Spécial Sima 2015Le Joker RT d'Horsch gagne en stabilité

Le Joker RT d'Horsch gagne en stabilité
Horsch Horsch retouche sa gamme de déchaumeurs à disques indépendants à châssis semi-porté Joker RT. Le fabricant d'Outre-Rhin a surtout redessiné son châssis. Son essieu de transport, jusqu'à présent situé derrière la machine, prend désormais place devant le rouleau. Cette conception favorise sa maniabilité et sa stabilité lors des déplacements routiers, son centre de gravité se situant plus près des roues. Horsch annonce également ainsi limiter les rebonds de son outil au travail. Ce repositionnement de l'essieu permet au constructeur bavarois d'équiper son Joker RT d'un double rouleau Rollpack, de 55 cm de diamètre, à anneaux profilés en U ou de la variante sillonneur acier SteelDisc. Comme la distance entre les disques et le rouleau progresse, Horsch assure ainsi mieux niveler le sol et autoriser le travail en conditions plus plastiques. Plus lourd, le Joker RT devrait également mieux pénétrer le sol en conditions sèches. Le réglage hydraulique de sa profondeur de travail arrive désormais au catalogue des accessoires. L'appareil se dote aussi en option de lames Crossbar réglables hydrauliquement pour favoriser la reprise d'un labour. Les nouveaux Joker 6 RT et 8 RT ne sont pour l'heure disponibles qu'en 6 et 8 mètres de large. Ils se replient à trois mètres au transport. Le Joker 5 RT, de cinq mètres de large, devrait rejoindre cette nouvelle offre au mois de juin.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Fertilisation

Une trémie frontale pour Mascar

Réseaux commerciaux

Steyr à la reconquête de l’Europe

Travail du sol

Les déchaumeurs Maschio-Gaspardo Ufo plus pénétrants

Pulvérisation

Suspension intégrale pour le pulvé traîné Kubota XTS4

Élevage

Kuhn Aura : l’alimentation automatique revisitée

SSV

Le Polaris Ranger porte plusieurs robes

Salon

Innov'Space 2020 : dix matériels qui ont séduit le jury

Pulvérisateur traîné

John Deere coupe les buses une à une en Isobus

Travail du sol

Kverneland : les charrues Varilarge revisitées