Massey Ferguson 6614 Dyna-VT Exclusive : à l'aise partout

Massey Ferguson 6614 Dyna-VT Exclusive : à l'aise partout

Dix jours d'essai et 50 heures de travaux ont permis à Philippe et Anthony Potey de découvrir le potentiel du Massey Ferguson 6614 Dyna-VT. Ces deux agriculteurs de la Manche ont effet pu soumettre ce tracteur aux tâches courantes d'une exploitation d'élevage. Au programme : transport de cailloux, chargement de fumier, passage de cultivateur et manutention dans la cour de la ferme.

Garder un tracteur durant dix jours sur son exploitation est certainement un des meilleurs moyens pour en appréhender toutes les facettes. Anthony et Philippe Potey, éleveurs à Monthuchon dans la Manche, ont eu cette opportunité début avril avec la mise à disposition, par le constructeur, d'un Massey Ferguson 6614 Dyna-VT équipé d'un relevage avant, d'un pont avant suspendu et d'un chargeur frontal MF 968. Ce quatre-cylindres de 140 chevaux, en finition haut de gamme Exclusive, représente pour ces éleveurs un mix entre leurs deux tracteurs principaux de marque concurrente : un quatre-cylindres de 110 chevaux avec chargeur frontal et un six-cylindres de 140 chevaux avec relevage avant et pont avant suspendu. Le Massey Ferguson se retrouve ainsi dans une exploitation au parc matériel adapté à son gabarit. Malheureusement, la météo peu clémente ne permet pas à nos essayeurs de réaliser toutes les opérations prévues. Le Massey Ferguson arrive le mercredi alors que la présentation technique par Benoît Modde, le chef produit du tractoriste, est programmée le lundi suivant. Dans l'attente de cette formation, les agriculteurs, non habitués aux produits de la marque aux triangles, ne rencontrent pas de difficulté à utiliser le tracteur pour réaliser des tâches simples, telles que la dépose de balles de paille dans la désileuse avec le chargeur frontal. Ils effectuent aussi quelques tours de roues sur la route pour tenter d'appréhender la transmission. Cette découverte leur permet surtout d'accueillir le responsable produit de la firme avec une petite liste de questions. Le lundi, Benoît Modde présente donc le MF 6614 Dyna-VT à des chauffeurs avisés. Il insiste sur les points qui intéressent les utilisateurs : la maintenance, les modes de conduite de la transmission (voir encadré) et la configuration des commandes des distributeurs hydrauliques, notamment le joystick SMS pilotant le chargeur.

Les essayeurs

Anthony et Philippe Potey se rendent ainsi compte de la facilité d'entretien malgré la présence du chargeur frontal. « Les filtres s'avèrent accessibles, notamment celui pour l'air placé à l'avant du compartiment moteur, remarquent-ils. Les niveaux d'huile du moteur, du circuit hydraulique et de la transmission se contrôlent aisément. » Les essayeurs relèvent également la présence de seulement trois graisseurs sur le pont avant suspendu. Ils soulignent aussi l'engagement automatique du coupe-batterie, eux qui actionnent manuellement cette sécurité sur leurs tracteurs. Profitant de la présence du responsable produit, Anthony Potey décide de se rendre à la carrière, distante de 12 kilomètres. Ce trajet est l'occasion de juger le comportement routier du tracteur. « À vide comme en charge, soit un ensemble pesant respectivement 14,2 et 29,4 tonnes, le confort à bord est particulièrement bon grâce à l'efficacité des suspensions du chargeur frontal, du pont avant et de la cabine, souligne-t-il. L'habitacle est bien insonorisé. Les grands rétroviseurs offrent une bonne vue vers l'arrière et, de surcroît, se règlent électriquement. Il est dommage que le comodo des clignotants soit situé à droite du volant. » Comme le jeune agriculteur est, pour cet exercice, accompagné de Benoît Modde, il bénéficie d'une assistance pour tester les différents modes de la transmission. Il préfère le mode levier qui lui rappelle davantage le comportement de la full powershift de son six-cylindres. « En mode pédale DTM, le tracteur se cale à la vitesse souhaitée et le régime moteur s'adapte automatiquement à la charge. Cet automatisme est confortable mais il rend, à mon goût, la conduite monotone », confie-t-il. Le seul grand reproche d'Anthony Potey porte sur le faible frein moteur de cette transmission à variation continue. « Dans les grandes descentes, la faible capacité du tracteur à retenir la charge surprend. Cela demande alors d'anticiper davantage qu'avec une boîte à rapports sous charge. Heureusement le freinage est efficace, voire brutal. » L'épreuve au transport se termine par une appréciation globale positive. L'éleveur reconnaît d'ailleurs que, pour cette activité, le Massey Ferguson se défend aussi bien voire mieux que son 140 chevaux. « J'ai même l'impression qu'en sortant de la carrière il grimpe la côte abrupte plus vite que le nôtre », confiet- il. La manutention occupe le plus le MF 6614 Dyna-VT durant les dix jours de l'essai. En complément des travaux au chargeur frontal dans la cour de ferme, les éleveurs programment une journée d'épandage de fumier.

