Valtra S374 : beau transporteur

Valtra S374 : beau transporteur

Il est beau et il roule bien. Le S374 profite d'un moteur performant et d'un excellent confort de suspension pour mettre en avant ses bonnes aptitudes au transport. Testé en Normandie cet été, le plus puissant des tracteurs Valtra, de 370 chevaux, se distingue également par une maniabilité de tracteur de 200 chevaux et son poste inversé, toujours disponible en option. Il a toutefois révélé un manque d'ergonomie de certaines commandes et de lisibilité des écrans.

Le Valtra S374 inaugure les nouveaux codes stylistiques de la marque. Cette fois-ci, les designers finlandais n'ont pas manqué d'inspiration. Un premier coup d'oeil à la face avant du tracteur permet de s'en convaincre et de mesurer les progrès réalisés. Les optiques de phares sont creusées dans la calandre et se terminent en pointe, tels des yeux de félin, et le grand V (de Valtra), incrusté dans la grille d'aération, dessine une ride du lion se prolongeant jusque sur le capot. Bravo aux designers pour cette ressemblance étonnante avec la tête d'un félidé ! Le toit de cabine, pour sa part, avec ses feux carrés suspendus dans le vide, aurait mérité un coup de crayon plus avisé. Dommage aussi que les acquéreurs, fidèles ou non, de Valtra ne puissent plus choisir la couleur de ce tracteur qui n'est maintenant plus proposé qu'en une seule teinte de carrosserie : le noir. Le S374, avec son design globalement harmonieux et dynamique, dégage ainsi une impression de puissance. Mais ses performances moteur sont-elles à la hauteur de ces attributs ? C'est ce que nous avons d'abord vérifié lors du test au banc moteur réalisé sur l'exploitation de Raphaël Groult. Ce jeune agriculteur, installé à Coulombs (Calvados), essaie pendant une journée et demie ce Valtra S374 produit à Beauvais, dans l'Oise. Le banc de l'association bretonne Aile, piloté par Jacques Bernard, dessine progressivement les courbes de puissance, de couple et de consommation spécifique. Il établit notamment la puissance maximale du six-cylindres Agco Power (ex-Sisu Diesel) à 327 chevaux à la prise de puissance (OCDE) à 1 800 tr/min. Ce moteur, dorénavant conforme à la norme antipollution Stage IV, révèle surtout un très bon rendement (39 %) à 1 500 tr/min. Tant que les travaux le permettent, le conducteur aura donc tout intérêt économiquement à atteindre ce régime, d'autant plus qu'il correspond à celui de la puissance et du couple maximaux. Comme cette quatrième génération de tracteurs de la série S n'est disponible qu'avec une transmission à variation continue, elle peut, en mode automatique, laisser réguler le moteur quelle que soit l'allure du tracteur. Raphaël Groult retient cette solution lors du premier test routier avec le S374 attelé à une remorque Lair chargée de 24 tonnes de sable. Le parcours réalise une boucle de 11,9 km autour de la ferme et alterne entre routes étroites et dégradées et portions plus roulantes, ronds-points, intersections à la visibilité réduite et montées abruptes suivies de longues descentes.  

Confort de premier plan

  Dès les premiers kilomètres, le Valtra révèle ses excellentes qualités de rouleur. L'essayeur est d'abord séduit par le bon confort, en raison notamment de la cabine et du siège conducteur, tous deux à suspension pneumatique. « L'amortissement global est satisfaisant et le siège offre un excellent maintien », confirme-t-il. Le confort est également assuré par un niveau de bruit bien maîtrisé à bord du Valtra. Les mesures du niveau sonore dans la cabine lors du passage au banc moteur confirment d'ailleurs ce jugement, avec 74,3 dB(A) relevés en moyenne sur la plage d'utilisation préconisée du tracteur. Et sur le plan des performances, le S374 n'est pas en reste. « Pour gravir les côtes, le tracteur se montre nerveux et arrache assez bien la charge lors des reprises après une intersection. Dès que le six-cylindres est sollicité, il monte vite en régime puis se stabilise à 1 700 tr/min tout au long de l'effort », constate l'essayeur. Les mesures de consommation en carburant et de temps dans les montées attestent de la bonne santé du moteur Agco Power. Le Valtra se situe en effet dans la moyenne des tracteurs essayés de la même catégorie. Selon le débitmètre greffé sur le circuit d'injection, il consomme 15,7 litres de GNR soit 132,4 litres aux 100 kilomètres en moyenne pour les trois tours réalisés. La capacité à retenir la remorque et son chargement, de 34,6 tonnes de masse totale, fait également partie des points forts de ce S374. « En plus d'un freinage pneumatique très performant, voire brutal, le Valtra dispose d'un frein moteur des plus efficaces », apprécie Raphaël Groult qui se sent en sécurité aux commandes du convoi malgré sa masse importante. L'agriculteur relève quelques défauts lors de ce test routier, surtout du point de vue de l'ergonomie des commandes. Il regrette notamment l'absence d'un joystick multifonction sur l'accoudoir et l'accès difficile au levier de transmission positionné dessous. Sur cette quatrième génération de tracteurs de la série S, Valtra a notamment revu le tableau de bord en lui intégrant un écran couleur plus convivial et un clavier de navigation pour le commander. Ces modifications ne semblent malheureusement pas suffisantes aux yeux de l'essayeur. « L'écran du tableau de bord manque de lisibilité. De plus, il est en partie caché par le petit volant et son petit clavier de navigation n'est pas des plus intuitifs. » À la fin du tour, l'agriculteur immobilise le tracteur en positionnant le levier d'inverseur en mode parking. Automatiquement, le tracteur diminue son régime moteur de 1 000 à 750 tr/min pour économiser du carburant et limiter le bruit.  

Des petits défauts d'ergonomie

  Les tests se poursuivent au champ avec le déchaumeur à dents et disques Kuhn Performer de quatre mètres de large. L'essayeur attelle d'abord la masse frontale de 1,2 tonne sur le relevage avant. La pression des pneumatiques est également abaissée à 1,1 bar à l'arrière et 1,4 bar à l'avant. La bonne visibilité sur les bras de relevage et la présence de leviers de décompression pour brancher les raccords hydrauliques facilitent l'attelage de l'outil Kuhn. Le travail au champ consiste à déchaumer une parcelle de lin dépourvue de résidus en surface. Mais l'important taux d'argile ne facilite pas la tâche, d'autant plus que les dents du Performer travaillent à 20 cm de profondeur tandis que les disques évoluent à seulement 5 cm. L'agriculteur enregistre d'abord une vitesse au régulateur, de 9 km/h, puis active le pont avant et le blocage de différentiel. Au travail, le radar affiche une vitesse d'avancement évoluant entre 6 et 7 km/h, soit un taux de patinage compris entre 20 et 30 %. « Le tracteur manque un peu de lestage. Il aurait mérité une masse frontale un peu plus lourde et, éventuellement, des masses de roues », constate Raphaël Groult. L'essayeur remarque également certains défauts d'ergonomie à l'instar des trois molettes de réglage du relevage arrière ou des mémorisations du régime moteur, positionnées sur la console latérale et non sur l'accoudoir multifonction. « L'écran du terminal de bord, situé en bout d'accoudoir, s'avère petit et peu intuitif. Sa navigation demande en effet un minimum de temps de prise en main », remarque l'essayeur. Le Valtra S374 s'avère à l'aise dans les bouts de champ car sa maniabilité se rapproche de celle d'un tracteur de 200 chevaux. « Le tracteur tourne si court qu'il est capable de reprendre le passage jouxtant celui qu'il vient de faire, même avec cet outil semi-porté de quatre mètres de large, apprécie l'agriculteur. Et les séquences automatiques de fourrières s'avèrent assez faciles à enregistrer et à modifier. » Comme sur la route, Raphaël Groult juge le confort de suspension très satisfaisant. La présence, sur le tracteur essayé, du terminal additionnel C3000, avec son écran couleur et tactile, gérant l'autoguidage par GPS apporte un confort de conduite supplémentaire.  

Sa puissance, son couple, sa consommation

  Testé au banc de performance moteur de l'association Aile, le Valtra S374 délivre une puissance maximale mesurée de 327 chevaux (241 kW) au régime de 1 800 tr.min-1, correspondant à 923 tr.min-1 à la prise de puissance. Son couple maximal, de 143,5 daN.m est atteint à 1 500 tr.min-1. À ce régime, le six-cylindres délivre encore 306 chevaux et affiche la consommation spécifique la plus basse, soit 218 g.kW-1.h-1.  

Son niveau sonore

  Pendant le passage au banc de puissance, le niveau de bruit a été mesuré dans la cabine du Valtra S374, toutes portes et fenêtres fermées, climatisation et ventilation éteintes. Les valeurs indiquées à différents régimes du tracteur en charge intègrent le bruit extérieur du banc d'essai d'environ 100 dB(A).  

Son encombrement

  Le Valtra S374 affiche un assez faible rapport masse/puissance (OCDE) d'environ 30 kg.ch-1. Il se situe en effet parmi les tracteurs les plus légers de sa catégorie. L'essieu avant supporte 46 % de la masse à vide du tracteur sans lestage, contre 57 % dès qu'on lui attelle une masse de 1 200 kg sur le relevage avant. Cette masse ne doit donc être utilisée que lorsque l'outil arrière le justifie. Le poste de conduite s'avère large pour accueillir confortablement deux personnes mais manque un peu de hauteur intérieure.  

Le point technique : stage IV pour la génération 4

  Valtra offre à la quatrième génération de son tracteur de la série S, produit dans l'usine Agco de Beauvais (Oise), un moteur désormais conforme à la norme antipollution Stage IV. Il en profite pour apporter de subtiles améliorations en cabine ou au circuit hydraulique. Le capot moteur redessiné annonce également les nouveaux codes stylistiques de la marque.  

L'Agco Power passe au biturbo

  Le Valtra S374 loge le moteur 84 AWF de 8,4 litres fabriqué dans l'usine finlandaise Agco Power (ex-Sisu Diesel). Ce six-cylindres délivre 370 chevaux de puissance maximale sans surpuissance sur ce tracteur. Lors des travaux mobiles à la prise de puissance, en cas de fortes sollicitations hydrauliques ou sur la route au-delà de 20 km/h, la gestion électronique du moteur fournit une puissance additionnelle, baptisée EPM, atteignant 30 chevaux sur le S374. Pour respecter la norme antipollution Stage IV, trois évolutions majeures ont été apportées aux six-cylindres : une vanne EGR recycle désormais une partie des gaz d'échappement refroidis dans l'admission d'air (entre 5 et 7 %), la surface du catalyseur d'oxydation diesel (DOC) progresse de 10 % sans accroître la taille du pot d'échappement et le circuit d'admission en air adopte deux turbocompresseurs montés en série. Le moteur Agco Power utilise toujours, comme sur la précédente génération de série S, un système SCR injectant de l'AdBlue stocké dans un réservoir spécifique de 60 litres. Le réservoir à carburant contient, lui, 630 litres. Le tractoriste finlandais a revu le pack de refroidissement pour augmenter les surfaces d'échange. Malheureusement, les radiateurs ne s'escamotent plus mais un espace est réservé pour passer la main entre deux éléments et assurer leur nettoyage. Pour l'entretien, l'accès aux organes demande de soulever le capot principal et de retirer deux panneaux latéraux. L'opérateur dépose facilement le filtre à air positionné devant. Un système de prénettoyage assure l'évacuation des grosses particules de poussière. Depuis le flanc gauche, l'opérateur atteint aisément les filtres à huile moteur et à carburant ainsi que la jauge et le bouchon de remplissage d'huile moteur.  

