Table ou hérissons, le cadre détermine la qualitéÉpandeurs Rolland Rollforce

Épandeurs Rolland Rollforce

Début février, sur mon exploitation des Deux-Sèvres, Matériel Agricole a mis à l'épreuve les épandeurs Rolland Rollforce 5517 V21 et 5517 TCEi. Ces deux appareils, équipés respectivement de hérissons verticaux et d'une table d'épandage, ont été jugés sur leur facilité de mise en oeuvre et soumis à des contrôles de répartition.

Lancée en septembre, la nouvelle gamme d'épandeurs à fumier Rollforce du constructeur Rollanda été testée début février sur mon exploitation, à Mauléon (Deux-Sèvres). Cet essai en conditions réelles d'utilisation s'est conduit avec deux Rollforce 5517 de même configuration de caisse et de châssis. Seul le cadre d'épandage différencie les deux épandeurs. L'un, nommé V21, dispose de hérissons verticaux. L'autre, le TCEi, adopte une table d'épandage. L'essai a mis en avant les différences de répartition des deux cadres. Il a été conduit avec un fumier, d'origine bovine, stocké au champ depuis plus de six mois et d'une faible masse volumique, de l'ordre de 400 kg/m3. Premier bon point : les deux machines testées, quel que soit leur équipement d'épandage, répondent à l'exigence de 30 % du coefficient de variation à la largeur de travail optimale selon la norme NF EN 13080 prise en compte pour le label Écoépandage.  

Mention bien aux épreuves des bacs

  Réalisés au-dessus de bacs disposés tous les mètres, les essais de répartition transversale dévoilent une courbe en forme de M pour le cadre V21 (figure 1), caractéristique des épandeurs à hérissons verticaux. Cette tendance est accentuée par l'ouverture partielle de la trappe guillotine. La forme trapézoïdale de la courbe de la table d'épandage TCEi (figure 2) confirme une plus grande zone de projection qui justifie une largeur de travail plus importante. Si le cadre V21 s'avère plus précis à huit mètres de largeur de travail avec un coefficient de variation inférieur à 18 % (figure 3), la table d'épandage TCEi obtient, pour sa part, un coefficient de variation proche de 20 % pour une largeur de travail de onze mètres (figure 4), tandis qu'il reste inférieur à 30 % en utilisation en douze mètres. L'emploi de cet épandeur à cette largeur s'avère ainsi envisageable. La pose d'une placette graduée d'un mètre carré a permis de juger de l'absence de paquets supérieurs à 10 cm et de l'efficacité d'émiettement. Pour les deux solutions d'épandage testées, plus de 75 % de la surface sont couverts par le produit épandu. Aucun paquet n'a été observé pour un objectif de dosage de 20 tonnes par hectare.  

Toujours pas d'étalonnage facile et précis

  La mesure de la charge réelle de produit dans l'épandeur est un impératif quelle que soit la méthode utilisée. Simple et rapide à mettre en oeuvre, l'abaque Cormireg nous a permis de réaliser un premier étalonnage. La vitesse de tapis obtenue a été majorée pour tenir compte de l'ouverture partielle de la trappe guillotine. Cette méthode ne prend pas en compte la vitesse réelle du fumier dans la caisse. Il sera nécessaire de modifier les réglages en fonction des surfaces épandues. Le constructeur Rolland préconise un étalonnage plus contraignant, mais qui garantit le respect du dosage. Une fois la charge réelle connue, l'opérateur vidange complètement l'épandeur et mesure la distance parcourue. Cette dernière valeur, croisée avec la largeur de travail, fournit un coefficient à multiplier à la charge. Le résultat donne la dose épandue. En cas d'écart avec la dose recherchée, l'opérateur réalise un autre chargement. Même si cette méthode s'avère plus contraignante, elle tient compte de la vitesse réelle du fumier et de la hauteur effective de la porte. Une fois les paramètres d'épandage déterminés, il suffit de basculer un interrupteur en mode automatique et de positionner le potentiomètre gérant la vitesse du tapis à l'index 5. Le chauffeur peut réaliser des sur- ou sous-dosages ponctuels en actionnant ensuite ce potentiomètre.  

Une vue dégagée sur le chargement

  Rolland propose trois variantes d'attelage pour ses épandeurs Rollforce : rotule et anneau fixe ou tournant. Ces appareils adoptent de série une flèche à suspension mécanique, voire hydraulique en option, pour régler facilement leur horizontalité. La partie avant de leur caisse bénéficie d'une extension protégeant la cabine des projections en fin de vidange. Elle possède également une surface ajourée dégageant la visibilité sur le chargement mais qui engendre des écoulements de jus. Un bandeau plié et soudé renforce le haut de la caisse pour qu'elle résiste aux erreurs de manipulation d'un chargeur. La hauteur de chargement sur les modèles testés atteint 2,80 mètres avec des pneumatiques de dimension 650/70 R 32. Avec cette monte, les Rollforce 5517 respectent le gabarit routier. Les pneumatiques, grâce à leur indice de charge, supportent les 11,5 tonnes sur l'essieu, mesurées après le chargement de sept tonnes de fumier. Ils n'autorisent en revanche pas de descendre la pression de gonflage en dessous de 2,4 bars.  

