'engrais sur le plateau pour garantir la répartition transversale. Vari-Spread est compatible avec le système Isobus John Deere Greenstar Spreader Pro et le dispositif Mu?ller Elektronik Section Control. La fonctionnalité Opti-Point prend en compte les qualités balistiques de l'engrais afin de garantir de bons recouvrements dans les bouts de champ. Ainsi, elle définit le moment d'ouverture et de fermeture des trappes selon les caractéristiques des granulés (texture, densité et forme). D.L. *soyez fort, soyez KUHN be strong, be KUHN* élevages l cultures l paysages Presses à balles rondes, à chambre fixe ou variable, presses-enrubanneuses, presses à haute densité, enrubanneuses : toutes intègrent des technologies exclusives qui leur donnent des performances supérieures sur le terrain. Avec KUHN, vous avez tous les choix pour produire des balles de qualité exceptionnelle et atteindre une fiabilité inégalée, quel que soit votre type de fourrage. www.kuhn.fr 100% d'innovation rentable Innovation Technologie Intégrale Combinaison du rotor et des vis de recentrage sur le même axe pour une capacité d'alimentation élevée et régulière. Avec cette technologie, le rotor est positionné au plus près du pick-up. Il reprend directement les fourrages ramassés, même les plus lourds, permettant ainsi une vitesse de travail plus importante, synonyme d'une productivité exceptionnelle et d'un meilleur respect de la qualité du fourrage. 01437-PROD-CI-PRESENRU-BALPACK-FR Pièces et équipement Nouveautés 10 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 RDS Un moniteur de pesée à écran tactile Avec le boîtier électronique Weighlog 10, l'équipementier RDS améliore la convivialité de ses systèmes de pesée embarqués sur les chargeuses compactes, les chariots télescopiques et les chargeurs frontaux. Ce nouveau moniteur se caractérise notamment par l'adoption d'un écran tactile couleur de 4,3 pouces. Il gère un maximum de 10 accessoires et mémorise 30 produits, 30 clients et jusqu'à 5 rations. Les données stockées s'exportent vers un ordinateur via une carte SD et une clé USB 2.0. Le poids est calculé à partir de la pression hydraulique à l'aide de quatre capteurs sur les vérins du chargeur. La mesure s'effectue toujours à la même position du cycle de levage, pour compenser les variations de pression dans le circuit. D.L. Michelin Prêts pour des trémies de 14 500 litres Michelin étend progressivement sa technologie de flancs ultraflexibles à toutes les catégories de pneumatiques de traction pour engins agricoles. Après les XeoBib pour tracteurs de 80 à 220 chevaux, les AxioBib pour les fortes puissances et les SprayBib pour les pulvérisateurs, les CerexBib pour engins de récolte s'enrichissent de deux dimensions IF 800/70 R78 CFO et IF 900/60 R 38 CFO. Ces pneumatiques d'un diamètre de 2,05 mètres sont destinés à équiper des essieux supportant des charges de 28 tonnes. Ils devraient se retrouver sur les nouvelles générations de moissonneusesbatteuses à trémie de 14 500 litres. Comme en témoigne leur marquage, ils sont conformes aux caractéristiques CFO (Cyclic Field Operations ou opérations cycliques au champ) définies par l'ETRTO (Organisation européenne de standardisation des pneumatiques et des jantes) et concernant les pneumatiques destinés aux engins agricoles dont le poids varie durant leurs chantiers. B.S. Kverneland Un tapis de distribution plus robuste Le nouveau tapis de vidange des remorques mélangeuses à vis verticale Siloking Kverneland est annoncé plus robuste et censé distribuer le fourrage avec davantage de débit que les modèles de précédente génération. Ce convoyeur, réalisé en PVC et animé par deux moteurs hydrauliques, se caractérise par ses deux rangées de barrettes transversales de hauteur différente. Les plus basses évoluent du côté de la trappe de vidange pour minimiser les contraintes sur le tapis. Pour limiter également l'usure prématurée du convoyeur, son rouleau d'entraînement dispose d'une rainure centrale de guidage. Dyna Touraine Des containers pour l'aliment en vrac Afin de faciliter le stockage et la reprise de l'aliment en vrac à la ferme, la société Dyna Touraine propose le container Dyna'Contain H50. Ce modèle, monté sur un bâti surélevant de 50 cm la trappe de vidange, permet de remplir aisément une brouette ou un seau. Il est réalisé en acier et se décline en quatre volumes de 1,2 à 4 m3. Annoncé à un tarif abordable, le container est livré en kit et son montage demande environ 45 minutes. La commercialisation est assurée par un réseau de revendeurs ou via le site Internet www.dyna-touraine.fr D.L. Les bols pilotés à distance Les remorques mélangeuses à vis verticale Siloking Kverneland peuvent désormais être pilotées depuis la cabine via un terminal électronique sans fil. Ce moniteur gère les fonctions de pesée et hydrauliques. Il affiche les informations essentielles sur son écran rétroéclairé. Cette solution sans fil donne accès, en option, à une télécommande embarquée dans l'engin utilisé pour le chargement, tracteur avec chargeur ou chariot télescopique. Ce boîtier additionnel, muni d'un écran, donne la possibilité à l'utilisateur de contrôler la pesée tout en actionnant à distance, par exemple, les contre-couteaux hydrauliques de la mélangeuse. Le cons truc t eur pr opose également, en complément, un moniteur programmable pour gérer les rations à distance et, grâce à un logiciel spécifique, pour transférer les données issues de ce boîtier de commande sur un ordinateur via une clé USB. D.L. Un nouveau site Internet Le site Internet www.michelin-pneuagricole. fr récemment mis en ligne par Michelin est une véritable mine d'informations sur la technologie et l'utilisation des pneumatiques agraires. Il propose de découvrir leurs modes de fabrication, les critères de choix, les pressions à appliquer et, bien sûr, il décrit l'intégralité de la gamme du manufacturier de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Startec La fertilisation liquide au semis La cuve frontale Startec est conçue pour fertiliser au semis avec des produits liquides, tels que des solutions à base d'azote (14-48 et N39) pouvant être complétées d'oligoéléments (bore, soufre, manganèse...). Elle permet ainsi d'apporter au plus près de la graine les éléments nutritifs nécessaires à la plante durant les premiers jours de sa croissance. Ce matériel, commercialisé par la société Gässler, installée à Amblainville (Oise), s'utilise avec les semoirs en ligne et les monograines. Il se compose d'une cuve de 600, 750, 1 000 et 1 800 litres avec mélangeur, d'une pompe électrique avec filtration, d'une régulation électronique à débit proportionnel à l'avancement, d'un moniteur de contrôle, de têtes de répartition et de buses. D.L. Sac Indus Un filet pour les balles de grand diamètre La société Sac Indus distribue désormais sur le territoire français les filets pour presses à balles rondes de la firme allemande RKW. Elle commercialise ainsi le bien connu filet Rondotex ainsi que le nouveau modèle Polydress Im-Press. Celui-ci, comparé à son aîné, dispose de fils de chaîne plus résistants particulièrement adaptés aux balles de grand diamètre. Il compte en effet sur sa largeur 48 fils de chaîne, contre 53 pour le Rondotex. Cette caractéristique, combinée à un poids au mètre carré identique, se traduit par une épaisseur de chaque fil plus importante. Ceci facilite la coupe du filet, améliore son alimentation dans la presse, optimise son positionnement dans la chambre et augmente sa résistance longitudinale. Par ailleurs, l'espacement plus grand entre les fils favorise l'étalement sur toute la largeur de la balle, voire sur les épaulements. Le Polydress Im-Press, proposé en bobines de 2 600 et 3 600 mètres de long, intègre notamment un indicateur de sens de pose et un avertisseur de fin de rouleau. Sa gaine de protection intègre des poignées qui simplifient la mise en oeuvre. D.L. La Buvette S'abreuver au Lac Chevaux, veaux, moutons et chèvres pourront s'abreuver au dernier bol à niveau constant proposé par La Buvette. Dénommé Lac 10, cet accessoire en matière synthétique présente des formes arrondies. Son nettoyage est facilité par la présence d'un bouchon de vidange. Il se pose au mur grâce à cinq points de fixation et est alimenté en eau par un conduit vertical ou à partir d'une ligne d'eau horizontale à l'aide d'un kit d'adaptation vendu séparément. M.S. Denis Bénéjat (à gauche), chef de marché agriculture de Total, s'est appuyé sur des essais conduits par Fernand Prudent (à droite), président de la Cuma de Genlis, et Franck Loriot (au centre), conseiller Cuma, pour évaluer les nouveaux lubrifiants. Pièces et équipement Nouveautés 12 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Total La chasse aux frottements Si le marché des lubrifiants enregistre une baisse chronique de son activité, c'est parce que la qualité et la longévité des produits progressent. À considérer les nouveautés à venir chez Total, cette tendance vers l'économie pourrait se poursuivre. Par Bernard Serpantié En détenant près de 30 % de parts de marché en lubrifiants en France et près de 3 % dans le monde, le groupe Total est bien placé pour observer l'évolution de cette activité. Il a constaté qu'en une dizaine d'années le volume de lubrifiants commercialisé dans l'Hexagone avait globalement diminué de près de 50 %. La raison ? Partiellement, la conjoncture économique difficile et la baisse de l'activité industrielle, plus certainement, l'espacement des intervalles de vidange sur les machines. Les évolutions technologiques des matériels se sont, en effet, conjuguées avec l'apparition de nouvelles formulations de lubrifiants pour en réduire la consommation. Apparemment, ce mouvement n'est pas terminé. Il existerait des marges de progrès dans l'efficacité des huiles, notamment celles utilisées dans les moteurs et les transmissions des tracteurs ou automoteurs agricoles. Pour améliorer ses produits, le groupe Total n'hésite pas à dépenser chaque année près de 20 millions d'euros en recherche et développement. De nouvelles formulations Le résultat de cet effort se traduit par le lancement de nouvelles générations de lubrifiants telles que le Duo Eco, une association de deux huiles spécialisées pour les moteurs et les transmissions que le pétrolier va prochainement lancer sous ses deux marques, Elf et Total. D'après ses études réalisées en laboratoire et des tests pratiqués en conditions réelles, notamment sur un tracteur de 165 chevaux de la Cuma de Bourgogne à Genlis (Côted'Or), leur utilisation permettrait d'améliorer la puissance et d'économiser jusqu'à 6 % de fioul. Selon les observations des techniciens de Total et des Cuma, le gain semble d'autant plus probant que le moteur est utilisé à pleine charge. Au banc d'essais, le tracteur démontre 8 % de puissance en plus et, au transport, un gain de vitesse de 2 à 3 km/h. Pour parvenir à ces résultats, les ingénieurs du laboratoire de Solaize, au sud de Lyon, ont patiemment évalué de nouvelles formulations d'huiles de base et d'additifs pour obtenir les spécificités correctes de viscosité et aboutir aux exigences de protection des mécaniques modernes. Ils ont sélectionné celles présentant le moins de résistance aux frottements. En effet, comme le rappellent les techniciens du pétrolier, un tracteur endure près de 75 % de pertes dans la transformation de l'énergie thermique du fioul en traction. Si les implacables principes de la thermodynamique acceptent difficilement de réduire la part de 60 % d'énergie dissipée en chaleur, il reste possible d'améliorer le rendement en minimisant les pertes dues aux frottements mécaniques. La chaîne cinématique partant du moteur, passant par la boîte de vitesses et arrivant aux ponts et aux réducteurs, occasionne, en effet, près de 15 % de perte de puissance. Pour les limiter, les services de Total ont recherché d'une part des additifs permettant au lubrifiant de jouer pleinement son rôle lorsqu'il monte en température tout de suite après le démarrage, d'autre part une huile de base plus fluide à la température de fonctionnement normal. Celle-ci doit savoir protéger les organes mécaniques tout en limitant les frottements. Ces lubrifiants de nouvelle génération seront disponibles auprès du réseau de concessionnaires et de distribution de carburant des marques Elf et total. Leurs tarifs, 10 % plus élevés que les formulations standard, devraient trouver leur rentabilité dans les économies qu'ils promettent. Dans leurs calculs, les responsables du marketing de Total évaluent le cas d'un tracteur de 165 chevaux utilisé 600 heures par an. En comptant deux vidanges du moteur et une de la transmission, le surcoût de lubrifiant devrait atteindre 22 à 40 euros. En revanche, pour une consommation moyenne de 22 litres par heure, les économies sur un GNR à 0,80 €/l pourraient se chiffrer à 600 euros sur l'année. L'offre Duo Eco Utilisation Nom commercial Indications Moteur Total Tractagri HDZ FE 10W-30 Faible teneur en cendres pour moteurs à filtre à particules Elf Agritec ZS FE 10W-30 jusqu'à Stage IV Total Tractagri HD SYN FE 10W-30 Pour moteurs jusqu'à Stage IIIA Elf Agritec Syn FE 10W-30 Total Tractagri HDX FE 15W-30 Pour machines de récolte Elf Agritec FE 15W-30 Transmission Total Dynatrans VX FE Anti-usure et limitation des pertes Elf Tractelf BF 20 E d'énergie par friction Les nouveaux lubrifiants Duo Eco devraient compenser leurs coûts 10 % plus élevés par des économies en carburant d'environ 6 %. Contactez-nous 10 rue Richedoux 50480 Sainte-Mère-Église - France - Tél. +33 (0)2 33 95 88 00 - Fax +33 (0)2 33 21 50 75 - e-mail : simop@simop.fr - www.simop.com Cuve de transport 420 litres Disponibles en 2500, 5000, 7500 et 9500 litres Cuves moulées d'une seule pièce sans collage ni soudure pour une PARFAITE ÉTANCHÉITÉ CUVES GARANTIES 20 ANS contre la corrosion, corps de pompes 5 ans, moteurs de pompes 3 ans (hors pièces d'usure) DÉLAIS DE LIVRAISON RAPIDES Gestionnaire de flotte (option) Enrouleur 10 m (option) Compacte Robuste Très simple d'emploi Facilité de manutention Facilité de transport SATURNE Cuves GNR monoblocs prêtes à l'emploi Conforme à la norme NF EN 13341 Pompe 60 L/mn Version avec gestionnaire Références Hauteur (mm) Diamètre (mm) Volume utile (L) Poids (kg) Pompe (L/mn) SATURNE 2500 2 210 2 000 2 499 270 60 ou 100 SATURNE 5000 2 330 2 198 5 000 310 60 ou 100 SATURNE 7500 2 450 2 400 7 500 364 100 SATURNE 9500 3 000 2 400 9 500 489 100 POUR LE TRANSPORT, LE STOCKAGE OU LA DISTRIBUTION DE GNR Conforme à l'ADR Pompe 12 volts Plot anti-vagues Photos non contractuelles 14 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Descriptif technique Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 14 L'affouragement en vert revient au goût du jour avec l'agrandissement des élevages. Cette technique permet aux agriculteurs de davantage valoriser l'herbe en se dispensant des contraintes du pâturage et d'exploiter des prairies éloignées des bâtiments. Elle demande en revanche d'investir dans un matériel spécifique tel qu'une remorque faucheuse autochargeuse. Reconnue pour ses équipements de distribution des fourrages, la firme familiale Bélair s'est naturellement Le nom de Gabare, bateau à fond plat dédié au transport fluvial de marchandises, a été choisi par Bélair pour baptiser sa remorque faucheuse autochargeuse. Cette machine d'affouragement lancée récemment se place, par sa conception, dans la catégorie des matériels haut de gamme. Elle semble bien accueillie par la clientèle et le réseau puisque les objectifs de vente fixés pour l'année sont, selon la firme, déjà dépassés. Par David Laisney Bélair La Gabare surfe sur le haut de la vague intéressée à ce type de machines. « Certains concessionnaires et des clients, satisfaits de nos produits nous ont encouragés à sortir ce matériel, reconnaît Étienne Janvier, le directeur général. De surcroît, la fabrication en début d'année, décalée par rapport aux autres produits de la gamme, vient compléter le planning de production de l'usine. » La société bretonne a lancé le développement de sa remorque, dénommée Gabare, en mai 2011. Son objectif était de dévoiler le prototype au salon Space en septembre. Un pari réussi. Après quelques aménagements depuis sa présentation officielle et surtout moins d'un an après les premières La remorque Gabare est proposée en deux longueurs de caisse et deux hauteurs de côtés, soit quatre capacités de base. L'essieu balancier, inclus de base, se complète en option d'un système suiveur et d'un dispositif de report de charge à commande hydraulique. Performant par tous les temps NOUVEAU GAZOLE NON ROUTIER TOTAL