Robot repousse-fourrageLely : l'automate Juno Flex gagne en polyvalence

Lely : l'automate Juno Flex gagne en polyvalence
Dix ans après le lancement de son robot repousse-fourrage Juno, le constructeur Lely revendique plus de 8000 automates de ce type en fonctionnement dans le monde. La dernière version, dénommée Juno Flex, bénéficie d'une série de fonctionnalités inédites. Ce nouveau modèle, conçu sur une base de Juno 100 et monté lui aussi sur trois roues, affiche 110 cm de diamètre. Se distinguant par sa polyvalence, il est capable de gravir des pentes jusqu'à 15 % et d'opérer dans plusieurs bâtiments distants... Contrairement aux prédécesseurs de la marque, le robot peut désormais travailler en allers-retours. La jupe du Juno se relève et peut désormais pencher coté droit ou gauche, pour travailler indifféremment d'un côté comme de l'autre.
Le robot Juno Flex est désormais capable d'opérer dans plusieurs bâtiments distants.
    Alimenté par une batterie de 12 V, il parcourt quotidiennement jusqu'à 5 km quotidiennement, avec des sorties d'une demi-heure. Il se recharge grâce à ses deux larges bornes apparentes et se guide par induction dans cette zone. Pour se déplacer d'une bâtisse à l'autre, il soulève sa jupe et s'oriente par induction grâce à une bande métallique fichée dans le sol. Il peut si nécessaire commander l'ouverture et la fermeture d'une porte en communiquant avec elle via Bluetooth. Son mât supporte deux détecteurs à ultrasons. Sur le plan de la sécurité, la bande métallique encerclant le robot diffuse un courant électrique très faible et le moindre contact stoppe son avancement.   Le Juno Flex embarque le même boîtier électronique que le robot de traite Astronaut A4 ou le robot de nettoyage Discovery Collector. L'appareil se pilote à une distance maximale de 30 m grâce au protocole Bluetooth, via l'application mobile Lely Control. Une application dédiée sera disponible d'ici le mois de juin pour les appareils Android et iOS. L'opérateur règle le robot en paramétrant la distance minimale au mur de l'auge, le type de fourrage ainsi que le nombre de passages voulus au quotidien. À partir de ces éléments, l'automate détermine l'éloignement à respecter par rapport au bord et prend également en compte la résistance. Désormais, l'éleveur peut également copier les routes dans l'interface et paramétrer un passage supplémentaire en ajustant simplement la distance par rapport à l'auge.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Faneuse

Les faneuses aux dents courbées subsistent en Italie

Pommes de terre

La planteuse Terra-Protect de Grimme succède au Dyker

Semoir

Un interrang supplémentaire pour l'U-Drill de Kverneland

Semoir direct

Le semoir Simtech aux boudins en élastomère

Arracheuse intégrale à betteraves

Les heures n’effraient pas la Ropa EuroTiger V8-4

Pulvérisation

Basf transfère les bidons en sécurité

Utilitaire

Un SSV à pris attractif chez Can-Am

Pommes de terre

Un système anti-érosion chez AVR

Broyeur à axe vertical

Un gyrobroyeur rigide Quivogne de 3,50 m