Contenu réservé aux abonnés

DécouverteTPA Fumeterre transforme le fumier en or !

Sur la plateforme de stockage attenante à l’usine, le technicien homogénéise le fumier en alimentant un épandeur à poste fixe Dangreville à l’aide d’une chargeuse Hyundai HL 740-9A munie d’un godet surélévateur.
Sur la plateforme de stockage attenante à l’usine, le technicien homogénéise le fumier en alimentant un épandeur à poste fixe Dangreville à l’aide d’une chargeuse Hyundai HL 740-9A munie d’un godet surélévateur. (©CIP Médias)

Exploitée par deux agriculteurs du nord de l'Isère, la société TPA Fumeterre collecte et déshydrate du fumier de bovin. Lancée voici 45 ans, l’entreprise répond, avec une gamme de produits à forte valeur ajoutée, à un besoin du marché en matière organique assainie et plus commode à transporter

L’usine de la société TPA Fumeterre à Saint-Chef (Isère) produit chaque année environ 3000 t de fumier déshydraté, soit 120 000 sacs.

La neige tombe à gros flocons ce matin-là à Saint-Chef, dans la campagne iséroise. De l’usine de la SAS TPA Fumeterre s’échappe un épais panache de vapeur d’eau. C’est sur cette commune proche de Bourgoin-Jallieu que Georges Archimbaud décide de s’installer en 1963 en défrichant un marais pour implanter du maïs sur ces terres noires humifères reposant sur du sable. Moins d’une dizaine d’années plus tard, il se diversifie dans la luzerne déshydratée en acquérant une machine d’occasion. En 1976, il construit l’usine et fait fabriquer une machine plus adaptée à la déshydratation du fumier de bovin, toujours en service à ce jour. En parallèle, il développe sa présence commerciale sur les foires en ciblant, au départ, les maraîchers et viticulteurs. Mais ce fertilisant commode d’utilisation intéresse peu à peu les revendeurs de produits agricoles à travers la France, en Suisse et même jusqu’à Djibouti ! L’activité prend de l’ampleur et incite Georges Archimbaud à s’y consacrer à part entière dans les années 1980. Ses deux fils, Éric et Pascal, s’installent et se consacrent aux productions agricoles de l’exploitation. Alors que Georges Archimbaud prend sa retraite en 2008 à l’âge de 75 ans, sa descendance pérennise l’affaire et la développe en augmentant les ventes d’engrais organiques et en modernisant certaines étapes de la transformation.

« Aujourd’hui, notre société TPA Fumeterre dégage un chiffre d’affaires de 1,1 million d'euros, annonce Éric Archimbaud, 59 ans. Cette activité mobilise deux techniciens d’usine travaillant en alternance, une secrétaire et un commercial, auxquels s’ajoutent deux apprentis. »
Depuis le départ en retraite de leur père, l’agriculteur Éric Archimbaud (photo) et son frère Pascal ont pris le relais et développé l’activité de production de fumier déshydraté.

 

15 000 t de fumier

1464

Vous avez lu 21 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Profitez de Matériel Agricole en intégralité et gratuitement pendant 1 mois ! 

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Miniatures

Un MB Trac 1300 pour Weise-Toys

Semis

APV : 32 dents au mètre pour le sursemis

Semis

Horsch : un semoir de 6 rangs attendu

Tracteur

Séries N5 et T5 : les tracteurs Valtra passent la cinquième

Pulvérisation

Artec : Un grand bol d’évolutions pour le F40 Evo

Equipement d'élevage

Ukal Elevage : Une clôture électrique sur mesure

Miniatures

Marge Models s'attaque aux dernières Claas Lexion

Réseau John Deere

Décès de Jean Chesneau