Jeantil Automatic Feeding : précision et flexibilité dans l'alimentation

Jeantil Automatic Feeding : précision et flexibilité dans l'alimentation

Après cinq ans de développement, la solution d'alimentation robotisée Jeantil entre désormais en phase de commercialisation. Cette installation, entièrement conçue par la firme bretonne, prépare la ration à poste fixe avant sa distribution par un automate dédié. Elle présente alors, grâce à cette caractéristique, une réelle capacité à traiter tous types de mélanges.

Dévoilé et primé au palmarès de l'innovation du Sima 2013, le robot d'alimentation Jeantil Automatic Feeding est désormais opérationnel. À l'étude depuis 2009, il a été mis au point chez Cédric Nizan, agriculteur à Mordelles, à proximité de l'usine de la firme bretonne située à L'Hermitage (Ille-et-Vilaine). Cet équipement se caractérise notamment par la séparation de l'étape du mélange de celle de la distribution. Son fonctionnement est intégralement électrique et le suivi de la consommation permet aujourd'hui au constructeur d'annoncer un coût en électricité de 1,50 euro par jour. Les éléments de l'installation valorisent une grande partie des composants déjà éprouvés sur les matériels de distribution des fourrages Jeantil. La préparation de la ration est ainsi réalisée par un bol mélangeur installé à poste fixe. Le chariot de distribution, d'une capacité de 5 m3, reprend, lui, des éléments de désileuses et de remorques distributrices tels que le fond mouvant, les rouleaux démêleurs et le tapis transversal déversant à droite ou à gauche. Il est animé par des moteurs électriques alimentés par des batteries et évolue dans des pentes allant jusqu'à 10 %. Ses accumulateurs lui procurent une autonomie importante (quatre jours, par exemple, en rations estivales) et se rechargent automatiquement sur une borne à proximité de la zone de remplissage. Leur niveau de charge est visible à distance grâce au logiciel de contrôle. L'auto mate de distribution est guidé, dans l'exploitation, par un réseau de fils intégrés dans les bétons. Il se repère également par filoguidage sur la table d'affouragement et identifie les lots d'animaux grâce à des puces apposées sur les poteaux des bâtiments. Son débit de vidange s'étend de 0,5 à 12 tonnes par heure. Sa vitesse de déplacement varie automatiquement de 0,3 à 3,5 km/h, selon le travail réalisé (transport ou alimentation). Pour stocker les composants de la ration, Jeantil opte pour des modules indépendants. Ceux-ci, également dérivés de matériels éprouvés de la marque, sont entraînés par des moteurs électriques et dotés chacun d'un système de pesage. Lors de la préparation, chaque ingrédient est traité avec une précision au kilogramme puis transporté par un tapis collecteur vers le bol mélangeur. Si la mise au point des modules a volontairement été réalisée à l'extérieur pour valider leur fiabilité face aux aléas climatiques, le constructeur recommande cependant d'installer la « cuisine » à l'abri. Celle-ci se compose d'un alignement de différentes unités contenant, par exemple, l'ensilage de maïs, l'ensilage d'herbe, le foin, la paille et le fourrage enrubanné, conditionné en balles rondes ou cubiques. Les modules dédiés à l'ensilage présentent une capacité de 6, 10 ou 20 m3 et peuvent être doublés si la taille du troupeau l'impose. Ceux conçus pour le foin, la paille et le fourrage enrubanné disposent de démêleurs. Ils peuvent accueillir jusqu'à quatre balles carrées. L'installation comprend également des cellules pour les aliments concentrés et les minéraux ainsi que des trémies conçues pour incorporer des betteraves, des pommes de terre ou encore du maïs humide. La contenance de ces unités influe, bien évidemment, sur l'autonomie du système, donc de la fréquence de remplissage par l'éleveur avec un chargeur frontal ou un chariot de manutention. La conception modulaire de la cuisine rend l'installation flexible et évolutive, afin d'accompagner facilement le changement de pratique d'alimentation ou l'augmentation de la taille du troupeau. Pour la préparation de la ration, le constructeur retient une mélangeuse à vis verticale à poste fixe, intégrant aussi son propre système de pesée. Le choix d'un bol mélangeur combiné aux multiples unités d'approvisionnement donne la possibilité d'alimenter toutes sortes d'animaux, des génisses aux vaches laitières, en passant par les taurillons. Il autorise également la préparation de rations sèches puisque les modules de stockage sont capables de traiter des balles de foin et de paille, rondes ou cubiques. Le mélange à poste fixe améliore, par ailleurs, le débit de chantier. En effet, une ration peut être préparée pendant que le chariot de distribution nourrit un lot d'animaux.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Chargeuse articulée

Vidéo : essai de la Schäffer 9640 T

Miniatures

Wiking, les miniatures de l'été

Pulvérisation

Matrot Falcon 8500, un faucon de 52 m d’envergure

Manutention

Manitou s’agrandit en Espagne

Enrubanneuse

L'enrubanneuse Elho 1790 Pro emballe automatiquement

Clôture électrique

La clôture électrique plus jamais emmêlée avec Patura Pro

Publirédactionnel

Vidéo : les épandeurs X40+ X50+ Econov passent à l'entraînement hydraulique

Pommes de terre

Agronomic détruit les fanes mécaniquement

Pommes de terre

Ropa récolte de deux manières