Un bon point pour le joystick SMS

Cette prestation est assurée par une ETA et Philippe Potey a réalisé le chargement de l'épandeur avec le Massey Ferguson. « J'apprécie particulièrement le joystick SMS pilotant le chargeur. Il se prend bien en main et regroupe les interrupteurs pour inverser le sens de marche et ajuster la vitesse d'avancement. Cela permet notamment de maintenir la main gauche sur le volant et de gérer les autres fonctions en gardant la main droite sur ce levier en croix, précise-t-il. Les boutons H3 et H4 de ce joystick sont également bien pensés. Un appui sur le premier ouvre la griffe de la multibenne alors qu'une pression sur le second la ferme. Deux impulsions sur H4 commandent par ailleurs le secouage automatique de l'outil. » L'agriculteur apprécie pour ce travail la visibilité malgré la taille imposante du capot moteur. Il note également positivement le toit ouvrant vitré dégageant la vue sur le chargeur levé à fond et la bonne stabilité, sans nul doute à mettre au crédit du lestage. Le constructeur joue en effet la carte de l'assurance tous risques sur ce modèle de démonstration avec au total 600 kg de masses dans les roues arrière et un contrepoids de 850 kg sur le relevage arrière. La maniabilité est aussi un atout du tracteur. Elle est d'ailleurs améliorée par la fonctionnalité SpeedSteer réduisant de 3,5 à 2 le nombre de tours de volant pour aller de butée à butée. Le seul véritable souci rencontré par Philippe Potey au chargement du fumier porte sur la manoeuvre d'approche. Par manque d'expérience, l'essayeur, gêné par la proéminence du relevage avant, rencontre des difficultés pour jauger précisément l'avancement à proximité de l'épandeur et finit malencontreusement par percuter l'échelle.

Le relevage manque de hauteur

Après le chargement du fumier, le MF 6614 troque sa masse arrière contre un cultivateur à dents. L'attelage de cet outil de cinq mètres de large permet de constater que le relevage du Massey Ferguson ne lève pas assez haut, même avec les chandelles raccourcies au maximum. « Le manque de dégagement se révèle gênant pour accéder dans les parcelles à l'entrée surplombant la route car les dents frottent sur le bitume, regrette Philippe Potey. Heureusement que la désactivation de la suspension du pont avant s'accompagne de l'abaissement du nez du tracteur. Par effet de basculement autour du pont arrière, cette action remonte légèrement l'outil arrière. » Pour tracter le cultivateur, les essayeurs attellent à l'avant la masse de 850 kg. « Le relevage frontal mobilise, sur le MF 6614 essayé, un distributeur. Il s'active en agissant manuellement sur deux vannes au niveau du bloc hydraulique arrière », regrette Anthony Potey. Au champ, le tracteur se comporte bien en emmenant le déchaumeur à 10 cm de profondeur à 8 km/h. À cette allure, la consommation instantanée se situe aux alentours de 28 l/h selon les données de l'ordinateur de bord. « Pour gérer la transmission, nous utilisons le mode levier qui nous apparaît comme le mieux adapté à cette tâche », notent les agriculteurs. Comme pour l'épreuve de transport, au travail du sol le MF 6614 fournit des prestations comparables à celles du six-cylindres de 140 chevaux des exploitants. L'opération se prolonge jusqu'à la nuit et les agriculteurs jugent alors de la bonne efficacité de l'éclairage. « La gestion des phares est simple grâce au clavier dessinant un tracteur situé sur le montant droit de la cabine. » L'activité nocturne met cependant en exergue deux petits défauts sur le terminal optionnel Datatronic 4. « Les touches ne sont pas rétroéclairées. Un menu pour diminuer la luminosité de l'écran, trop forte, existe mais, par manque d'expérience, je ne l'ai pas trouvé », remarque Anthony Potey. Ce terminal séduit, en revanche, les essayeurs par sa facilité d'utilisation. « Il est aisé de naviguer pour régler les distributeurs hydrauliques, ajuster la souplesse de l'inverseur, régler les automatismes de bout de champ... Sa convivialité est supérieure à celle de l'écran Dot Matrix, intégré au tableau de bord, qui assure les mêmes fonctionnalités », précise-t-il.

Descriptif technique

Le MF 6614 Dyna-VT bénéficie d'une transmission à variation continue produite par Agco, le modèle ML 180. Cette solution propulse le Massey Ferguson à une allure minimale de 30 mètres par heure. Elle dispose de deux gammes pour des vitesses maximales de 30 et 42 km/h. Le changement s'effectue en appuyant sur un bouton situé sur l'accoudoir multifonction. Cette sélection en mouvement oblige toutefois à enfoncer la pédale d'embrayage. La transmission Dyna-VT est entièrement paramétrable. Le chauffeur personnalise ainsi la vitesse de démarrage en marche avant et en marche arrière, mémorise deux allures maximales (SV1 et SV2), modifie la souplesse de l'inverseur et ajuste la réactivité de la pédale d'accélérateur (en mode de conduite pédale). Il a le choix de conduire le tracteur selon cinq modes : levier, pédale, automoteur, levier DTM et pédale DTM. Avec le mode levier, il suffit d'accélérer et d'agir sur le joystick pour gérer l'allure. La vitesse augmente en poussant le levier et diminue en le tirant. Avec le mode pédale, le Massey Ferguson se pilote comme une voiture à boîte les + o La possibilité d'inverser le sens de marche avec la main droite. o Les multiples possibilités de réglage de la transmission. Les - o La prise en main demande une certaine habitude. o Le manque de convivialité de l'ordinateur Dot Matrix en comparaison des prestations du terminal optionnel Datatronic 4. Trois points de commande pour l'inverseur automatique. L'appui sur la pédale d'accélérateur ou une action sur l'accélérateur à main électrique commandent l'avancement. Si ces deux actionneurs sont relâchés, le tracteur s'immobilise. Ce mode de conduite s'accompagne de deux consignes réglables : un régime maximum à ne pas dépasser et une vitesse maximale. Le mode automoteur est conçu pour les travaux à régime de prise de puissance constant tels que le semis ou le pressage. Le moteur tourne alors à un régime fixe et l'avancement se contrôle avec la pédale d'accélérateur. Les modes levier DTM et pédale DTM partagent le même principe de fonctionnement. Avec ces deux configurations, le chauffeur détermine l'allure et l'automatisme DTM (Dynamic Tractor Management) adapte le régime moteur en fonction de la charge et de la consigne pour maintenir la vitesse d'avancement. Par exemple, pour circuler à 40 km/h sur la route, le moteur tourne à 1 850 tr/min en côte et à 1 200 tr/min en descente. Le régime se trouve ainsi géré automatiquement pour respecter la consigne de rouler à 40 km/h. Pour inverser le sens de marche, le MF 6614 Dyna-VT propose trois solutions : levier d'inverseur situé à gauche sous le volant, bouton sur le levier multifonction Multipad et interrupteur sur le joystick SMS. Le levier à gauche du volant dispose d'une position neutre et s'utilise également pour gérer l'allure. En marche avant comme en marche arrière, un appui sur sa palette, vers le haut ou vers le bas, agit sur la vitesse. En le levant, ce levier assure également l'arrêt du tracteur. L'inversion avec la main droite, à partir du levier Multipad ou du joystick SMS, demande de respecter une procédure de sécurité consistant à enlever le frein à main, à débrayer et à appuyer sur le bouton dédié. Cette opération s'effectue bien sûr avec la palette à gauche du volant placée au neutre. Les paramètres de la transmission s'ajustent à l'aide du petit écran Dot Matrix intégré au tableau de bord et piloté par le petit clavier à droite sous le volant. Ils se contrôlent également à partir du terminal optionnel Datatronic 4 doté d'un écran couleur plus grand et plus convivial.

Aux petits soins du chauffeur

La cabine à six montants du Massey Ferguson essayé, équipée du toit Visioline, est agréable. Elle est lumineuse et bénéficie ici d'un amortissement hydraulique en deux points arrière qui, conjugué au siège à suspension pneumatique et au pont avant suspendu, transporte le chauffeur en souplesse. Son toit ouvrant vitré recouvert d'une grille de protection procure une bonne visibilité sur toute la course du chargeur frontal. Cet équipement s'accompagne de rideaux protégeant des rayons du soleil. Il est en revanche incompatible avec le montage d'une climatisation à régulation automatique (disponible sur une cabine classique). Le chauffeur doit donc ajuster lui-même la température à bord. Le MF 6614 Dyna-VT propose en personnes. standard une assise escamotable pour le passager. Son siège chauffeur intègre un accoudoir multifonction hébergeant notamment, en finition Exclusive, le levier d'avancement Multipad, l'accélérateur à main et le contrôle de position du relevage arrière. Le tracteur essayé dispose également du joystick SMS conçu pour piloter le chargeur frontal, le relevage avant ou les distributeurs auxiliaires arrière.

