Volkswagen Caddy Van 2.0 TDI 102 : l'outsider d'outre-Rhin

Volkswagen Caddy Van 2.0 TDI 102 : l'outsider d'outre-Rhin

La quatrième génération du Caddy Van de Volkswagen remet au goût du jour ses motorisations et ses équipements d'aide à la conduite. Il entend bien ainsi bousculer le segment des véhicules utilitaires légers dont le marché est monopolisé par les cadors français.

En Allemagne, deux fourgonnettes vendues sur cinq sont des Caddy. Autant dire que Volkswagen fait un carton sur son propre marché. Dans l'Hexagone, les constructeurs français bien implantés ne laissent pas la place à un tel leadership. La marque d'outre-Rhin a donc pris les choses très au sérieux lors du renouvellement de son utilitaire best-seller pour tenter de grappiller des parts de marché. Nouveaux designs intérieur et extérieur, nouveaux systèmes d'aide à la conduite et de connectivité, nouvelles motorisations, le Caddy Van de quatrième génération donne un petit coup de vieux à son prédécesseur. Volkswagen ayant fait le choix de ne pas bouleverser les codes, ces évolutions ne sont pas les plus visibles au premier coup d'oeil. Les petites retouches stylistiques montrent que la voiture a changé mais ne devraient pas dérouter les fidèles clients. La calandre effilée, dotée d'un nouveau bouclier et de phares en amande, ainsi que le nouveau capot nervuré partagent le style des véhicules particuliers de la gamme. À l'arrière, les changements portent sur le dessin des feux et des portes. La palette des 16 coloris disponibles compte dorénavant, sur cette variante utilitaire, les teintes « Orange lumineux » et grise « Pure Grey ». À l'intérieur, la qualité des matériaux et des assemblages reste sans reproche, bien que l'omniprésence de plastiques noirs rende l'environnement assez triste. L'aménagement de l'habitacle fait désormais la distinction entre les versions tourisme et utilitaire. La planche de bord redessinée forme un seul bloc sur la première version, tandis qu'elle dispose de plusieurs compartiments ouverts sur la fourgonnette. Dans cette dernière, un casier surplombe, par exemple, la boîte à gants. Le coffre central, également ouvert, accueille, lui, les documents de travail. D'autres rangements sont disséminés au niveau du plafonnier, à proximité du levier de vitesses ou encore dans les portes.  

La conduite assistée

  La console centrale profite d'un nouveau design facilitant l'accès aux commandes du chauffage et de la climatisation, placées au-dessus de celles de l'écran de radio ou du système de navigation. Cette position un peu basse de l'afficheur oblige d'ailleurs à quitter un temps la route des yeux. Pour se mettre à la page, Volkswagen a multiplié l'offre d'équipements d'aide à la conduite. La marque dote le Caddy Van de l'assistance au démarrage en côte, du détecteur de fatigue, du radar d'alerte et d'aide au freinage d'urgence Front Assist, du limiteur et du régulateur de vitesse autoadaptatif ACC, du commutateur automatique des feux de croisement et de route Light Assist, de la caméra de recul, ainsi que des aides au stationnement Park Pilot et Park Assist. Elle propose également davantage de connectivité, notamment avec son écran couleur tactile de 5 pouces de diagonale accompagné de l'interface Bluetooth pour téléphone portable, d'un port USB et d'un lecteur de carte SD. Pour encore plus de sécurité et de confort, le constructeur monte davantage d'airbags aux places conducteur et passager, ainsi qu'un pare-brise chauffant disponible en option. Tous ces équipements sont inclus de série ou en option selon les deux niveaux de finition disponibles : standard ou Business Line (+1 370 € HT). Avec l'arrivée des normes antipollution Euro 6, Volkswagen a également revu ses motorisations. Celles-ci devraient convenir au plus grand nombre avec deux variantes essence TSI, un GNV et quatre diesels TDI. L'offre de diesels démarre avec le 2 L de 75 ch et se poursuit avec son équivalent de 102 ch qui devrait représenter une large part des ventes en France. Ce moteur, plus polyvalent que celui d'entrée de gamme, est également disponible en version BlueMotion avec système Stop & Start et récupération de l'énergie au freinage. Il ne consomme que 4,1 L/100 km selon le constructeur. Les utilisateurs cherchant un utilitaire plus puissant se tourneront vers le même moteur boosté à 150 ch. La firme décline une quatrième variante de ce 2 L en 122 ch, une solution exclusivement associée à la transmission à quatre roues motrices 4Motion. Le Caddy Van reçoit, selon la motorisation, une boîte mécanique, à cinq ou six rapports, ou automatique à double embrayage DSG, à six ou sept rapports.  

