TransmissionsYto voit un avenir dans Saint-Dizier

Yto voit un avenir dans Saint-Dizier
Yto met en place de nouvelles activités à Saint-Dizier. Après sa récente annonce de l'arrêt de la production de transmissions et de la mise en place d'un plan social touchant 73 personnes sur un effectif de 118, le groupe chinois a fait savoir dans un communiqué qu'il ne souhaitait pas se désengager de son site de la Haute-Marne. Il explique, en effet, qu'après un pic de 370 000 tracteurs atteint en 2013, le marché chinois s'est replié depuis de 45 %. Même si ce constructeur fournit près de 30 % de son marché intérieur, sa demande en transmissions fabriquées en France est devenue trop faible pour justifier la pérennité de leur fabrication. Malgré cela, il veut poursuivre les activités de commercialisation de pièces de rechange et sous-ensembles démarrés en 2016 ainsi que le développement d'une gamme de tracteurs agricoles conçus, produits et assemblés à Saint-Dizier. Il promet de les présenter sur les salons professionnels en 2019 puis de débuter leur commercialisation d'abord en France, puis en Europe. Des travaux auraient été entrepris pour accueillir une ligne d'assemblage et pour réorganiser la production de leurs transmissions. En attendant, depuis juin 2018, les équipes de Saint-Dizier ont démarré l'importation de minipelles issues des fabrications de Sinomach, la maison mère d'Yto. Cette entreprise nationale chinoise basée à Pékin compte plus de 130 000 collaborateurs dans le monde.

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Immatriculations de tracteurs

Le dynamisme se maintient

Devès

Des portes-caissons bien commandés

Chargeurs frontaux

Kubota choisit MX

Bois de chauffage
Bâtiment d'élevage
Pailleuses

Le Teagle Telehawk ne craindra pas le foin

Danemark

Samson Group achète son compatriote Gøma

Moissonneuses, tracteurs

Claas ouvre une usine au Kazakhstan

Remorques mélangeuses

Silofarmer à l’aise sur la route