La transmission ML 280 signée Agco

  Valtra puise toujours dans la banque d'organes du groupe Agco pour approvisionner en transmission ses tracteurs de la série S de quatrième génération. Il utilise la solution à variation continue ML 280 à deux plages de vitesses. Le tracteur avance à une allure comprise entre 0 et 28 km/h en gamme A et jusqu'à 43 km/h en gamme B. L'inverseur hydraulique, commandé par un levier situé à gauche, sous le volant, intègre le frein de parking pneumatique. Dans cette position, le moteur tourne désormais au régime économique de 750 tr/min. La transmission fonctionne selon deux modes : automatique (par défaut au démarrage du tracteur) et manuel. La pédale ou le levier CVT positionné sous l'accoudoir servent alors à moduler la vitesse d'avancement ou le régime moteur selon le mode choisi. Le conducteur peut mémoriser deux allures et deux régimes moteur fixes. Autre originalité, il règle, via un potentiomètre, le ratio entre l'allure de marche avant et l'allure de marche arrière lors de l'activation de l'inverseur. Valtra propose deux solutions de prise de puissance : 1 000 et 1 000 Eco tr/min ou 1 000 et 540 Eco tr/min. En mode automatique, la prise de puissance s'enclenche et se coupe selon la hauteur du relevage. Le pont avant, signé Carraro, dispose d'une suspension hydropneumatique montée de série (essieu rigide possible). Celle-ci affiche une amplitude de travail de 95 mm et se bloque si besoin.  

La cabine sur coussin d'air

  La cabine à quatre montants du Valtra S374 accède toujours en option au poste inversé Twintrac qui se caractérise par sa double commande de pédalier et ses deux colonnes de direction. Elle reçoit une suspension pneumatique en quatre points. Pilotée électroniquement, celle-ci fonctionne selon trois modes : automatique, manuel ou verrouillé. Dans le second mode, le conducteur ajuste la sensibilité de l'amortis sement en tournant un potentiomètre. Le siège à suspension pneumatique à basse fréquence intègre une ventilation, un réglage électrique des lombaires et pivote sur 180 degrés. Il reçoit l'accoudoir Advance, identique à celui des tracteurs des gammes inférieures N et T. Cet équipement se règle en hauteur et en profondeur. Les autres commandes intègrent la console latérale et le montant arrière droit. La climatisation régulée ou les rétroviseurs électriques et dégivrants font notamment partie des équipements de série. Le Valtra S374 dispose de huit phares de travail à l'arrière et six (voire huit) à l'avant. Le volant, réglable en profondeur et en inclinaison, reçoit l'astucieux système Quicksteer. Depuis une molette en cabine, le conducteur modifie en effet la progressivité de la direction, donc le nombre de tours de volant de butée à butée. Valtra vient de redessiner le tableau de bord et de lui intégrer, entre autres, un écran couleur plus convivial et un clavier de navigation positionné sous le volant.  

L'hydraulique boostée à 205 l/min

  Le Valtra S de quatrième génération voit son débit hydraulique progresser de 30 l/min et atteint dorénavant 205 l/min. Son circuit load sensing, qui s'alimente dans un réservoir séparé de celui de la transmission, utilise une pompe à cylindrée variable. Il fournit jusqu'à six distributeurs arrière et deux avant. Tous se commandent électroniquement via un levier en croix et des interrupteurs fingertips placés sur l'accoudoir Advance. Ils se programment également en débit et en temporisation soit par l'intermédiaire d'une molette limitant le débit de l'ensemble (10, 50 ou 100 % du niveau maximal), soit depuis l'ordinateur de bord pour une programmation individualisée (jusqu'à trois mémorisations possibles). Le circuit alimente en option un kit power beyond. Il fournit le relevage arrière, à contrôle électronique, de 12 tonnes de capacité aux rotules. Ce relevage intègre un compensateur d'oscillations, des stabilisateurs automatiques (option), un contrôle d'effort, un contrôle de patinage couplé à un radar et un troisième point hydraulique (sur les trois plus gros modèles). Le relevage avant, de cinq tonnes de capacité maximale, dispose de son propre distributeur.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Bol pailleur

Robert dote ses bols Evolumix d'une table de paillage

Machine de l'année 2020

Cérémonie de remise des prix

Agritechnica 2019 - Récolte

John Deere : Quelle puissance pour la moissonneuse-batteuse X9 ?

Manutention

Samco change rapidement la voie d'une chargeuse

Agritechnica 2019 - Pommes de terre

2ème génération de planteuse Dewulf CP 42 Smart-Float GII

Transport

Ponge anticipe la réglementation de 2020

Agritechnica 2019 - Travail du sol

Transport simplifié pour les charrues portées Kverneland

Agritechnica 2019 - Récolte

New Holland, un noueur innovant nommé LoopMaster

Epandeur

Les épandeurs traînés de la série 2000 d'Agrispread accèdent à l'Isobus