Challenge Centeol 2018Des robots Kuhn sans pression

Agreenculture et Kuhn ont conçu conjointement ce robot dans le but de réduire la compaction du sol et d’automatiser les tâches.
Agreenculture et Kuhn ont conçu conjointement ce robot dans le but de réduire la compaction du sol et d’automatiser les tâches.

Projet mené conjointement par la start-up Agreenculture et le constructeur alsacien Kuhn, le Challenge Centeol a mis à l’épreuve du terrain des robots destinés à l’implantation et l’entretien de cultures. De la préparation à la fertilisation, en passant par le semis et le désherbage, les véhicules autonomes ont mené à bien un itinéraire technique sans aucune intervention humaine.

Octobre 2017. La première phase du Challenge Centeol est lancée par la start-up Agreenculture dans une parcelle de 50 ha, aux alentours de Sens, dans l’Yonne. Un robot, juché sur deux chenilles, arpente le terrain en tractant un outil d’analyse du sol afin d’établir une carte précise de son potentiel. Il est animé par un moteur diesel de 30 ch. Il embarque des balises GPS lui permettant de se géolocaliser avec une précision centimétrique. Dès mars 2018, deux de ces véhicules autonomes s’affairent à préparer le sol, uniquement dans les sillons où sera implantée une culture de maïs. Leur capacité de traction leur autorise l’emploi d’outils larges de cinq rangs.

Les automates sont animés par un moteur diesel délivrant 30 ch, combiné à une transmission électrique entraînant également les outils.

 

Malgré des passages plus serrés sur la parcelle, par rapport à un tracteur, leur faible tassement du sol a un impact divisé par deux sur la capacité d’infiltration de l’eau. Philippe Potier, responsable du bureau d’études chez Kuhn, partenaire du projet, explique : « Le passage des robots divise par cinq la capacité d’absorption d’eau du sol, par rapport à un terrain laissé sans culture. Les tracteurs et automoteurs, eux, la divisent par dix. Donc, même en faisant plus de traces en foulant 28 % de sol en plus qu’en itinéraire standard, les robots respectent mieux le sol. »

L’analyse précise de la parcelle avant l’implantation du maïs a permis d’en déterminer le potentiel et de moduler la dose de semis.

 

L’implantation décomposée

Au cours du mois suivant, trois robots sont de sortie pour implanter du maïs. Afin de limiter le tassement, les chercheurs ont préféré séparer l’application de l’engrais starter et le semis en deux opérations. L’un des véhicules autonomes se charge donc de déposer l’engrais en suivant six lignes tracées lors de la préparation du sol. Derrière lui, ses deux semblables reçoivent des éléments de semis monograines identiques à ceux du Kuhn Maxima. Tout comme leurs chenilles, les doseurs sont entraînés par des moteurs électriques. Afin d'en limiter le poids, chaque robot compte trois lignes de semis.

Pour effectuer les traitements, les robots ont reçu une rampe de pulvérisation dont la largeur couvre neuf rangs.

 

Les engins modulent en continu la densité de semis, en fonction du potentiel du sol, mesuré quelques mois plus tôt. Ils déposent ainsi moins de graines dans le terrain pauvre mais en sèment plus dans la terre riche. Les hommes n’interviennent que pour les ravitailler en bout de parcelle. Le réservoir de carburant de 41 L procure aux machines une autonomie de 24 heures de travail. Les robots obéissent à un superviseur doté d’une intelligence artificielle afin d’optimiser les trajets tout en évitant d’éventuelles collisions. Ils embarquent également leur propre dispositif de sécurité, composé d’un radar et d’un parechoc sensible au contact avec un obstacle.

Le robot apporte de l’engrais en localisé à l'aide de sa trémie portée et de sa rampe comportant six éléments.

 

La chasse aux mauvaises herbes

Au mois de mai, il est temps d’apporter un engrais post-levée au maïs. L’un des robots reçoit alors un pulvérisateur dont la rampe traite neuf rangs. La dose délivrée est ajustée en fonction des besoins des plantes. Ensuite, au cours du mois de juin, deux robots se voient équipés de bineuses à six rangs et réalisent jusqu’à trois passages afin d’éliminer les mauvaises herbes. S’ils ne se chargent pas de la récolte, les véhicules autonomes du Challenge Centeol ont réussi à mener à bien un itinéraire cultural quasi complet.

Plusieurs passages de bineuse ont permis de réduire la propagation des mauvaises herbes.

 

À la suite de cette saison d’essais, la start-up Agreenculture a pu valider son concept de culture mécanisée par de petits engins autonomes, dont l’impact sur le sol est plus faible que celui des pratiques habituelles. Elle met également en avant l’utilité d’une analyse approfondie du potentiel du terrain avant la mise en place des cultures. Les ressources sont ainsi mieux exploitées, et les besoins en intrants optimisés. Enfin, la robotisation des tâches mécanisées libère du temps à l’agriculteur, qui peut ainsi se concentrer sur le suivi de ses cultures, un peu comme un éleveur qui investit dans un robot de traite.

L’engin repose sur deux larges chenilles visant à limiter la pression sur le sol à 14 kPa.

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Fusion acquisition

Des transbordeurs brésiliens chez Kuhn

Miniatures

La famille CNH à l'honneur chez Marge Models

Robots de désherbage

Stecomat distribue FarmDroid

Miniatures

Le très rare Fendt Favorit 626 LSA pour les collectionneurs

Robotique

Fendt : le robot Xaver diminue de 80 % le tassement du sol

Travail du sol

Kuhn Optimer XL, une gamme élargie

Miniatures

Une mini John Deere 1270G dans les bois

Troisième trimestre

Kuhn reprend des commandes

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion