Dossier énergies renouvelables« Nous valorisons la chaleur de la méthanisation sur trois ateliers »

« Nous valorisons la chaleur de la méthanisation sur trois ateliers »
(©H.E.)

Le Gaec Girard-Clerc, situé dans la Haute-Saône, valorise la chaleur de son unité de méthanisation en cogénération pour chauffer en priorité le digesteur et trois ateliers annexes. Les calories émises sont destinées à la salle de traite et à la porcherie, et servent à effectuer des prestations de services en séchage de bois bûches via trois cellules à plat.

Démarrée en 2019, l’unité de méthanisation en cogénération du Gaec Girard-Clerc produit chaque année 1,94 million de kiloWatts d’électricité. Le lisier du troupeau laitier, totalisant 220 vaches, associé à une ration composée principalement de fumier, d’ensilage de sorgho et maïs, ainsi que de produits divers issus de l’exploitation de 500 ha, assure la production de méthane. Ce dernier est alors injecté dans le moteur à six cylindres en ligne Liebherr d’une puissance de 250 kW pour produire l’électricité envoyée dans le réseau Enedis. Une membrane isolante en kevlar, formant une gaine autour du pot d’échappement, limite la dispersion des calories pour les transmettre plus efficacement au circuit d’eau qui avoisine à cet endroit les 90 °C. Une canalisation principale transporte dans un premier temps l’eau chaude vers un échangeur et un répartiteur. Ce dernier regroupe le départ des quatre circuits allant vers les différents ateliers. La priorité est donnée à la méthanisation. La chaleur émise par le moteur est autoconsommée pour maintenir en température le digesteur. Un circuit d’eau traverse l’intégralité du mur de la fosse circulaire de 2 400 m3.

La chaleur émise par le moteur de 250 kW au niveau du pot d’échappement chauffe un circuit principal d’eau à une température proche des 90 °C.

 

Les canalisations transportent l’eau chaude via quatre circuits fermés vers le digesteur, la porcherie, la salle de traite et le ventilateur des cellules sécheuses.

70 % de la chaleur disponible pour les ateliers

La deuxième valorisation de la chaleur de la méthanisation s'applique à l’atelier lait.

Le troisième atelier concerne la porcherie en engraissement comptant 1200 places. Une température minimale de 24 °C est nécessaire au sein du bâtiment pour le bon développement des cochons.

Dans la salle de traite tout comme dans la porcherie, des échangeurs eau/air assurent le chauffage des bâtiments.

La porcherie est située à environ 400 m de la méthanisation.

Le dernier atelier repose sur trois cellules sécheuses à plat sur le site de la méthanisation.

Le bâtiment abritant les trois cellules sécheuses à plat dispose d’une gaine canalisant le flux d’air chaud sous les grilles.

 

À l’image de la salle de traite et de la porcherie, un échangeur eau/air réchauffe l’air insufflé sous les cellules. Chacun des quatre systèmes de canalisation d’eau fonctionne en circuit fermé. Une fois la chaleur libérée dans les différents ateliers, l’eau se recharge en calories via l’échangeur eau/eau à son retour au répartiteur.

Près de 80 m³ de bois bûches sont séchés en quelques jours dans chaque cellule grâce à la chaleur de la méthanisation.

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Comparatif déchaumeurs à disques
Comparatif déchaumeurs à disques
Logistique de méthanisation
Chantier
Portrait

Agri'services : retrouver une entité à taille humaine

Comparatif déchaumeurs à disques
Broyage forestier

60 t de plaquettes à l’heure avec le broyeur Noremat Valormax D841

Logistique de méthanisation
Techniques de distribution

Distribution des aliments : Trois techniques selon les besoins