ImportationsLa Ficime adresse cinq propositions pour une France plus ouverte

La Ficime adresse cinq propositions pour une France plus ouverte
Alain Rosaz, président de la Ficime
Inutile de convaincre Alain Rosaz, le président de la Ficime, la fédération des importateurs et distributeurs de la mécanique et de l'électronique, de l'attractivité de la France. Il a déjà pu juger des qualités de notre pays à l'aune de la réussite économique des entreprises adhérentes à son syndicat. La taille de son marché, la qualité de ses infrastructures, le niveau de son enseignement, le savoir-faire de sa main-d'œuvre ou la position géographique représentent autant d'atouts que les entreprises étrangères savent apprécier lorsqu'elles viennent s'installer dans l'Hexagone. Pour autant elles constatent aussi les freins s'opposant à leur rapide implantation sur le marché ou à la localisation de leurs activités. Alaiin Rosaz évoque, à ce propos, la pression et le manque de visibilité induits par la fiscalité, les problèmes de coût du travail, de mobilité et de flexibilité des salariés. Mais, il se garde de recommander des solutions faciles. Les négociations sur ce terrain hautement politique restent, en effet, l'apanage du Medef, un syndicat auquel adhère la Ficime. Alain Rosaz, en revanche, veut rester concret et avance cinq propositions pour éliminer autant de points de blocage endurés par les industriels étranger désireux de se développer en France. 1 / Un accompagnateur unique La première proposition vise à réduire le nombre d'interlocuteurs que doivent rencontrer des investisseurs voulant se développer en France. Selon Alain Rosaz, la création d'un APPIE, un accompagnateur public de projet d'investissement étranger, doté d'une autorité renforcée en matière fiscale, sociale et territoriale serait à même de grandement accélérer leurs projets.  2/ La France comme plate-forme pour l'Afrique En reconnaissant les liens commerciaux anciens entre la France et les pays africains, la seconde proposition d'Alain Rosaz vise à faire de notre pays une plate-forme de réexportation privilégiée vers ce continent. Il propose pour cela que les produits « trade in France », c'est-à-dire ayant bénéficié dans notre pays d'une création de valeur ajoutée par des opérations de stockage, d'emballage, de contrôle ou de commercialisation puissent, à l'instar de leurs homologues « made in France », avoir accès à des soutiens publics à l'exportation comparables. Il propose, pour cela, la création d'un guichet BPI France réexport donnant accès aux services publics de soutien à l'exportation. Selon Alain Rosaz, la Banque publique d'investissement pourrait dédier à l'activité réexportation des prêts de développement et la Coface des garanties.  3/Un crédit d'impôt pour installer des centres de décision en France Lorsqu'une grande entreprise internationale souhaite installer un siège européen dans une capitale, les différents pays lui font assaut d'amabilités. Alain Rosaz suggère que la France emporte la décision en créant un crédit d'impôt compétence dédié.  4/ Une politique de salons professionnels internationaux Alain Rosaz suggère aux pouvoirs publics de mettre en route une véritable politique d'investissements en infrastructures, en moyens de transport et en hébergement au niveau national et régional pour favoriser l'émergence de salons internationaux.  5/ Des synergies avec les entreprises innovantes française Dans sa cinquième proposition, Alain Rosaz appelle de ses vœux une meilleure mise en relation des acteurs de l'innovation française avec les adhérents de la Ficime. La création d'une charte de coopération pourrait favoriser l'indépendance capitalistique, technologique et commerciale des entreprises innovantes et leur permettre d'accéder aux marchés mondiaux en partenariat avec les groupes internationaux.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Pommes de terre

La planteuse Terra-Protect de Grimme succède au Dyker

Semoir

Un interrang supplémentaire pour l'U-Drill de Kverneland

Semoir direct

Le semoir Simtech aux boudins en élastomère

Arracheuse intégrale à betteraves

Les heures n’effraient pas la Ropa EuroTiger V8-4

Pulvérisation

Basf transfère les bidons en sécurité

Utilitaire

Un SSV à pris attractif chez Can-Am

Pommes de terre

Un système anti-érosion chez AVR

Broyeur à axe vertical

Un gyrobroyeur rigide Quivogne de 3,50 m

Pommes de terre

Réglage d'une arracheuse à pommes de terre