Véhicules agricolesPichon en redressement

Pichon en redressement

De lourds investissements réalisés en 2015, notamment le rachat de Gilibert et la construction d'une nouvelle usine, ont fragilisé Pichon. Le 7 novembre, le tribunal de commerce de Rennes a décidé de placer ce constructeur finistérien de matériels d'épandage en redressement judiciaire. Il bénéficiera d'une période d'observation de 6 mois renouvelable pendant laquelle il va se mettre à la recherche d'un repreneur. L'entreprise créée, il y a 48 ans, pourra mettre en avant des arguments sur sa large gamme de tonnes à lisier et d'épandeurs de produit solides, sur sa forte présence sur le marché français ainsi que sa toute nouvelle usine de 22 000 m2 implantée à Landivisiau. Pour Gilibert Industrie et ses 54 salariés, malheureusement, l'avenir est un peu plus sombre. Le tribunal de commerce breton a placé ce constructeur de remorques agricoles installé à Faramans (Isère) en liquidation judiciaire avec cessation d'activité immédiate.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus

Voirie

Les pièces d’usure communes à l’épareuse et au broyeur d’accotement Desvoys