Télescopique d'occasionDieci Agri Tech 35.7 VS : la polyvalence dans les gènes

Dieci Agri Tech 35.7 VS : la polyvalence dans les gènes

La série Agri Tech de Dieci, lancée en 2011, combine les avantages d’un chariot télescopique, un relevage à trois points et une prise de force arrière, permettant ainsi d’utiliser l’engin comme un tracteur. L’Agri Tech 35.7 VS se place au cœur de l’offre, avec ses 3,5 t de capacité de charge et ses 7 m de hauteur de levage maximale. Le modèle présenté ici date de 2014 et totalise 4 600 h. Nous allons détailler les différents points à vérifier avant de se lancer dans l’achat d’un tel équipement.

Le moteur, cœur de la machine

L’Agri Tech 35.7 VS abrite un moteur à quatre cylindres FPT de 4,5 L. Assurez-vous auprès du vendeur que l’entretien de ce dernier a toujours été réalisé en respectant les intervalles préconisés. Soulevez le capot pour inspecter le bloc et ses périphériques. Attardez-vous sur le fond du compartiment pour y déceler d’éventuels dépôts gras, signe de fuites. Le carter inférieur du moteur, tout comme le couvre-culasse ne devraient pas fuir, sinon le remplacement de leurs joints sera à prévoir. Contrôlez les durites d’air, de refroidissement et d’huile, ainsi que le bloc de refroidissement. Les ailettes de celui-ci ne doivent pas être écrasées ou encrassées, sous peine de limiter le flux d’air et de provoquer des surchauffes. De la même manière, les grilles d’entrée d’air du capot doivent être présentes et en bon état. Prenez également le temps d’extraire le filtre à air de son réceptacle. Son état et son encrassement vous en diront long sur le soin accordé par l’ancien propriétaire. Parfois, le mécanicien inscrit le nombre d’heures moteur sur le filtre à huile lors de son remplacement. Les pompes dédiées à l’avancement et aux fonctions hydrauliques prennent place sous le bras télescopique, entre le moteur et la cabine. Même si elles sont difficilement visibles, tentez de traquer de possibles fuites à leur hauteur. N’hésitez pas à démarrer le moteur et à le faire tourner à différents régimes afin de déceler d’éventuels bruits suspects. Pensez, lors de ce test, à vérifier le nombre d’heures affiché au tableau de bord.

Inspectez les différentes durites d’air (en bleu et en rouge) et celles de refroidissement (en noir).
Les corps gras sur le bloc de refroidissement peuvent indiquer une fuite et coller la poussière, ce qui risque d’obstruer les ailettes.
Lors du remplacement du filtre de pression hydraulique (à droite), le mécanicien a pris le temps d’inscrire le nombre d’heures moteur.

 

Châssis et ponts, les fondamentaux

La manutention et les cycles intensifs imposent d’importants efforts au châssis et aux ponts du chariot télescopique, c’est pourquoi vous devez leur consacrer toute votre attention. Faites le tour du châssis mécano-soudé, à la recherche de fissures, en particulier au niveau des soudures. Observez également l’état général de la carrosserie, du côté de la cabine, ainsi que du compartiment moteur. Inspectez les ponts et assurez-vous qu’ils ne présentent pas de fuite, ni au niveau du carter principal, ni à proximité des réducteurs. Contrôlez si possible l’absence de jeu dans les rotules axiales et angulaires de direction. Penchez-vous sous l’engin pour voir les cardans d’entraînement des ponts. Leurs croisillons ne doivent pas présenter de jeu. Des ficelles ou des fils de fer peuvent parfois s’enrouler autour d’eux, risquant de détériorer les joints de nez de pont. Jugez également de l’état des pneumatiques. Une usure anormale de leurs bandes de roulement peut traduire un mauvais parallélisme des roues. Si les pneumatiques sont complètement usés ou qu’ils souffrent de déchirures importantes, ils devront faire l’objet d’un remplacement. Leur prix d’achat devra donc être pris en compte dans la négociation finale. Enfin, si vous êtes amené à tracter une remorque avec le chariot télescopique, assurez-vous que ce dernier comporte le type d’attelage nécessaire, ainsi que la prise d’éclairage et le dispositif de freinage adaptés.

En vous penchant sous le chariot, vous pourrez vérifier l’état des croisillons de cardan, ainsi que celui des joints de nez de ponts.
Si les pneumatiques sont trop usés ou endommagés, ils devront être remplacés, et leur coût entrera dans la négociation.
La présence d’un attelage sur échelle, comme ici, facilite l’accroche de remorques et d’outils à des hauteurs différentes.

 

La flèche télescopique, nerf de la guerre

La flèche télescopique ne doit ni présenter de fissures, ni apparaître désaxée par rapport au châssis du chariot télescopique. Contrôlez le tablier porte-outil, qui ne doit pas non plus souffrir de marques prononcées d’usure. Assurez-vous du graissage correct de tous les axes. Traquez les fuites au niveau des vérins et de leurs flexibles. Inspectez les cales en téflon destinées à guider le bras télescopique lors de l’allongement de la flèche. Une trop grande usure de celle-ci pourrait entraîner du jeu dans le bras et provoquer d’autres pannes. Prenez place en cabine et testez tous les mouvements possibles. Tendez l’oreille pour déceler d’éventuels bruits suspects. Les télescopiques Dieci comptent un vérin de levage principal breveté dans lequel se dissimule le vérin de compensation du parallélogramme hydraulique. Si ce système ne présente en général pas d’avarie, sa réparation risquerait de s’avérer fastidieuse. Rentrez le télescope et baissez le bras à fond. Contrôlez alors le niveau d’huile hydraulique à travers l’œilleton placé sous la cabine. L’orifice de remplissage se trouve pour sa part derrière le poste de conduite. Les chariots télescopiques pouvant être équipés de tabliers porte-outils d’autres marques, assurez-vous que vous pourrez accrocher les matériels que vous possédez déjà ou que vous prévoyez d’acheter. Le verrouillage hydraulique du tablier peut être une option intéressante, en cas de changement fréquent. Par ailleurs, assurez-vous de disposer d'un nombre de lignes hydrauliques suffisant pour les outils animés.

Contrôlez l’usure des cales en téflon assurant le glissement entre le bras et le télescope. Une dégradation importante provoquerait du jeu.
Flèche rentrée et baissée, le niveau d’huile hydraulique se contrôle facilement depuis cet œilleton, sous la cabine.
Selon les cas, les chariots télescopiques peuvent recevoir le tablier porte-outil compatible avec d’autres fabricants.

 

La cabine, poste de pilotage

Les marchepieds permettant de monter à bord ne doivent être ni tordus ni manquants, sous peine de tomber en descendant. L’accès à la cabine du Dieci est permis par une grande porte dotée d’une vitre à ouverture électrique. Son poids imposant force sur les charnières et, avec le temps, l’ouvrir devient plus difficile. Une réparation peut alors être envisagée. Testez l’ouverture et la fermeture de la fenêtre, depuis l’interrupteur situé dans la portière. Le poste de conduite s’avère assez simple et robuste. Traquez les éventuelles fissures dans les garnitures en plastique. Jugez de l’état du siège et testez le fonctionnement de sa suspension. Essayez l’ensemble des commandes, ainsi que le chauffage et la climatisation, si le chariot télescopique en est équipé. Vérifiez que tous les ouvrants sont étanches. Contrôlez également le bon fonctionnement du système d’éclairage, feux de travail et de route compris. Faites fonctionner les essuie-glaces et le klaxon. Observez le tableau et assurez-vous que les différents voyants et indicateurs fonctionnent correctement. Jetez un œil aux filtres à air d’habitacle, placés derrière le siège et dans la casquette du toit de cabine.

À cause de son poids important, la portière force sur les charnières et s’affaisse avec le temps, rendant l’ouverture plus difficile.
L’intérieur de cabine est agencé simplement, et les plastiques ne craignent pas les rudes conditions rencontrées dans les fermes.
Testez la ventilation, le chauffage et la climatisation, lorsque le chariot télescopique en est équipé.

 

Calendrier des évolutions

2011

Dieci dévoile la gamme Agri Tech VS. Deux modèles sont proposés : le 32.9 (3,2 t de charge maximale, 9 m de hauteur de levage) et le 35.7 (3,5 t, 7 m). Ils sont motorisés par un bloc Iveco Nef développant 127 ch. Ils reçoivent la transmission Vario System, dont le fonctionnement s’apparente à celui d’une variation continue. Ils peuvent s’équiper d’un relevage arrière de 4 t de capacité, à commande électronique d’origine Bosch. Ils accèdent aussi à une prise de force à deux régimes – 540 et 1 000 tr/min – délivrant jusqu’à 110 ch. Le pont avant propose en option un système de compensation de dévers, intégrant deux vérins pour incliner l’essieu par rapport au châssis.

2016

Le constructeur italien lance la seconde génération, baptisée « Agri Tech VS Evo2 » (photo). Le moteur FPT voit sa puissance progresser à 140 ch. Il adopte un dispositif de dépollution SCR nécessitant de l’AdBlue et répondant à la norme Stage IIIB. La transmission, d’origine Dana, propose quatre modes de conduite : Normal, pour la circulation sur route jusqu’à 40 km/h, Eco, limitant la consommation de carburant, Loader, donnant la priorité à l’hydraulique afin d’avoir le maximum de force dans le bras, et Creeper, permettant de fixer le régime moteur pour l’animation de la prise de force et de faire varier la vitesse d’avancement. La pédale inching autorise le désaccouplement de la transmission, tout en accélérant le moteur. Cette nouvelle génération d’Agri Tech inaugure également le dispositif DCS (Descent Control System) visant à baisser rapidement le bras, même à un faible régime moteur. L’option Easy Ride intègre une suspension oléopneumatique du bras afin d’absorber les secousses lors des déplacements.

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Système de guidage d'occasion
Manutention
Manutention

Quicke : des pique-bottes Pic Bal pour tous les goûts

Automoteur de pulvérisation d'occasion
Manutention
Manutention
Manutention
Manutention