Traction Premier est le gazole non routier supérieur conçu par Total pour vous offrir des performances de premier ordre, été comme hiver. Grâce à une stabilité renforcée et un agent anticorrosion, TOTAL Traction Premier assure la meilleure performance tout au long du stockage et protège les pièces du moteur. Le traceur spécifi que signe la qualité Total d'un produit vraiment unique. traction-premier.total.fr TOTAL Raffi nage Marketing - SA au capital de 206 688 030 € - 542 034 921 RCS Nanterre Crédits photos : Getty - Claas - Caterpillar. Trois modules arrière pour douze Gabare 16 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Descriptif technique esquisses, la machine paraît aboutie et les ventes suivent. « Nous avons déjà dépassé le volume initialement prévu, confie Antony Lepeltier, directeur commercial. Nous avons également revu l'offre. De deux variantes prévues initialement, nous sommes passés à quatre capacités de base pour un total de douze modèles. » La remorque faucheuse autochargeuse du fabricant breton, équipée systématiquement d'un essieu balancier, puise son appellation dans le domaine de la marine, comme les autres matériels du catalogue. Construite pour les utilisations intensives, elle se décline en deux longueurs de caisse et deux hauteurs de parois latérales pour un total de quatre capacités de base de 20, 23,5, 24 et 27 mètres cubes. Ces valeurs valables pour le modèle à simple porte arrière hydraulique fluctuent en fonction du système de distribution retenu (voir tableau). L'accès à la caisse s'effectue par la porte avant gauche munie d'un capteur stoppant, dès l'ouverture, les fonctions électrohydrauliques. Trois solutions pour le déchargement La récolte à pleine coupe Le timon articulé des Gabare intègre des roulements à rouleaux plutôt que des bagues pour une meilleure longévité. L'amplitude de son déport dégage suffisamment la coupe pour récolter sur toute la largeur effective, soit 2,10 mètres. Cette flèche d'attelage supporte les deux cardans et le palier intermédiaire de la transmission animant l'unité de fauche. Celle-ci, fournie par le constructeur italien Galfrè, se compose de deux tambours munis de couteaux à dépose rapide. Elle se règle manuellement en piquage et reçoit en option des disques inférieurs relevant la hau- Module arrière Modèle de Gabare Volume de caisse avec filet Longueur hors tout Largeur hors tout Hauteur hors tout avec filet* Poids à vide PTAC Pneumatiques Porte hydraulique 2030 PH 20 m3 9,19 m 2,38 m 2,90 m 4 000 kg 12 000 kg 19/45-17 2435 PH 24 m3 10,19 m 2,90 m 4 250 kg 2334 PH 23,5 m3 9,19 m 3,21 m 5 330 kg 14 000 kg 2740 PH 27 m3 10,19 m 3,21 m 5 550 kg Tapis à chaînes intégré à la porte arrière 1728 PHD 17,8 m3 9 m 2,90 m 4 400 kg 12 000 kg 2132 PHD 21,2 m3 10 m 2,90 m 4 650 kg 2131 PHD 20,7 m3 9 m 3,21 m 5 580 kg 14 000 kg 2436 PHD 24,7 m3 10 m 3,21 m 5 800 kg Rouleaux démêleurs et tapis synthétique 1624 DT 16,2 m3 9,19 m 2,35 m 2,90 m 4 800 kg 12 000 kg 2027 DT 20 m3 10,19 m 2,90 m 5 150 kg 1928 DT 19 m3 9,19 m 3,21 m 5 980 kg 14 000 kg 2336 DT 23 m3 10,19 m 3,21 m 6 200 kg (*) L'abaissement du filet supérieur réduit la hauteur de 24 cm. Pour la distribution, la solution la plus évoluée se compose de rouleaux démêleurs intégrés à la porte arrière et d'un tapis transversal. Dans cette configuration, les Gabare adoptent une centrale hydraulique autonome. Les modèles à côté haut comptent trois rouleaux tandis que ceux à parois basses en comptent deux. Leur tapis de distribution en matériau synthétique, de 800 mm de large, est animé par un moteur hydraulique et guidé de chaque côté par des rainures dans les rouleaux d'entraînement. Il s'escamote manuellement sous la caisse, ou hydrauliquement en option, pour vidanger le contenu de la remorque en poste fixe. Bélair commercialise également un système de distribution bilatérale Certains utilisateurs retirent les arceaux et le filet supérieurs pour utiliser la Gabare comme une remorque distributrice. Ils chargent par exemple l'ensilage de maïs et les concentrés sur l'herbe fraîchement récoltée. teur minimale de coupe à 7 cm. Son embrayage s'effectue mécaniquement par crabotage lors de son abaissement. Cette manoeuvre se déroule impérativement avec la prise de force désactivée sous peine de casser le boulon de sécurité protégeant la chaîne cinématique. Solidaire du groupe de fauche, le convoyeur transférant l'herbe dans la remorque se compose de huit ou neuf peignes, selon la hauteur de caisse. Il mesure un mètre de large et accueille en option neuf couteaux boulonnés. Cet élévateur est animé par un motoréducteur hydraulique à carter en fonte situé en partie haute. Il repose en option sur un rouleau palpeur supportant l'ensemble de l'unité de coupe durant la phase de récolte. Le fourrage tombe ensuite sur un fond mouvant à deux chaînes et barrettes de même conception que Le convoyeur, solidaire de l'unité de coupe, s'abaisse hydrauliquement et est maintenu de chaque côté par des tubes carrés coulissants guidés par des patins en téflon. Il se compose de peignes munis de neuf fourches. 1- Les Gabare à parois hautes embarquent trois rouleaux arrière démêleurs munis de sections boulonnées tandis que les variantes à caisse basse n'en comptent que deux. 2- Des verrous mécaniques retiennent la porte arrière en autorisant un léger entrebâillement. 3- Des boutons d'arrêt d'urgence sont placés à l'arrière, de chaque côté du module de distribution. 1 2 3 L'hydraulique par distributeurs proportionnels celui des désileuses Bélair. Ce tapis conduit l'herbe vers l'arrière de la remorque et la pousse contre la porte qui s'entrouvre sous l'effet de la pression. L'entrebâillement est contrôlé par un capteur qui informe le chauffeur du remplissage de la caisse. En se déployant, le timon libère la sécurité verrouillant l'unité de fauche en position haute. plus économique composé d'un tapis basculant jouant le rôle de porte arrière. Et pour ceux qui désirent utiliser la remorque pour uniquement récolter l'herbe et la décharger à poste fixe, la firme bretonne monte une simple porte arrière à ouverture hydraulique. Le tapis transversal de distribution s'escamote manuellement (hydrauliquement en option) sous la caisse pour autoriser une vidange à poste fixe en ouvrant la porte arrière. L'unité de fauche à deux tambours, travaillant sur une largeur de 2,10 mètres, intègre le changement rapide des couteaux. Le fond mouvant à deux chaînes bénéficie d'un système de tension manuel utilisant des vis facilement accessibles à l'avant de la machine. Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 17 Les remorques faucheuses autochargeuses Bélair à déchargement par tapis synthétique transversal et rouleaux démêleurs, qualifiées par le suffixe DT, demandent, pour leur animation hydraulique, un distributeur à double effet pour l'articulation du timon et un simple effet pour la montée-descente du groupe de fauche solidaire du convoyeur. Jusqu'à deux autres simple effet peuvent être nécessaires sur les machines équipées d'un essieu suiveur et du report de charge. Pour l'entraînement du convoyeur avant, du fond mouvant, des rouleaux démêleurs, de la porte arrière et du tapis de distribution, les Gabare DT adoptent de série une centrale hydraulique autonome. Elle utilise une pompe animée par cardan via un boîtier démultiplicateur en fonte. Le débit de 140 l/min est réparti vers les différents organes via des distributeurs à commandes proportionnelles. Le constructeur préfère ces composants plus coûteux à de simples électrovannes. Cette solution simplifie les circuits d'alimentation des moteurs hydrauliques en limitant le nombre de tuyauteries. Elle permet également d'ajuster le débit et la pression à chaque fonction et de limiter les risques d'échauffement. Le filet supérieur s'escamote manuellement ou hydrauliquement en option pour réduire la hauteur hors tout de 24 cm. Un boîtier électrique en cabine pilote les fonctions hydrauliques desservies par la centrale embarquée. Les motoréducteurs hydrauliques du fond mouvant et de l'élévateur utilisent des carters en fonte. Pour simplifier le circuit hydraulique, Bélair alimente l'ensemble des composants via un bloc de distributeurs à commande proportionnelle. 18 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Essai Léger, simple et maniable : trois adjectifs qui caractérisent le Kubota M8540. Ce tracteur de 86 chevaux, testé mi-novembre sur les terres de Charente, a, certes, été malmené au transport, mais s'est bien illustré au cours des travaux d'élevage. Texte et photos : David Laisney Kubota Bien noté dans les cours Benjamin Hallais, tous les deux éleveurs et utilisateurs de modèles concurrents plus puissants, vont tester le M8540. Trois activités sont retenues pour qu'ils se forgent une opinion sur le Kubota : distribution de fourrages, paillage et transport. Avant d'entamer l'essai, Alexandre Roch, du service commercial Kubota Europe, présente techniquement le M8540. Les agriculteurs remarquent d'emblée le pont avant sans cardan, une conception qui limite les opérations d'entretien : quatre graisseurs en tout. La cabine les interpelle. Plutôtétroite, elle dégage au chauffeur une bonne visibilité panoramique mais manque de rangements. L'absence de siège La cour de ferme semble le terrain de prédilection du Kubota M8540. Ce tracteur de conception légère, développant 86 chevaux, se distingue par sa simplicité, sa bonne maniabilité et sa facilité d'entretien. S'il peut paraître rustique avec son relevage à commande mécanique, ce modèle construit au Japon propose tout de même de série un siège à suspension pneumatique, la climatisation, une transmission entièrement synchronisée comptant 36 rapports avant et arrière, dont les rampantes, un inverseur sous charge et un doubleur. Le tracteur est acheminé par la firme nippone sur le site de la Cuma de Chirac, en Charente. Jacques Dudouit et Le petit gabarit du M8540 facilite son évolution dans les bâtiments. Fiche technique du Kubota M8540 Moteur Quatre cylindres Kubota de 3,8 litres Puissance - maximale annoncée (norme ECE R24) 86 ch (63,3 kW) - maximale mesurée (norme OCDE) 75,8 ch (55,7 kW) à 2 371 tr.min-1 Transmission 36 av/36 ar avec inverseur sous charge et doubleur Hydraulique Centre ouvert, pompe à engrenage, débit annoncé de 64 l.min-1 Poids annoncé sans lestage 3 305 kg Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 19 passager, même en option, est aussi regrettée par les éleveurs, ainsi que l'engagement électrohydraulique du blocage du différentiel par un contacteur au talon droit. Adapté aux travaux d'élevage Les travaux d'élevage se déroulent chez Benjamin Hallais. Jacques Dudouit prend les commandes du tracteur pour atteler la remorque mélangeuse Keenan. « Le piton n'est pas visible, même en se penchant vers l'arrière. Il est caché par la bavette en caoutchouc située au-dessus de la prise de force », note-t-il. Benjamin Hallais, au sol, s'occupe du raccordement du cardan et des flexibles hydrauliques. Il constate que les distributeurs ne disposent pas de récupérateur d'huile. L'éleveur remplit ensuite la mélangeuse avec son tracteur-chargeur afin que Jacques Dudouit distribue la ration aux vaches laitières. L'essayeur, découvrant les bâtiments et le M8540, ne rencontre pas de difficulté majeure à réaliser cette opération et apprécie la maniabilité. Les nombreux rapports de la boîte de vitesses lui permettent de trouver la bonne allure pour déposer la ration sur toute la longueur de la table d'affouragement. L'alimentation terminée, Benjamin Hallais monte à bord pour accrocher la pailleuse semi-portée Jeantil. « L'embrayage de la transmission, souple et précis, facilite l'approche », apprécie-t-il. Les essayeurs Pour les deux essayeurs, Jacques Dudouit et Benjamin Hallais, le Kubota M8540 est un tracteur à réserver aux travaux dans les cours de ferme. 20 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Essai Les raccords hydrauliques de la machine fixés au tracteur, l'agriculteur découvre que les manettes des distributeurs ne disposent pas de verrouillage en position de pompage continu. « C'est dommage de devoir maintenir le levier avec un bout de ficelle pour alimenter le bloc hydraulique de l'outil », déplore-t-il. À la mise en route de la pailleuse, le manque de progressivité de l'embrayage de la prise de force entraîne la rupture du boulon de sécurité protégeant l'entraînement du démêleur. La pièce de protection remplacée, Benjamin Hallais s'assure que la balle n'est pas en contact avec le démêleur pour éviter les contraintes sur la transmission au moment de la mise en route. Lors du paillage, l'éleveur apprécie la visibilité sur le travail. Comme Jacques Dudouit, il trouve que le Kubota est un modèle bien adapté aux exploitations de polycultureélevage. Sobre au transport Au transport, le ressenti des essayeurs diffère. La benne Deguillaume, d'un poids total de 12 tonnes, dont 2,8 tonnes sur l'anneau, occupe pleinement le tracteur pesant près de quatre tonnes avec ses masses frontales de 470 kg. Le Kubota, passé au banc moteur de la Chambre d'agriculture de Poitou-Charentes, est en dessous des performances de puissance annoncées. Il développe en réalité 75,8 chevaux selon la norme OCDE, contre 86 chevaux ECE R24 sur la fiche commerciale. Ce manque de puissance se ressent sur la route. Dans les montées, afin d'éviter que le régime du moteur ne s'écroule, les agriculteurs doivent, en effet, agir en permanence sur le levier de vitesses et sur le bouton du doubleur intégré au pommeau. Le trajet est aussi rendu pénible par les à-coups donnés par la benne à simple essieu sur l'arrière du tracteur. Le chauffeur est malmené malgré la suspension pneumatique du siège. La mesure ultérieure de la pression dans les pneumatiques révélera un gonflage excessif qui a incontestablement amplifié ce sentiment d'inconfort. La consommation du M8540 est contrôlée à deux reprises lors du trajet routier de 12,9 km. Pour le premier tour, bouclé en 37 minutes et 35 secondes, le tracteur a absorbé sept litres, soit 11,2 l/h. Lors du second parcours effectué en 35 minutes et 20 secondes, il a consommé 6,7 litres, soit une valeur horaire de 11,4 litres. Ces chiffres situent le Kubota parmi les tracteurs les plus sobres de sa catégorie. Le parcours de l'essai Début montée (200 m) Tisseuil (262 m) Début montée La Grelière (240 m) Le Maramet (201 m) Le Maramet (201 m) 0,6 km 2,1 km 0,3 km 0,8 km 2,1 km 2,9 km 2 km 2,1 km Distance parcourue : 12,9 km Fin montée (260 m) L'Aumônerie (231 m) Foulounoux (184 m) École de Chabanais (155 m) La visibilité sur le piton est jugée mauvaise par les essayeurs. Elle est notamment obstruée par la bavette en caoutchouc située au-dessus de l'arbre de prise de force. Sur le parcours routier vallonné, la plage de puissance maximale trop étroite a, sur les portions montantes, obligé les essayeurs à changer fréquemment de vitesse. La benne à simple essieu, de 12 tonnes de poids total en charge, a particulièrement chahuté le Kubota et le chauffeur. Le gonflage excessif des pneumatiques du tracteur n'a pas non plus joué en sa faveur. - 10708 UNE FORCE EXCEPTIONNELLE ! 