Publi-rédactionnelE-FARM sécurise et développe le commerce en ligne de machines

E-FARM sécurise et développe le commerce en ligne de machines

Délais de livraison plus longs et prix plus élevés : les marchés du neuf et de l’occasion sont mis à rude épreuve par les crises internationales et les difficultés de livraison. Dr. Nicolas Lohr, fondateur et directeur d’E-FARM, nous parle des enjeux du commerce international des machines d’occasion.

Quelle est votre perception du marché actuel ?

Les coûts de fabrication sont devenus très élevés, ce qui pousse les agriculteurs à se tourner vers l’occasion, donc vers E-FARM. En outre, la Covid a donné à notre modèle commercial une bonne impulsion, car la volonté d’acheter en ligne a énormément augmenté. Aujourd’hui, nous vendons régulièrement des machines de plus de 200 000 euros sans visite physique, mais bien sûr après une inspection DEHRA. Cette dernière assure en grande partie que les clients reçoivent leur machine conformément à l’état décrit. Et si ce n’est pas le cas, une garantie intervient.

Qu’est-ce que cela signifie pour E-FARM ?

La forte demande absorbe rapidement les machines qui se libèrent. Le cycle de vente, qui dure normalement environ trois semaines, s’est considérablement raccourci. En effet, la rareté de l’offre accélère le processus de décision d’achat et augmente substantiellement l’engagement du côté de l’acheteur. Nous visons donc une croissance annuelle de 100 %, ce que nous avons toujours réussi à faire. Nous pensons vendre environ 750 machines cette année et terminer l’année avec un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros. Cela fait d’E-FARM l’un des plus grands distributeurs de ma- chines d’occasion en Europe.

E-FARM, qui a débuté en tant que start-up, a depuis invité plusieurs investisseurs internationaux à son bord, parmi lesquels CLAAS. La plateforme peut-elle néanmoins agir de manière indépendante ?

Absolument ! Pour nous, chaque machine est une opportunité de vente, quelle que soit sa marque. Nous voulons faire d’E- FARM une plate-forme commerciale européenne indépendante et sommes totalement ouverts aux autres fabricants de matériels, avec lesquels nous avons d’ailleurs déjà de très bons échanges. Nous sommes dans un courant de pensées collectif car c’est toute l’industrie qui va vivre ce tournant technologique. La collaboration avec différents acteurs majeurs permettrait de renforcer et dynamiser le secteur, notamment en simplifiant le processus de collecte des données.

Quels sont les défis de cette numérisation ?

Le principal défi est d’assurer une qualité optimale des données. Nous voulons numériser l’ensemble du processus de transaction, mais sans perdre l’aspect humain très important à nos yeux. Nous sommes convaincus que nos clients souhaitent avoir un interlocuteur et une assistance personnalisée lorsqu’ils achètent une machine, que s’instaure une relation de confiance, qui fait qu’ils reviendront.

Nous avons déjà numérisé certains éléments, par exemple l’inspection ; DEHRA utilise d’ailleurs notre application pour l’inspection des machines. Nous développons actuellement SmartTrade, une application destinée aux concessionnaires. Elle doit leur permettre d’effectuer des reprises de manière rapide et précise qui facilite ensuite leur commercialisation en ligne. L’application est en phase pilote, probablement jusqu’à la fin de l’année, puis nous la déploierons progressivement dans notre réseau de partenaires.

Pour les concessionnaires, quels sont les avantages d’être partenaire avec E-FARM ?

Nous proposons aux concessionnaires une solution inédite pour la commercialisation de leurs machines d’occasion à l’export et sommes en quelque sorte le prolongement de leur bras commercial. Nous augmentons la visibilité de leurs annonces au niveau européen. En outre, nous leur achetons le matériel et organisons l’ensemble du processus logistique et administratif export. Les concessionnaires ne courent donc aucun risque et n’ont aucune dépense supplémentaire. Ce partenariat est de plus sans engagement dans le temps. En somme, ils profitent gratuitement d’une portée internationale permettant d’augmenter leurs ventes.

E-FARM - Nicolas Lohr

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Pièces et équipements
Pièces et équipements

Karatzis : le filet écoresponsable

Matériels de fenaison

Samasz confie ses pièces à trois distributeurs

Semis
Nécrologie

Décès de Jean-Paul Moineau

Nécrologie

Décès de Robert Sabathié

Fertilisation
Masses et accessoires d’attelage

Pateer s’ancre en Bretagne

Manutention