FNEDTDes entrepreneurs fatigués par les réformes

Des entrepreneurs fatigués par les réformes

Un mois avant son congrès qui se déroulera à Bordeaux les 19, 20 et 21 mars 20115, la fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT) a réuni la presse afin de passer en revue les dossiers sur lesquels travaille la fédération.

Gérard Napias, président de la FNEDT,
Le Président, Gérard Napias, ouvre la séance par un constat positif, celui de la baisse du prix des carburants et plus particulièrement du GNR. « Même si quelques centimes de taxes sont venus s'ajouter, indique-t-il, la baisse du prix du pétrole fait du bien lorsqu'on remplit nos citernes de carburant. » Au moins un point sur lequel les entrepreneurs de travaux agricoles sont satisfaits ! Car, pour le reste, les mesures proposées par le gouvernement soulèvent plutôt du mécontentement dans les rangs de la profession. Pour le président de la FNEDT, le CICE, par exemple, n'est qu'une demi-mesure de « compensation » des avantages dont bénéficiaient les entrepreneurs (et les salariés) sur les heures supplémentaires. « Dans mon entreprise de 18 salariés, souligne Gérard Napias, l'allégement par rapport aux heures supplémentaires représentait 30 000 €, alors que le CICE s'élève à 22 000 €. » Dans la loi de finance 2015, les entrepreneurs perdent les exonérations de charges patronales pour les contrats Travailleurs Occasionnels -Demandeurs d'Emploi. Ces exonérations supprimées pour les entrepreneurs, restent en vigueur pour les exploitants agricoles. Tant mieux pour eux estime la FNEDT, mais la suppression de ces exonérations risque, aux yeux des entreprises des territoires, de déstabiliser le marché du travail saisonnier agricole. « Il ne se passe pas six mois, sans une nouvelle couche supplémentaire de réformes » Gérard Napias s'interroge par rapport aux programmes de traitements phytosanitaires nocturnes. Il pose par exemple la question des pylônes électriques dans les champs ! Il s'inquiète aussi de l'image transmise aux non-agriculteurs face à des apports nocturnes qui peuvent être interprétés comme des apports « cachés » et donc dangereux ! Et que penser du bruit des tracteurs et automoteurs la nuit dans les parcelles proches des habitations ? Le Président évoque également les contraintes liées au code de pénibilité au travail. « Des nouvelles lignes ont été ajoutées dans ce code qui limitent certains gestes », explique Gérard Napias. A la question comment se portent les entreprises de travaux agricoles et forestiers, le Président de la FNEDT indique qu'elles parviennent à équilibrer leurs bilans, mais tout juste. « Dans certaines productions, comme en betteraves et maintenant en viticulture, les activités des entreprises se portent bien, commente Gérard Napias. En forêt, la profession souffre et en élevages, les résultats ne sont pas brillants. Les impayés sont plus fréquents.» Gérard Napias regrette que des aides incitent des agriculteurs aux investissements individuels, alors que ces achats plombent ensuite la rentabilité de ces exploitations.  Pourquoi ne pas favoriser le recours à l'entreprise, plutôt que l'investissement individuel ?

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Presse à balles rondes

La V6 met le turbo chez McHale

Manutention

Manitou ouvre un nouveau « Training Center »

Tracteur

Un modèle supplémentaire pour la gamme Fendt 300 Vario

Motorisation

Deutz acquiert un spécialiste des batteries

Rouleau destructeur

Le rouleau Horsch Cultro fait place nette dans les chaumes

Composants hydrauliques

Un nouveau patron pour le groupe Poclain

Tracteur

Le Kubota M5111 rétrécit

Presse

Kuhn optimise la transmission de ses presses haute densité SB

Pièces détachées

Le centre logistique Bepco sort de terre