Podia inaugure son show-room Belarus

Podia inaugure son show-room Belarus

    L'inauguration fin septembre, à Barberey-Saint-Sulpice (Aube), du premier site d'exposition de la société Podia marque, après quinze ans d'absence, le retour des matériels biélorusses dans notre pays.    

    Eric Renaud, le président de Podia, ne manque pas d'ambition : « Nous voulons devenir full liner en matériels low-cost de qualité européenne et rentrer en France dans le top 8 des fabricants de machines agricoles. » Il affirme l'objectif étonnant de vendre d'ici cinq ans, de 2 000 à 3 000 tracteurs en France, en Belgique et au Luxembourg. Sa structure, créée en décembre 2012, s'est spécialisée dans la commercialisation via Internet d'outils et d'engins d'origine biélorusse. Il vise notre marché mais aussi le Chili, l'Equateur et seize pays d'Afrique. Son catalogue varié comprend les tracteurs Belarus fabriqués par MTZ (Minsk Tractor Works) développant de 36 à 355 chevaux et différents matériels tractés, tels que des outils de travail du sol, des tonnes à lisier, des épandeurs d'engrais, des bennes, des bols mélangeurs, des pailleuses, des andaineurs, des faucheuses... L'importateur, qui prévoit même de vendre les ensileuses et les moissonneuses-batteuses de Gomselmash, s'appuie pour ces équipements sur dix constructeurs biélorusses, notamment Bobruisk Agromash, Lidagropromash, TDA Bobruisk et TDA Smorgon... Tous ces matériels sont annoncés conformes à la réglementation française et, pour les véhicules remorqués, réceptionnés par la Dréal pour accéder à l'obligatoire certificat d'immatriculation.   Des show-rooms pour préparer l'achat Pour distribuer sa gamme de produits, Podia a mis en ligne son site marchand www.podia.fr. Le show-room à Barberey-Saint-Sulpice, à proximité de Troyes, est le premier d'une série de cinq. Il a pour vocation d'accueillir les prospects  et de leur permettre de découvrir et d'essayer les engins. Deux autres devraient être construits en 2014 à Rennes et Saint-Etienne. Les derniers sont programmés en 2015 en Belgique et dans le sud-ouest de la France. Podia assure aussi, via son site, la vente de pièces détachées pour l'ensemble de ses produits ainsi que pour les 700 à 1 000 tracteurs Avto estimés encore en parc. À terme, il compte s'appuyer sur un réseau de 200 ateliers indépendants (objectif de 30 à fin 2013) pour assurer le service après-vente et la maintenance. Même si la vente s'effectue via Internet avec une politique de prix non négociables et l'absence de reprise, Podia vise également s'entourer de 200 agents indépendants ou garages agréés pour l'appui commercial sur le territoire français (25 recrutés à fin septembre). La société commerciale s'est par ailleurs entourée de firmes françaises pour enrichir son offre en équipements. Le constructeur Manip' fournit des chargeurs frontaux siglés et aux couleurs de Belarus. Le spécialiste Hydrokit adapte, par exemple, un kit de commande hydro-électrique de l'embrayage à disques à sec. À travers cette entente, les deux entreprises hexagonales voient une opportunité de développer leur activité en Biélorussie. Podia s'est par ailleurs rapproché de l'allemand Müller Elektronik afin de proposer des solutions électroniques telles que des barres de guidage ou des caméras.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus

Voirie

Les pièces d’usure communes à l’épareuse et au broyeur d’accotement Desvoys