Filtres et radiateurs accessibles

Un quatre-cylindres de 140 chevaux ISO, fourni par le motoriste finlandais Agco Power, anime le MF 6614 Dyna-VT. Ce moteur de 4,9 litres, à quatre soupapes par cylindre et injection par rampe commune, satisfait à la norme antipollution Stage IIIB grâce à l'adoption d'un système de traitement des gaz d'échappement à l'AdBlue (procédé SCR de réduction catalytique sélective). Il est alimenté par un réservoir à carburant de 245 litres et son système de dépollution par une réserve de 35 litres. La gestion électronique de l'injection offre différentes fonctionnalités telles que la mémorisation d'un régime ou le passage automatique à un niveau de ralenti plus faible (720 tr/min) pour limiter la consommation de carburant. La jauge à huile comme les deux filtres à gazole prennent place sur le flanc gauche du moteur. Un préfiltre décanteur est proposé en option pour capter l'eau contenue dans le carburant. Le capot monobloc du compartiment moteur donne, en se relevant, un accès direct au filtre à air situé à l'avant. Il découvre également le système de refroidissement se caractérisant par l'adoption de radiateurs non coulissants ni basculants. Le constructeur préfère espacer davantage ces échangeurs pour en améliorer l'efficacité tout en facilitant leur nettoyage.

Un circuit hydraulique haut de gamme

Le MF 6614 Dyna-VT accède à un équipement hydraulique haut de gamme comprenant d'office un circuit load sensing délivrant 110 l/min. Il reçoit quatre distributeurs auxiliaires à l'arrière et, en option, deux alimentations supplémentaires à l'avant. En finition Exclusive, leur pilotage est assuré par des électrovannes et personnalisable. Le chauffeur peut ainsi choisir d'actionner un distributeur à partir des petites commandes du bout des doigts dites fingertips situées sur la console de droite, via les interrupteurs intégrés au levier multifonction Multipad, ou encore à l'aide du joystick SMS particulièrement adapté au contrôle du chargeur frontal. Il a aussi la possibilité de régler, sur le terminal Dot Matrix ou sur l'optionnel Datatronic 4, les temps d'ouverture et le débit pour chaque distributeur. Le relevage arrière, d'une capacité de 8 600 kg, s'accompagne d'une prise de puissance tournant à trois régimes normalisés : 540, 540 Eco et 1 000 tr/min. Le relevage avant, optionnel, lève 3 200 kg. Il s'actionne à partir d'un des distributeurs hydrauliques et bénéfice, grâce aux commandes électriques, de deux boutons extérieurs, à l'avant gauche, pilotant sa montée et sa descente.

Une commande de chargeur multifonction

Le chargeur frontal MF 968 monté sur le MF 6614 Dyna-VT de cet essai s'adapte sur les tracteurs développant de 100 à 150 chevaux. Fourni à Massey Ferguson par l'industriel suédois Ålö, cet équipement bénéficie d'un parallélogramme mécanique et présente une hauteur de levée au point d'articulation de l'outil de 4,25 mètres. Il est doté d'une suspension par boules d'azote. Sa commande par le joystick SMS a été particulièrement appréciée par les agriculteurs essayeurs. Ce levier en croix reçoit notamment les interrupteurs gérant la vitesse d'avancement et un bouton d'inversion du sens de marche. Il dispose également des boutons H3 et H4 aux fonctionnalités personnalisables. Le chauffeur peut, par exemple, utiliser la fonction H3 pour actionner l'ouverture et la fermeture de la griffe d'une benne multifonction en agissant simultanément sur le monolevier. Il peut dans ce cas utiliser la touche H4 pour actionner le secouage automatique de l'outil. Il a aussi la possibilité de paramétrer les touches différemment afin d'ouvrir la mâchoire d'un godet en appuyant sur H3 et de la fermer en agissant sur le bouton H4. Ce dernier peut également être configuré pour actionner la fonctionnalité SpeedSteer. Celle-ci améliore la maniabilité en réduisant de 3,5 à 2 le nombre de tours de volant de butée à butée.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Travail du sol

Horsch confirme sa vision de l'agriculture hybride

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : les mesures (partie 3)

Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 7719S, tout d'un grand

Presse à chambre variable

Des balles rondes atteignant 140 kg/m3 chez Kuhn

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : le point technique (partie 2)

Entretien du paysage

L'épareuse Ferri TP 510 remplace la TP 51

Entretien du paysage

Une portée de 16 m pour le broyeur automoteur Athena d'Energreen

Manutention

Un pelle sur pneus Liebherr de 14 t

Récolte

Geringhoff resserre les maïs