PassionDu moiss'batt cross avec Cerise

Du moiss'batt cross avec Cerise

Thibault Guilvert fait partie de ces férus de sport mécanique qui réussissent à mélanger leur métier et leur passion. Avec d’autres jeunes agriculteurs, il participe aux compétitions de « moiss’batt cross » dans son département de Seine-et-Marne.

« Depuis mon adolescence, je me passionne pour les sports mécaniques avec la pratique de la moto de cross ou d'enduro », explique Thibault Guilvert. Ce jeune agriculteur seine-et-marnais, installé depuis trois ans sur l’exploitation familiale de polyculture, est tombé dans le moiss’batt cross il y a maintenant six saisons. « À l’époque, le canton voisin disposait d’une machine, une Claas Mercator, mais n’avait plus personne pour la conduire. J’ai donc commencé les courses avec cet engin. À ce moment-là, je n’étais pas encore agriculteur. Je travaillais comme inspecteur commercial chez Köckerling. La participation à ce projet m’a motivé pour entrer chez les Jeunes Agriculteurs, détaille-t-il. Cela a aussi été l’occasion d’entraîner un ami à la préparation de la machine. »

Thibault Guilvert, jeune agriculteur installé à Soisy-Bouy (Seine-et-Marne), est le pilote et gardien de l’engin.

En 2013, l’exploitant se lance dans la réalisation d’une compétitrice supplémentaire. « Nous avons trouvé notre bonheur chez le concessionnaire SV-Pro. Ce dernier disposait d’une John Deere 970 dans son parc d'occasions. Cette machine de 1973 a été négociée pour un prix de 1 500 €. » Au moment de l’achat, la future bête de course était encore complètement fonctionnelle pour la récolte. « Pour financer notre projet, la moissonneuse-batteuse a été désossée des éléments inutiles pour la course. La coupe, le batteur, les secoueurs sont partis pour une seconde vie dans les pays de l’Est. »

Une fois installé au volant et la ceinture à trois points bouclée, il ne reste plus qu’à enfoncer l’accélérateur à pied, ajouté pour la saison 2018.

 

Une occasion de se former à la mécanique

Accompagné de cinq autres jeunes agriculteurs, Thibault Guilvert a démarré la préparation de la machine. « Nous n’étions pas forcément de grands mécanos ! Les modifications de la John Deere ont été l’occasion de parfaire nos connaissances en mécanique. La pose des protections nécessite de nombreuses soudures, qui étaient d’une médiocre qualité lors de la première saison, entraînant la perte de certains éléments. Au fur et à mesure des saisons, l’équipe s’est perfectionnée, et nous en profitons maintenant sur nos exploitations respectives. » Les différents préparatifs occupent les groupes de Jeunes Agriculteurs (JA) entre trois et quatre week-ends par an.

Les différentes protections témoignent des chocs vécus lors des différentes manches de la course.

Les principaux travaux réalisés reposent sur l’installation de protections tout autour de la machine, avec l’utilisation de glissières de sécurité. « Lors des courses, les chocs avec les autres concurrents sont assez courants. Cet équipement est indispensable. Le faisceau électrique, en mauvais état lors de l’achat, a dû être refait, tout comme le démarreur, la pompe à carburant et les courroies du variateur nécessaires à l’avancement. » À chaque saison, le bolide apporte son lot de tracas. « Cette année, les injecteurs se sont mis à fuir. Nous devons trouver une solution pour la course de l’an prochain. » En effet, la batteuse, flanquée du numéro « 970 » et d’une décoration reprenant le design de Groupama, le sponsor principal, a un titre à défendre. Elle a remporté l’épreuve 2018 qui se déroulait lors du Festival de la terre (l’événement JA de Seine-et-Marne), depuis septembre. Le jeune agriculteur attribue en partie cette victoire à la suppression de la butée d’accélérateur. Lors de notre rencontre, j’ai d’ailleurs eu l’occasion de vérifier ce paramètre, avec une vitesse maximale de 28 km/h mesurée par un GPS.

Pour se rendre sur le lieu de la course, la machine circule sur la route, tirée par un tracteur de l’exploitation.

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Récolte des fourrages

Le Kuhn GA 8830 ratisse large

Miniatures

Schuco en mode "Old School" avec le John Deere 4955

Manutentution
Travail du sol

Un déchaumeur à quatre rangées de disques indépendants

Semis

Le Montana de Mascar sème de 4 à 6 m

Tracteur

L'Axion 900 de Claas plus fort et plus intelligent

Tracteur

Vidéo : Essai du John Deere 8R370

Tracteur

Le Fendt 1100 Vario MT reçoit un moteur MAN

États-Unis

John Deere soutient les agriculteurs afro-américains