John Deere 6170R DirectDrive : une transmission bien sous tous rapports

John Deere 6170R DirectDrive : une transmission bien sous tous rapports

Le John Deere 6170R, testé dans la Vienne, se révèle aussi à l'aise dans les champs que sur la route. Ce tracteur intermédiaire dans la gamme 6R à six cylindres profite de la transmission à double embrayage DirectDrive que l'essayeur, Édouard Viaud, a apprécié pour sa souplesse d'utilisation et pour son bon étagement.

Au Gaec Chantegeay, dans la Vienne, le 180 chevaux n'occupe plus, depuis une quinzaine d'années , la place de modèle de tête. Il est plutôt considéré comme le tracteur à tout faire et s'utilise ainsi pour tirer la remorque durant la moisson, épandre les amendements voire préparer les sols au printemps. Le John Deere 6170R, essayé dans cette exploitation, se classe dans cette catégorie avec son châssis long et son six-cylindres de 187 chevaux (97/68/CE) de puissance maximale annoncée. Ce modèle bénéficie ici de la transmission à double embrayage DirectDrive. Cette boîte utilise le principe de la réputée DSG de Volkswagen. Elle compte trois gammes (A, B et C) et huit rapports sous charge en marche avant comme arrière. Selon le tractoriste, son confort de conduite s'apparente à celui d'une transmission à variation continue tandis que son rendement se rapproche de celui d'une boîte mécanique. Édouard Viaud, agriculteur, est curieux de tester cette fameuse DirectDrive. Il assiste tout d'abord au passage du tracteur au banc moteur de la Chambre d'agriculture de Poitou- Charentes. La puissance maximale mesurée atteint 163 chevaux OCDE. S'ensuit la présentation technique par Stéphane Andreu, responsable produits chez le constructeur, avant l'attelage d'une remorque Brochard chargée de 21 tonnes de compost. Les trois trajets routiers définis pour les essais décrivent une boucle de 15,1 kilomètres. L'essayeur prend les commandes du JD 6170R et positionne le levier de transmission en mode automatique. « La souplesse d'utilisation de la DirectDrive n'est pas tout à fait comparable à celle d'une boîte à variation continue. Mais cette transmission est tout de même agréable à piloter avec ses passages de vitesses quasi imperceptibles. Seule la chute du régime moteur permet de les repérer. Le changement des gammes s'avère presque aussi souple. Il se révèle malgré tout plus lent et engendre une brève rupture de couple », constate l'agriculteur. Heureusement, la firme a retenu huit vitesses powershift contre quatre sur les boîtes AutoQuad et PowrQuad Plus, afin d'éviter, autant que possible, le changement de gamme et donc la rupture de couple lors des travaux. La DirectDrive partage son levier avec la commande de l'AutoPowr pour rapprocher sa conduite de celle d'une transmission à variation continue. Elle intègre également la fonction AutoClutch débrayant automatiquement la transmission dès que le chauffeur appuie sur la pédale de frein. Ainsi, comme sur une boîte à variation continue, l'essayeur ne sollicite pas la pédale d'embrayage lors du trajet routier, y compris pour franchir les intersections. Édouard Viaud fait des compliments sur le confort en cabine. Il apprécie autant la qualité des suspensions que le silence. Lors du diagnostic de la performance moteur, la mesure révèle en effet un faible niveau sonore, de 67,4 dB(A) sur la plage d'utilisation préconisée. « Un des points faibles du poste de conduite reste la position du terminal de commande. Situé sur la console latérale, cet écran ne se trouve pas dans le champ de vision du conducteur et se situe trop loin de lui. De plus, les rétroviseurs, assez petits, n'intègrent pas de miroir à grand angle et sont dépourvus de réglage électrique », regrette Édouard Viaud. L'agriculteur juge le tracteur assez nerveux. Lors des trois trajets, la mesure des temps pour gravir deux montées confirme cette impression. Le John Deere 6170R est rapide dans cet exercice comparé aux autres tracteurs essayés de même puissance. Il n'est cependant pas le plus économe en carburant avec 12,7 litres de GNR consommé en moyenne sur les trois répétitions pour tirer la même remorque sur un même trajet. Mais le John Deere, lui, ne consomme pas d'AdBlue pour satisfaire à la norme antipollution Stage IIIB. Après les trois parcours routiers, l'essai se poursuit au champ avec un outil porté à dents et disques Souchu, ainsi qu'avec un déchaumeur à disques indépendants semi-porté Lemken. L'ajout d'une masse de 900 kg sur le relevage avant suffit pour lever l'appareil porté Souchu de trois mètres de large et pour assurer un bon équilibre au tracteur. Son pont avant accueille en effet, sans lestage, 41 % de la masse totale à vide. Ainsi pourvu, le John Deere parvient à maintenir une vitesse d'avancement comprise entre 8 et 10 km/h malgré le travail profond des dents (15 cm) et des disques du combiné de préparation. Avec le levier de transmission toujours positionné en mode automatique et la gamme A sélectionnée depuis l'accoudoir, le régime du six-cylindres John Deere oscille entre 1 700 et 2 000 tr/min. Cette fourchette de régime correspond d'ailleurs à la plage de puissance constante, selon les mesures du banc. Le conducteur a ensuite paramétré, depuis le terminal, le régime maximal du moteur afin de travailler entre 1 500 et 1 700 tr/min, soit dans la zone la plus économique en carburant.  

