Essai tracteurMariage réussi pour le Valtra S374

Mariage réussi pour le Valtra S374

L’arrivée du nouvel accoudoir SmartTouch dans la cabine du tracteur Valtra S374 donne un sérieux coup de jeune à l’un des modèles les plus puissants de la gamme du constructeur finlandais. Cet équipement dernier cri ne fait, à lui seul, malheureusement pas tout. Son intégration sur cette série S est-elle réussie ? Nous avons souhaité le vérifier en mettant ce tracteur entre les mains de Pierre Augereau au cours de différentes activités.

Depuis un an, Valtra déploie l’accoudoir SmartTouch sur ses tracteurs des gammes N, T et S. Cet équipement donne un sérieux coup de vieux aux modèles existants. Après l’avoir testé sur un N154e (voir Matériel Agricole no 241, mars 2018), nous le découvrons cette fois sur l’un des plus gros modèles du tractoriste finlandais, à savoir le S374. Ce tracteur est confié à Pierre Augereau, exploitant agricole voisin de cette session d’essai organisée en septembre dernier au Gaec de Chantegeay, situé à Chauvigny (Vienne).

Le test débute par un passage au banc moteur. Le six-cylindres Agco Power de 8,4 L y développe une puissance maximale de 317,2 ch OCDE. L’essayeur profite de cet atelier pour évaluer la facilité d’entretien du tracteur. « Le capot moteur s’ouvre largement, facilitant ainsi l’accès au filtre à air moteur ainsi qu’aux radiateurs, détaille l’essayeur. Dommage qu’il y ait des panneaux latéraux à enlever de chaque côté. La vérification du niveau d’huile moteur, du côté gauche, ne nécessite pas l’ouverture du capot. Le remplissage des réservoirs de GNR et d’AdBlue se révèle aisé. » Avant de s'engager sur le circuit routier, l’essayeur profite d’une présentation complète de l’accoudoir SmartTouch. Il apprécie l’ergonomie globale offerte par le nouvel équipement. « L’ensemble des commandes est bien disposé. La prise en main du joystick est aisée, mais quelques boutons sont un peu petits », signale l’essayeur.

 

 

Confortable sur la route

Le tracteur Valtra S374 se dirige ensuite vers la première épreuve de conduite. Il est attelé à la benne Maupu d’une masse totale de 32 t. « La visibilité sur le piton est très limitée, ce qui, sans aide extérieure, ne facilite pas la manœuvre. » Ce point devrait être moins pénalisant sur un modèle non équipé du poste de conduite inversée, libérant ainsi de la place derrière la cabine. La préparation du tracteur passe également par la configuration du distributeur hydraulique destiné à verrouiller, ou non, l’essieu suiveur. « Les distributeurs se règlent de façon aisée dans le terminal, explique Pierre Augereau. Leur utilisation me paraît plus simple avec les fingertips qu’avec les boutons du joystick. »

Le tracteur s’élance à trois reprises sur le parcours de 15 km mêlant des portions planes et vallonnées, ainsi qu’une partie sur un chemin de terre. Le Valtra se révèle en moyenne le moins rapide des tracteurs essayés à parcourir le circuit, avec 33 min 55 s. Sa consommation est proche de la moyenne, avec seulement 0,5 L de plus pour parcourir les 15 km, soit 17,4 L. Pour gravir les deux côtes, le Valtra se positionne légèrement au-delà de la moyenne. Pour rappel, il est également le moins puissant du quatuor essayé. Les deux premiers passages sont effectués par l’agriculteur essayeur.

« Le comportement du tracteur apparaît globalement bon. La transmission se montre d’une grande souplesse. Elle réagit et adapte le régime moteur au profil de la route. Le confort de la suspension s’avère aussi appréciable sur la route que sur le chemin de terre. »

 

Le seul reproche émis par l’essayeur concerne les freins, lesquels doivent être utilisés avec vigueur pour obtenir le résultat voulu. L’agriculteur remarque également l’efficacité du réglage de l’agressivité du frein moteur. Trop faible au premier tour, ce dernier a été ajusté pour les passages suivants de sorte que les freins soient moins sollicités. Le rayon de braquage, l’un des plus faibles de la catégorie, a mis en évidence une bonne maniabilité, en particulier lors des changements de direction.

 

Données moyennes des trois répétitions Valtra S374 Moyenne de la catégorie
Temps pour gravir la côte de 900 m 2 min 19 s 2 min 04 s
Temps pour gravir la côte de 400 m  1 min 00 s 56 s
Temps total  33 min 55 s 31 min 28 s
Consommation GNR totale (L) 17,4 16,9
Consommation GNR instantanée (L/h) 31,1 33,8
Consommation GNR instantanée (L/100 km) 116,1 112

 

Comme un smartphone

Après le passage au banc moteur et la conduite sur route, le Valtra se dirige vers le troisième atelier de l’essai, qui correspond mieux à des tracteurs de ce gabarit, à savoir une opération de déchaumage. Le S374 reçoit un outil à dents Kverneland Turbo 8000T de 8 m d’envergure.

« L’attelage de l’outil est plus simple que celui de la remorque. La visibilité s’avère bonne. Seuls les coupleurs hydrauliques, positionnés haut, peuvent gêner selon le gabarit de l’utilisateur. »

Cet atelier donne l’occasion de tester le fonctionnement des automatismes de bout de champ ainsi que l’autoguidage par GPS. L’essayeur apprécie la simplicité d’utilisation du terminal SmartTouch intégrant le réglage de ces paramètres. « La navigation dans cet écran est très simple. Elle s’effectue de la même façon que sur les téléphones actuels », fait-il remarquer. Le mariage du SmartTouch et de la série S s'avère réussi. Le tracteur profite pleinement des technologies apportées par ce terminal.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Publi-rédactionnel

Linux, Nokia puis Valtra… la Finlande a encore de l’avance sur les technologies

Essai moissonneuse-batteuse

Essai Claas Lexion 8900 : aux commandes de 790 ch

Essai moissonneuse-batteuse

Massey Ferguson Ideal 7 PL : le point technique

Essai moissonneuse-batteuse

Essai de la Massey Ferguson Ideal 7 PL : la perfection a-t-elle un nom ?

Essai pulvérisateur automoteur

Essai exclusif du Horsch Leeb 7.300 PT, taillé pour les hectares

réglementation

Circulation routière, se déplacer dans les règles

Essai tracteur

Deutz-Fahr Agrotron 6165.4 RCshif : Le point technique

Essai tracteur

Deutz-Fahr Agrotron 6165.4 RCshift : « What else ? »

1er trimestre d’exercice 2020

Agco résiste