22 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Essai Les mesures effectuées Commentaires L'insonorisation de la cabine n'est pas le point fort du Kubota M8540. La mesure du niveau de bruit révèle en effet un pic à 80,2 dB(A) dès le régime moteur de 1 500 tr.min-1. De surcroît, au régime de prise de puissance de 540 tr.min-1, soit à 2 035 tr.min-1 au moteur, les 80 dB(A) sont également atteints. Ce niveau de bruit correspond au seuil d'alerte à partir duquel le chauffeur s'expose à un risque potentiel de lésion de l'oreille interne. Ainsi, en cas d'exposition prolongée, le port de protections auditives peut s'avérer judicieux. Le Kubota M8540 se présente avec sept heures au compteur devant le banc de mesure des performances moteur de la Chambre d'agriculture de Poitou- Charentes. Le test s'effectue au régime de prise de puissance de 540 tr.min-1, selon le protocole d'évaluation OCDE. Le quatre cylindres de 3,8 litres du tracteur japonais délivre 75,8 chevaux (55,7 kW) de puissance maximale à 2 371 tr.min-1. À ce régime de rotation, il présente un couple de 22,72 daN.m et une consommation spécifique de 280 g.kW-1.h-1. Au couple maximal mesuré de 25,23 daN.m, le moteur Kubota tourne à 1 598 tr.min-1. Il développe alors 56,7 chevaux (41,7 kW) et sa consommation spécifique descend à la valeur plancher de 250 g.kW-1.h-1 qui est maintenue jusqu'à 1 413 tr.min-1. Commentaires La puissance maximale mesurée de 75,8 chevaux du Kubota M8540 se révèle inférieure de 10,2 chevaux à celle annoncée par le constructeur : 86 chevaux ECE R24. Cet écart de 13 % laisse présager un défaut de réglage du moteur. Toutefois, le manque de puissance peut être mis au crédit, pour une petite part, du faible nombre d'heures au compteur et d'autre part, de la différence d'évaluation des normes. La plage de puissance constante s'étend entre les régimes de 2 254 et 2 537 tr.min-1. Le couple demeure, lui, constant entre 1 413 et 2 035 tr.min-1. La plage d'utilisation s'inscrit alors entre 1 400 et 2 500 tr.min-1. Le quatre cylindres Kubota s'assimile davantage, par la forme de ses courbes de performances, aux moteurs d'ancienne génération. Il développe, par exemple, sa puissance maximale à un régime élevé (2 371 tr.min-1). Comme son couple maximal se limite à 25,23 daN.m, le M8540 se destine davantage aux travaux de polyculture élevage qu'à de la traction pure. La sobriété du moteur en dessous de 2 035 tr.min-1 va pleinement dans ce sens avec une consommation spécifique demeurant sous la barre des 260 g.kW-1.h-1. En revanche, mieux vaut éviter d'utiliser le Kubota dans les régimes élevés, car il devient gourmand avec, par exemple, 306 g.kW-1.h-1 à 2 608 tr.min-1. Pendant le passage au banc de puissance, le niveau de bruit a été mesuré dans la cabine du Kubota M8540, toutes portes et fenêtres fermées, climatisation et ventilation éteintes. Les valeurs indiquées à différents régimes du tracteur en charge intègrent le bruit extérieur du banc d'essai d'environ 100 dB(A). 70 Régime moteur (en tr.min-1) 1300 1400 1500 1600 1700 1800 1900 2000 2100 2200 2300 2400 2500 2600 2700 80 75 85 90 Plage d'utilisation préconisée par Matériel Agricole Intensité sonore en cabine dB.A 0 Régime moteur (en tr.min-1) 20 10 30 50 40 60 70 puissance kW Plage de puissance constante (5 % d'écart) 1300 1400 1500 1600 1700 1800 1900 2000 2100 2200 2300 2400 2500 2600 2700 Plage de couple constant (5 % d'écart) 0 Régime moteur (en tr.min-1) 10 20 30 couple daN.m 1300 1400 1500 1600 1700 1800 1900 2000 2100 2200 2300 2400 2500 2600 2700 Plage d'utilisation préconisée par Matériel Agricole 1300 1400 1500 1600 1700 1800 1900 2000 2100 2200 2300 2400 2500 2600 2700 220 Régime moteur (en tr.min-1) 260 240 280 320 360 340 300 380 consommation spécifique g.kW-1.h-1 Sa puissance, son couple , sa consommation Son niveau sonore Son encombrement Son débit hydrauli que Mémo : plages constantes Dans l'interprétation des performances du moteur, Matériel Agricole estime à 5 % de la valeur maximale le seuil en deçà duquel la puissance et le couple sont considérés comme constants. L'incidence des normes La norme ECE R24 utilisée par Kubota pour qualifier la puissance, contrairement à celle employée par le banc d'essai moteur (OCDE), ne tient pas compte du rendement de la transmission, ni de la puissance consommée par les pompes hydrauliques. Cette différence explique en partie l'écart entre la valeur mesurée et celle annoncée par le tractoriste. Sa puissance, son couple Son niveau sonore Son encombrement Son débit hydrauli que , sa consommation Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 23 Le moteur à quatre cylindres du Kubota M8540 présente un régime maximal dépassant 2 600 tr.min-1. Avec une largeur au centre limitée à 135 cm, la cabine du Kubota M8540 n'est résolument pas adaptée pour transporter confortablement un passager. Elle n'est disponible qu'en une seule variante portant la hauteur hors tout à 2,65 mètres. Les agriculteurs qui disposent de bâtiments exigus peuvent opter pour ce modèle de tracteur en version arceau, plus bas de 9 cm. Le contrôle du circuit hydraulique du Kubota M8540 a été effectué au régime moteur maximal en raccordant le débitmètre sur un distributeur auxiliaire arrière. La mesure révèle un débit de 62 l.min-1, une valeur proche de celle annoncée par le constructeur (64 l.min-1). Rayon de giration extérieur en deux roues motrices 8,63 m Longueur hors tout (relevage arrière horizontal au support de masse frontale) 3,85 m Largeur hors tout 2 m Hauteur hors tout 2,65 m Empattement 2,25 m Monte de pneumatiques avant 360/70 R24 Monte de pneumatiques arrière 480/70 R34 Distance horizontale pneu arrière-rotule arrière 22 cm Garde au sol au crochet d'attelage 44 cm Garde au sol sous pont avant 50 cm Masse totale 3 305 kg Distance du sol au plancher de cabine 108 cm Hauteur du marchepied 49 cm Largeur de cabine (au centre) 135 cm Profondeur de cabine (au centre) 146 cm Hauteur intérieure de cabine (au centre) 145 cm Son encombrement Son débit hydrauli que Son débit hydrauli que 24 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Essai o Les tamis devant les radiateurs pour retenir les grosses impuretés. o Le condenseur de climatisation coulissant pour faciliter le nettoyage du bloc de refroidissement. On a bien aimé o Les flexibles passant devant l'orifice de remplissage de l'huile moteur. o La forme du carter inférieur du moteur oblige à dévisser deux bouchons pour vidanger l'huile. On a moins aimé Kubota maîtrise en quasi-intégralité la fabrication de ses tracteurs. La firme japonaise monte en effet ses cabines, ses moteurs, ses transmissions et ses ponts avant. Le M8540 essayé, deuxième modèle le plus vendu par le constructeur derrière le M9540, est un exemple en matière de simplicité et de rusticité. Il propose tout de même une transmission à doubleur sous charge procurant 36 rapports avant et arrière et un circuit hydraulique assez performant pour sa catégorie. Kubota M8540 Un pur produit maison Un moteur accessible Le M8540 de 86 chevaux ECE R24 partage son moteur Kubota de 3,8 litres avec le M9540 de 95 chevaux. Ce quatre cylindres répond aux normes antipollution Stage IIIA grâce à une vanne EGR externe recyclant des gaz d'échappement préalablement refroidis. Son circuit d'injection, alimenté par un réservoir de 110 litres, intègre une pompe en ligne. Pour la maintenance, la jauge et le bouchon de remplissage de l'huile prennent place du côté gauche. Les filtres à huile et gazole se trouvent, eux, sur le flanc droit du moteur. La batterie et le filtre à air sont très accessibles à l'avant du compartiment moteur. 1- La batterie et le filtre à air sont directement accessibles à l'avant du compartiment moteur. 2- Le circuit d'injection utilise une pompe en ligne à régulation mécanique. 3- Le préfiltre à gazole intègre une bague flottante de couleur rouge indiquant la présence d'eau. 4- Le condenseur de climatisation coulisse pour le nettoyage. 5- Des tamis amovibles situés devant les radiateurs retiennent les grosses impuretés. 2 3 1 4 5 o La climatisation et le siège pneumatique fournis de série. o La visibilité dégagée par les grandes surfaces vitrées. On a bien aimé o Le manque de rangements. o L'absence de siège passager, même en option. On a moins aimé Un habitacle exigu Pourtant baptisée Ultra Grand Cab, la cabine du Kubota M8540 n'est pas des plus spacieuses. Exclusivement prévue pour un chauffeur, elle n'accueille d'ailleurs pas de siège passager, même en option. Le Kubota bénéficie en revanche de grandes surfaces vitrées dégageant une bonne visibilité panoramique. À bord, le conducteur trouve un plancher plat, des pédales suspendues et un volant réglable uniquement en inclinaison. Il bénéficie de série d'un siège à suspension pneumatique et de la climatisation. L'habitacle compte une alimentation en 12 volts et une prise allume-cigares. Il manque en revanche d'espaces de rangement. À l'extérieur, le constructeur monte de série quatre projecteurs de travail à l'avant, deux phares arrière et des rétroviseurs télescopiques. Il adapte en option un essuie-glace avec laveglace sur le hayon arrière. 1- Le Kubota M8540 reçoit une cabine à plancher plat et des pédales suspendues. 2- Les bouches de chauffage et de climatisation sont toutes regroupées sur le tableau de bord. 3- Le filtre de climatisation prend place à gauche sous le toit de la cabine. L'air purifié circule entre le toit et le faux-plafond avant de descendre, via les montants latéraux, vers l'unité de refroidissement logée sous le siège. 4- Le tableau de bord indique le strict nécessaire. La gamme Kubota M40 standard avec cabine Modèle M6040 M7040 M8540 M9540 Moteur Quatre cylindres Kubota de 3,3 litres Quatre cylindres Kubota de 3,8 litres Puissance ECE R24 64 ch 71 ch 86 ch 95 ch Transmission 15 avant/15 arrière 36 avant/36 arrière avec doubleur Poids annoncé (sans lestage) 2 730 kg 3 305 kg Réservoir à carburant 90 litres 110 litres Deux grandes portes intégralement vitrées facilitent l'accès en cabine. 4 3 1 2 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 27 o La conception du pont avant sans cardan simplifiant l'entretien : quatre graisseurs au total, un sur chaque pivot de roue et deux sur l'articulation centrale. o Le verrouillage mécanique Park-Lock de la transmission. On a bien aimé o La position du levier de gammes devant le sélecteur de vitesses. o Le blocage du différentiel arrière à l'aide d'une pédale actionnée par le talon droit. On a moins aimé o Le débit hydraulique annoncé à 64 l/min. o Les commandes mécaniques du relevage. On a bien aimé o Le nombre maximal de distributeurs auxiliaires limité à trois. o Les commandes mécaniques des distributeurs hydrauliques ne disposent pas d'un système de blocage pour le pompage en continu. On a moins aimé Avec sa simplicité de conception et son débit hydraulique de 64 l/min, le Kubota M8540 semble bien adapté aux travaux dans les exploitations de polyculture élevage. 540 Eco ou 540 et 1 000 tr/min. La configuration retenue d'usine peut être modifiée ultérieurement par le concessionnaire. à l'avant, le Kubota s'équipe en option d'un relevage de marque MX (2,8 tonnes) ou Zuidberg (2,2 tonnes). Le premier équipementier effectue le montage en adaptant un faux-châssis tandis que le second change le berceau avant du tracteur. Le levier d'inverseur sous charge, situé à gauche du volant, propose un point neutre. 4 5 je m'associe au lancement de et je profi te du tarif de lancement : 8 numéros (1 an) pour seulement 40 € au lieu de 59 € Nom - prénom : ............................................................................................................................................................................................................................. Société : Adresse : CP : ................... Localité : Email : Activité : éleveur laitier éleveur viande autre : ............................................................................................................................................. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE - BP 95 - 92244 MALAKOF CEDEX OUI ........................................................................................................................................................................................................................................ ....................................................................................................................................................................................................................................... ....................................................................................................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................................................... Tél. : ......................................................................................... Fax : ......................................................................................... ........................................................................................................................................................................................................................................... UN NOUVEAU MAGAZINE POUR LES LEADERS DE L'ÉLEVAGE s'adresse aux : --> éleveurs laitiers --> éleveurs de vaches allaitantes --> producteurs et distributeurs d'aliments --> organismes professionnels et syndicats --> équipementiers --> généticiens --> laboratoires vétérinaires actualités agenda génétique soins vétérinaires nutrition équipements technologies robotique tableaux de bords petites annonces quotas laitiers gestion économique ressources humaines réglementation européenne OFFRE de lancement Repères Réglementation Le déflecteur de poussière obligatoire sur les semoirs pneumatiques à maïs par Nassim Hamiti, ingénieur agroéquipement BCMA-Trame L'arrêté du 13 avril 2010 modifiant celui du 13 janvier 2009, relatif aux conditions d'enrobage et d'utilisation des semences traitées, précise que les semoirs pneumatiques à distribution par dépression d'air doivent être équipés d'un déflecteur de poussière afin de limiter les émissions de produits phytopharmaceutiques à fonction insecticide. Ce déflecteur permet de véhiculer les poussières de la sortie de la turbine jusqu'au sol, à une hauteur recommandée de 20 à 30 cm. Depuis le 1er janvier 2012, cet arrêté concerne tous les produits phytopharmaceutiques, quelle que soit leur fonction. Ainsi, en plus du maïs semence, les maïs grain et ensilage sont concernés, soit près de trois millions d'hectares en France. Les constructeurs de semoirs monograines proposent ce déflecteur de série ou en option. Le kit additionnel coûte en moyenne entre 100 et 300 € HT. Pour les appareils en parc, la majorité des fabricants proposent un équipement adaptable. Note importante : un kit mal conçu peut affecter la qualité de la dépression, donc de la distribution et, par conséquent, les rendements. Repères Repères Repères Repères Repères Repères 30 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Plate-forme Les éléments américains dominent L'offre en semoirs monograines distingue deux grandes variantes d'éléments semeurs se différenciant par leur organe d'enterrage, la position de leur distribution et leur dispositif de contrôle de la profondeur de semis. La première, la plus courante et la plus récente, s'identifie par son système d'enterrage à l'américaine, composé de deux disques semeurs et d'une distribution éloignée du sol. Monté sur un semoir lourd, cet élément polyvalent convient au semis sur des sols labourés ou non, voire sans aucune préparation, et en présence de débris végétaux. Le contrôle de la profondeur de semis est assuré par un seul point d'appui, souvent des roues à bandage caoutchouc positionnées latéralement par rapport à l'axe de la chute de la semence. La distribution étant en position haute, les graines sont lâchées à une distance importante du sol : de 50 et 60 cm. Dans cette configuration, lorsque la semence tombe par gravité, la forme du tube de descente est alors déterminante, car elle agit directement sur le placement de la semence. La vitesse de semis préconisée par les constructeurs avec ce type d'élément se situe généralement entre 6 et 8 km/h. Amazone propose un type de ligne de semis différent avec la distribution intégrée dans un soc et le contrôle de la profondeur réalisé par une seule roue latérale. La faible hauteur de chute de la graine limite les irrégularités de semis. Mais le boîtier de distribution, proche du sol, travaille dans des conditions plus difficiles. Cet élément plus classique, destiné aux terres labourées bien préparées, évolue à une allure conseillée de 4 à 5 km/h. Certains constructeurs lui adaptent deux disques ouvreurs précédant le soc pour lui permettre d'évoluer sur des sols moins préparés et en présence de résidus végétaux. Conserver une bonne dépression/surpression Certains critères s'avèrent essentiels pour garantir une bonne qualité de semis. L'opérateur doit veiller à maintenir une dépression constante dans les tuyaux. Pour cela, les marques préconisent souvent un régime moteur ou de prise de force à respecter. En général, un vacuomètre permet de vérifier si la valeur conseillée par le fabricant est obtenue dans le circuit. Selon certains constructeurs, le manque d'aspiration des semoirs à dépression peut s'avérer limitant dans le travail à allure soutenue (au-delà de 10 km/h). Le conducteur doit aussi vérifier le bon ajustement des Pour permettre une vitesse de semis dépassant 10 km/h, certains constructeurs optent pour des distributions à entraînement électrique, par surpression, et transportant pneumatiquement la semence jusqu'au sol. Les roues positionnées à l'avant du châssis, parfois ajustables latéralement, facilitent le réglage de l'interrang et l'adaptation à la voie du tracteur. Pourquoi Monica exploitant 140 Ha en Allemagne a retrouvé le sourire ? Kverneland Group France S.A.S. - BP 70149 - 45803 St Jean de Braye Cedex - Tél : 02 38 52 43 00 The Future of Farming fr.kvernelandgroup.com Cette technologie va vous changer la