Bonfiglioli et Comer Industries Rationalisation dans les transmissions épicycloïdales

Rationalisation dans les transmissions épicycloïdales
Sonia Bonfiglioli, Présidente et administratrice déléguée de Bonfiglioli, a racheté à Matteo Storchi, directeur général de Comer, toute une gamme de transmissions de puissance sur roues.
Bonfiglioli a annoncé le rachat à Comer Industrie de sa gamme de roues à entraînement électrique et de roues motrices à réducteurs épicycloïdaux. Cet accord, qui prendra effet le 1er janvier 2015, permettra à ces deux géants italiens de l'industrie des composants pour machines agricoles de se renforcer sur leurs points forts. Bonfiglioli est, en effet, un grand spécialiste de la transmission de puissance. Il produit, avec ses 3 335 salariés et ses huit usines à travers le monde, des motoréducteurs pour tous les types d'applications, depuis les machines industrielles jusqu'aux éoliennes en passant par les matériels de T.P. ou agricoles. Il a réalisé, en 2013, un chiffre d'affaires de 613,8 millions d'euros. Comer Industrie, pour sa part, propose une large gamme de composants mécaniques liés à la transmission de la puissance pour le machinisme agricole ou l'industrie. Il fabrique, par exemple, des réducteurs planétaires ou en cascade, des boîtiers de renvois d'angle et de changement de vitesses, des arbres à cardan... Il emploie 1 367 salariés et son chiffre d'affaires a atteint 340 M€ en 2014. Le machinisme agricole pèse pour 70 % de son activité.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Fertilisation

Une trémie frontale pour Mascar

Réseaux commerciaux

Steyr à la reconquête de l’Europe

Travail du sol

Les déchaumeurs Maschio-Gaspardo Ufo plus pénétrants

Pulvérisation

Suspension intégrale pour le pulvé traîné Kubota XTS4

Élevage

Kuhn Aura : l’alimentation automatique revisitée

SSV

Le Polaris Ranger porte plusieurs robes

Salon

Innov'Space 2020 : dix matériels qui ont séduit le jury

Pulvérisateur traîné

John Deere coupe les buses une à une en Isobus

Travail du sol

Kverneland : les charrues Varilarge revisitées