Le choix dans les configurations

  Pour ceux qui s'aventurent souvent hors des sentiers battus, Volkswagen propose désormais un pack d'équipements du Français Seikel qui consiste à rehausser la garde au sol, de 15 à 20 mm, en montant des amortisseurs spécifiques Bilstein et à protéger le carter moteur à l'aide d'une tôle en aluminium de 5 mm d'épaisseur. Cette modification, facturée 2 424 € HT, n'est proposée qu'avec les modèles diesels à transmission intégrale 4Motion. Sur cette quatrième génération, Volkswagen n'a pas retouché la caisse ni le châssis d'un millimètre. Les dimensions et le volume de l'espace de chargement restent en effet inchangés : 3,2 m3 en version standard et 4,2 m3 en version rallongée Caddy Van Maxi. Celle-ci présente une longueur maximale de chargement au sol de 2,25 m. Pour ceux qui transportent des objets encore plus longs, le constructeur adapte à l'arrière une nouvelle trappe de toit vitré (girafon). Il propose aussi en option le siège Flex Plus qui, après avoir pivoté vers l'avant le côté droit de la cloison séparant la caisse de l'habitacle, permet de rabattre et d'escamoter en partie l'assise du passager pour charger dans la caisse un objet de près de 3 m de long. L'espace de chargement adopte, de série, six oeillets d'arrimage rabattables (8 sur le Caddy Van Maxi). Il reçoit également, de série, une porte coulissante, de 70 cm de large, sur le côté droit. Il peut être commandé avec une seconde porte coulissante à gauche ou avec un vitrage intégral.  

Avis d'essayeur : Jacky Nourtier

  Jacky Nourtier, exploitant dans l'Oise, a mis à l'épreuve le Volkswagen Caddy Van dans son exploitation située à Monneville. Il apprécie le design extérieur plus moderne que celui de son prédécesseur avec les lignes tendues des phares et de la calandre, ainsi que le capot moteur nervuré. À bord, la qualité de fabrication et des matériaux confirme ses bonnes premières impressions. « Dommage que les plastiques un peu durs et de couleur noire créent un environnement un peu austère, regrette l'agriculteur. La position de conduite souffre également d'une absence de réglage de la hauteur d'assise et des lombaires du siège conducteur, même si le volant, lui, s'ajuste en hauteur et en inclinaison. » Ces réglages, comme ceux du siège passager, ne sont disponibles qu'au catalogue des options chez Volkswagen. Dès les premiers tours de roue, Jacky Nourtier apprécie le confort de suspension qu'il juge pourtant ferme. L'ambiance serait particulièrement silencieuse si les clapotis du carburant dans le réservoir ne résonnaient pas dans la caisse. L'habitacle du Caddy Van essayé, pourvu d'une cloison avec grille, n'est en effet pas isolé du bruit de l'espace de chargement. Ce véhicule est néanmoins disponible avec une séparation complète avec fenêtre. L'agriculteur est par ailleurs séduit par la maniabilité de l'utilitaire ainsi que par sa direction particulièrement souple. Le nouveau moteur diesel 2.0 TDI, répondant dorénavant à la norme anti-émission Euro 6, se révèle nerveux dans cette version de 102 ch. La boîte manuelle à cinq rapports s'avère bien étagée, mais sa commande montre quelques points durs. Du côté des équipements, la finition d'entrée de gamme essayée se révèle assez bien pourvue avec, notamment, le régulateur et le limiteur de vitesse, l'écran couleur tactile se connectant en Bluetooth à un téléphone portable, un port USB et un lecteur de carte SD. « Les rétroviseurs électriques et dégivrants procurent une bonne visibilité, même s'ils ne sont pas de la même forme à gauche et à droite. L'indication au tableau de bord de la température extérieure s'avère utile sur ce type de véhicule », apprécie l'agriculteur.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Manutention

Manitou ouvre un nouveau « Training Center »

Tracteur

Un modèle supplémentaire pour la gamme Fendt 300 Vario

Rouleau destructeur

Le rouleau Horsch Cultro fait place nette dans les chaumes

Essai épandeurs à fumier

Thievin Maral 180 : Le costaud de l'essai

Composants hydrauliques

Un nouveau patron pour le groupe Poclain

Tracteur

Le Kubota M5111 rétrécit

Presse

Kuhn optimise la transmission de ses presses haute densité SB

Pièces détachées

Le centre logistique Bepco sort de terre

Tonne à lisier

Un enfouisseur pour le Strip-Till chez Samson