vie... Plus d'infos sur IsoMatch Tellus GEO control La technologie qui va vous changer la vie Économies de 5 à 10 % par an Modulation - Coupures de tronçons - Guidage CONTR ôLE ET TRA çABILITé DES TRA VAU X Confort exceptionnel jour et nuit Bonnes pratiques environnementales Cette nouvelle technologie ISOBUS et ses applications GEOcontrol pour l'agriculture de précision sont sans conteste l'avenir. Les solutions iM FARMING ont été développées par notre centre de compétence Mechatronics, elles sont disponibles dans les réseaux certifiés iM de nos grandes marques VICON et Kvernelan d. Plate-forme 32 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 sélecteurs, afin d'éviter tout manque ou double de graine au niveau du disque de distribution. Les carters de distribution possèdent souvent une petite fenêtre latérale ou supérieure pour visualiser le disque. Dans certains cas, le contrôle des doubles ou des manques s'affine en modifiant la dépression/surpression. Le coup de pouce du jardinier La majeure partie des fabricants propose aujourd'hui, de série ou en option, une roue de rappui de la graine ayant pour but d'imiter le coup de pouce du jardinier. Cette roulette, en inox ou en caoutchouc, dotée d'un profil plat ou en U inversé, permet de plomber la semence juste après sa descente, afin de lui éviter de rebondir. Elle empêche également la terre sèche de retomber dans le fond du sillon avant la fermeture de la ligne de semis. Cet équipement s'avère bénéfique en conditions sèches, la graine entrant en contact avec la terre humide. Néanmoins, en terres collantes, certains constructeurs préconisent de l'escamoter ou de la démonter. Chez d'autres fabricants, notamment ceux utilisant le transport pneumatique de la semence vers le sol, cette roulette fait partie intégrante du module de distribution et devient indispensable à son bon fonctionnement. Les points d'entretien Simple en apparence, le semoir monograine regorge de composants assez Le semis de précision atteint 15 km/h Pour augmenter le débit de chantier, Amazone, Horsch et Väderstad proposent depuis peu des distributions innovantes autorisant des vitesses de travail proches des 15 km/h. Les semoirs embarquant ces technologies s'adressent aux exploitations qui réalisent de grandes surfaces de maïs. Ils affichent des conceptions originales censées garantir la régularité d'espacement entre graines et de profondeur de semis. Ils apportent une réponse aux principaux facteurs limitant l'allure, que sont le poids de l'élément et la capacité de la distribution. Tous retiennent un élément semeur à double disque et une distribution éloignée du sol, parfois centralisée. Leurs éléments lourds, pesant parfois chacun 150 kg à vide, sont reliés au châssis par un parallélogramme. Des ressorts assurent le report de charge du châssis, souvent traîné, sur les organes d'enterrage. La pression unitaire d'appui au sol dépasse alors parfois 300 kg. Cette masse élevée limite la tendance de l'élément à remonter en surface lorsque la vitesse augmente. Si l'architecture des lignes de semis présente des similarités entre les appareils, la conception des distributions diffère selon les fabricants. Certains, à l'instar d'Amazone et de Väderstad, optent pour un fonctionnement en surpression et un transport pneumatique de la semence. Horsch compte pour sa part sur l'entraînement électrique et le dessin particulier du coeur semeur. sensibles aux conditions de travail. Avant sa mise en route, l'opérateur doit d'abord vérifier et, si besoin regonfler, les roues selon les préconisations du constructeur. La pression influence directement le rayon sous charge du pneumatique. Sous gonflée, par exemple, la roue engendre un accroissement de la vitesse de rotation des disques de distribution des semoirs à entraînement mécanique, donc un surdosage. Concernant l'entretien courant, certains constructeurs conseillent de vidanger et de souffler quotidiennement les blocs de distribution. L'opérateur devra également graisser les axes, contrôler les tuyaux de descente et vérifier l'état et la propreté des organes de mise en terre. S'il souhaite intervenir sur les distributions, il devra marquer d'un repère chaque disque et l'élément semeur correspondant. Les disques s'usent en effet au niveau de leur joint et un mauvais appariement engendre parfois des fuites d'air. Deux grands types d'éléments semeurs différencient l'offre du marché en semoirs monograines : ceux dotés de deux disques semeurs et d'une distribution éloignée du sol (à gauche) et ceux pourvus d'une distribution intégrée dans un soc et précédée ou non d'un double disque ouvreur. Un clapet à ouverture rapide, n'imposant pas le démontage du bloc distributeur, et un simple tube ou un auget facilitent la vidange de chaque trémie. Pour compléter le travail de l'élément semeur, les constructeurs proposent une offre plus ou moins complète d'équipements annexes, à l'instar du chasse-débris rotatif ou des disques de fermeture du sillon. Les deux roues tasseuses refermant le sillon se règlent généralement en pression, en inclinaison et/ou en écartement. Les constructeurs notent un engouement pour les semoirs monograines à interrang variable, plus polyvalents, qui permettent la mise en place de cultures variées avec un même outil. Plate-forme Vicon Multicorn DP II Synchro-Drive 6 rangs - Garantie 1 an (3 ans avec contrat Secure) 1- À la coupure de la dépression, la graine tombe par gravité, de 51 cm, au centre du tube de descente, ce qui évite qu'elle ne percute la goulotte. 2- L'entraînement électrique Synchro- Drive de la distribution utilise un moteur et une courroie crantée protégés de la poussière. 3- Sur le monograine, l'opérateur ajuste la profondeur de semis de 0 à 9,5 cm via un levier à crans dépourvu d'échelle graduée, à la différence de l'élément semeur du Kverneland. 4- Deux sélecteurs réglables indépendamment, un au-dessus de la graine, l'autre en dessous, éliminent les doubles. 5- Le disque de distribution, clipsé sur un tambour tournant, se démonte à l'aide d'une clé. 6- La roue de rappuyage de la graine, montée en position tirée pour s'effacer plus facilement en cas d'obstacle, se règle selon trois positions et s'escamote en conditions collantes. 7- Les roues en V du bloc tasseur se règlent en écartement (3 positions), en inclinaison et en pression (de 0 à 40 kg). 8- Un double disque cranté ou un soc, fixés sur le châssis et réglables en hauteur, enfouissent l'engrais. Gamme Les semoirs monograines Vicon, fabriqués dans l'usine Accord de Soest (Allemagne), partagent naturellement leurs composants avec les appareils Kverneland. Ils utilisent le même châssis porté fixe, télescopique ou repliable, recevant 4 à 16 rangs, excepté le modèle traîné repliable. Le constructeur propose deux types d'éléments semeurs : à socs avec roue de jauge arrière, ou HD à double disque. Attelage et châssis Le Multicorn DP II porté simple télescopique intègre un triangle d'attelage. Il nécessite un distributeur hydraulique à simple effet pour les traceurs verticaux (à double articulation en option) et un double effet pour télescoper les deux éléments des extrémités. Son châssis, de 4,06 mètres de largeur hors tout au 1 4 7 2 5 8 3 6 34 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 6 Châssis Porté simple télescopique Largeur au transport mesurée 3,30 mètres Capacité de la trémie de semence 55 litres Poids à vide 1 200 kg Pression d'enterrage par élément 150 à 230 kg Prix du modèle présenté* 24 759 € HT * avec entraînement électrique Synchro-Drive, options fertiliseur à disques, microgranulateur et kit antipoussière. o Le bloc distributeur dépourvu de joint demandant peu d'entretien et de puissance d'entraînement. o La pression d'enterrage maximale de 230 kg grâce aux ressorts additionnels. o La faible capacité des différentes trémies du fertiliseur (excepté les réserves frontales). On a bien aimé o L'absence au catalogue de châssis à interrang variable en continu. o La hauteur de chargement des trémies de semence (1,35 mètre). o Le levier à crans de réglage de la profondeur de semis dépourvu de graduation. On a moins aimé travail, se replie à 3,30 mètres au transport. Il repose sur des roues de dimension 7.00-12 ou 26x12 en option. Toujours placées devant le châssis, celles-ci affichent une voie réglable de 1,45 à 1,74 mètre. Cette configuration facilite notamment l'ajustement manuel de l'écartement entre les rangs, de 37,5 à 80 cm. Turbine et distribution La turbine, entraînée à 540 tr/min (1 000 tr/min sur demande) par une prise de force munie d'une roue libre, reçoit un capteur de rotation optionnel et un manomètre. Elle assure la dépression de la distribution et le transport pneumatique de l'engrais des rangs des extrémités. L'acquéreur choisit entre un entraînement mécanique ou électrique (version Synchro-Drive) de la distribution. Dans le second cas, l'information de l'allure provient d'un capteur placé sur la roue, d'un radar ou du boîtier localisé par GPS. Au niveau du bloc distributeur, le disque est fixé sur un tambour tournant dépourvu de joint. L'aspiration s'opère par le centre du module en matériau composite. Élément L'élément du semoir du Vicon se différencie de celui du Kverneland par son réglage de la profondeur de semis via un levier à crans dépourvu d'index gradué. Un parallélogramme le relie au châssis. Des ressorts surdimensionnés permettant l'ajustement de la pression d'enterrage selon trois niveaux, de 150 à 230 kg, remplacent les deux organes non réglables montés de série. L'élément semeur se compose de deux disques, de 381 mm de diamètre, et de deux roues de jauge, de 120 mm de large, montées sur un balancier. Devant les organes d'enterrage, le constructeur monte des chasse-mottes ou chasse-débris optionnels réglables en hauteur. Derrière, deux roues en V de 25 mm de large, ou 50 mm en option, referment le sillon. Fertiliseur et microgranulateur Le fertiliseur du Multicorn DP II à châssis télescopique utilise deux trémies de 220 litres munies d'agitateurs. Pour ravitailler avec un godet, une rehausse commune porte la capacité totale à 770 voire 900 litres. La plus grande intègre une vis de chargement. La boîte de vitesses du fertiliseur anime des doseurs volumétriques à cannelures débitant jusqu'à 392 kg/ha. En option, quatre variantes de trémies frontales boostent la capacité de 1 150 à 2 200 litres. Les microgranulateurs, de 35 litres, alimentent deux ou trois éléments. Ils adoptent trois variantes de doseurs à cannelures (3, 6 ou 12 mm) animés par une boîte à treize vitesses. Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 35 Coupure automatique des rangs par GPS Trois variantes de boîtiers figurent au tarif. Le modèle Visus, en option sur les semoirs mécaniques, compte les graines, affiche le compteur d'hectares ou l'allure. Plus évolués, les boîtiers Focus et Isomatch Tellus, réservés aux semoirs électriques, règlent en continu le peuplement, coupent manuellement un rang, gèrent deux rythmes de jalonnage (pulvérisation et irrigation par exemple), les traceurs et le repliage. Le terminal à double écran couleur Isomatch Tellus, de type Isobus, intègre la fonction Geocontrol qui coupe automatiquement par GPS les rangs dans les bouts de champ. Plate-forme Sola Prosem-K T 300/6 6 rangs - Garantie 1 an 1- Pour limiter les fuites d'air, le disque est aimanté et jointé sur un support tournant. 2- Le réglage du sélecteur de double s'opère sur le flanc gauche du coeur semeur via une molette et un repère gradué. 3- Une poutre additionnelle, indépendante du châssis, véhicule la dépression. 4- L'opérateur modifie la pression d'enterrage de l'élément, de 120 à 150 kg, en manoeuvrant un levier situé sur le parallélogramme. 5- L'opérateur vidange facilement la trémie de semence en accrochant un tuyau sans démonter le coeur semeur. 6- Deux leviers ajustent la pression et l'angle d'attaque des deux roues tasseuses. Une manivelle et un repère gradué permettent le réglage de la profondeur de semis. 7- La roue de rappuyage de la graine, escamotable, en inox ou en caoutchouc, adopte un profil en U inversé censé ne pas endommager la semence. 8- Le chasse-débris rotatif est fixé au châssis, comme l'enfouisseur d'engrais à double disque, via un parallélogramme indépendant de celui de l'élément et réglable par une manivelle. Gamme Quivogne distribue en France depuis 2004 les semoirs et les épandeurs à engrais de l'Espagnol Sola. Le constructeur de Calaf, à quelques kilomètres de Barcelone, commercialise les semoirs monograines Prosem. L'offre compte une trentaine de châssis portés ou traînés, fixes ou repliables et simples, doubles télescopiques ou à interrang variable manuellement ou hydrauliquement. Deux variantes d'éléments figurent au tarif : les modèles P utilisent un système d'enterrage à soc alors que les lignes de semis K adoptent un double disque. Attelage et châssis L'attelage trois points réglable du Prosem-K T intègre sur demande une barre semi-automatique. Le semoir requiert un distributeur hydraulique à double effet pour 1 4 7 2 5 8 3 6 36 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 6 Châssis Porté double télescopique Largeur au transport mesurée 3,06 mètres Capacité de la trémie de semence 55 litres Poids à vide 1 400 kg Pression d'enterrage par élément 120 à 150 kg Prix du modèle présenté* 29 462 € HT * avec option fertiliseur à disques, microgranulateur, roue de rappuyage en inox, chasse-débris rotatifs et kit antipoussière o La chambre tournante entraînant un disque aimanté et jointé. o Le chasse-débris relié au châssis par un parallélogramme. o L'offre large en bâti, notamment à interrang réglable. On a bien aimé o L'accès au disque de distribution exigeant le retrait de deux papillons, du sélecteur et de l'éjecteur. o La hauteur de chute de la graine importante, mesurée à 58 cm. o La vidange fastidieuse de la trémie et l'absence de débrayage de la distribution du fertiliseur. le télescopage des éléments et un On a moins aimé simple effet pour les traceurs. Il adopte un châssis double télescopique hydrauliquement. L'interrang, de 70, 75 ou 80 cm sur ce bâti, s'ajuste manuellement pour les éléments centraux et hydrauliquement pour les quatre rangs extérieurs. Sur tous les Prosem, les deux roues d'entraînement, de dimension 23x8,5-12, sont montées à l'avant du châssis. Turbine et distribution L'entraînement de la turbine utilise un cardan tournant à 540 tr/min ou une pompe hydraulique en option. Une poutre intermédiaire véhicule et répartit la dépression entre les différents éléments. Comme sur la majorité de la gamme, le Prosem-K T intègre une boîte de seize vitesses à bain d'huile se manoeuvrant avec deux leviers. Cet entraînement mécanique (électrique en option) anime un coeur semeur pourvu d'un support tournant avec le disque. Ce dernier, aimanté et jointé, reçoit un sélecteur de double et un éjecteur réglables. L'aspiration d'air s'opère par le centre du bloc distributeur. Élément L'élément semeur du Prosem-K, monté sur un parallélogramme, pèse 120 kg à vide. Il intègre un ressort réglable selon cinq positions augmentant de 30 kg la pression au sol prodiguée. Deux disques ouvreurs et deux roues de jauge montées sur un balancier composent le système d'enterrage de l'élément K. Le faible angle d'ouverture des disques, de 9 degrés, devrait faciliter la fermeture du sillon. Les deux roues du bloc tasseur, d'un ou deux pouces de large, en fonte ou crantées, se règlent en pression, en angle d'attaque et en écartement. Elles sont assemblées sur un support court, long et peuvent être décalées. Devant l'élément, Sola monte de série un chasse-mottes réglable en hauteur ou, en option, un chassedébris rotatif. Ce dernier est relié au châssis par un parallélogramme indépendant de celui de l'élément semeur. La firme propose également un disque lisse ou gaufré à la place du chasse-mottes et un disque ondulé se substituant au chasse-débris. Fertiliseur et microgranulateur Le fertiliseur standard compte deux cuves en composite de 300 litres. L'autonomie atteint 1 160 litres grâce à une réserve optionnelle en acier peint. Son doseur volumétrique, entraîné mécaniquement, débite de 42 à 300 kg/ha. L'engrais est véhiculé par gravité ou pneumatiquement pour les éléments extérieurs. Il est enterré par un soc, un simple ou double disque réglable en profondeur. Le microgranulateur, pour sa part, embarque 28 litres. Sa distribution identique au fertiliseur, excepté qu'elle se débraye, fournit 2,2 à 12 ou de 9 à 40 kg/ha. Un dispositif antilimace, de conception comparable, complète l'offre. Contrôleur de semis Trois variantes de boîtier figurent au catalogue du constructeur. Celui d'entrée de gamme se contente de compter les hectares. Le PM 300 E contrôle en plus le semis de chaque rang et affiche notamment l'allure. Un troisième boîtier, qui s'associe au précédent, autorise la coupure manuelle des rangs par l'intermédiaire d'un moteur électrique monté sur la transmission. Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 37 Plate-forme Monosem NG Plus 4 Monobloc 2 Confort 6 rangs - Garantie 2 ans Gamme Monosem, spécialisé dans les semoirs monograines et les bineuses, fabrique une large gamme d'équipements dans son usine de Largeasse( Deux-Sèvres). Les éléments semeurs à disques NG Plus 4 se montent sur un châssis rigide, simple ou double télescopique (attelage bridé ou soudé au châssis), à interrang variable de 45 à 80 cm, repliables, ou porteur avec transport en long. Le constructeur propose également une série d'appareils NX développés pour les itinéraires de travail du sol sans labour et les modèles NC à socs. La variante NG Plus 4 Monobloc 2 Confort présentée ici se décline de quatre à seize rangs de maïs. 38 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 6 Châssis Porté double télescopique Largeur au transport mesurée 3,48 mètres Capacité de la trémie de semence 52 litres Poids à vide 1 900 kg Pression d'enterrage par élément 105 à 145 kg Prix du modèle présenté* 35 515 € HT *avec options fertilisation, microgranulateur, bloc arrière réglable, contrôleur CS 3000, valve de séquence traceurs, kit antipoussière, kit signalisation et éclairage. 1- En raison de contraintes mécaniques, Monosem a abandonné l'attelage semi-automatique au profit d'un équipement à broches de catégorie II ou III, réglable en hauteur selon deux positions. 2- Les éléments, bridés au châssis, se placent suivant un écartement de 70 à 80 cm 3- Les roues montées à l'avant du châssis se règlent en hauteur suivant deux positions et latéralement selon la voie du tracteur. 4- Des doubles disques de 380 mm de diamètre, montés sur lames de ressort, enterrent l'engrais. 5- La trémie d'engrais est équipée d'une large ouverture en V facilitant son remplissage et d'une passerelle d'accès sur toute sa largeur. 6- L'agriculteur règle la pression (standard) et l'inclinaison (option) des roues de rappui. 7- Toutes les trémies de l'appareil se vidangent facilement en fin de travail via des trappes, grâce à des tuyaux et des augets amovibles fournis. 8- La console CS 3000 donne notamment, à partir du calcul de la distance entre graines, la densité de semis. 1 4 7 2 5 8 3 6 o La simplicité de réglage par variateur du dosage de l'engrais et des microgranulés. o La facilité d'accès et la précision possible du réglage de la boîte de vitesses latérale. o L'offre large en châssis, en éléments et en équipements annexes. On a bien aimé o Le bruit généré par la turbine (95,7 dB(A) mesurés à proximité du semoir). o La pression d'enterrage de l'élément NG Plus 4 limitée à 145 kg. o Le système de fermeture de la distribution de semence (deux petites vis papillons). On a moins aimé Attelage et châssis Le châssis Monobloc 2 double télescopique lancé en septembre 2010 affiche une largeur hors tout de 4,11 mètres au travail et se replie à 3,48 mètres au transport. Les traceurs à double repliage, montés sur la poutre avant, marquent au centre. Chacun d'entre eux requiert un distributeur à simple effet, à moins de choisir, en option, la valve séquentielle pour contrôler leur mouvement avec un seul levier. Le semoir nécessite également un distributeur hydraulique à double effet pour le télescopage du châssis. Turbine et distribution Le semoir utilise deux turbines. La première sert, à travers la poutre avant du châssis, à mettre en dépression les distributions. La seconde achemine le fertilisant vers le sol. L'acquéreur choisit, à la commande, leur régime d'entraînement : 540 tr/min (standard) ou 1 000 tr/min. Monosem recommande de bien respecter cette valeur : le seul ajustement préconisé est celui du sélecteur de doubles. Le constructeur propose également une animation hydraulique de ces turbines. Elle nécessite un débit de 50 l/min et une pression de 170 bars. Deux roues de 26x12 placées à l'avant animent la distribution de la semence via une boîte latérale à 20 vitesses (jeu de pignons interchangeables). S'il dispose du système de régulation hydraulique Seed Drive, l'opérateur peut régler la densité de semis depuis la cabine. Il coupe l'alimentation d'un ou plusieurs rangs mécaniquement ou avec un dispositif électromagnétique optionnel. Élément Les éléments semeurs NG Plus 4 (de quatrième génération) proposés depuis 2008, reprennent la distribution et l'enterrage à disques des trois versions précédentes. Chacun d'entre eux pèse 105 kg. L'opérateur augmente si nécessaire la pression au sol de l'élément grâce à deux ressorts (trois en option), portant la masse unitaire appliquée à 145 kg. Le module de distribution, placé sous la trémie de 52 litres de capacité, loge un sélecteur de doubles cranté. Son ajustement provoque une modification localisée de la dépression, affinant ainsi le réglage. Des doubles-disques de 380 mm de diamètre, complétés par une petite pointe creusant le fond du sillon, assurent l'enterrage de la graine. Deux roues de jauge de 110 mm de large, montées sur balancier, contrôlent la profondeur de semis. Monosem propose, outre le chasse-mottes, une gamme d'accessoires avant (chasse-débris rotatif, coutre circulaire). La roue plombeuse Pro et le bloc tasseur complètent, entre autres, l'équipement à l'arrière. Fertiliseur et microgranulateur Le semoir NG Plus 4 Monobloc 2 accueille sur demande une trémie métallique pour fertilisant de 680 ou 1 030 litres. L'opérateur module entre 0 et 350 kg/ha la distribution en inox, à l'aide du variateur FertiDrive VM. Le microgranulateur se compose, lui, de trois trémies en plastique de 20, 27 ou 40 litres. La distribution s'ajuste entre 0 et 25 kg/ha grâce au variateur Microsem et à un jeu de pignons. Contrôleur de semis Monosem propose quatre boîtiers d'origine Dickey John, tous optionnels. Le terminal CS 1000 assure uniquement le contrôle du semis. Le CS 1200 intègre un compteur de surface. La console CS 3000 affiche en complément la densité de semis. La variante CS 5000 inclut en outre la coupure de rang manuelle ou automatique, soit avec un boîtier de jalonnage RDS, soit à partir d'informations GPS avec un équipement Trimble. Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 39 Plate-forme Gaspardo MTER Bigbag 300 Micro 6 rangs - Garantie 3 ans 1- L'élément semeur MTR se caractérise notamment par son parallélogramme en fer forgé et ses disques ouvreurs de 420 mm de diamètre. 2- Au niveau du parallélogramme, des cardans assurent l'entraînement des distributions. 3- La boîte de vitesses, agissant sur la distance entre graines et située à l'arrière du semoir, est bien accessible. 4- Le disque de distribution, monté sur double roulement, est protégé par un corps en aluminium soudé. 5- Les trémies de semence, de 36 ou 60 litres de contenance, se vidangent à l'aide d'une trappe latérale et d'un auget escamotable. 6- La trémie de fertilisant présentée, de grande largeur, facilite le chargement de l'engrais en big-bag. 7- L'opérateur gère la quantité d'engrais apportée à l'aide de doseurs volumétriques à commande centralisée. 8- Le terminal V1200, fourni de série, contrôle le semis rang par rang et comptabilise la surface travaillée. Gamme L'Italien Gaspardo, filiale du groupe Maschio-Gaspardo S.p.A., propose treize gammes de semoirs monograines fabriqués à Morsano. L'offre comprend notamment des modèles à châssis fixe, à extension hydraulique simple et double ou repliables, à interrang fixe ou variable. Ces appareils reçoivent les éléments semeurs éprouvés MT, ou de dernière génération MTR. Le semoir porté MTER Bigbag 300 Micro présenté ici a été lancé en 2009 à partir d'un châssis existant. À l'image de nombreux appareils de la gamme, il est conçu pour travailler en conditions traditionnelles ou pour les itinéraires culturaux simplifiés, tandis que les modèles Regina ou traînés Renata conviennent au semis direct. Attelage et châssis Le semoir porté MTER se compose d'une poutre carrée de 150 mm de section. Il dispose d'un attelage trois 1 4 7 2 5 8 3 6 40 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 6 Châssis Porté simple télescopique Largeur au transport mesurée 3,21 mètres Capacité de la trémie de semence 60 litres Poids à vide 1 640 kg Pression d'enterrage par élément 125 à 180 kg Prix du modèle présenté* 27 300 € HT o La garantie de trois ans proposée par Maschio- Gaspardo depuis 2012. o Le débrayage simple d'une distribution de semence ou des autres intrants. o Le prix abordable du modèle présenté. On a bien aimé o Les roues de rappui en V sans réglage d'angle. o Le capot de certaines trémies ne restant pas systématiquement ouvert. o La faible capacité des trémies de microgranulateurs (3 x 18 litres) On a moins aimé points fixe non réglable en hauteur. Les éléments, bridés au châssis à simple télescopique, sont distants de 75 ou 80 cm. Au travail, le semoir repose sur deux roues arrière d'entraînement de dimensions 6,50x15 (7,50x15 sur demande) ou sur deux pneumatiques avant de 20x8. Les fonctions hydrauliques de l'appareil requièrent deux distributeurs : un double effet pour animer le châssis télescopique et un simple effet pour manoeuvrer les traceurs. Turbine et distribution La turbine est animée par la prise de force au régime de 540 tr/min (option 1 000 tr/min), ou à l'aide d'un moteur hydraulique. Gaspardo monte de série un manomètre sur le circuit de dépression. L'arrière du semoir loge la boîte de vitesses à pignons et chaînes de 42 rapports. Depuis 2011, des cardans assurent la transmission vers toutes les distributions du semoir. Une goupille en téflon protège l'entraînement de chaque rang. Un ergot fixe et un sélecteur mobile réglable suivant douze positions contrôlent le remplissage correct du disque, installé sur un double roulement. Élément L'élément semeur MTR, monté sur un parallélogramme en acier forgé, supporte une trémie de 36 ou 60 litres. Il pèse 125 kg mais sa masse appliquée au sol peut être portée à 150 kg, voire à 180 kg en option, à l'aide d'un ou plusieurs ressorts. Le parallélogramme en acier forgé limite le risque de torsion. Deux disques en V de 420 mm de diamètre, dont l'écartement se règle à l'aide d'un jeu de cales, ouvrent le sillon. Les équipements avant se complètent si nécessaire d'un chasse-mottes non escamotable mais réglable en continu, d'un chasse-débris rotatif ou d'un disque gaufré. L'opérateur règle la profondeur de dépose jusqu'à 12 cm en modifiant la butée des deux roues de jauge montées sur balancier. Une roue escamotable optionnelle, en acier inoxydable et de 300 mm de diamètre, applique la graine au fond du sillon. Des roues doubles d'un ou deux pouces à six niveaux de réglage de pression et ajustables en écartement assurent le rappuyage. Fertiliseur et microgranulateur L'engrais est stocké dans deux trémies en matière plastique de 200 litres, ou dans un contenant en acier peint de 1 000 litres, accessible par deux marches. La trémie frontale de 1 260 litres augmente l'autonomie. L'opérateur ajuste le débit des six doseurs volumétriques à l'aide de deux molettes de réglage, au choix entre 40 et 250 kg, ou entre 110 et 450 kg. Le fertilisant atteint le sillon grâce à un transport gravitaire (pneumatique en périphérie). Un double disque ou un soc, réglable en continu, assurent l'enterrage. Le microgranulateur compte trois trémies de 18 litres. Son débit se règle individuellement grâce des trappes volumétriques, de 2 à 16 kg, ou de 15 à 35 kg avec le rotor optionnel à huit pales. Le granulé est acheminé à proximité de la graine par gravité. Contrôleur de semis De base, Gaspardo dote le semoir MTER Bigbag 300 Micro du boîtier V1200. Celui-ci assure le contrôle du semis et indique la surface travaillée. En option, l'acquéreur choisit le boîtier MCE fabriqué par Mu?ller, commandant le débrayage d'un ou plusieurs éléments par des électroaimants. Il peut lui préférer le terminal Sirio du fournisseur Arag. Cet équipement, adapté récemment et en cours d'ajustement, prend en compte les informations de géolocalisation. Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 41 * avec options roues inox, chasse-débris rotatif, enfouisseur à double disque et pack quatre saisons (= kit antipoussière Cruiser, kit de signalisation, contrôleur de semis V1200 et levier de relevage des éléments semeurs en position transport). 42 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Gamme L'entreprise familiale Sfoggia présente, dans son catalogue, des matériels de maraîchage et de grande culture. Sur le site de production transalpin de Montebelluna, dans le nord de l'Italie, elle fabrique des semoirs monograines à châssis fixe, extensible, repliable ou traîné. La série télescopique à interrang variable Discover présentée ici, lancée en 2004, est disponible en deux versions : 6-7 rangs et 8-9 rangs. Sfoggia propose en outre les modèles Sigma 5 QTX en semis simplifié, HWS pour le semis direct en variante portée ou traînée et Sigma Queen ou King, de grande largeur. Attelage et châssis Le Discover n'est disponible qu'en version portée avec attelage semiautomatique. Il requiert un distributeur simple effet servant au repliage des traceurs et une variante Sfoggia Discover télescopique 6 rangs - Garantie 2 ans Plate-forme Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 6 Châssis Porté télescopique à interrang variable Largeur au transport mesurée 2,59 mètres Capacité de la trémie de semence 50 litres Poids à vide 1 600 kg Pression d'enterrage par élément 110 à 180 kg Prix du modèle présenté* 41 300 € HT *avec option fertiliseur, microgranulateur, roue de rappui en inox et terminal PM 200E. 1- Sfoggia recommande de changer régulièrement les patins du châssis télescopique. 2- Une roue plombeuse en acier inoxydable (caoutchouc en option) équipe les semoirs Discover. 3- L'élément se complète d'une double roue de rappui à pression ajustable, proposée en quatre configurations, et d'équipements optionnels escamotables tels qu'une roue plombeuse et des rasettes, ou des disques de fermeture. 4- Sur la trémie de fertilisation en acier inoxydable, le réglage de la distribution est centralisé avec une manette. 5- L'engrais est enfoui par un soc muni d'un étançon standard ou en queue-de-cochon, ou par un double-disque en V précédant le chasse-mottes. 6- L'insecticide ou l'antilimace sont stockés dans deux trémies de 10 litres alimentant les deux rangs latéraux, et dans deux contenants de 20 litres. 7- Une petite trappe sert à vidanger la trémie, sans toutefois libérer la distribution des surplus de semence. 8- Sfoggia propose un large choix de contrôleurs de semis, dont le modèle PM200E de Dickey-John. 1 4 7 2 5 8 3 6 à double effet dédiée à l'extension du châssis. Ce modèle télescopique polyvalent fournit quatre réglages possibles : l'opérateur définit en effet l'interrang entre 44 et 75 cm (80 cm sur demande) en mettant en place le jeu de barres à trous oblongs qui lui convient. Les trémies de 50 litres ne permettent toutefois pas d'atteindre l'écart minimal entre éléments et peuvent être remplacées par des réserves de 30 litres. Cette machine compacte reçoit un kit de signalisation en standard. Turbine et distribution La turbine est animée soit par la prise de force aux régimes de 540 ou 1 000 tr/min, soit par un moteur hydraulique optionnel. Le circuit de dépression reçoit sur demande un vacuomètre. Le semoir Discover apparaît comme l'un des moins bruyants de notre plate-forme. Deux roues avant, réglables latéralement et de dimensions 23x8.50-12, entraînent la distribution. Le semoir est pourvu d'une boîte de vitesses à chaînes avant ou arrière de 42 rapports ou d'une boîte à pignons dotée de deux leviers. Le mouvement est ensuite transmis à chaque élément par deux chaînes. Le sélecteur de double se règle en continu. L'opérateur ajuste le niveau de dépression en modifiant le régime de la prise de force. Il débraye chaque distribution mécaniquement, ou par un clapet piloté électriquement coupant la dépression, ou encore avec un vérin pneumatique. Sfoggia devrait bientôt proposer l'entraînement électrique. Élément L'élément du semoir Discover, monté sur un parallélogramme, pèse 110 kg. L'opérateur peut augmenter la pression d'enterrage jusqu'à 180 kg en tendant le ressort de liaison (quatre positions). Chaque module embarque 30 ou 50 litres de semence. Juste derrière le chasse-mottes et le coutre réglables en hauteur, un double disque ouvreur creuse le sillon. Si nécessaire, un coutre circulaire (disque Turbo) précède la préparation du sillon. La profondeur est contrôlée par deux roues de jauge de 115 mm de o La compacité du matériel, dont la largeur sur route n'excède pas 2,59 mètres. o Le nombre de configurations possibles grâce aux options multiples. o La garantie de deux ans. On a bien aimé o L'impossibilité, en écartement minimal, de monter certains composants comme les disques de fertilisation. o Le nombre de chaînes (22) nécessitant un entretien régulier. o Les chasse-débris non disponibles au catalogue. On a moins aimé largeur. Elle se règle entre 0 et 8 cm à l'aide d'une poignée à sept positions. À l'arrière, le semoir dispose sur demande d'une roue plombeuse métallique escamotable et réglable en compression, de roues de rappui en V et de rasettes escamotables. Fertiliseur et microgranulateur Sfoggia monte sur demande une trémie de fertilisation en polyéthylène (220 litres de capacité) ou en acier inoxydable (800, 1 000 ou 1 200 litres). Celle du premier contenant se règle par vis. La seconde bénéficie d'un ajustement centralisé et d'une trappe de vidange. Elles sont dotées d'un agitateur et fournissent de 50 à 300 kg d'engrais par hectare. L'unité de dosage se compose d'un cylindre à ailettes en téflon à deux niveaux de dureté. Le microgranulateur optionnel se compose de quatre trémies avec agitateur. La distribution associée, similaire à celle du fertiliseur, délivre entre 1,5 et 25 kg/ha acheminés soit au niveau des disques ouvreurs avec la semence, soit près du bloc tasseur. Contrôleur de semis Le contrôle optionnel de la distribution est assuré par deux capteurs positionnés à la descente de la graine. Sfoggia livre des variantes de boîtiers économiques MC, des terminaux Mu?ller ou les modèles Dickey-John. Dans ce dernier cas, l'utilisateur accède sur demande à la coupure électrique des rangs ou aux fonctions de jalonnage. 44 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Gamme Le groupe Kuhn fabrique sa gamme de semoirs monograines, dans l'usine de Châteaubriant (Loire-Atlantique). Les deux séries Planter et Maxima composent l'offre en modèles de 3 à 18 rangs. La première se distingue par ses organes d'enterrage à soc et une faible hauteur de chute de la graine (10 cm). Les semoirs portés ou traînés Maxima adoptent, eux, des éléments plus lourds avec disques ouvreurs. Les matériels intègrent un châssis monobarre (M), repliable (R) ou télescopique simple (TS) ou double (TD). La structure du Maxima 2 Ti de six rangs, lancé voici quatre ans et présenté ici, est de type télescopique à interrang variable. Attelage et châssis Le châssis est composé de trois poutres encastrées (système Varimax). Chacun des six éléments est bridé avec une vis sur une poutre Kuhn Maxima 2 Ti 6 rangs - Garantie 1 an (extension possible) Plate-forme 1- Le régime moteur du tracteur préconisé pour animer les deux turbines est de 2 000 tr/min (entraînement mécanique) ou 1 500 tr/min (moteur hydraulique). 2- La poutre supportant la trémie profilée du fertiliseur loge la réserve de dépression. 3- L'opérateur règle, à l'aide de poignées, entre 110 et 150 kg la masse unitaire appliquée par l'élément au terrain. 4- Le carter de distribution reçoit une charnière de porte dotée d'un ressort garantissant son étanchéité. 5- Kuhn propose une grande variété d'équipements avant, intermédiaires ou arrière pour garnir l'élément semeur. 6- Le double disque intermédiaire de fermeture, de petit diamètre, convient aux conditions de semis difficiles, selon le constructeur. 7- Chaque doseur, composé de cannelures rigides, est doté d'une trappe permettant de stopper la distribution de l'engrais. 8- Le contrôleur de semis KM 412 indique notamment la dose semée rang par rang. 1 4 7 2 5 8 3 6 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 6 Châssis Télescopique indexable Largeur au transport mesurée 2,62 mètres Capacité de la trémie de semence 52 litres Poids à vide 1 900 kg Pression d'enterrage par élément 110 à 150 kg Prix du modèle présenté* 39 157 € HT * avec options trémie de fertilisation de 950 litres avec enfouisseur à disques non-stop, microgranulateur, chasse-débris étoilés, disques de fermeture du sillon, roues HD et boîtier KMS 412. profilée en H. Leur écartement se règle entre 45 et 80 cm grâce à des cales. Deux roues de 23 x 10, montées à l'avant, animent la distribution. Des pneumatiques de dimension 26 x 12 ou 6,5 x 15, installés à l'arrière, conviennent davantage aux sols non pierreux. Le semoir est doté d'un attelage semi-automatique. Il requiert deux distributeurs hydrauliques à double effet : l'un pour l'extension de la poutre et l'autre pour les traceurs. La largeur du semoir replié atteint 2,62 mètres. Turbine et distribution La turbine principale, peu bruyante, crée la dépression nécessaire à la distribution de la semence. Elle est surplombée par une seconde soufflerie plus petite, entraînée par courroie et dédiée au transport de l'engrais, de l'antilimace ou de l'insecticide. Kuhn fournit un kit antipoussière de série et préconise un régime de prise de force de 470 tr/min (540, 780 ou 1 000 tr/min sur demande). Les deux turbines sont entraînées hydrauliquement en option. La distribution dispose d'un disque de 262 mm de diamètre autorisant un peuplement maximal de 100 000 pieds/ha. La boîte de vitesses dédiée, à chaîne et pignons, compte 20 rapports pour les réglages de la distance entre graines. L'entraînement de chaque distribution, débrayable individuellement, est protégé par une goupille de sécurité. Élément L'élément semeur, doté d'un double disque et d'une trémie de 52 litres, pèse 110 kg. La masse appliquée au sol peut cependant atteindre 150 kg grâce à deux ressorts. Juste après l'ouverture du sol par les disques, un petit soc assure la finition du fond de sillon. La graine est déposée par gravité entre 0 et 8 cm de profondeur, réglable par paliers de 3,5 mm. Le semoir Maxima 2 accepte notamment un chasse-mottes réglable en hauteur ou un chasse-débris précédé ou non d'un coutre circulaire ainsi qu'une roulette de rappui en inox. À l'arrière, il propose une série de roues tasseuses en caoutchouc ou o Le montage, sur demande, d'un capteur de fond de trémie des réserves de fertilisant et de microgranulé. o La coupure de rang par GPS au catalogue. On a bien aimé o Les roues de la variante Ti du semoir Maxima 2 évoluent sur le rang. o La longueur hors tout élevée du semoir porté (2,49 mètres), compte tenu du poids à vide parmi les plus importants des modèles portés présentés. On a moins aimé en acier lisse ou cranté. Chaque double roue tasseuse en V de type HD dispose de deux poignées pour régler les six niveaux de pression et l'angle d'attaque. Fertiliseur et microgranulateur L'acquéreur choisit parmi quatre capacités de trémie de fertiliseur : 2 x 190, 2 x 160, 1 x 950 ou 1 x 1 350 litres. Un capteur de rotation optionnel surveille la distribution de chaque doseur. Le débit se règle de manière centralisée entre 70 et 330 kg/ha (50 kg/ha sur demande). L'engrais est transporté pneumatiquement et déposé à cinq centimètres de la semence grâce à un soc ou un double disque. Le microgranulateur à réglage centralisé dose rang par rang le produit chargé. Il se compose d'une ou deux réserves de 80 litres, ou d'une seule de 150 litres. L'opérateur ajuste le débit entre 5 et 25 kg/ha. Le granulé est transporté par voie pneumatique puis enfoui avec la semence (insecticide) ou déposé en surface (hélicide). Contrôleur de semis Kuhn propose deux boîtiers exploitant les informations de capteurs optiques sur la distribution. Le terminal KMS 208 détecte simplement l'arrêt du semis. Plus évolué, le KMS 412 compte la dose semée rang par rang et intègre des compteurs d'hectares. Proposé depuis peu, le couplage d'un boîtier KMS et d'un terminal Trimble fournit à l'opérateur la coupure de rang par GPS. Le module additionnel KMD 112 propose le débrayage du rang depuis la cabine. VÉHICULES DE TRANSPORT ROLLAND Tél. 02 98 85 13 40 Fax : 02 98 21 38 15 info@remorquerolland.com 15 FAMILLES ET PLUS DE 100 MODÈLES CHOISISSEZ LE VÔTRE SUR WWW.REMORQUEROLLAND.COM 46 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Gamme L'offre d'Amazone en semoirs monograines, tous fabriqués dans l'usine d'Hude (Allemagne), se compose des gammes ED série 2 et EDX. Les appareils de la première famille, lancée en 2002, se déclinent en huit modèles fixes et repliables travaillant sur des largeurs allant de trois à six mètres. Ils reçoivent deux types d'éléments semeurs : Contour à double disque doté d'une roue de contrôle de la profondeur ou Classic à soc. Les modèles EDX, de six et neuf mètres de largeur de travail, logent la semence dans une unique trémie. Attelage et châssis Muni d'un attelage fixe, l'ED 452-K, de 4,50 mètres de large, adopte un châssis de section 120 x 100 mm. Son suffixe K traduit son caractère repliable par parallélogramme. Les éléments, bridés sur la poutre en H, Amazone ED 452-K Contour 6 rangs - Garantie 1 an Plate-forme 1- Deux roues de 10.0/75-15.3, montées exclusivement devant le bâti pour cette largeur, entraînent la distribution. 2- L'opérateur modifie la distance entre les graines côté gauche en déplaçant la chaîne d'entraînement à l'aide d'un levier. 3- La distribution de l'élément semeur ED, proche du sol, limite la hauteur de chute de la graine. 4- Le disque de sélection cranté en matière plastique est entraîné par un pignon périphérique. 5- Les roues de rappui en V, montées en option à l'arrière, se règlent en pression et en orientation. 6- Le fertiliseur compte quatre doseurs par élément fournissant de 50 à 550 kg/ha d'engrais. 7- La boîte de vitesses du microgranulateur, logée côté droit, compte 42 rapports. 8- Le boîtier Amascan+ contrôle notamment chaque élément, affiche la densité de semis et calcule la surface partielle et totale semée. 1 4 7 2 5 8 3 6 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 6 Châssis Repliable Largeur au transport mesurée 3,04 mètres Capacité de la trémie de semence 52 litres Poids à vide 1 350 kg Pression d'enterrage par élément 75 à 145 kg Prix du modèle présenté* 31 104 € HT * avec options fertiliseur à disque, microgranulateurs pneumatiques, roues en V 380 x 57. affichent, avec de petites trémies, un interrang minimal de 35 cm réglable manuellement. Amazone monte de série des traceurs marquant au centre. Leur animation hydraulique est contrôlée par un distributeur à simple effet. Une fonction à double effet gère le dépliage ou le repliage du châssis. Turbine et distribution Le monograine ED 452-K dispose de deux turbines animées par la prise de force au régime de 540 tr/min (710 ou 1 000 tr/min sur demande) ou hydrauliquement en option. La première génère la dépression nécessaire à la sélection de la semence. L'opérateur contrôle son fonctionnement en cabine à l'aide d'un vacuomètre. La seconde soufflerie assure le transport pneumatique de l'engrais. Le déflecteur Airkit ED diffusant les poussières au sol équipe en option le semoir Amazone. Deux roues de 10.0/75- 15.3 entraînent la distribution. Côté gauche, une boîte à 54 vitesses sert au réglage de la densité de semis. La chaîne inox animant l'élément passe par un carter étanche de forme coudée, de manière à laisser un espace suffisant aux disques d'ouverture. La distribution se distingue par un boîtier et un disque de sélection en matière synthétique. Ce dernier est entraîné en périphérie grâce à son bord entièrement cranté. L'opérateur débraye l'entraînement de l'élément manuellement (en retirant la goupille de sécurité associée) ou électriquement en option. Élément L'élément Contour, à distribution intégrée dans le soc, reçoit au choix une trémie de 42 ou 52 litres. Sa masse appliquée au sol se règle entre 75 et 145 kg, en modifiant la position des deux ressorts et d'une bielle, à l'aide d'une manivelle amovible. La graine tombe par gravité de 14 cm jusqu'au double disque ouvreur. Un chasse-mottes le précède si nécessaire. L'élément compte une seule roue de jauge. Il se complète d'une roue plombeuse intermédiaire et de roues tasseuses à bandage o La faible hauteur de chute de la semence (14 cm) augmentant la précision de la distance effective entre les graines. o La boîte de vitesses bien accessible côté gauche. o Le niveau de précision possible dans les réglages du semoir. On a bien aimé o L'inefficacité de contrôle et de comptage lors du semis de petites graines (colza). o L'absence de chasse-débris rotatif sur ces modèles. o La distribution en position basse davantage exposée aux poussières. On a moins aimé caoutchouc Farmflex, ou en V de 360 mm de diamètre à pression et angle réglables. Amazone propose également des petits disques ou des raclettes de fermeture. Fertiliseur et microgranulateur Un boîtier variateur à bain d'huile, situé du côté droit, entraîne les unités de dosage du fertiliseur de 900 litres de capacité, ou 1 100 litres avec rehausses. L'opérateur ajuste aisément l'apport d'engrais avec un levier entre 50 et 550 kg/ha. Le fabricant propose un soc ou un double disque enfouisseurs à cinq réglages possibles. Ils sont tous deux dotés tous deux d'une sécurité à ressort. Deux tuyaux intégrés facilitent la vidange de l'engrais en fin de travail. Le microgranulateur, de fabrication Amazone, loge des doseurs entraînés par une boîte à 42 vitesses. Selon le produit contenu dans la trémie de 80 à 90 litres de capacité, il délivre entre 3 et 30 kg/ha transportés par voie gravitaire. Contrôleur de semis Trois boîtiers équipent le semoir ED. Le terminal Amascan+ contrôle le semis sur chaque élément, affiche la densité et calcule la surface partielle et totale travaillée. Avec les boîtiers Amascan Profi et ED Control, l'opérateur accède également au comptage par rang, au contrôle électrohydraulique du semoir (traceurs, turbine) et au débrayage électrique de la distribution par élément. 48 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Gamme Depuis deux ans, Algritec, installé à l'Illiers-l'évêque dans l'Eure, est l'importateur exclusif des matériels de l'italien MaterMacc. Le fabricant est spécialisé dans les semoirs pour les grandes cultures et le maraîchage, les épandeurs et les boîtiers électroniques. Il propose des semoirs monograines à châssis traîné ou porté, fixe ou repliable. Toutes les variantes portées, de 4 à 12 éléments, se déclinent en versions télescopiques et à interrang variable. Attelage et châssis Le semoir MS 8230 présenté ici combine un châssis repliable et à interrang variable. Il utilise deux bâtis. Le premier supporte les différents éléments. Le second fait varier en continu l'interrang (système Easy- Set breveté), de 45 à 80 cm, via des MaterMacc MS 8230 Midi 8 rangs - Garantie 1 an (5 ans pour le bloc distributeur) Plate-forme 1- Au transport, tous les éléments coulissent sur le bâti central et les ailes du châssis se replient verticalement. 2- Le porte-disque adopte une lamelle et des plots d'entraînement ronds remplaçant les agitateurs afin de limiter la casse des graines. 3- Malgré l'auget fourni mais non fixé au coeur semeur, la vidange de la trémie s'avère assez fastidieuse. 4- La trémie reçoit 35 litres de semence, voire 70 litres en option. 5- Entre les deux éléments semeurs centraux à l'arrière (position avant possible), l'opérateur accède à la boîte à 21 vitesses à pignons interchangeables. 6- Côté gauche du bloc semeur, l'opérateur règle le sélecteur positionné sur le flanc droit de l'élément. 7- Différents leviers non gradués assurent le réglage de la profondeur de semis, de la pression et de l'inclinaison des roues du bloc tasseur. 8- Une deuxième turbine sert au transport de l'engrais vers deux têtes de répartition alimentant les huit enfouisseurs. 