Épandeur Fliegl ADS 120 : des promesses de répartition tenues

Épandeur Fliegl ADS 120 : des promesses de répartition tenues

L'épandeur Fliegl ADS 120, avec sa caisse étroite et ses deux hérissons verticaux, se démarque des appareils concurrents par l'adoption d'un fond poussant. Ce principe de vidange, qui fait déjà la renommée des remorques de la marque allemande, est-il adapté à la précision de répartition attendue lors de l'épandage d'effluents ? Pour le vérifier, le constructeur a mis à la disposition de Matériel Agricole un appareil durant une semaine. Ce test exclusif a permis d'évaluer la qualité de répartition ainsi que la facilité d'utilisation et de réglage.

La vidange par fond poussant

  L'épandeur à fumier à hérissons verticaux Fliegl ADS 120 ne surprend ni par son apparence, ni par son gabarit. Il profite pourtant d'une conception unique sur le marché avec son système de vidange par fond poussant. Sa caisse étroite, d'une capacité de 14 m3 et d'une longueur totale de 5 m afin d'abaisser la hauteur de chargement, accepte jusqu'à 6 700 kg de fumier grâce au PTAC de 12 t. Elle profite, comme le châssis, d'un revêtement galvanisé. Seuls les hérissons sont peints. Les composants en friction durant la vidange et la surface en contact avec le fumier du fond poussant sont, eux, en matériau composite. L'appareil de notre essai bénéficie d'une hotte d'émiettement. Cette option transforme les deux hérissons en pseudo-table d'épandage. Ce module arrière, unique organe entraîné par la prise de force, exige un régime de 950 tr/min. Il autorise cependant un travail à 850 tr/min avec des produits friables. Même si un limiteur de couple à cames protège la chaîne cinématique des hérissons, le constructeur a conservé un boulon de sécurité sur l'arbre de transmission principal. Sur le plan de l'hydraulique, l'épandeur Fliegl mobilise trois distributeurs à double effet et demande un débit minimal de 30 L/min pour garantir une compression régulière. La porte arrière et le fond poussant sont raccordés sur le même circuit, garantissant l'ouverture complète de la trappe guillotine avant toute progression du convoyage vers l'arrière. Ce principe procure également un gain de temps en fin de chantier par la fermeture de la porte en priorité. Le retour plus lent du fond poussant peut alors s'opérer durant le transport. Les deux autres distributeurs desservent la flèche hydraulique et la hotte d'émiettement. Le timon articulé hydrauliquement intègre sur son circuit deux accumulateurs oléopneumatiques assurant la suspension. Il s'utilise pour adapter la hauteur d'attelage afin d'agir sur l'angle de projection du cadre d'épandage en fonction des effluents apportés, ainsi qu'au moment du décrochage pour poser l'épandeur sur la béquille et libérer l'anneau du piton. L'absence de fond mouvant à chaînes et barrettes réduit l'entretien à la lubrification de la chaîne cinématique du cadre d'épandage. Les graisseurs sont regroupés de chaque côté de la caisse pour les hérissons et les paliers intermédiaires. Les boîtiers renvoi d'angle doivent, eux, être vidangés après les 50 premières heures d'utilisation, puis annuellement. L'entretien du fond se limite au graissage des patins de friction pour lesquels Fliegl annonce une durée de vie supérieure à cinq ans. Les appareils de la gamme ADS disposent par ailleurs, depuis 2015, d'un cadre d'épandage amovible qui peut être interverti avec une porte hydraulique pour le transport de fumier ou de céréales.  

Du temps pour amorcer l'épandage

  Le principe de vidange facilite l'étalonnage du débit, même en l'absence de régulation DPA. En effet, en l'absence de tapis de convoyage, il n'y a pas de glissement du produit à anticiper, ni de coefficient d'ouverture de porte à intégrer dans une formule. Cependant, l'amorçage des hérissons demande, selon la densité du produit, d'avancer de 30 à 100 cm le fond poussant. Durant cette phase de démarrage, même si la vitesse de vidange peut facilement être adaptée, le temps d'attente dans la parcelle handicape le débit de chantier, surtout lorsque le fond progresse à moins de 1 m/min. En revanche, sur le plan mécanique, si une sécurité empêche de lancer la compression lorsque la porte guillotine est fermée, rien n'interdit l'avancée du fond poussant lorsque les hérissons sont à l'arrêt. Ainsi, contrairement à un convoyage par tapis, en cas de bourrage en charge partielle, il est impossible de faire reculer le fumier pour libérer le cadre d'épandage. La seule solution est de libérer la pression exercée sur le produit par le système de vidange.  

Une vitesse de vidange variable

  Lors du test, la vitesse d'évolution du fond poussant a été mesurée sur le premier et le dernier tiers de la caisse. Les relevés indiquent une différence atteignant 0,40 m/min entre le début de vidange et la fin avec le même réglage d'index en cabine. Certes, si le dosage est respecté avec une vitesse de vidange moyenne, ces écarts positifs ou négatifs génèrent des variations de répartition longitudinale. La vitesse du fond poussant est par ailleurs paramétrable de 0 à plus de 3,50 m/min mais aucun affichage n'indique l'allure réelle. L'utilisateur est donc obligé de vérifier la vitesse en fonction du débit hydraulique de son tracteur. De surcroît, à faible dosage, le potentiomètre sur le boîtier de commande ne permet pas de contrôler précisément une vidange à moins de 1 m/min.  

Régulier avec la fiente

  Le fumier de volailles, stocké en tas à l'extérieur depuis plus de six mois, a été épandu à la dose de 5 t/ha. L'épandeur est en moyenne chargé de 10 160 kg de fiente. Les protocoles suivis ont permis de comparer l'incidence de l'inclinaison de la caisse sur la répartition transversale. De plus, l'utilisation de la hotte arrière dans ses deux positions a mis en lumière des différences notables sur la qualité d'épandage. La concentration fertilisante de ces fumiers n'autorise d'ailleurs pas d'approximation sur la répartition.  

À l'aise avec le fumier de bovins

  Les contrôles de répartition se déroulent en conditions humides avec des pluies de plus de 40 mm les trois jours précédant la semaine d'essai. Même si les pneumatiques du tracteur et ceux de l'épandeur ont garanti une bonne portance, le manque d'adhérence en fin de caisse nous a surpris à plusieurs reprises lors des demi-tours en bout de champ. La progression de la charge vers l'arrière fait en effet basculer le timon d'attelage vers le haut, délestant ainsi le pont arrière du tracteur, dès que le fond poussant dépasse l'aplomb de l'essieu de l'appareil. La vitesse du vent mesurée à moins de 4 km/h joue, elle, en faveur de l'intégrité des mesures. L'essai s'effectue avec le fumier de bovins d'une masse volumique de 668 kg/m3 et un objectif de dosage de 20 t/ha. L'épandeur est chargé en moyenne de 10 020 kg de fumier. Afin de respecter la dose cible, le calcul du débit indique que des vitesses de convoyage de 0,77 ou 0,47 m/min pour des allures d'avancement de 5,4 et 3,3 km/h doivent être retenues. Au vu de la structure du fumier et selon les préconisations de Fliegl France, le test est réalisé avec la hotte arrière ouverte.  

À la recherche d'un débit constant

  Le convoyage par fond mouvant à chaînes et barrettes est couramment utilisé sur les épandeurs à fumier conventionnels. Cette solution rencontre pourtant des difficultés à réaliser une alimentation régulière du cadre d'épandage en fin de vidange. Sa précision est aussi pénalisée par la résistance générée par les hérissons qui provoque un glissement du tapis sous le chargement. La vitesse du fond mouvant à retenir pour respecter un débit constant s'avère alors difficile à contrôler. De surcroît, la diminution du front d'attaque en fin d'épandeur provoque systématiquement des sous-dosages si l'allure d'avancement n'est pas modulée. Pour pallier ces défauts, la porte guillotine s'utilise comme une trappe de dosage. Employée ainsi, elle atténue la décroissance du débit mais accentue le patinage du tapis et limite le débit de chantier. La vitesse du tapis doit en plus être ré-étalonnée à chaque changement d'ouverture de la porte. L'utilisation d'un fond poussant semble contrecarrer ces désagréments en assurant une alimentation volumétrique régulière. Cependant, la compression du chargement modifie la densité du fumier sur la longueur de caisse. Le débit en kg/s est alors altéré selon l'évolution du fond sur sa course.  

La hauteur de chargement limitée

  L'essai de l'épandeur à fond poussant Fliegl ADS 120 s'est déroulé sur deux exploitations du nord des Deux-Sèvres, où différents dosages ont pu être comparés en fumiers de volailles et de bovins. L'appareil était attelé à un Valtra T120 de 125 ch assurant l'animation au régime de prise de force de 950 tr/min. L'articulation hydraulique du timon a facilité l'accrochage sur le tracteur. La forme triangulaire de la flèche a surpris lors des premières manoeuvres et nécessité une surveillance de l'angle de braquage. Les pneumatiques de l'épandeur, de dimensions 650/70R32 et gonflés à 3,2 bar, ont, eux, procuré une capacité de charge de 6 300 kg chacun à 40 km/h. Durant le trajet routier, la flèche a absorbé efficacement les à-coups grâce aux accumulateurs oléopneumatiques reliés aux deux vérins. Le remplissage n'a pas posé de problème en raison des dimensions de la caisse. Le godet griffe de 2,15 m de large semble être un bon compromis pour répartir le fumier sur les 4,55 m de longueur utile de caisse. Le chargement demande en revanche de limiter la hauteur du dôme au point bas de l'ouverture de la porte guillotine, à savoir 2,07 m par rapport au plancher. En cas de non-respect de cette consigne, le principe de vidange risque d'entraîner un débordement du fumier pardessus le fond poussant en fin d'épandeur. Par ailleurs, lorsque la caisse est vide, la prise de force ne doit pas être débrayée avant d'abaisser la porte arrière, car, en redescendant, elle racle le fond poussant et fait ébouler quelques kilos de fumier. Ce conseil évite de retrouver au sol des tas projetés par les hérissons en décélération.        

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Essai pulvérisateur

Kellands Agribuggy A280, Un poids plume pour pulvériser en toute simplicité

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus

Voirie

Les pièces d’usure communes à l’épareuse et au broyeur d’accotement Desvoys

Récolte

Moresil coupe les tournesols à la tête

Fenaison

Des faucheuses frontales Pöttinger pour tracteurs légers