Essai tracteurFendt 314 Vario : le tracteur d'élevage ultraconnecté

Lors des trois essais routiers, le Fendt 314 Vario a établi une consommation moyenne de 6,1 L, la deuxième du groupe.
Lors des trois essais routiers, le Fendt 314 Vario a établi une consommation moyenne de 6,1 L, la deuxième du groupe.

À l’image des 700 Vario, la série 300 Vario bénéficie du nouvel environnement de cabine Fendt One. La dernière génération de ces tracteurs d’élevage signe également l’arrivée d’un modèle supplémentaire à son sommet : le 314 Vario. Nous avons essayé ce tracteur équipé d’un chargeur frontal, pendant le printemps, dans une ferme laitière du Doubs.

En 1980, lorsque les ingénieurs de chez Fendt présentaient la première génération de Farmer 300, ils étaient sans doute loin d’imaginer le succès qu’emporteraient ces tracteurs. Ils ignoraient certainement que, quarante ans plus tard, leurs descendants seraient dotés de technologies inimaginables à l’époque. En effet, si la mécanique a connu des changements avec l’apparition de la transmission à variation continue Vario et l’application des normes antipollution, la grande évolution de la décennie actuelle prend place dans la cabine, et même dans la poche de l’agriculteur. C’est ainsi que nous pourrions expliquer ce qu’est Fendt One. Au-delà d’un environnement de cabine complètement revisité, ce concept intègre également des fonctionnalités de communication entre le tracteur et le bureau ou le smartphone de l’agriculteur, dont l’interface, identique à bord et en dehors de la cabine, permet de retrouver toutes les informations relatives aux tâches en cours et celles précédemment enregistrées.

Les suspensions du pont avant et de la cabine offrent un confort appréciable pour les deux personnes à bord.

Il suffit de prendre place sur le siège conducteur pour se rendre compte de l’évolution par rapport à la précédente génération de Fendt 300 Vario. Tout d’abord, le tableau de bord, où les cadrans à aiguille et les voyants ont disparu. Place à un écran de 10,4” sur lequel s’affichent le compte-tour et le compteur de vitesse. Évidemment, les concepteurs ne se sont pas donné tant de peine uniquement pour remplacer des aiguilles par un écran. En fait, l’évolution concerne toutes les commandes en cabine. Le nouvel accoudoir – j’y reviendrai plus bas – renferme désormais toute l’intelligence embarquée, jusque-là contenue dans le terminal. Ceci permet d’utiliser le tableau de bord comme interface pour accéder à l’ensemble des réglages du tracteur, comme un écran d’ordinateur relié à une unité centrale.

Un, deux ou trois écrans

Si les versions Power accèdent uniquement à ce tableau de bord, les finitions Profi et Profi + (n’écrivez plus « Profi Plus ») reçoivent un second terminal, de 12”, au bout de l’accoudoir. Elles proposent même en option un troisième écran, lui aussi de 12”, disposé sous le plafond, à droite du conducteur, et pouvant se rétracter de moitié dans le toit. En version Profi +, le tracteur s’avère compatible Isobus pour le pilotage des machines attelées. Il accède également aux solutions de guidage Fendt Guide, à la coupure de section et à la modulation de dose. Concernant l’accoudoir, ici aussi, les changements sont nombreux. Toutes les touches bénéficient d’un design nouveau, plus moderne, donnant une impression de qualité des matériaux en progression. Mais rassurez-vous, les couleurs et les pictogrammes n’ont pas changé, si bien qu’un utilisateur de la marque retrouvera rapidement ses repères.

Lors de l’attelage du chargeur, les fonctions de celui-ci sont automatiquement attribuées aux commandes en cabine.

Notre tracteur d’essai, en finition Profi +, bénéficie de quatre fingertips, pour le contrôle des distributeurs hydrauliques, ainsi que du levier en croix, surmonté d’un minijoystick. Avec les prochaines mises à jour logicielles, celui-ci pourra être affecté à des fonctions Isobus Aux-In afin de piloter les machines attelées compatibles. Des touches programmables, disposées sur le joystick de conduite ainsi que sur l’accoudoir, permettent de personnaliser leur affectation. Bien entendu, les utilisateurs ne souhaitant pas utiliser toutes ces fonctionnalités peuvent opter pour la finition Power, dépourvue de l’écran en bout d’accoudoir. Ce niveau d’équipement offre en outre deux fingertips seulement, ou bien le seul levier en croix, pour gérer les distributeurs.

Jamais à court de puissance

Après avoir détaillé les équipements à bord de cette nouvelle mouture de Fendt 300 Vario, il est temps de voir ce qu’elle a sous le capot. Pour cela, nous lui faisons subir l’épreuve du banc de puissance, dont les résultats figurent à la fin de cet essai. C’est l’occasion de comprendre le fonctionnement du Fendt DynamicPerformance, disponible uniquement avec le 314 Vario. C’est d’ailleurs pour cette raison que le nombre « 14 », désignant la puissance de ce tracteur, arbore une couleur rouge. Cette puissance additionnelle, de 10 ch, s’active afin de compenser l’énergie consommée par le ventilateur moteur, la climatisation, ou encore le circuit hydraulique. Ainsi, la puissance disponible pour les travaux de traction ou à la prise de force demeure constante. Après l’atelier de mesure de puissance, nous partons pour les essais routiers. Nous attelons alors une benne Leboulch chargée de fumier, dont le poids total atteint 15 t. Notre parcours de test, autour de la ferme, n’épargne pas les mécaniques. Forte déclivité, routes sinueuses, nids-de-poule, route départementale, traversées de villages… le tracteur doit faire preuve d’adaptabilité.

Dans sa version Compact, le chargeur Cargo 4X75 adopte une position reculée par rapport au modèle standard.

Le Fendt a signé, après trois répétitions, le temps moyen le plus faible. Il a également brillé par sa faible consommation, de 6,1 L, juste derrière le meilleur tracteur de la catégorie, qui a absorbé 6 L. Sur route, le Fendt 314 Vario offre un confort appréciable. La suspension pneumatique de sa cabine filtre bien les irrégularités. Le siège passager, en l’absence d’amortissement dédié, ne se transforme pas en banc de torture pour lombaires dès le premier nid-de-poule. Malgré son empattement court, de 2,42 m, le tracteur n’a pas tendance à sautiller à haute vitesse, et ce, grâce à son équilibre, 59 % de son poids étant sur l’arrière, et à sa suspension de pont avant. Du côté de la transmission, Fendt reste fidèle à la Vario, que l’on ne présente plus. Préférant la conduite à l’aide de la pédale, je lance le convoi en modulant ainsi l’allure, la maintenant ensuite en basculant le joystick vers la droite pour enregistrer le tempomat. Dans les descentes, je tire sur le joystick pour forcer la transmission à « rétrograder ». Je regrette seulement l’absence d’un frein moteur plus puissant. Je suis obligé de solliciter les freins pour retenir le convoi dans les fortes pentes.

Un chargeur bien conçu

De retour à la ferme, nous décrochons la remorque pour passer à l’atelier suivant : la manipulation de balles de foin. Pour cela, j’attelle le chargeur Fendt au 314 Vario. Cette opération s’avère assez simple. Après avoir positionné ce dernier, il me suffit de connecter le multicoupleur hydraulique, de baisser le godet puis de lever le chargeur pour que celui-ci se verrouille automatiquement aux supports fixés sur le tracteur. Il ne me reste plus qu’à replier les béquilles de stockage. Lors de l’accouplement du système hydraulique du chargeur, celui-ci est automatiquement reconnu par l’informatique, qui affecte les commandes sur le levier en croix. Je n’ai donc aucune manipulation à effectuer pour l'utiliser. Il s’agit du modèle Cargo 4X75 Compact. Ce chargeur adopte une position relativement reculée par rapport au compartiment moteur afin de gagner en stabilité. Il atteint une hauteur de bennage de 4,08 m et bénéficie de 2 250 daN de force de levage.

Le gabarit compact du Fendt 314 Vario ne le rend pas moins à l’aise sur la route, devant cette benne de 15 t.

Sa version standard, plus avancée, autorise l’ouverture du pare-brise ouvrant, une option toujours disponible chez Fendt. Les Cargo adoptent la cinématique en « Z », chère au constructeur, avec les parallélogrammes placés sous les bras principaux. Leur terminal offre la possibilité de paramétrer le débit hydraulique de chacune des fonctions afin de moduler la réactivité des mouvements. Ceci s’avère intéressant lorsque les manipulations requièrent une grande précision. La compacité du 314 Vario facilite les manœuvres dans le bâtiment de stockage, perpendiculaire au couloir d’alimentation du troupeau laitier. Les rétroviseurs à grand angle de vision permettent de garder un œil sur les roues arrière afin de circuler en toute sécurité. Au terme de ces quelques jours d’essai, le Fendt a marqué les esprits principalement par sa dotation en cabine. Il offre l’accès à des technologies telles que le guidage, l’Isobus et la gestion documentaire habituellement réservées à des tracteurs de forte puissance. Fort de ses différents niveaux d’équipement, il saura répondre aux attentes de nombreux profils d’agriculteurs.

 

Caractéristiques

Moteur : Agco Power, 4 cyl., 4,4 L.
Puissance maximale (ECE R120) : 142 ch.
Transmission : variation continue Vario.
Hydraulique : pompe load sensing 100 L/min.
Poids : 5 780 kg.
Empattement : 2 420 mm.

 

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Essai chariots télescopiques
Essai tracteur

Essai du Deutz-Fahr 8280 TTV : Un tracteur 4.0

Essai tracteur

Deutz-Fahr 8280 TTV : le point technique

Essai chariots télescopiques

New Holland TH 7.42 Elite : Econome en carburant

Essai chariots télescopiques
Essai tracteur

Essai Kubota M6-132 : Montée en gamme

Essai tracteur

Essai Kubota M6-132 : le point technique

Essai tracteur

Essai Kubota M6-132 : les mesures

Autochargeuse

Fendt : Une autochargeuse Tigo VR dotée de l'Isobus TIM