1 4 7 2 5 8 3 6 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 8 Châssis Porté repliable télescopique à interrang variable Largeur au transport mesurée 3,21 mètres Capacité de la trémie de semence 35 litres (70 en option) Poids à vide 1 780 kg Pression d'enterrage par élément 100 à 125 kg Prix du modèle présenté* 38 817 € HT * version microgranulateur avec trémie inox de 27 litres, fertiliseur Midi et enfouisseur à socs, trémie à grain de 70 litres et kit antipoussière vérins hydrauliques et des barres calibrées servant de butées mécaniques. Cette configuration, qui autorise par exemple le semis en douze rangs en colza et huit rangs en maïs avec le même appareil, limite la largeur hors tout au transport à 3,21 mètres alors qu'elle atteint 6,20 mètres au travail. L'engin nécessite deux distributeurs à double effet, l'un associé à un sélecteur de fonction pour le dépliage/ repliage du châssis et le télescopage des éléments, l'autre pour les traceurs. Il reçoit deux roues d'entraînement, positionnées devant le châssis sur ce modèle, de dimension 20x8.00/10 (23x10.50/12 en option). Turbine et distribution Le MS 8230 adopte deux turbines entraînées par la prise de force tournant à 540 tr/min (animation hydraulique sur demande) et munie en option d'une roue libre. L'une assure la dépression des distributions, l'autre transporte l'engrais vers toutes les lignes de semis. La distribution mécanique se compose d'une boîte à 21 vitesses. Puis deux chaînes par élément animent le coeur semeur breveté. Ce dernier, en matériau composite, se démonte sans outil. Élément L'élément semeur 8000 se compose de deux disques d'enterrage et de deux roues de jauge sur balancier de 110 mm de large (ou 65 mm pour limiter à 250 mm la largeur des éléments pour semoir télescopique). Il pèse à vide 100 kg. Sa pression d'enterrage atteint 125 kg grâce à un ressort. Un sélecteur à crans permet à l'opérateur de régler la profondeur de semis par pas de 0,5 cm. Si besoin, l'élément s'escamote et son entraînement se débraye en ôtant une goupille. Derrièrele tube de descente muni d'un soc au bore, une roue optionnelle en inox, non escamotable, munie ou non d'un bandage en caoutchouc, appuie la graine. Puis le bloc tasseur, doté de roues mesurant un ou deux pouces, réglables en pression selon quatre niveaux, en angle d'attaque selon trois positions et en écartement, referme le sillon. Devant l'élément, le construc- o Le double châssis combinant le repliage et le réglage en continu de l'écartement entre rangs. o La distribution en composite et le disque animé en périphérie par un porte-disque. o Les nombreux réglages possibles des composants de l'élément semeur. On a bien aimé o L'absence de repères pour les réglages de la profondeur de semis ou du sélecteur de graines. o Le grand nombre de chaînes (26). o Le manque d'accès et la hauteur élevée de chargement du fertiliseur (mesurée à 2,05 mètres). On a moins aimé teur monte au choix deux types de chasse-mottes (large ou étroit) ou un chasse-débris rotatif optionnel (indisponible avec l'élément étroit). Fertiliseur et microgranulateur Le fertiliseur compte deux capacités de trémie : 1 000 ou 1 500 litres. En 2012, le fabricant dévoilera une variante en inox pour remplacer celle en acier peint aujourd'hui proposée. Un entraînement mécanique et un variateur animent deux cellules doseuses, composées d'une courroie en caoutchouc (brevet) s'autonettoyant par déformation, qui alimentent pneumatiquement deux têtes de répartition. Les organes d'enfouissement, réglables en hauteur, se composent d'un soc ou d'un double disque. Le microgranulateur utilise la même distribution brevetée entraînée mécaniquement. Les trémies emportent 12 ou 27 litres d'insecticide. Contrôleur de semis Trois types de boîtiers figurent au catalogue, tous d'origine MaterMacc. En entrée de gamme, le Monotronic 32 contrôle le semis, compte la surface et affiche l'allure. Le second terminal, le Monotronic, vérifie en plus la distribution rang par rang. En combinaison avec celui-ci, la console Airtronic autorise la coupure manuelle rang par rang, via un volet se fermant dans le tube de dépression de l'élément. Plate-forme Kverneland Optima HD 8 rangs - Garantie 1 an (3 ans avec contrat Secure) Gamme Le semoir monograine à châssis traîné présenté ici est exclusif à Kverneland. Les autres bâtis, fixe, télescopique ou repliable, comme l'ensemble des composants, sont partagés avec Vicon. Tous sont fabriqués dans l'usine Accord de Soest (Allemagne). Ils comptent de 4 à 16 rangs, pour des largeurs de travail en maïs comprises entre trois et neuf mètres. Deux variantes d'éléments sont proposées, l'une munie d'un enterrage à socs et d'une roue de contrôle de profondeur arrière, l'autre baptisée HD pourvue d'un double disque. Attelage et châssis L'Optima HD traîné repliable s'attelle sur la barre oscillante. Il requiert un distributeur à double effet pour le repliage, un autre pour la montée/descente du châssis et un simple effet pour les traceurs à 50 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 8 Châssis Traîné repliable Largeur au transport mesurée 3 mètres Capacité de la trémie de semence 55 litres Poids à vide 2 600 kg Pression d'enterrage par élément 150 à 230 kg Prix du modèle présenté* 41 083 € HT * avec entraînement mécanique, options fertiliseur à disques, microgranulateur et kit antipoussière. 1- La hauteur de chute de la graine mesurée à 51 cm et le point de dépression centré par rapport au tube de descente devraient favoriser la régularité du semis. 2- Un kit remplace les deux ressorts non réglables montés en standard par des organes surdimensionnés autorisant l'ajustement de la pression d'enterrage selon trois niveaux, de 150 à 230 kg 3- Une petite roue pneumatique, plaquée contre la roue de transport par un vérin hydraulique, sert d'entraînement mécanique (électrique en option) de la distribution. 4- La boîte à 14 (ou 24) vitesses à pignons interchangeables s'avère accessible, comme celle du fertiliseur, depuis l'extérieur du châssis lorsqu'il est replié. 5- L'opérateur ajuste la profondeur de semis de 0 à 9,5 cm via une manivelle et un indicateur gradué. 6- Deux sélecteurs réglables indépendamment, un au-dessus de la graine, l'autre en dessous, éliminent les doubles. 7- La dépression d'air s'opère par le centre du porte-disque tournant. 8- Les roues en V du bloc tasseur se règlent en écartement (trois positions), en inclinaison et en pression (de 0 à 40 kg). 1 4 7 2 5 8 3 6 o Le bloc distributeur dépourvu de joint demandant peu d'entretien et de puissance d'entraînement. o La pression d'enterrage maximale de 230 kg grâce aux ressorts additionnels. o La simplicité de vidange des trémies n'imposant pas l'ouverture du bloc distributeur. On a bien aimé o L'absence au catalogue de châssis à interrang variable en continu. o La hauteur de chargement des trémies de semence (1,35 mètre). o La distribution mécanique ne disposant ni de sécurité, ni de système de débrayage (sauf sélecteur de graine en position off). On a moins aimé double articulation. Son châssis, de 4,50 ou 6 mètres, se replie à trois mètres au transport vers l'avant. Il repose sur deux roues, de dimensions 10.0/80-15,3, intercalées entre deux éléments semeurs. Ceux-ci sont bridés au châssis à 70 ou à 75 cm d'écartement. Turbine et distribution L'entraînement hydraulique de la turbine, monté de série sur ce semoir traîné, reçoit un régulateur de débit. Cette soufflerie, dotée d'un capteur de rotation optionnel et d'un manomètre, assure la dépression de la distribution et le transport pneumatique de l'engrais vers les deux rangs des deux sections repliables. L'acquéreur choisit entre un entraînement électrique (version e-drive) ou mécanique de la distribution. Dans ce dernier cas, le mouvement est donné par une petite roue, plaquée contre la roue de transport. Au niveau du bloc distributeur, le disque est fixé sur un tambour tournant dépourvu de joint. L'aspiration s'opère par le centre du module en matériau composite. À la coupure de la dépression, la graine tombe par gravité au centre du tube de descente pour éviter qu'elle ne percute la goulotte. Élément L'élément semeur, pesant 150 kg, est relié au châssis par un parallélogramme doté d'articulations baguées en alliage et sans entretien. Deux disques, de 381 mm de diamètre, ouvrent le sillon. Deux roues de jauge, de 120 mm de large, montées sur un balancier, contrôlent la profondeur de semis. Devant l'élément, Kverneland adapte des chasse-mottes ou chasse-débris optionnels réglables en hauteur. À l'arrière, une roue en fonte, pourvue d'un bandage caoutchouc, rappuie la graine. Montée en position tirée pour s'effacer plus facilement en cas d'obstacle, elle se règle selon trois positions et s'escamote si besoin. Puis deux roues en V de 25 mm de large, ou 50 mm en option, referment le sillon. Fertiliseur et microgranulateur Le fertiliseur de l'Optima traîné intègre une trémie de 1 200 litres se ravitaillant par une vis optionnelle. Sa boîte de vitesses anime des doseurs volumétriques à cannelures débitant jusqu'à 392 kg/ha. Le système d'enterrage, fixé sur le châssis, intègre un soc ou un double disque cranté, réglable en hauteur. En option, quatre variantes de trémies frontales boostent la capacité de 1 150 à 2 200 litres. Les microgranulateurs, de 35 litres, alimentent deux ou trois éléments. Ils adoptent trois variantes de doseurs à cannelures (3, 6 ou 12 mm) animés par une boîte à treize vitesses. Contrôleur de semis Trois variantes de boîtiers figurent au tarif. Le modèle Visus, en option sur les versions mécaniques, compte les graines, débraye chaque rang (grâce à un électroaimant optionnel), affiche le compteur d'hectares ou l'allure. Plus évolués, les boîtiers Focus et Isomatch Tellus, destinés aux semoirs à distribution animée par des moteurs électriques, règlent en continu le peuplement, coupent manuellement un rang, gèrent deux rythmes de jalonnage (pulvérisation et irrigation par exemple), les traceurs et le repliage. Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 51 52 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Gamme Le constructeur suédois Väderstad, spécialiste des outils de travail du sol et de semis, s'attaque au marché du semoir monograine. Ce nouvel acteur vient de lancer la gamme Tempo dont la mise au point a requis une petite dizaine d'années. L'engin, pour l'instant produit en présérie, dispose d'un châssis traîné recevant 6 ou 8 rangs. Attelage et châssis Attelé sur la barre oscillante ou sur le piton, le semoir Tempo adopte un timon muni d'un tirant pour le réglage de son aplomb. Il nécessite deux distributeurs hydrauliques à double effet, l'un pour l'animation des traceurs et l'autre pour le repliage horizontal du châssis, deux équipements optionnels. En standard, l'opérateur replie manuellement les extensions. Bridé par trois vis au bâti monobarre, Väderstad Tempo TPF 8 Combi 8 rangs - Garantie 1 an Plate-forme Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 8 Châssis Traîné repliable Largeur au transport mesurée 2,99 mètres Capacité de la trémie de semence 70 litres Poids à vide 4 200 kg Pression d'enterrage par élément 150 à 325 kg Prix du modèle présenté* 64 800 € HT * avec fertiliseur, microgranulateur, suivi de terrain hydraulique, chasse-débris, traceurs et repliage hydraulique. 1- La prise de force (moteur hydraulique en option) anime un alternateur chargeant une batterie et la turbine servant à la distribution et au transport pneumatique de la semence et des engrais. 2- L'opérateur règle sans outil la pression d'enterrage de l'élément en modifiant la torsion d'une barre selon six positions (brevet). 3- Les trois sélecteurs de graine, réglables simultanément via une molette, sont montés sur une lame de ressort pour toujours coller le disque. 4- Le bloc distributeur en composite intègre différentes roulettes servant au nettoyage du disque et à la coupure de la surpression. 5- L'opérateur règle la profondeur de semis avec une molette indexée. 6- Chaque élément reçoit les trémies de semence et du microgranulateur. 7- Les roues imposantes gênent l'accès pour la vidange de la semence. 8- Le chauffeur accède à la trémie à engrais par une échelle et une passerelle situées à l'avant du semoir. 1 4 7 2 5 8 3 6 l'élément affiche un écartement de 75 cm, réglable manuellement à 70, 76,2 ou 80 cm. Le châssis repose sur deux roues, voire quatre sur le Tempo TPF 8 lorsqu'il est équipé du suivi de terrain hydraulique optionnel. Les quatre vérins de levage du semoir fonctionnent alors en circuit fermé et répartissent l'effort entre les roues, de dimensions 11,5/80-15,3. Turbine et distribution Un cardan homocinétique, tournant à 540 tr/min et pourvu d'une roue libre, anime la turbine du Tempo, dotée d'un capteur de rotation. Le châssis creux sert au transport de l'air jusqu'aux éléments semeurs. La distribution du Tempo utilise un entraînement électrique alimenté par un alternateur et une batterie. Baptisée Gilstring, du nom de son inventeur, elle fonctionne en surpression en plaquant la semence sur le disque. Trois sélecteurs réglables éliminent les doubles. Puis une roue de dépression en caoutchouc libère la graine transportée pneumatiquement dans le tube de descente. Une indispensable roue de rappuyage en caoutchouc, réglable en hauteur, stoppe la graine au sol après une chute mesurée de 63 cm. o La distribution par surpression et le transport pneumatique de la semence autorisant une allure élevée et limitant les irrégularités de semis liées aux vibrations et au dévers. o La pression d'enterrage élevée (jusqu'à 325 kg). o Les trémies de semence et du fertiliseur de grande capacité. On a bien aimé o L'absence de choix en châssis ou en équipements dans l'offre actuelle. o Le poids et la longueur hors tout élevés du semoir. o Devoir escamoter manuellement l'échelle d'accès à la passerelle de la trémie fertiliseur avant de replier le châssis. On a moins aimé Élément L'élément semeur du Tempo pèse 150 kg. Sa pression d'enterrage est réglable jusqu'à 325 kg. Deux disques, de 380 mm de diamètre et pourvus de racleurs, ouvrent le sillon. Deux roues de jauge, de 115 mm de large, montées sur un balancier, contrôlent la profondeur de semis. Devant l'élément, des chasse-débris rotatifs, réglables en hauteur, nettoient la ligne de semis. Derrière, un bloc tasseur referme le sillon. Ses roues, d'un pouce de large, se règlent en pression et en angle d'attaque. Fertiliseur et microgranulateur Le Tempo Combi se compose d'une trémie de fertilisation de 1 250 litres sur le modèle à six rangs, ou 1 700 litres sur la variante TPF 8. Sa distribution, entraînée électriquement, utilise une cannelure par élément. L'engrais est transporté pneumatiquement vers le système d'enterrage emprunté à l'élément semeur du Rapid. Ce dernier se compose d'un coutre associé à un VN SEMIS Combinés de Semis de 2,5 à 6 m VN OUTILS À DISQUES Déchaumeurs à disques de 3 à 6 m Bureau de Liaison France · F-57930 Fénétrange Téléphone 03.87.07.03.73 · Fax 03.87.07.15.10 info.fr@vogel-noot.net · www.vogel-noot.info N'hésitez pas à contacter notre équipe de vente : o Jean Sebastian Gisbert Secteur Nord Est Port. 06.74.04.67.54 o Didier Bossé Secteur Nord Ouest Port. 06.79.55.54.71 o Fabrice Larrouy Secteur Sud Ouest Port. 06.83.83.69.17 o Christian Roffet Secteur Sud Est Port. 06.84.56.71.17 La technique au service des professionnels VN OUTILS À DENTS Déchaumeurs à dents de 2,5 à 8 m VN CHARRUES ©PLUS Charrues ©plus de 2 à 12 corps Pro tez dès maintenant de nos nancements à taux exceptionnels ! Le même boîtier que le semoir Rapid Le monograine Tempo emprunte son boîtier aux semoirs en ligne Rapid ou Spirit. Grâce à un radar monté sur le timon, ce terminal affiche l'allure réelle. Il indique également, rang par rang, la qualité de distribution, grâce à des capteurs montés sur le tube de descente. L'opérateur programme alors un seuil de détérioration à partir duquel un bip sonore retentit. Le boîtier autorise également la coupure rang par rang (de l'extérieur vers l'intérieur). Il étalonne à poste fixe, affiche et module le peuplement. Il gère aussi les mouvements des traceurs hydrauliques. disque cranté et une roue de jauge. Il est réglable en pression comme en profondeur et s'escamote si besoin. Le microgranulateur, pour sa part, adopte une trémie de 17 litres, accolée à l'arrière de la réserve de semence. Sa distribution électrique utilise trois variantes de cannelures, interchangeables rapidement, débitant de 1 à 40 kg/ha. 54 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Gamme Le Bavarois Horsch dispose de deux gammes de semoirs monograines repliables et semi-portés. Les modèles CC de la série Maistro travaillent sur 6 à 12 rangs. La variante RC est constituée d'une rampe de semis adaptable sur le châssis Pronto AS. Le constructeur a développé puis lancé fin 2011 la gamme complémentaire Maestro pour semer maïs, tournesol, soja, betterave ou colza jusqu'à 15 km/h. La version CC à trémies individuelles regroupe les appareils compacts de 8 rangs (interrang de 70, 75 ou 80 cm) et 12 rangs (45 ou 50 cm). Les semoirs Maestro SW disposent, eux, de 12 ou 24 éléments approvisionnés en semence par une seule trémie de 2 000 litres de capacité. Attelage et châssis Le Maestro s'attelle à la chape réglable ou au piton. L'opérateur Horsch Maestro 8.75 CC 8 rangs - Garantie 1 an Plate-forme 1- La profondeur de semis est contrôlée par deux roues de terrage réglables suivant douze positions, entre 1,5 et 9 cm 2- La pression de l'élément appliquée au sol s'ajuste à l'aide d'un petit vérin hydraulique vertical placé sur chaque élément. 3- Les turbines de distribution sont logées sous la trémie de fertilisation. 4- L'opérateur étalonne la dose d'engrais apportée à l'aide d'un peson électronique fourni. 5- La réserve du microgranulateur (au premier plan) est logée dans la trémie d'engrais. 6- Les doseurs du fertiliseur et du microgranulateur alimentent les éléments via leur propre tête de répartition. 7- Le disque doseur, d'un diamètre de 12 cm, présente des encoches courbes et échancrées accueillant la semence. 8- Le Terminal Horsch livré de série avec le Maestro est compatible Isobus, moyennant un déblocage payant. 1 4 7 2 5 8 3 6 Caractéristiques du modèle présenté Nombre de rangs 8 Châssis Semi-porté repliable Largeur au transport mesurée 2,82 mètres Capacité de la trémie de semence 2 800 litres Poids à vide 3 940 kg Pression d'enterrage par élément 80 à 300 kg Prix du modèle présenté* 69 210 € HT * avec options freinage, microgranulateur et chasse-débris. opte si nécessaire pour une rotule d'attelage. L'appareil requiert deux distributeurs à double effet alimentés par un circuit load sensing et délivrant chacun 25 l/min, ainsi qu'un retour libre. Le premier est dédié à l'entraînement des turbines. Le second anime, grâce à un sélecteur électrohydraulique, les traceurs, la levée ou descente ainsi que le repliage des deux demi-poutrelles supportant les éléments semeurs. Le semoir, chaussé de deux roues de dimensions 700/50-22.5 (15.5/80 R24 en option), dispose du freinage hydraulique (pneumatique sur demande). Un mécanisme de balancier contrôlé par deux vérins lève ou abaisse les éléments. Au transport, le semoir replié affiche une hauteur de 3,54 mètres. Turbine et distribution Les deux turbines sont entraînées hydrauliquement par le tracteur. La première alimente le circuit de dépression nécessaire à la sélection de la graine. La seconde génère la pression d'air nécessaire au transport du fertilisant et des microgranulés. En cabine, le terminal affiche le régime de rotation de chacune d'entre elles. La distribution est animée exclusivement par des moteurs électriques alimentés par la batterie du tracteur. Élément Chaque élément est maintenu au châssis par un parallélogramme aux bras surdimensionnés et dispose d'une trémie de 70 litres. Le doseur compact associé est entraîné par un moteur électrique et contrôlé par un micro-ordinateur intégré. Il se composed'un disque de distribution de faible diamètre et d'un sélecteur de doubles. Une réglette transforme le mouvement circulaire de la semence en translation verticale qui chute dans le tube de descente. Un double disque assure la mise en terre de la semence. Pour modifier l'interrang, l'opérateur déplace manuellement les éléments bridés. Leur masse unitaire affiche 100 kg, mais s'ajuste hydrauliquement entre 80 et 300 kg. Des chasse-mottes ou chasse-débris optionnels préparent le travail de o La visualisation en temps réel de la proportion de doublons et de manques sur le terminal. o La capacité élevée des trémies. o La compacité des doseurs électriques, offrant une large plage de réglage de l'interrang (à partir de 30 cm). On a bien aimé o L'absence de Maestro portés au catalogue (Horsch prévoit leur sortie en 2013). o Le casier de rangement, peu accessible en présence du microgranulateur. o L'absence de coutre circulaire au catalogue. On a moins aimé l'élément. À l'arrière, ce dernier reçoit une roue plombeuse en caoutchouc (escamotable), une paire de roues tasseuses ou des disques de recouvrement optionnels. Fertiliseur et microgranulateur La trémie de fertilisation des MaestroCC, livrée de série, embarque 2 800 litres d'engrais. Elle reçoit un capteur placé à mihauteur et un autre en fond de trémie pour surveiller le niveau résiduel. Le module doseur dédié contrôle l'apport entre 0,05 et 300 kg/ha. Des doubles disques de fertilisation, montés sur l'élément et réglables en écartement ainsi qu'en profondeur, enterrent l'engrais. Le microgranulateur optionnel est alimenté par une réserve de 300 litres. Le doseur délivre entre 0,09 et 200 kg/ha de produit, enterré avec la semence. Terminal Le semoir Maestro reçoit, de base, le Terminal Horsch. Son écran de 15 cm de diagonale affiche notamment le pourcentage de doubles et de manques par élément, la pression appliquée au sol, les compteurs d'hectares partiels et total ou encore la vitesse réelle de travail fournie par un radar. Le boîtier optionnel Basic confort présente, sur un écran de 26 cm de diagonale, les mêmes fonctionnalités. Tous deux gèrent la coupure rang par rang et disposent d'un port pour connecter un récepteur GPS. Actualités 56 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 Du 16 au 21 avril : Intermat Salon international des matériels de travaux publics, Intermat s'installe au parc des expositions de Paris-Nord Villepinte du 16 au 21 avril. Cet événement accueille notamment de nombreux constructeurs d'engins de manutention et la plupart des motoristes. Tél. : 01 76 77 11 93 - www.intermat.fr Les 23 et 24 mai : Salon de l'herbe Les mercredi 23 et jeudi 24 mai, le Salon de l'herbe retrouve les terres bretonnes de Nouvoitou (Ille-et- Vilaine). L'événement, qui attend 30 000 visiteurs, comprend 22 hectares de ray-grass anglais tardif dédiés aux démonstrations de récolte. Il propose également un hectare de vitrines végétales. www.salonherbe.com Le 24 mai : Pulv & Tech Rendez-vous régional sur la pulvérisation adapté au plan Ecophyto, Pulv & Tech se tient le 24 mai à Baignolet, en Eure-et-loir. Organisée par les chambres départementales et FdCuma des régions Centre et Île-de-France et des départements limitrophes, cette manifestation propose, de 10 h 30 à 12 heures, une conférence technique sur l'optimisation de l'utilisation des produits phytosanitaires et les possibilités technologiques d'amélioration de la précision des pulvérisateurs. L'après-midi, de 15 heures à 17 heures, sera animé par des démonstrations dynamiques d'appareils portés, traînés et d'automoteurs. Tél. : 02 37 24 45 54 Les 6 et 7 juin : Tech&Bio Elevages et cultures associées L'édition du Grand Ouest de Tech&Bio, le rendez-vous des techniques agricoles bio et alternatives, se tient les mercredi 6 et jeudi 7 juin à Château-Gontier dans la Mayenne. Tél. : 02 41 96 75 30 E-mail : vincent.houben@maine-et-loire.chambagri.fr www.tech-n-bio.com Agenda BKT : les objectifs dépassés Le manufacturier indien BKT a décidé de revoir ses objectifs de développement à la hausse. En effet, sur 2011, il a produit 20 % de tonnage de pneus en plus et il estime qu'il devrait terminer, fin mars, son exercice 2011-2012 avec une croissance de 40 % en valeur. Pour mémoire, l'an dernier, il avait réalisé 2,2 milliards de roupies (environ 342 M€) de chiffre d'affaires. Il a donc avancé de 2015 à 2014 son projet de devenir l'un des leaders mondiaux de l'activité des pneumatiques non routiers avec 10 % de parts de marché et il s'est assigné 32 % de production en plus dès 2012. Pour y parvenir, il va continuer à développer ses capacités. Un atelier situé à Dombivali, près de Mumbai, et inauguré en octobre, va lui permettre de doubler sa production de moules et notamment d'approvisionner sa nouvelle usine de Buhj. Celle-ci a démarré ses activités en décembre en produisant des chambres à air et elle devrait rapidement monter en régime. Dès le deuxième trimestre, elle devrait assurer 20 % de la production de BKT et, à terme, multiplier ses capacités par deux. B.S. Yto : premier tractoriste chinois La Chine n'a pas échappé aux effets de la crise économique mondiale. Son plus important constructeur de tracteurs, First Tractor Company, mieux connu pour sa marque Yto, n'a enregistré cette année qu'une progression de ses ventes de 6 % pour un chiffre d'affaires global de 1,36 Md€, c'est-à-dire presque une contre-performance dans un contexte économique local accoutumé aux taux de croissance à deux chiffres. Toutefois, les résultats de cet industriel, embarqué depuis une dizaine d'années dans un rapide développement, restent spectaculaires. Il a vendu, en 2011, 47 633 tracteurs de forte puissance (+ 8,4 %), 34 480 de moyenne puissance (+ 38,6 %) et 45 678 de faible puissance. Avec 1,12 Md€ de ventes, le machinisme agricole représente son secteur d'activité le plus important. First Tractor Company peut encore trouver de la marge pour se développer tant les besoins de l'agriculture chinoise sont gigantesques. L'an dernier, 371 189 tracteurs de moyenne et forte puissance ont été vendus dans le pays, soit 14,8 % de mieux qu'en 2010. Pour se développer sur son marché intérieur et à l'international, le constructeur met les bouchées doubles. Il veut hisser rapidement le niveau de ses technologies et celui de ses capacités de production. En 2011, il a mené à bien plusieurs projets qui lui tenaient à coeur, notamment la production d'une première série de tracteurs de 220 chevaux ou celle d'une deuxième série de tracteurs à transmission powershift. Une nouvelle usine est en train de sortir de terre à Helongjiang. Une autre, à Xinjiang, a démarré sa production. Parallèlement, le constructeur a poussé ses études en moteurs diesel pour développer des contrôles électroniques et la forte puissance. L'acquisition de l'usine de Saint-Dizier, en Haute-Marne, faisait partie d'une stratégie pour maîtriser rapidement la fabrication de transmissions powershift et ainsi conquérir des parts de marché en tracteurs de forte puissance. Dans ses projets, le constructeur chinois souhaite la transformer en centre de recherche et développement, base commerciale et outil de production à destination du marché européen. Dans le bilan, ce site acheté 8 M€ a nécessité une première injection de capital de 19,6 M€. Durant la période de mars à décembre 2011, l'usine a produit 611 transmissions, réalisé un chiffre d'affaires de 10,45 M€ et essuyé une perte de 8,46 M€. B.S. Le repreneur chinois de l'usine de transmissions de Saint-Dizier reste encore discret sur le marché européen. Mais, dans son pays, ses développements industriels et de produits vont bon train. Selon le bilan communiqué par Yto, son usine de Saint-Dizier (Haute-Marne) a construit 611 transmissions entre mars et décembre 2011. o Ventes : 11,33 milliards de yuans (1,36 Md€) (+ 6,6 %) o Bénéfices : 457 millions de yuans (457 M€) (- 12,5 M€) Exercice 2011 Débuts de Pneu Expo à Lyon Malgré ses débuts modestes, Pneu Expo, qui s'est tenue à Lyon du 12 au 13 février, a été plutôt appréciée par la profession. Certes, pour sa première édition ce salon, avec ses 3 000 visiteurs et sa centaine d'exposants, reste loin des performances de ses grands modèles internationaux. La référence, l'Allemand Reifen, draine tous les deux ans 18 000 visiteurs autour de 600 exposants. Mais le pari des éditions VB d'organiser un lieu de rencontre entre les grossistes, les manufacturiers, l'outillage spécialisé et les distributeurs s'est révélé intéressant. Une centaine d'exposants parmi lesquels, concernant l'activité agraire, les grossistes Copadex, Saphore, Sonamia, Socah, les réseaux Siligom ou Point S, les manufacturiers Alliance et Superking, les pneus d'occasion et rechapés Ladougne ou Fedima s'étaient déplacés sur le Parc des expositions de Lyon (Rhône). B.S. Michelin : un trésor dans les spécialités Le groupe Michelin est plutôt satisfait de la rentabilité que lui ont apportée ses activités de spécialités sur son exercice 2011. En effet, alors que son chiffre d'affaires global a progressé de 15,8 % à 20,72 Md€, ses spécialités regroupant les pneus pour l'agriculture, le génie civil, les motos et les avions ont gagné 33 %, à 3,2 Md€. La soif des pays émergents en minerais et en énergie a dopé les besoins du génie civil, la croissance du trafic celle des pneus avion, le redressement de la demande en premiers équipements celle des pneus agricoles. Le marché du remplacement, de son côté, a connu une forte progression en Amérique du Nord et une certaine croissance en Europe. Sur le segment des spécialités, la marge opérationnelle avant les éléments récurrents est passée de 17,8 % à 21,5 % alors qu'elle ne représente que 9,4 % sur l'ensemble des activités du groupe. B.S. Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012 57 Zetor : à la conquête du monde Zetor a terminé l'année 2011 sur une note positive. Il a, en effet, fabriqué 3 305 tracteurs sur les trois premiers trimestres et aurait conclu la période avec 4 465 unités. La performance est comparable à celles précédant 2009 et la crise financière. Le constructeur tchèque a effectué un sérieux contrôle de ses coûts de fabrication pour les rendre cohérents avec son volume de production. Dans son bilan, il a enregistré, dès les trois premiers trimestres 2011, un bénéfice avant impôt de 80 millions de couronnes tchèques (3,2 M€). Il s'est félicité d'avoir regagné des parts de marché sur plusieurs pays, notamment la Tchéquie, la Slovaquie, la Norvège, la Suède, le Danemark, la Finlande, la Serbie, la Lettonie, la Lituanie et la Grèce. Il est même revenu vers des destinations plus lointaines en remportant un marché public de 1 500 tracteurs en Irak. Il s'est ouvert de nouvelles portes en Afrique du Sud, au Soudan et en Algérie et à Cuba, où il a conclu un accord de coopération commerciale. Pour 2012, Zetor envisage une production de 4 640 unités et prévoit l'introduction de plusieurs nouveautés. B.S. Agco : un salon pour les pièces Cette année, la division libre-service agricole et pièces du groupe Agco avait choisi le parc des expositions du Mans (Sarthe) pour y tenir son salon biennal. Dans un hall de 5 000 m2, 42 fournisseurs ont donc accueilli près de 270 visiteurs les 15 et 16 février. «Le salon libre-service agricole et pièces s'adresse à l'ensemble des concessionnaires Agco franchisés ou non, explique Simon Roy, le responsable développement libre-service sur l'ouest de la France. Cela leur permet de découvrir des nouveaux fournisseurs et leurs produits, d'organiser les réapprovisionnements de la nouvelle année, d'échanger sur des thèmes d'actualité. Actuellement, par exemple, le sujet le plus débattu est celui du gazole non routier. Le marché des cuves à gazole a été multiplié par dix ! » L'événement est également fréquenté par les responsables des différents réseaux Agco qui trouvent une occasion commode d'y rencontrer de manière informelle leurs partenaires. Ce service pièces créé, à l'origine, par Massey Ferguson au début des années quatre-vingt-dix pour développer les libres-services Horizon Vert chez ses concessionnaires a désormais élargi ses activités aux revendeurs Valtra et Fendt. Aujourd'hui, il déploie son réseau sur 180 libres-services labélisés Horizon Vert chez 70 concessionnaires Massey Ferguson et, en parallèle, sous leurs propres labels, une cinquantaine de Valtra et près de la moitié du réseau Fendt. « L'objectif est de fidéliser la clientèle des concessions et de véhiculer l'image de la marque au travers de consommables ou de pièces », explique Simon Roy. Alors, tout au long de l'année, la petite équipe de trois responsables régionaux dirigée par Xavier Lafargue référence les fournisseurs, organise l'animation marketing et visite l'ensemble des points de vente. « Nous aidons les concessionnaires dans la mise en place de leurs magasins et dans le développement de leur marketing. Deux fois par an, à l'automne et au printemps, nous envoyons des mailings personnalisés. Chaque édition d'Horizon Vert, par exemple, représente 180 000 envois. » Parallèlement, un pôle administratif basé à Beauvais gère la facturation. « Dans le circuit, le concessionnaire achète directement au fournisseur. Mais, afin de massifier les achats et d'obtenir de meilleures conditions, celui-ci envoie sa facture à Agco et nous refacturons au distributeur. » B.S. Simon Roy, responsable développement libre-service sur l'ouest de la France d'Agco, et Xavier Lafargue, le directeur du service, ont accueilli près de 270 visiteurs des réseaux Agco sur leur salon biennal. Pièces et équipement 58 Matériel Agricole - N° 176 - Avril 2012

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Désherbage mécanique

Bineuses Grégoire Agri : L’original Desherbrang

Tracteur

La Série 7 de Deutz-Fahr fait peau neuve

Télémétrie

L'API Claas combine FieldView à la télémétrie

Travail du sol
Transport

La Campagne : des portes plus légères et plus robustes

Tracteur

Tracteur Landini 5-085 : Le couteau suisse

Pneumatiques

BKT : la gamme Ridemax s'agrandit

Travail du sol

Maschio Gaspardo : Quick-Fit facilite le changement des lames

Désherbage mécanique