DameuseChauffeur de dameuse

Chauffeur de dameuse
Un bureau avec vue sur le mont Blanc Salariés agricoles l'été, Guillaune Piodella et Thomas Sellier prennent les commandes d'une dameuse durant la saison hivernale sur le domaine skiable de Flaine. Cette station de Haute-Savoie, située à quelques encablures du Mont Blanc, culmine à 2 500 m d'altitudes. Elle dispose d'un parc de 11 machines, dont trois équipées d'un treuil pour remonter la neige dans les fortes pentes, et le reste en standard, avec comme principale marque Pisten Bully. Au volant d'une dameuse depuis plus d'une vingtaine d'années, Thomas Sellier, prépare les pistes de ski au côté de Guillaume Piodella, nouvel arrivant pour la saison 2017/18. Les deux passionnés d'engins de damage et de machines agricoles prennent les commandes de différents matériels tout au long de l'année. A Flaine, ils pilotent chacun une dameuse de près de 500 ch, muni à l'avant d'une lame tri-axiale, et d'une fraise à l'arrière, pour niveler les pistes bosselées par les skieurs. Le garage des machines, totalise 11 machines, dont trois bénéficient d'un treuil à cabestan. D'une valeur de trois à quatre cent milles euros, selon leur niveau d'équipements, la station renouvelle une à deux dameuses par an. Le travail de remise en état des pistes s'effectue en double poste. Une première équipe prend le service de 17h à 1h et la seconde, de 2h à 9h du matin.

L'expérience fait la différence

Thomas Sellier, originaire d'Abbeville dans la Somme, a décidé de partir travailler dans les Alpes dès l'âge de 18 ans. Il devait débuter sa première saison avec un poste sur les remontées mécaniques, mais un désistement lui permet de commencer directement sa carrière au volant d'un de ces engins à chenilles, une Pisten Bully 200. Grâce à sa longue expérience, il opère à présent sur une machine plus complexe, équipée d'un treuil. Cette année, il a la chance d'opérer avec une Pisten Bully 600 W Blue IQ, de dernière génération, fraichement arrivée en novembre 2017 sur le domaine. Elle compte déjà 770 heures de fonctionnement au 23 février. « Cette saison 2018 est assez particulière. L'or blanc est tombé en abondance, et ce, dès le mois de novembre. Les tempêtes ont marqué ses fortes chutes de neige qui parfois apportaient de la pluie en bas de la station. Au point culminant, le manteau neigeux atteint à certains endroits les 5 m de haut. » témoigne le chauffeur. « Lors des vents volent accompagnés de chutes de neige, quand les sapins se font rare et au fur et à mesure que je monte en altitude, il est difficile de se déplacer quand tout se ressemble. » Au volant de sa 600 W, il est capable de gravir des pentes de plus de 40 % de dénivelé, grâce à son treuil pouvant tracter jusqu'à 4,5 t. Le câble de plus d'un kilomètre de long s'accroche en haut de la piste à un point d'ancrage spécifique. En cabine, le pilote contrôle la direction de sa machine via des commandes par levier dans la main gauche et avec celle de droite, il contrôle les 12 positions possibles de la lame, à l'aide d'un joystick. Le treuil se gère de manière automatique. Lorsque la Pisten Bully gravit la pente, l'enroulement du câble proportionnel à la vitesse d'avancement, laisse ainsi toutes les capacités au pour se concentrer sur sa lame. L'été, Thomas Sellier travaille dans l'ETA Passion Récolte, située à Rumilly, à proximité d'Annecy. Il commence la moisson en Haute-Savoie en juin avec une New Holland CX 8070. Il remonte ensuite en convoi jusqu'à sa région d'origine, pour assurer la récolte dans le nord de la France. Depuis maintenant 22 ans, ses rotations de saisonniers sont bien rodées. Il commence son poste de damage en novembre pour une durée de 6 mois.  Il effectue l'entretien des remontées mécaniques pendant tout le mois de mai. Il poursuit avec la moisson qui débute fin juin jusqu'à la fin aout. Il enchaine avec les vendanges en septembre, puis reprend le volant de la CX pour battre du maïs. Il s'accorde quelques vacances après la saison hivernal, et quand la moisson devient plus calme.

Un temps d'adaptation

Guillaume Piodella, originaire de Saint-Gervais-les-Bains, à proximité de Flaine, réalise quant à lui sa première saison de damage sur ce domaine. L'année dernière, il assurait la préparation des pistes sur la station de Passy Plaine-Joux. Il travaille au volant d'une Pisten Bully 600 Select entièrement reconditionnée à neuf durant l'été dernier. « Les premières semaines sur le domaine sont assez compliquées. Les pistes sont nombreuses, se recroisent, et engendrent des distances assez impressionnantes. Le plus difficile, c'est de se repérer quand il n'y a plus de sapins. Heureusement que les jalons placés au bord des pistes sont là pour nous aider. » explique Guillaume. En cabine, il possède un ordinateur lui permettant de savoir en temps réel, plusieurs informations : « A l'écran, je visionne mes tâches à réaliser, s'il faut par exemple aller mettre à plat une piste ou déneiger sous une gare de remontées mécaniques. Cet appareil nous indique aussi le travail demandé par les pisteurs, et également de savoir où se situe mes collègues, et quelles pistes il me reste à entretenir grâce aux coordonnées GPS. Cependant le système ne permet pas de connaître quelle hauteur de neige se trouve sous les chenilles. ». Début mai, quand la saison de damage touche à sa fin, Guillaume Piodella retourne travailler dans une exploitation agricole de la région, totalisant 50 vaches laitières de race abondance. La ferme possède deux tracteurs standards Case IH, dont un JXU 95 et un Quantum 75, ainsi que deux machines spécialisées pour les pentes : un Aebi TT 211 et un transporteur Lindner Unitrac 78. Les vaches pâturent dans les alpages, sur la commune des Contamines-Montjoie, en zone de Beaufort. Une salle de traite mobile assure la collecte du lait, redescendu en vallée pour la transformation. En hiver le troupeau rentre au village situé en secteur de Reblochon, tandis que Guillaume, lui, reprend la route de la station. Ces deux chauffeurs profitent d'une vue imprenable sur le toit de l'Europe, bien au chaud, au volant de leur engins de damage. [mws_slider_js]

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Travail du sol

Actros : un déchaumeur Bednar plus abordable

Agritechnica 2019 - Fenaison

Pöttinger protège le gibier via un capteur devant la faucheuse

Surveillance

Les citernes jamais à sec avec La Buvette

Energie

40 personnes mobilisées pour le montage d'une éolienne

Faucheuse

La faucheuse Fendt Slicer travaille jusqu'à 3,6 m

Agritechnica 2019 - Travail du sol

Carré ajuste hydrauliquement la pression de la houe rotative Rotanet

Agritechnica 2019 - Epandage

Le Vspread de Bergmann épand sur 36 m

Agritechnica 2019 - Pulvérisation

Amazone cible la pulvérisation

Etude de cas

Mélangeuse Rotomix : un gage de qualité de mélange