Résultats annuels 2014Les marchés lointains soutiennent l'activité de Claas

Les marchés lointains soutiennent l'activité de Claas

Le bilan de l'exercice 2014 de Claas se terminant au 30 septembre est plutôt mitigé. Il enregistre en effet un chiffre d'affaires de 3,8 milliards d'euros. Ce montant est quasiment identique à celui de l'an dernier et le constructeur enregistre une nette diminution de sa rentabilité.

 
L'Allemagne et la France restent les deux plus importants marchés de Claas.
Claas a su compenser les difficultés rencontrées sur ses marchés traditionnels en développant ses ventes au grand export. Alors que son chiffre d'affaires recule de 10,6 % à 793,4 M€ en France, son deuxième marché, et perd 14,2 % à 707,5 M€ dans des pays d'Europe centrale et orientale malmenés par la crise ukrainienne, il progresse de 27,8 % à 740,4 M€ dans les régions plus lointaines. Il commence à toucher les dividendes de ses développements commerciaux. Il a notamment progressé en nombre de vente d'automoteurs de récolte en Amérique du Nord et, en Asie, il a bénéficié de quelques appels d'offres fructueux ainsi que des premiers effets de l'acquisition du constructeur chinois Jinyee. En revanche, Claas déplore une certaine dégradation de sa rentabilité, son bénéfice net après impôt passant de 212,3 à 113,1 M€. Le constructeur a dû faire face à des coûts en augmentation et son résultat comptable s'est fait grever de 50 M€ de dépréciation exceptionnelle de son investissement en Russie. Par ailleurs, l'extension du réseau commercial international engendre nécessairement des frais, tout comme la poursuite des efforts en recherche et développement en matière de télématique ou de motorisations conformes aux normes d'émissions. Dans le contexte actuel de marché tendu, les renchérissements des machines modernes ont parfois du mal à passer. « Le moteur dépollué conforme à Stage IV d'un tracteur de 100 chevaux coûte deux fois plus cher que le modèle de même puissance Stage II. Le client n'est pas toujours prêt à payer la différence », constate Lothar Kriszun, le porte-parole de la direction de Claas. Dans ses perspectives, le groupe n'est que modérément optimiste pour 2015. Il estime que le marché global du machinisme agricole devrait continuer à reculer. Malgré cela, il n'envisage pas d'interrompre ses investissements internationaux. La nouvelle usine qu'il est en train de construire à Krasnodar (Russie) sera terminée en 2015. La localisation de la production apparaît nécessaire pour s'installer sur un marché immense confronté à un protectionnisme grandissant.  

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Pulvérisation

Suspension intégrale pour le pulvé traîné Kubota XTS4

Élevage

Kuhn Aura : l’alimentation automatique revisitée

SSV

Le Polaris Ranger porte plusieurs robes

Salon

Innov'Space 2020 : dix matériels qui ont séduit le jury

Direction générale

Défection à la tête des tracteurs chez Claas

Pulvérisateur traîné

John Deere coupe les buses une à une en Isobus

Travail du sol

Kverneland : les charrues Varilarge revisitées

Travail du sol

Pöttinger : un Terria pour chaque utilisation

Equipements d'élevage

Euromark débarque sur le marché de la remorque distributrice avec la RD-HD