EssaiChargeuse Weidemann 5080T : L'articulée efficace

Chargeuse Weidemann 5080T : L'articulée efficace

Le constructeur allemand Weidemann bénéficie d'une solide réputation dans la fabrication de valets de ferme et de chargeuses articulées compactes. Ces dernières se déclinent en modèles à brancard rigide ou à bras télescopique, à l'image de la 5080T. Nous avons testé celle-ci pendant une semaine à l'occasion d'un essai d'épandeur à fumier.

La chargeuse articulée à bras télescopique 5080T domine la gamme de l'Allemand Weidemann. À l'occasion d'essais d'épandeurs à fumier réalisés fin novembre dans la Haute-Vienne, la filiale française du constructeur a mis à notre disposition une machine de démonstration dotée d'un godet multifonction. Le modèle essayé développe 122 ch, offerts par son moteur Perkins de 4,2 L compatible avec la norme antipollution Stage IV. Sa transmission hydrostatique, couplée à des ponts mécaniques dont les différentiels se bloquent sur demande, achemine la puissance jusqu'aux réducteurs dans les roues. Cette conception favorise le couple et permet d'obtenir un débit de chantier élevé. La puissance ainsi transmise au sol maximise le chargement du godet et limite le nombre de cycles. Cette transmission possède deux gammes. En mode « travail », elle limite la vitesse à 10 km/h. La gamme « route » propulse la chargeuse jusqu'à 40 km/h. Le passage d'une gamme à l'autre s'opère via un bouton sur le joystick.

L'écran, situé derrière le volant, regroupe les informations d'un tableau de bord traditionnel et donne accès à certains paramètres.

L'articulation centrale de la machine autorise l'oscillation entre ses demi-châssis avant et arrière. La faculté de suivre le sol ainsi accordée au godet facilite le raclage. Cependant, la stabilité semble précaire à cause du balancement exercé, d'un côté à l'autre, lorsque la flèche est levée pour passer au-dessus des ridelles des épandeurs. La monte de pneumatiques larges atténue ce mouvement. La 5080T affiche un débit hydraulique de 115 L/min accélérant les manœuvres, notamment pour l'ouverture et la fermeture du godet. Son bras télescopique atteint une hauteur de 5,09 m. Sa charge maximale de basculement s'élève à 4,2 t avec l'articulation alignée.

La molette et les boutons du panneau de commande Jog Dial autorisent la navigation et les réglages dans les menus du terminal.

 

Une prise en main facile

L'habitacle de la chargeuse Weidemann semble robuste. Les plastiques noirs et le tapis en caoutchouc résistent aux salissures. L'accès à bord s'avère facilité par deux larges portes. La présence de l'accoudoir restreint cependant le passage à droite. La position de celui-là s'ajuste à la morphologie du conducteur. Cette opération nécessite une clé de 13 mm. La colonne de direction, située entre les pédales et relativement en arrière, risque de gêner les chauffeurs de grande taille. Ceux-ci pourraient en effet se cogner les genoux contre le tableau de bord. Le volant, de petit diamètre, comporte une boule facilitant les manœuvres à une main. Au bout de l'accoudoir, le joystick tombe sous la main. En plus de contrôler le bras télescopique et l'inclinaison du godet, il comporte l'unique commande dédiée à l'inversion du sens de marche. Un basculeur, situé juste sous l'index, pilote l'ouverture et la fermeture du grappin. Il rend ces opérations possibles en même temps que le bennage.

Le joystick comporte les boutons des fonctions électriques ainsi que les commandes d'inverseur, de changement de gammes, de télescopage du bras et, sur sa face inférieure, de la troisième fonction hydraulique et du blocage des différentiels.

Le bouton de blocage des différentiels prend place juste au-dessus. Cette nouvelle génération de chargeuses Weidemann se dote du panneau de commande Jog Dial. Celui-ci donne accès à diverses informations au travers des menus disponibles sur l'écran intégré au tableau de bord. L'utilisateur y retrouve les données de fonctionnement de la machine (niveaux de carburant et d'AdBlue, températures...), les fonctions activées ainsi que les éventuels codes erreur. Cette interface permet également de régler le débit hydraulique de la fonction de pompage continu. Le large pare-brise offre une visibilité satisfaisante sur le godet posé au sol. Le tablier porte-outil est apparent grâce à l'étroit bras télescopique. Lorsque ce dernier atteint sa hauteur maximale, le toit vitré, surmonté d'une grille de protection ajourée, épargne au conducteur des contorsions pour garder le contrôle visuel.

Une prise électrique, placée sur le tablier porte-outil, autorise l'alimentation d'une électrovanne.

 

La maintenance intégrée dès la conception

La chargeuse Weidemann dispose de deux pédales. L'une fait office d'accélérateur et provoque l'avancement de la machine lorsque l'inverseur est engagé. L'autre combine le débrayage de la transmission et le frein. Cette double fonction autorise une approche lente, tout en conservant un régime moteur élevé afin d'obtenir un grand débit hydraulique. Totalement enfoncée, cette pédale stoppe la chargeuse et désengage complètement la transmission. En matière de maintenance, le constructeur a particulièrement soigné l'accès aux différents organes. La cabine se bascule à l'aide d'un vérin et d'une pompe hydraulique manuelle. En dessous, le châssis renferme la transmission hydrostatique et les distributeurs dédiés à l'animation du bras télescopique et de ses outils.

La cabine basculante, spécifique aux machines Weidemann, donne accès aux composants hydrauliques de travail et de transmission.

Le constructeur décline cette chargeuse dans une version LP (« Low Position ») disposant d'une cabine à la hauteur hors tout réduite convenant aux bâtiments exigus, mais non basculante. Dans cette configuration, c'est alors le plancher qui se dépose afin d'accéder à la partie technique située dessous. Derrière le poste de conduite, le large capot monobloc dissimule le moteur et ses accessoires.

Le capot monobloc s'ouvre suffisamment pour dégager l'espace autour du moteur et du bloc de refroidissement, placé à l'arrière.

Le bloc de refroidissement prend place au bout du porte-à-faux. Il est protégé par une grille munie d'une tringle permettant son ouverture afin de la débarrasser des débris accumulés. Le filtre à air est positionné à côté des radiateurs. Le flanc gauche du bloc diesel accueille une boîte à fusibles et les principaux relais. La batterie est installée juste en dessous.

Le flanc gauche du compartiment moteur regroupe les borniers électriques, la batterie et l'orifice de remplissage de GNR.

Le bouchon du réservoir de GNR se situe à côté. À droite, les filtres à huile et à carburant se déposent à portée de main. Le réservoir d'huile hydraulique est, quant à lui, dissimulé dans le châssis. Son filtre et son bouchon sont tous deux accessibles dans la même zone.

La plupart des points de maintenance du moteur ainsi que le filtre et le réservoir d'huile hydraulique prennent place à droite, sous le capot.

Moteur : Perkins, 4 cyl., 4,2 L. Puissance : 122 ch. Poids à vide : 7 200 kg. Charge de basculement : 4 232 kg. Hauteur de levage au pivot : 5,09 m. Vitesse maximale : 40 km/h.  

 

On a aimé

- L'agilité de la chargeuse.

- La visibilité depuis le poste de conduite.

- L'accessibilité aux points de maintenance.

On a moins aimé

- La sensation de basculement procurée par l'articulation oscillante.

- Le bouchon du réservoir de GNR dissimulé sous le capot moteur.

- Les vibrations en cabine au ralenti, toutes portes fermées.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Pièces et équipements

Agriest : une unité de pompage mobile respectueuse de l’environnement

Marché européen

Une année pas si mauvaise

Lestage

Des masses de roues montées en 5 minutes avec So Easy d'Easymass

Tracteur

Vidéo : essai du Lindner Geotrac 104ep

Pulvérisation agricole

Automne morose pour Exel

Manutention

Quicke : ton meilleur compagnon

Découvertes - Fendt Favorit 818

Prise en main du Fendt Favorit 818 toujours au travail

Semoir

Väderstad intègre le 8L à la gamme Tempo

Pulvérisation

Jusqu’à 80% de traitement en moins avec l'I-Spray chez Kuhn