Essai tracteurClaas Axion 960 Terra Trac : le point technique

Claas Axion 960 Terra Trac : le point technique

Claas confie la motorisation de ses Axion 900 à ...

Six cylindres s'alignent sous le capot

Claas confie la motorisation de ses Axion 900 à FPT. Les deuxmodèles de tracteurs semi-chenillés Axion 930 Terra Trac et Axion 960 Terra Trac tirent de leur bloc à six cylindres de 8,7 L respectivement 355 et 445 ch ECE R120. Ce moteur répond à la norme antipollution Stage IV avec un catalyseur d’oxydation diesel (DOC) et un système SCR utilisant de l’AdBlue. Il se conformera à la Stage V au cours de l’année 2021. Afin de diminuer la consommation d’énergie de ses périphériques, il reçoit un ventilateur Vistronic à engagement électronique. Celui-ci est ainsi entraîné seulement lorsque la température des radiateurs dépasse un seuil prédéfini. Ce dispositif, contrôlé par le module de gestion du moteur, s’avère plus performant qu’un classique ventilateur viscostatique. Le filtre à air prend place tout à l’avant. Juste derrière, le bloc de refroidissement regroupe les différents radiateurs, dont le nettoyage s’avère facilité par leurs supports autorisant un dépliage en éventail. Le capot monobloc abrite le catalyseur d’oxydation diesel (DOC), juste devant la cabine. Le dispositif SCR, injectant de l’urée dans les gaz d’échappement, prend place, quant à lui, dans la cheminée, au pied de la cabine à droite. La différence marquante entre les Axion Terra Trac et leurs cousins montés sur quatre roues se situe au niveau des réservoirs de carburant et d’AdBlue. En effet, sur les versions semi-chenillées, ceux-ci intègrent les garde-boue arrière, à l’intérieur des ailes de la cabine. Ils offrent des capacités de 860 L pour le carburant et de 90 L pour l’additif à base d’urée. Leur remplissage s’effectue depuis la plateforme d’accès au poste de conduite, du côté gauche du tracteur.

Les radiateurs se déploient en éventail afin de faciliter leur nettoyage. Cependant, l’espace s’avère restreint pour glisser une soufflette.
Le six-cylindres FPT de 8,7 L reçoit un turbocompresseur à géométrie variable, piloté par un moteur pas à pas.
Alors que le DOC se dissimule sous le capot moteur, le dispositif SCR prend place dans le pot d’échappement, au pied de la cabine.

ON A AIMÉ
+ L’accès aisé aux bouchons de remplissage des réservoirs depuis la plateforme d’accès à la cabine.
+ La présence de plots dissimulés dans le marchepied pour connecter des câbles de démarrage.

ON A MOINS AIMÉ
- Le peu de place entre les radiateurs, même déployés, pour leur nettoyage.
- L’espace limité entre les roues, le châssis et l’échappement pour circuler autour du compartiment moteur.

Le même environnement que les tracteurs à quatre roues

1 - Le joystick principal autorise le pilotage de la transmission à variation continue, ainsi que celui du relevage et du guidage.
2 - Ce levier en croix est dédié aux fonctions hydrauliques et intègre les touches F3 et F4.
3 - L'écran Cebis offre plusieurs niveaux de profils d'utilisateurs, en fonction des paramètres dans lesquels ils doivent intervenir.
4 - Le second écran, compatible Isobus, est destiné à afficher toutes les informations relatives au guidage.
5 - La console dans le montant droit regroupe les sélections de régimes de prise de force ainsi que les réglages du relevage.
6 - Les feux de travail s'activent depuis ce panneau de commande, représentant le tracteur de profil.

Le siège conducteur offre des éléments de confort tels que le chauffage intégré ou la ventilation.
Le joystick de conduite regroupe plusieurs touches paramétrables depuis le Cebis afin d’affecter certaines fonctions.
Ces trois touches et ce potentiomètre intégrés à l’accoudoir permettent la navigation dans le Cebis sans passer par la dalle tactile.

 

Des chenilles de batteuses et une boîte à variation continue

Claas propose sur ses Axion 900 Terra Trac uniquement une transmission à variation continue ZF Terramatic, renommée « CMatic ». Celle-ci se gère soit avec le joystick dédié, soit depuis la pédale d’accélérateur. Les deux tracteurs semi-chenillés bénéficient d’une homologation à 40 km/h. S’ils intègrent une transmission similaire à celle des modèles dotés de quatre roues, leur carter de pont arrière s’avère sensiblement différent afin d’accueillir les supports de chenilles. Ces derniers comptent une suspension intégrée composée de deux vérins. Un troisième assure la tension de la chenille. Les quatre galets porteurs centraux sont montés en boggies pour garantir le suivi du sol. L’entraînement s’opère par adhérence entre les barbotins et les chenilles. Ces dernières, fournies par Camso, proposent des largeurs de 635 et 735 mm. La largeur hors tout du tracteur ne dépasse alors pas 3 m. Une variante de 890 mm devrait compléter l’offre à l’avenir. L’assistance de direction freine la chenille qui se trouve à l’intérieur des virages afin de réduire le rayon de giration.

Lorsque la chenille Terra Trac franchit un obstacle, l’élévation des galets centraux provoque le relèvement de la roue menée à l’avant
Les vérins assurant la tension et la suspension des chenilles se concentrent au milieu des châssis supportant les galets.
Les chenilles sont maintenues par un pivot central, relié au carter de transmission, et sont entraînées par un arbre à cardans sur le haut.

ON A AIMÉ
+ La suspension des chenilles, procurant un confort proche de celui des tracteurs à roues.
+ Le dispositif d'assistance à la direction, freinant la chenille à l'intérieur des courbes.

ON A MOINS AIMÉ
- La nécessité d'appuyer sur un bouton pour changer de mode de conduite entre levier et pédale.
- L'entraînement des chenilles uniquement par friction du barbotin.

220 L/min au bout des doigts

La dotation standard des Axion 900 comprend une pompe à cylindrée variable débitant jusqu’à 220 L/min (150 L/min en option), pilotée par un signal de charge load sensing. Les tracteurs reçoivent de série les connecteurs power beyond. Ils comptent jusqu’à six distributeurs à l’arrière et deux à l’avant disposant tous d’un levier de décompression. Le relevage avant bénéficie de deux capacités au choix, de 5 ou 6,5 t. Le relevage arrière, pour sa part, soulève jusqu’à 10,5 t. Toutes les commandes hydrauliques de l’accoudoir, à l’instar de celles qui sont situées à l’extérieur, peuvent être affectées à n’importe quel distributeur depuis un menu spécifique dans le terminal Cebis. Enfin, l’utilisateur a la possibilité de programmer des temporisations et des débits cibles pour chaque voie hydraulique. Les régimes de prise de force à 1000 et 1000 Eco tr/min sont disponibles de série. Un troisième rapport, à 540 Eco tr/min, peut être ajouté en option. Claas installe d’emblée une simple ligne de freinage hydraulique accompagnée d’une double ligne pneumatique.

L’état des différents distributeurs est rappelé sur la page d’accueil du Cebis, regroupant d’autres informations du tracteur.
Le relevage avant propose deux distributeurs, ainsi qu’un retour libre, une prise Isobus et une prise de feux.
Claas installe de série les lignes hydrauliques correspondant aux power beyond. Seuls les raccords restent à monter.

ON A AIMÉ
+ L'affectation des distributeurs sur les commandes depuis le Cebis.
+ Les distributeurs disposent de leviers de décompression.

ON A MOINS AIMÉ
- La hauteur des commandes extérieures de relevage.
- La capacité de relevage limitée à 10,50 t sur les Terra Trac, contre 11,25 t sur les standards.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Presse à haute densité

Les presses Claas Quadrant broient la paille

Essai semoir monograine
Essai semoir monograine

Precision Planting SmartDepth : le point technique

Essai tracteur

Fendt 724 Vario G6 : Un autre univers

Essai tracteur

Fendt 724 Vario G6 : le point technique

Essai tracteur

Fendt 724 Vario G6 : les mesures

Essai manutention

Le Manitou MLT 841 à l'essai

Essai tracteur

Essai Valtra Direct T214 : Confort "Unlimited"

Tracteur

Vidéo : Au volant de la cabine Fendt One

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion