TechniqueCapteurs : le capteur inductif à reluctance variable

Le capteur inductif à réluctance variable est constitué d'un aimant permanent placé à l'intérieur d'une bobine. Lorsqu'on présente une pièce métallique devant l'aimant, le champ magnétique varie (car on modifie la réluctance du circuit magnétique) ce qui a pour effet de créer un courant induit dans la bobine. La masse métallique est tournante, dans le cas d'une transmission elle est constituée par l'un des pignons de la boîte de vitesses.

Lorsque l'aimant est en face d'un creux, l'influence sur le flux magnétique de l'aimant est minimale : il n'y a pas de courant induit, lorsque la dent est en face de l'aimant son influence passe par un maximum et le courant induit s'annule.

Il y a variation de la réluctance entre le creux et le sommet de la dent dans un sens, puis entre le sommet et le creux de la dent en sens contraire, le courant induit est de ce fait alternatif il prend l'allure d'une sinusoïde dont la fréquence est proportionnelle au régime de rotation et au nombre de dents du pignon. La tension induite est fonction de la vitesse de passage de la dent devant l'aimant.

La distance entre le pignon et le capteur a une grande influence sur l'amplitude du courant induit, le réglage du capteur est à effectuer avec minutie. Si le capteur est trop près, une dent peut le heurter, s’il est trop éloigné, la tension induite peut être insuffisante pour informer la console électronique.

Les capteurs inductifs à réluctance variable peuvent, après avoir été déconnectés, être testés en statique à l'aide d'un ohmmètre. La valeur de la résistance, comparée à celle du constructeur, renseigne sur une rupture ou sur un court-circuit dans le bobinage.

La force électromotrice induite peut être mesurée grâce à un voltmètre. La tension, alternative, sera proportionnelle au régime de rotation. Les multimètres actuels sont dotés d'une fonction qui permet de mesurer la fréquence, toutefois sa valeur ne nous renseigne pas sur l'amplitude du signal directement liée au réglage du capteur.

L'oscilloscope encore trop peu utilisé en maintenance et dont les prix sont actuellement très abordables, est très simple à utiliser, il fournit un grand nombre d'indications visualisées en une seule mesure sur son écran : allure du signal, tension, fréquence ...

C'est un moyen de contrôle efficace, sûr et rapide, de plus avec un oscilloscope il n'y a pratiquement aucun risque de faire une fausse manœuvre qui puisse endommager le circuit électronique auquel est relié le capteur.

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Essai Télescopique

Claas Scorpion 741 Varipower, Le point technique (partie 2)

Essai tracteur

Essai Case IH Luxxum 120, Le point technique (partie 2)

Technique

La liaison tracteur-sol : le patinage

Technique

Tout ce qu'il y a à savoir sur les capteurs

Technique

Les capteurs : le capteur à effet Hall

Technique

Les capteurs : les capteurs ils

Technique

Hydraulique : tout ce qu'il faut savoir sur les pompes

Technique

Hydraulique : les pompes à pistons axiaux

Technique

Hydraulique : les pompes à engrenage