Filière des AgroéquipementsChiffres et baromètres confirment un marché à la baisse

Chiffres et baromètres confirment un marché à la baisse
De gauche à droite : Sylvie Domenech et Raphaël Luchessi (Sedima), Patrick Pérard et Elodie Dessart (Axema)
L'Axema (Union des industriels de l'agroéquipement) et le Sedima (Syndicat des entreprises de Services et Distribution du Machinisme Agricole) s'accordent sur un même constat : la baisse du chiffre d'affaires des entreprises du machinisme agricole. Les données officielles établies à partir des bilans des entreprises, dont la majorité réalise un chiffre d'affaires inférieur à 15 millions d'euros (54 % des industriels et 69 % des distributeurs), dévoilent pour 2014 des niveaux d'activité inférieurs à ceux de 2013. Quand 42 % des industriels pensent que le marché français du second semestre sera inférieur à celui du premier, ce sont 70 % chez les distributeurs qui le déclarent. En première ligne, les concessionnaires enregistrent en effet plus rapidement la baisse des prises des commandes. Du côté des industriels, deux marchés restent soutenus, celui des matériels viti-vinicoles et celui des équipements pour les espaces verts. Les distributeurs confirment cette impression pour les équipements des espaces verts et notent, par-contre, une stabilité en viticulture. Dans le même temps, ils enregistrent aussi une réduction de leur prestation en atelier, ainsi qu'au magasin. Ils sont 52 % à indiquer que leur stock en matériels neufs est supérieur à la normale et 41 % à faire cette déclaration pour le matériel d'occasion. Sur le plan comptable, si 82 % des industriels indiquent ne pas rencontrer de problèmes de trésorerie, les distributeurs sont 41 % à signaler des difficultés et 11 % à révéler une situation très difficile. Chez les industriels, la marge est restée assez stable entre 2012 et 2013, souvent grâce à des investissements. Ils compensent l'effritement de la marge traditionnelle, lié à l'augmentation des prix des matières premières, de la masse salariale et surtout des frais liés à la réglementation. Des agriculteurs prudents et une filière qui s'inquiète Selon les chiffres de l'Insee, l'investissement en matériels de la branche agriculture se situe, depuis trois ans, autour de 8 milliards d'euros. Il était de 4 milliards dans les années 1990, de 5 milliards en 2000 et de 6 milliards un peu avant 2010. Le rythme s'est donc considérablement accéléré. Selon une étude européenne récente portant sur les intentions d'achat des agriculteurs entre 2014 et 2020, 67 % des Français déclarent avoir des projets, contre 76 % en Allemagne, 62 % en Pologne, 57 % en Espagne et 28 % en Italie. Parmi ces agriculteurs français, 83 % investiront en matériel, 48 % en bâtiments, 27 % en terre, et 29 % en formation. En 2013, la plupart des agriculteurs ont enregistré un recul de leur revenu, sauf en viticulture. Depuis et selon le baromètre Ifop-FNSEA, 30 % des agriculteurs considèrent que leur situation financière s'est encore détériorée, 60 % indiquent qu'elle s'est stabilisée et 10 % déclarent qu'elle s'est améliorée. Dans la perspective des trois années à venir, ce baromètre annonce que 36 % des agriculteurs entrevoient une stabilité, 43 % s'attendent une situation moins favorable, alors que 20 % espèrent une amélioration. Face à ce baromètre issu du syndicat agricole, la filière des agroéquipements perçoit une situation plus inquiétante avec 49 % des industriels et 53 % des distributeurs remarquant le mauvais moral, voire un très mauvais moral chez leurs clients. Ils sont 40 % à constater un moral moyen et seulement 7 % à recueillir un bon moral. 44 % des industriels s'attendent en 2015 à une baisse de leur chiffre d'affaires sur le marché français. Ils sont 52 % des distributeurs à le penser également.  

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Semoir

Un interrang supplémentaire pour l'U-Drill de Kverneland

Semoir direct

Le semoir Simtech aux boudins en élastomère

Arracheuse intégrale à betteraves

Les heures n’effraient pas la Ropa EuroTiger V8-4

Pulvérisation

Basf transfère les bidons en sécurité

Utilitaire

Un SSV à pris attractif chez Can-Am

Pommes de terre

Un système anti-érosion chez AVR

Broyeur à axe vertical

Un gyrobroyeur rigide Quivogne de 3,50 m

Pommes de terre

Réglage d'une arracheuse à pommes de terre

Station météo

Weenat aide les irrigants