DossierL'apport d'engrais modulé en temps réel avec Crop Sensor

L'apport d'engrais modulé en temps réel avec Crop Sensor

Depuis une campagne, Hervé Boucton, agriculteur au sud de Toulouse (Haute-Garonne), utilise le capteur Crop Sensor de Claas pour mesurer l'état de la végétation lors de l'épandage d'engrais. Il adapte ainsi en temps réel les apports aux besoins des cultures et raisonne la fertilisation au plus juste pour atteindre ses objectifs de rendement et de qualité.  

Matériel Agricole vous propose, tout au long de ce mois de décembre, de (re)découvrir des exemples de producteurs adeptes de l'agriculture de précision. Ce travail, paru en début d'année dans Matériel Agricole n°220, relate plusieurs expériences de céréaliers exploitant les images aériennes ou satellitaires pour ajuster au mieux leurs apports d'intrants.

Hervé Boucton espère homogénéiser ses taux de protéines et optimiser ses interventions grâce à la modulation de ses apports d'engrais.

« Après avoir optimisé mes traitements phytosanitaires et mon irrigation, il me restait à mieux raisonner la fertilisation », déclare Hervé Boucton, agriculteur depuis près de 30 ans à Montaut dans le département de la Haute-Garonne. Son exploitation est implantée dans la vallée de la Lèze, située entre le Lauragais et la plaine de la Garonne. Dans cette région, les sols sont très hétérogènes, de nature argilo-calcaire en coteau, limono argileux avec une couche de ciment ferro-manganique baptisé grep ou encore de type alluvion. Le développement des cultures varie nettement entre les parcelles et au sein même de celles-ci. Pour lisser ces différences et doser au plus juste les apports d'engrais afin d'homogénéiser la qualité de la récolte, Hervé Boucton expérimente depuis trois campagnes une solution pour moduler les doses lors de l'épandage. Sa volonté est de trouver un système mesurant l'état de la culture afin d'adapter la quantité d'azote appliquée en temps réel. Un autre impératif est de pouvoir mettre en place et retirer les capteurs facilement du tracteur. Après une campagne d'essai avec le Greenseeker de Trimble, l'agriculteur teste actuellement le Crop Sensor de Claas qui semble répondre à l'ensemble de ses critères.   Un capteur vite opérationnel Le capteur mesurant l'état de la végétation commercialisé par le constructeur allemand s'accroche sur le relevage avant du tracteur effectuant l'épandage.

Installé sur le relevage avant, le Crop Sensor de Claas s'intalle et s'enlève facilement.

L'exploitant le fixe, lui, sur le bloc de masse frontal afin d'équilibrer l'ensemble pour évoluer en sécurité sur ses terres vallonnées. Il apprécie par ailleurs la simplicité de mise en œuvre du Crop Sensor. En effet, cet appareil satisfait à la norme Isobus donc les branchements sont simples. Une prise compatible suffit à l'alimentation électrique et au fonctionnement. En cabine, les réglages et le contrôle du capteur s'effectuent avec un terminal Isobus ou, comme chez Hervé Boucton, depuis le moniteur Cebis Mobile.

Les menus pour piloter le Crop Sensor sont simples d'utilisation. Cependant, certains modes de fonctionnement demandent des connaissances agronomiques pour être maîtrisés.

L'agriculteur souhaite disposer d'un boîtier électronique dédié au Crop Sensor. Il dispose d'un épandeur centrifuge Vicon RO-EDW Rotaflow d'une capacité de 3900 L dont la largeur de travail atteint 30 m. Cette machine est équipée de la coupure de sections automatique Geospread et de la pesée. Elle est pilotée par Isobus via le terminal Isomatch Tellus du constructeur. Au travail, le Cebis Mobile indique en permanence au moniteur Vicon la valeur à épandre calculée en temps réel à partir des relevés du capteur.   La densité et l'indice azoté mesurés Les deux modules de mesure du Crop Sensor sont montés sur des bras à dépliage et repliage électrique. Ces éléments permettent de définir l'indice de biomasse et l'indice d'azote (NDVI) de la culture. La première information correspond à l'évaluation de la densité de la végétation. Hervé Boucton l'utilise pour ses interventions sur colza ainsi qu'avec les blés durs, de force (haute teneur en protéines) et tendre lorsque le stade de développement est à fin de tallage et épi 1 cm. Une fois ce stade passé, il bascule en mesure de l'indice azoté. Celui-ci quantifie alors la couleur verte de la culture pour en estimer les besoins. L'exploitant souligne la polyvalence du dispositif Claas car il peut intervenir de jour comme de nuit, même en présence de rosée, grâce aux quatre LED qui éclairent en permanence la culture. Après une campagne d'utilisation, Hervé Boucton estime ne pas avoir assez de recul pour évaluer tous les bénéfices de son système. Il pense utiliser autant d'engrais, mais considère qu'il est mieux apporté et donc mieux valorisé.

Le Crop Sensor reçoit à l'extrémité de ses deux bras un module de mesure composé d'un capteur et de quatre LED pour un éclairage constant de la culture.

Crop Sensor : cinq modes de fonctionnement Hervé Boucton apprécie les cinq modes de fonctionnement du Crop Sensor.

Claas fournit avec son capteur le logiciel Agrocom Map qui permet l'affichage des cartes des relevés effectués pendant le travail.

Le premier mode réalise une carte avec les relevés des indices de biomasse et d'azote permettant une utilisation ultérieure des données. Les quatre modes suivants interviennent en temps réel sur le dosage de l'engrais épandus. Le mode Auto est le plus simple et demande le moins de connaissances agronomiques. Il suffit de saisir une dose cible et le Crop Sensor adapte l'épandage aux besoins sans nécessiter d'étalonnage. Les deux modes suivants donnent une consigne de doses moyenne, minimale et maximale, après avoir fait un ou deux étalonnages dans des zones représentatives de la parcelle. Enfin le mode Isaria est le plus complexe à utiliser, mais aussi celui nécessitant le plus de connaissances agronomiques. Il n'est actuellement adapté que pour le blé. Hervé Boucton sélectionne une plage cible pour la teneur en protéine, le stade actuel de développement de la culture et le suivant, ainsi que le rendement cible. Comme sur le mode précédent, des valeurs minimales et maximales peuvent être renseignées pour limiter les valeurs aberrantes. L'agriculteur privilégie ce mode lors de son dernier épandage. Retrouvez ici d'autres articles sur le thème de l'agriculture de précision par les images vues du ciel.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Pièces détachées

Le centre logistique Bepco sort de terre

Tonne à lisier

Un enfouisseur pour le Strip-Till chez Samson

Travail du sol

Des déchaumeurs Kverneland Enduro polyvalents

Miniatures

Weise Toys présente le Fendt 510C Turboshift

Travail du sol

Des équipements supplémentaires sur les outils Razol

Récolte pommes de terre

Dewulf améliore l'effanage sur son arracheuse RA3060

Utilitaire

Plus de grip pour le Quad Yamaha Kodiak 450 EPS

Récolte

La console 4640 sur les série T et W de John Deere

Essai tracteur

Claas Arion 660 CMatic, taillé pour les travaux lourds