Marché européen du tracteurUne baisse positive

Une baisse positive
Lorsqu'ils veulent tracer la tendance actuelle des immatriculations des tracteurs sur le marché européen, les analystes du Cema, le syndicat européen des constructeurs, peuvent hésiter. En effet, si le chiffre de 69 260 tracteurs immatriculés durant le premier semestre de 2018 sur 30 pays européens marquant une baisse de 5 % par rapport à la même période de 2017 pourrait leur faire conclure à un recul des marchés, ils doivent prendre en compte l'énorme pic d'immatriculations de décembre 2017. Les concessionnaires et constructeurs avaient alors dû immatriculer en toute urgence leurs stocks de tracteurs avant l'introduction de la nouvelle réglementation européenne « Mother Regulation ». Aussi ils se montrent davantage optimistes lorsqu'ils comparent la période plus longue de juillet 2017 à juin 2018 avec la même de l'année précédente. Ils observent alors une tendance en augmentation de 10 %. En outre, selon eux, le recul observé durant les premiers mois de 2018 serait moins important que l'explosion de la fin d'année 2017. Quoi qu'il en soit la situation varie énormément selon les pays. Avec -12 % d'immatriculations, les deux plus gros marchés, la France et l'Allemagne entrainent le marché vers le bas. L'Autriche, le Danemark, l'Italie et l'Espagne en recul de 4 %, 13 %, 5 % et 9 % sont également à la peine. La Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, en revanche, marquent de belles progression de 19 % , 11 % et 5 %.  L'autre paramètre rendant optimistes les analystes du Cema est celui de la tendance positive des affaires sur l'ensemble des machines agricoles.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Pulvérisation

Suspension intégrale pour le pulvé traîné Kubota XTS4

Index Cema

Mieux qu’au printemps

Élevage

Kuhn Aura : l’alimentation automatique revisitée

SSV

Le Polaris Ranger porte plusieurs robes

Salon

Innov'Space 2020 : dix matériels qui ont séduit le jury

Pulvérisateur traîné

John Deere coupe les buses une à une en Isobus

Travail du sol

Kverneland : les charrues Varilarge revisitées

Travail du sol

Pöttinger : un Terria pour chaque utilisation

Bilan 2019

Les machines forestières sortent de l'ornière