Une boîte bien étagée

  Le test au champ confirme une prise en main intuitive de la transmission et une bonne accessibilité aux principales commandes situées sur l'accoudoir multifonction. « Le relevage s'avère facile d'utilisation », apprécie l'essayeur. Nous quittons ensuite la parcelle de maïs pour préparer, sur un sol labouré, le lit de semence d'un futur tournesol. Pour cette opération, l'essayeur attelle sur le relevage arrière le déchaumeur à disques indépendants Lemken Rubin de cinq mètres de large. Ce travail réalisé à une allure plus soutenue, 12 km/h environ, confirme le bon étagement des vitesses et leur bon chevauchement entre chaque gamme de la transmission. « Après avoir sélectionné la gamme B, je parviens à la vitesse maximale de 16 km/h sans devoir en changer. Levier toujours en mode automatique, je n'ai donc pas à gérer la boîte », constate Édouard Viaud. L'agriculteur est à nouveau séduit par le confort à bord du 6170R malgré l'allure soutenue et ce labour d'hiver peu régulier en surface. Il profite de son essai pour s'initier à la programmation d'une séquence de bout de champ. « L'enregistrement en dynamique d'une suite d'opérations s'avère facile, tout comme la modification d'une séquence préalablement mémorisée. »  

Sa puissance, son couple, sa consommation

  Testé au banc de performance moteur de la Chambre d'agriculture de Poitou- Charentes, le John Deere 6170R, avec ses 16 heures au compteur, délivre une puissance maximale mesurée de 163 chevaux (120 kW) au régime de 1 708 tr.min-1, correspondant à 876 tr.min-1 à la prise de puissance. Son couple maximal, de 71,8 daN.m est atteint à 1 556 tr.min-1. À ce régime, le six-cylindres délivre encore 156 chevaux et affiche une consommation spécifique comparable à celle du régime de puissance maximale, soit 248 g.kW-1.h-1.  

Son débit hydraulique

  Le débit hydraulique maximal du John Deere 6170R essayé, mesuré à partir de deux distributeurs auxiliaires arrière, atteint au maximum 110 l.min-1. Le tracteur embarque une pompe à cylindrée variable débitant jusqu'à 114 l.min-1 (155 l.min-1 en option). La pression maximale mesurée dans le circuit s'établit à 207 bars (200 bars selon le fabricant).  

Son niveau sonore

  Pendant le passage au banc de puissance, le niveau de bruit a été mesuré dans la cabine du John Deere 6170R, toutes portes et fenêtres fermées, climatisation et ventilation éteintes. Les valeurs indiquées à différents régimes du tracteur en charge intègrent le bruit extérieur du banc d'essais d'environ 100 dB(A).  

Son emcombrement

  Le John Deere 6170R affiche des dimensions et un rapport masse/ puissance (OCDE) de 50 kg.ch-1 dans la moyenne des tracteurs de sa catégorie. Il affiche toutefois un faible empattement et se caractérise par son pont avant reculé sous le moteur. Cet essieu supporte 41 % de la masse à vide du tracteur sans lestage. Le 6170R se caractérise par sa cabine spacieuse comparé aux autres tracteurs de la même catégorie. Le poste de conduite, large, haut et profond, devrait donc accueillir confortablement deux personnes. Il est malheureusement haut perché et pourrait agacer les utilisateurs devant y monter et y descendre fréquemment.  

Le point technique : cœur de gamme

  Le 6170R est le tracteur intermédiaire parmi les six-cylindres de la gamme 6R de John Deere. Il profite d'un long châssis intégral et d'un moteur de plus de 200 chevaux pour être à l'aise dans les champs. Il présente aussi l'intérêt d'accéder à un large choix de transmissions, dont l'originale variante à double embrayage DirectDrive testée ici.  

Un moteur à deux hélices

  Le 6170R de notre essai est le modèle intermédiaire des sixcylindres de la gamme 6R. Son moteur maison, fabriqué à Saran (Loiret), développe 187 chevaux 97/68/CE de puissance maximale voire 207 chevaux lors des travaux mobiles à la prise de puissance ou à partir de 15 km/h au transport. Le système de refroidissement se caractérise par son intercooler air/ air placé à l'horizontale devant les radiateurs. En raison de sa position, cet élément intègre son propre ventilateur entraîné par un moteur hydraulique additionnel. Le condenseur de climatisation, le refroidisseur de GNR et les radiateurs d'huile moteur et de transmission restent, pour leur part, en position verticale. Ils coulissent latéralement pour leur nettoyage et intègrent une prégrille limitant le colmatage. L'ensemble du bloc-moteur est refroidi par un ventilateur doté d'un embrayage viscostatique. Son enclenchement automatique permet au moteur d'atteindre plus rapidement sa température de fonctionnement idéale et économise, selon le constructeur, de l'énergie lorsqu'il n'est pas sollicité. Le filtre décanteur à carburant est positionné devant les radiateurs pour purger régulièrement un circuit d'injection à haute pression boosté à 2 000 bars (1 600 bars auparavant). En complément de la vanne EGR, le moteur s'accompagne d'un filtre à particules diesel (DPF) et d'un catalyseur d'oxydation diesel (DOC). Il satisfait ainsi à la norme antipollution Stage IIIB. John Deere préconise un remplacement de l'huile moteur toutes les 500 heures d'utilisation.  

La boîte à double embrayage selon John Deere

  Pour concevoir l'originale transmission robotisée à double embrayage DirectDrive du 6170R essayé, John Deere s'est inspiré des boîtes du domaine automobile. Pour l'heure disponible sur les six-cylindres de la gamme 6R, la DirectDrive compte trois gammes et huit vitesses sous charge. Ces derniers limitent les changements de gamme. La transmission se pilote selon deux modes. En manuel (séquentiel), l'opérateur pousse le levier pour monter les 24 rapports, ou le tire pour les descendre. En enclenchant le mode automatique, il accède alors à la même logique d'utilisation que celle de la boîte à variation continue AutoPowr, qui partage d'ailleurs le même levier. Une molette fixe la vitesse cible atteinte lorsque la pédale d'accélérateur est au plancher. Le moteur est alors régulé automatiquement selon la charge. L'opérateur peut aussi sélectionner manuel lement l'une des trois gammes : A (de 2,7 à 10,8 km/h), B (de 5,4 à 21,5 km/h) ou C (de 13,8 à 42 km/h). En sélectionnant le bouton BC, le passage entre ces deux dernières gammes devient automatique. Il ne l'est pas entre les gammes A et B.  

La cabine des grands frères

  La cabine à quatre montants ComfortView du John Deere 6170 R essayé reprend l'architecture de celle des tracteurs des séries supérieures. Le fabricant annonce notamment un espace intérieur accru de 20 % par rapport aux modèles 6030 Premium. Il a également revu les habillages, les sièges passager et conducteur. La cabine à quatre montants du 6170 R s'avère spacieuse. Modèle 6140 R 6150 R 6170 R 6190 R 6210 R Moteur John Deere Power Systems PowerTech PVX, 6 cylindres, 6,8 litres Puissance maximale sans Surpuissance Active (ch 97/68/CE) 154 165 187 209 231 Puissance maximale avec Surpuissance Active (ch 97/68/CE) 166 175 207 228 249 Transmission Semi-powershift PowrQuad Plus, AutoQuad Plus (Eco Shift) 20 av. et 20 ar. ou 24 av. et 24 ar., double embrayage DirectDrive 24 av. et 24 ar. ou variation continue AutoPowr Empattement (mm) 2 765 2 800 Masse moyenne à l'expédition (kg) 6 160 6 195 7 350 7 375 7 400 Les six-cyLindRes de La gaMMe 6 R Le conducteur trouve sur la console latérale droite le terminal CommandCenter GreenStar 3 doté d'un écran couleur de sept pouces. Cet ordinateur compatible Isobus, doté en option de commandes tactiles, permet d'affiner le réglage des principaux organes, en complément de ceux accessibles directement depuis l'accoudoir multifonction. Il contrôle le système de guidage par satellites, l'automatisation des séquences de bout de champ iTEC, la radio Bluetooth, la climatisation et la programmation des phares. La version tactile intègre une fonction vidéo. Des boutons de raccourcis situés à côté sur la console latérale permettent l'accès direct au menu sélectionné.  

Jusqu'à sept distributeurs électrohydrauliques

  Une pompe à cylindrée variable alimente le circuit hydraulique load sensing du 6170 R. Elle débite 114 l/min voire 155 litres en option. Elle alimente quatre (jusqu'à sept) distributeurs auxiliaires électrohydrauliques (mécaniques en option). Ceux à commande électrique sont verrouillés, réglables en débit et en temporisation depuis le terminal CommandCenter 3. Le kit de prises Power Beyond complète l'offre d'équipements hydrauliques. La pompe anime le relevage avant de quatre tonnes de capacité, monté d'usine. Celui-ci peut être accompagné de coupleurs hydrauliques et d'une prise électrique à sept broches. Le relevage arrière, de 8,5 tonnes de charge maximale, adopte un amortisseur d'oscillations et des stabilisateurs automatiques. L'opérateur ajuste notamment sa profondeur, son contrôle électronique ou sa vitesse de descente depuis l'accoudoir et l'ordinateur de bord. Le 6170 R peut être équipé d'un pont avant suspendu TLS offrant un débattement de 100 mm. Il se caractérise par son point d'ancrage situé sous la cabine et son fonctionnement en ciseau. Il accueille en option des disques de freins. Le 6170 R, comme les deux plus puissants modèles de la gamme 6R, en transmission AutoPowr ou DirectDrive, reçoit une prise de puissance tournant à 540, 540 Eco et 1 000 tr/min. Il accède sur demande aux régimes normalisés de 540 Eco, 1 000 et 1 000 Eco tr/min.        

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Essai pulvérisateur

Kellands Agribuggy A280, Un poids plume pour pulvériser en toute simplicité