Contenu réservé aux abonnés

Dossier - Semis de plantes compagnes« Nous avons adapté notre semoir en triple trémie pour semer un mélange graines»

Aurélien Bruère et Mikaël Guinier, associés de l’EARL Esperanto, sèment d’une seule traite le colza combiné aux plantes compagnes.
Aurélien Bruère et Mikaël Guinier, associés de l’EARL Esperanto, sèment d’une seule traite le colza combiné aux plantes compagnes. (©U.D.)

Aurélien Bruère, agriculteur en Indre-et-Loire, à Saint-Laurent-en-Gâtines, près de Nouzilly, reprend l’EARL familiale Esperanto en 2015 et s’associe avec son beau-frère, Mikaël Guinier, pour une surface d’exploitation totalisant 313 ha avec 12 à 14 cultures différentes, comme le blé, le colza, les lentilles, les pois chiches, le tournesol, etc. En 2016, ils se lancent, en collaboration avec la chambre d’agriculture de leur département, dans la technique de la culture de colza associée aux légumineuses en semis simplifié.

Associé avec son beau-frère, Mikaël Guinier, au sein de l’EARL Esperanto, à Saint-Laurent-en-Gâtines, en Indre-et-Loire, il cultive jusqu’à 14 cultures différentes. Au fil des ans, l'agriculteur observe une augmentation des prix des produits phytosanitaires et du phosphore, ainsi qu'un appauvrissement du sol par le labour. Dans cette région, il s’avère en outre difficile à certaines périodes d’effectuer plusieurs passages de tracteur dans une même parcelle. Pour pallier ces contraintes, en 2016, les conseillers de la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire guident Aurélien Bruère et son beau-frère vers la technique de la culture de colza associée aux légumineuses (féverole, lentille, fénugrec, gesse, vesce, etc.). En effet, en semis précoce, certaines propriétés des plantes compagnes garantissent le même effet que les produits phytosanitaires comme l’insecticide, la sollicitation du phosphore ou la fissuration du sol. Ce couvert végétal enrichit également le sol en matière organique. La recette d’un bon rendement en colza associé aux légumineuses passe aussi par l'utilisation d'un engrais starter 18.46, comptant 18 unités d’azote et 46 unités de phosphore pour 100 kg. Les deux associés s’orientent donc vers le semis simplifié en transformant leur semoir monotrémie en triple cuve, mais l’unique tête de répartition de ce dernier ne tarde pas à montrer ses limites. Ils optent alors, en 2021, pour un semoir porté de 4 m de large Kverneland e-Drill Maxi Plus, à deux têtes de répartition et double trémie.

La troisième trémie de colza conçue par le concessionnaire des associés est reliée à la même tête de distribution que celle destinée à l’engrais starter.
921

Vous avez lu 32 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Profitez de Matériel Agricole en intégralité et gratuitement pendant 1 mois ! 

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Protocole de communication
Fiscalité

Quelle voiture pour mon exploitation ?

Réglementation routière
Semis

Amazone : l’élément TwinTeC débarque sur le Cataya

Dans ma ferme - Vos solutions
Semis

Kverneland : Plusieurs positions pour la roue plombeuse

Gestion
Epandage