L'allure du tapis indiquée en cabine

  Le tapis de fond des Rollforce est composé de deux chaînes marines (80 kg/mm²) de 16 mm de diamètre et de barrettes. Celles-ci, constituées de profilés en U de 70 mm de large, sont espacées de 330 mm sur les épandeurs testés. En complément de l'indicateur permettant de visualiser l'avancement du tapis depuis la cabine, la vitesse de progression est affichée sur le boîtier de commande. Sur ce moniteur, un potentiomètre permet d'ajuster l'allure sur une plage allant de 1 à 10. La valeur indiquée s'avère en moyenne, selon nos mesures, 11 % supérieure à la réalité pour les dix positions du potentiomètre . Cet écart est à relativiser puisque la méthode d'étalonnage préconisée par Rolland prend en compte la vitesse linéaire réelle du fumier. Sur toute la gamme Rollforce, l'animation du tapis s'effectue au choix avec l'hydraulique du tracteur ou via une centrale embarquée. Un moteur hydraulique de 160 cm3 de cylindrée (2 × 130 cm3 pour l'épandage de chaux humide) anime le réducteur d'entraînement du fond mouvant. Lorsque l'épandeur est équipé d'une centrale hydraulique, il reçoit systématiquement des accouplements rapides qui autorisent, en cas de panne, le raccordement de flexibles supplémentaires au tracteur. La vidange de l'huile (86 litres) ainsi que le changement du filtre de la centrale sont à réaliser tous les ans. Le graissage quotidien ne concerne que la transmission à cardan ainsi que les paliers avant et arrière du tapis. Les roulements de l'arbre principal ainsi que ceux des hérissons doivent recevoir un graissage tous les 500 voyages. Enfin, la base des plateaux de la table ou des hérissons doit toujours être gavée de graisse. Une chicane se trouvant à cet endroit limite le passage des jus sur les joints supérieurs des boîtiers de transmission du cadre.  

Le boîtier électronique DPA intuitif

  Les deux épandeurs Rollforce testés présentent des boîtiers de commande identiques avec régulation DPA. Ces moniteurs intègrent un potentiomètre gradué de 0 à 10 pour contrôler la vitesse d'avancement du tapis. Ils comptent également différents interrupteurs agissant sur des distributeurs électrohydrauliques qui animent le tapis dans les deux sens et l'ouverture de la trappe guillotine. Le boîtier comprend également, sur la version TCEi, l'ouverture de la hotte et la mise en position du volet de bordure. Seule la suspension de flèche hydraulique s'actionne avec un distributeur du tracteur. À l'utilisation, le potentiomètre réglant le régime du tapis se révèle sensible. L'opérateur rencontrera des difficultés à retrouver une valeur exacte d'avancement. Le paramétrage de la régulation DPA s'avère néanmoins intuitif. La fonction de pesée embarquée sur les Rollforce n'offre qu'une information, sans relation avec la régulation. Le cumul des poids est possible avec un enregistrement des parcelles ou des clients. Rolland propose en option d'imprimer ces données en cabine ou depuis un ordinateur après le transfert des informations sur un logiciel développé par la firme.  

Le cadre d'épandage, un choix important

  Tous les épandeurs de la gamme Rollforce partagent, à volume comparable, la même caisse et se déclinent soit avec le cadre à hérissons verticaux d'appellation V, soit avec la table d'épandage TCEi. Ils sont aussi proposés en deux niveaux de finition : Agri et EDT. Les appareils EDT se distinguent des Agri par l'adoption de pièces d'usure démontables. Sur les Rollforce V, les hérissons verticaux, d'une hauteur de 1,7, 2,1 ou 2,5 mètres, évoluent au régime de 430 tr/min et affichent une vitesse linéaire en périphérie des couteaux de 21 m/s. Ils reçoivent en fin de spire trois couteaux évoluant au plus près du tapis pour améliorer l'émiettement. Le cadre TCEi associe deux démêleurs horizontaux tournant à 330 tr/min à deux plateaux munis de trois voire quatre pales éjectant l'effluent au régime de 430 tr/min. La hotte recouvrant les hérissons horizontaux accentue l'émiettement tout en forçant le passage vers les disques d'épandage. Son ouverture est possible pour le nettoyage ou pour réaliser un andain de compost. Ce coffre dispose à son embase d'un volet de répartition qui oriente le produit vers le centre des plateaux d'épandage. Plus le fumier est léger, plus il faut forcer l'éjection en abaissant ce déflecteur. Le réglage s'effectue par manivelle et vis sans fin à l'aide d'un index gradué. La table TCEi possède en partie basse des orifices d'évacuation d'eau. Des bouchons sont livrés de série pour les épandages de produits fluides. Les cadres d'épandage V et TCEi bénéficient sur leur transmission d'une sécurité à boulon de rupture. Leurs pales d'éjection sont réali- sées avec un acier anti-abrasion. Pour faciliter la gestion des pièces d'usure, les couteaux sont communs aux démêleurs horizontaux et aux hérissons verticaux.  

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent