Accidents de tracteursDe trop nombreux retournements

De trop nombreux retournements
Le Cema, l'association européenne des constructeurs de machines agricoles, regrette régulièrement de manquer de statistiques d'accidentologie liées aux fabrications de ses membres. L'absence de données dans certains pays et la difficulté de consolider des informations pertinentes à l'échelle de notre continent handicape cette organisation dans la conduite de discussions constructives sur les évolutions normatives ou sur les développements à mener sur les machines. Les pays européens pourraient toutefois s'inspirer d'une étude qui a été conduite par la Suisse sur 276 accidents impliquant des machines agricoles et survenus entre 2011 et 2012. Si la majorité (79 %) d'entre eux sont arrivés dans les champs ou dans les cours de ferme, le retournement de la machine reste la cause la plus fréquente des accidents routiers. Il concerne 24 % des cas et il s'avère également le plus dangereux puisqu'il provoque 39 %  des issues mortelles. Dans les champs, il survient également trop souvent. Il concernerait 51 % des accidents. Parmi d'autres causes, les enquêteurs ont mis en avant les réactions des autres usagers de la route (20 % des cas), la visibilité du chauffeur (15 %), l'entretien de la machine (13 %) et le comportement du conducteur (11 %). Ces enseignements  ont amené les constructeurs européens de machines à proposer une liste de mesures préventives. La première d'entre elle reste l'adaptation sur les machines les plus anciennes d'arceaux et de ceintures de sécurité. Elle est suivie par la pose et l'entretien de plaques de signalisation ainsi que de feux avertissant les autres usagers de la route de la présence du véhicule agricole, mais aussi de sa faible vitesse et de ses dimensions. Ces autres conducteurs auraient également beaucoup à gagner à être sensibilisés par des campagnes d'information aux comportements des machines agricoles. Il semble, en effet, que la sous-estimation de leur emprise sur la route soit particulièrement dangereuse. Parmi d'autres mesures intéressantes, l'association des constructeurs propose de poser davantage de rétroviseurs ou de caméras de surveillance, d'assurer des entretiens  mieux suivis mais aussi de former les chauffeurs pour les avertir des situations les plus accidentogènes. Ils pourraient notamment être mieux informés des caractéristiques de freinage, de braquage et de stabilité de leurs engins.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Agritechnica 2019

Palmarès des médailles

Moissonneuse-batteuse

Une application New Holland pour votre moissonneuse-batteuse

Tracteur

Une nouvelle mouture du Kubota M7

Semis

Deux opérations en une avec le combiné de semis Kverneland e-drill

Tracteur

Des John Deere 6M compacts et maniables

Manutention

Avant 860i, un valet de ferme polyvalent

Coupleur hydraulique

Fliegl révolutionne l’attelage des outils grâce au F-Con

Pulvérisateur traîné d'occasion

Evrard Météor : Sixème du nom

Gestion des effluents

Un séparateur de phases Bauer compact