Contenu réservé aux abonnés

Essai pulvérisateurKellands Agribuggy A280, Un poids plume pour pulvériser en toute simplicité

Kellands Agribuggy A280, Un poids plume pour pulvériser en toute simplicité

Après une présentation remarquée lors du dernier Innov-Agri, l’automoteur de pulvérisation Agribuggy A280 effectue depuis quelques semaines ses premières démonstrations auprès des potentiels clients. La rédaction de Matériel Agricole a eu l’occasion de le découvrir et de l’essayer en prélude d’une journée de présentation dans l’Oise. La machine anglaise étonne par certaines caractéristiques atypiques. 

Essayer l’Agribuggy A280 permet de vivre une expérience surprenante. L’automoteur est avant tout un porteur, c’est d’ailleurs dans la configuration châssis nu qu’il se trouve à mon arrivée lors de cette prise en main organisée mi-avril dans le centre de l’Oise. Je profite en effet des premières présentations clients réalisées par son importateur Payen Import pour faire plus ample connaissance avec cette machine d’outre-manche. Seule la cuve de rinçage, installée à demeure sur la machine, trahit sa vocation première de pulvérisateur. Entièrement développé et fabriqué par Kellands, près de Gloucester dans l’est de l’Angleterre, l’Agribuggy A280 peut recevoir d’autres outils, à l’instar d’un épandeur à engrais. Au premier abord, l’automoteur de 148 ch étonne par son petit gabarit, à l’opposé d’une majorité des offres actuelles. Ce poids plume affiche seulement 4,9 t à vide, avec l’équipement de pulvérisation, et même 3,2 t avec son châssis seul. La cuve de rinçage surplombe le compartiment moteur qui profite de larges ouvertures de charque côté. Tous les filtres sont protégés derrière les panneaux latéraux qui arborent fièrement des aérations en forme d’Union Jack.  Dépourvu d’équipement, le châssis laisse voir le réservoir hydraulique, d’une capacité 80 L, qui alimente deux pompes à engrenage, de respectivement 108 et 82 L/min. Celles-ci sont uniquement dédiées à l’accessoire du porteur, ainsi que le moteur hydraulique utilisé pour animer les outils nécessitant une prise de force. La pression hydraulique de fonctionnement de l’Agribuggy est fournie par une troisième pompe.

La pose et la dépose de la partie de pulvérisation s’opère en quelques dizaines de minutes. L’aide d’une tierce personne pour se positionner est fortement recommandée.
Avec seulement 4,9 t à vide, l’Agribuggy est le poids plume dans la catégorie des automoteurs de pulvérisation.
Le porteur s’équipe, en option, d’un châssis avec un attelage trois points, pour installer par exemple un épandeur à engrais.

Un automoteur aux multiples facettes

1235

Vous avez lu 25% de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Connexion Création d'un compte Voir les offres d'abonnements

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Essai telescopique

Claas Scorpion 741 Varipower, Il n'a rien perdu de son venin

Essai Télescopique

Claas Scorpion 741 Varipower, Le point technique (partie 2)

Essai tracteur

John Deere 5100R, Les mesures au banc de puissance (partie 3)

Essai tracteur

John Deere 5100R, le point technique (partie 2)

Essai tracteur

Essai John Deere 5100R, L’américain des cours de ferme (partie 1)

Essai tracteur

Case IH Luxxum 120, le couteau suisse autrichien (partie 1)

Essai tracteur

Essai Case IH Luxxum 120, Le point technique (partie 2)

Essai tracteur

Case IH Luxxum 120, Les mesures au banc de puissance (partie 3)

Essai tracteur

Mariage réussi pour le Valtra S374