Podia: Le low-cost à la mode biélorusse

Podia: Le low-cost à la mode biélorusse

La jeune société Podia entend s'implanter durablement sur le marché français en distribuant toute une gamme de matériels biélorusses à des tarifs annoncés low-cost. Elle se distingue par son mode de commercialisation, exclusivement via Internet, mais compte aussi ouvrir des showrooms pour présenter ses produits. Le premier vient d'ailleurs d'être inauguré à proximité de Troyes, dans l'Aube.

«Devenir full liner en matériels low-cost de qualité européenne et rentrer en France dans le top 8 des fabricants de machines agricoles », c'est ainsi qu'Éric Renaud présente les ambitions de sa société Podia. Il s'est d'ailleurs fixé l'objectif étonnant de vendre annuellement, d'ici cinq ans, 2 000 à 3 000 tracteurs en France, en Belgique et au Luxembourg. Sa structure, créée en décembre 2012, est spécialisée dans la commercialisation via Internet d'outils et d'engins d'origine biélorusse. Son catalogue varié comprend les tracteurs Belarus développant de 36 à 355 chevaux et différents matériels tractés tels que des outils de travail du sol, des tonnes à lisier, des épandeurs d'engrais, des bennes, des bols mélangeurs, des pailleuses, des andaineurs, des Podia Le low-cost à la mode biélorusse faucheuses... L'importateur, qui prévoit même de vendre des ensileuses et des moissonneuses-batteuses, s'appuiepour ces équipements sur dix constructeurs biélorusses. Tous ces matériels sont annoncés conformes à la réglementation française et, pour les véhicules remorqués, réceptionnés par la Dréal pour accéder à l'obligatoire certificat d'immatriculation. Ils sont en revanche de conception rustique. Les tracteurs sortent des mêmes usines MTZ que les Avto commercialisés dans l'Hexagone jusqu'au milieu des années 1990. Ils semblent avoir peu évolué en termes d'ergonomie et de qualité de finition, hormis l'adoption d'un design plus arrondi. La gamme s'est en revanche étoffée de modèles de 150 et 212 chevaux équipés d'un relevage électronique Bosch et d'une transmission à rapports powershift sans toutefois disposer d'un inverseur sous charge. Les tracteurs jusqu'au modèle de 212 chevaux logent un moteur Belarus à injection par rampe commune Bosch et conforme aux normes antipollution en vigueur en Europe (Stage IIIB). Seul le 3522.5, de 355 chevaux, bénéficie d'un six cylindres Deutz mais MTZ annonce travailler sur son propre moteur ainsi que sur des tracteurs développant de 400 à 450 chevaux. L'engin le plus puissant, comme les autres de la gamme, retient la solution SCR avec adjonction d'AdBlue pour dépolluer les gaz d'échappement. Les matériels tractés sont eux aussi plutôt rudimentaires, à l'instar d'une tonne à lisier pourvue d'un surprenant bras de pompage ou d'un andaineur double utilisant de longues courroies non protégées pour animer les rotors.   Des showrooms pour préparer l'achat Pour distribuer sa gamme de produits, Podia vient simultanément de mettre en ligne son site marchand www.podia.fr et d'inaugurer un showroom à Barberey-Saint-Sulpice, à proximité de Troyes, dans l'Aube. Ce local a pour vocation d'accueillir les acheteurs potentiels afin qu'ils puissent voir et essayer les engins. Il est le premier d'une série de cinq halls d'exposition prévus par la structure. Deux devraient en effet être construits en 2014 à Rennes (Ille-et-Vilaine) et Saint-Étienne (Loire). Deux autres sont programmés, en Belgique et dans le sud-ouest de la France en 2015. Podia assure aussi, via son site, la vente de pièces détachées pour l'ensemble de ses produits ainsi que pour les 700 à 1 000 tracteurs Avto estimés encore en parc, au plus grand bonheur de leurs possesseurs. Cette société compte s'appuyer à terme sur un réseau de 200 ateliers indépendants (objectif de 30 à fin 2013) pour assurer le service après-vente et la maintenance. Même si la vente s'effectue via Internet avec une politique de prix non négociables et l'absence de reprise, Podia envisage également de s'entourer de 200 agents indépendants ou garages agréés pour l'appui commercial sur le territoire français (25 recrutés à fin septembre). Le rayon d'action de cette structure ne se limite pas à l'Hexagone. Il comprend en effet la distribution exclusive des tracteurs Belarus en Belgique, au Luxembourg, au Chili, en équateur et dans seize pays d'Afrique. La société commerciale s'est par ailleurs entourée de firmes françaises pour enrichir son offre en équipements. Le constructeur Manip' fournit des chargeurs frontaux siglés et aux couleurs de Belarus. Le spécialiste Hydrokit adapte, par exemple, un kit de commande hydroélectrique de l'embrayage à disques à sec. À travers cette entente, les deux entreprises hexagonales voient une opportunité de développer leur activité en Biélorussie. Podia s'est par ailleurs rapproché de l'allemand Müller Elektronik afin de proposer des solutions électroniques telles que des barres de guidage, des caméras...…

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Travail superficiel

Le canadien porté se replie chez Quivogne

Tracteur

Case IH : ne m’appelez plus jamais Versum !

Agenda

1 293 entreprises inscrites au Space

Chenilles caoutchouc

Camso ouvre ses services à l’agriculture

Tractoriste

Valtra franchit le cap du Stage V

Landini

Le Rex fait sa tournée mondiale

Equipement

Ag Leader contrôle la population

Essai utilitaire

Citroën Berlingo, la technologie utile

Travail du sol

Le décompacteur Cultiplow d'Agrisem pour les sols durs