Lemken tous azimuts

Lemken tous azimuts
Anthony van der Ley (photo), le nouveau directeur de Lemken, aurait du mal à reprocher quoi que ce soit à son prédécesseur, Franz-Georg van der Busse. L'entreprise qu'il lui a laissée est plutôt florissante. Son chiffre d'affaires de 340 M€, en croissance de 20 % par rapport à 2011, pulvérise tous ses records. Il se maintient dans le rythme de progression à deux chiffres que l'entreprise a entretenu la dernière décennie et que seules les années de crise de 2009 et 2010 avait interrompu. En 2004, le chiffre d'affaires de l'entreprise s'élevait à seulement 92 M€. Cette croissance s'explique, pour une partie, par le succès de certains des produits du constructeur allemand, pour une autre, par les investissement consentis par l'actionnariat familial. Ces dernières années, celui-ci les a multipliés. En 2005, le constructeur se dotait d'une gamme de pulvérisateurs en rachetant Jacoby et RTS. En 2009, il s'équipait d'une nouvelle installation de peinture par cataphorèse sur son site principal d'Alpen. Et ce n'est pas fini, cette usine va encore bénéficier d'ici 2015 d'un programme d'investissement de 50 M€. Elle va se voir greffer de nouveaux halls d'assemblage. Le bureau d'études va déménager dans un nouveau bâtiment équipé en moyens d'essais. Une ferme de démonstration va s'ouvrir non loin du siège pour accueillir des délégations de clients en visite ou des techniciens en formation. Le parking va s'agrandir pour accueillir un effectif en augmentation.
Vingt-deux filiales commerciales
Pour écouler sa production, Lemken investit également dans son réseau commercial. En dix ans, le nombre de ses filiales est passé de 10 à 22. Les dernières en date ont été établies aux États-Unis, au Canada, en Afrique du Sud ou en Belgique. « Nous avons constaté que chaque fois que nous mettions en place une filiale indépendante dans un pays, nous parvenions très vite à développer le chiffre d'affaires », constate Alexander van der Ley. Ainsi, le Canada a vu son chiffre d'affaires exploser de 111,9 % en un an, à 9,4 M€. Sur ses marchés historiques, Lemken parvient également à se renforcer. L'Allemagne a progressé de 14,2 % à 93 M€ et la France a gagné 18,8 % à 70,1 M€. Les pays d'Europe de l'Ouest restent les principaux débouchés des produits Lemken. Mais le constructeur ne compte pas freiner ses ambitions. Il annonce un objectif de chiffre d'affaires de 500 M€ d'ici cinq ans. Quelques marges de développement existent sur le continent européen où le constructeur peut renforcer ses positions en pulvérisateurs. Mais c'est en Amérique du Nord et surtout en Extrême-Orient que la progression pourrait être la plus spectaculaire. En octobre, une usine de 4 000 m2 a démarré la production de charrues bisocs et trisocs adaptées au marché local. Sa capacité initiale de 1 000 machines par an pourra très vite être relevée grâce à une possibilité d'extension du site sur 8 000 m2. Il sera à même d'alimenter des marchés sri-lankais, bengalis et africains avec de nouvelles fabrications de herses rotatives ou de déchaumeurs à dents. Lemken se prépare également à renforcer sa présence en Chine. Une usine d'assemblage de semoirs, déchaumeurs et charrues de 6 500 m2 est en train de sortir de terre à Qingdao, une importante ville portuaire au nord du pays.  Elle va démarrer ses activités avec un effectif d'une trentaine de salariés au deuxième trimestre 2013.

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Publi-rédactionnel-Salon des ETA 2021
Récolte des fourrages

Pöttinger : Liage tandem film ou filet sur l’Impress 3000

Les rencontres de Matériel Agricole

Webinaire télémétrie le 17 décembre

Broyeurs et débroussailleuses

Un broyeur bien contrôlé chez Desvoys

Tracteur

McCormick : Quatre modèles X7 à châssis court

Publi-rédactionnel

Pierre Dumont, agriculteur à La Cherrueix (35)

Semis

Carré : Croquer la terre à pleine dent

Matériel de récolte
Publi-rédactionnel