ManutentionBobcat ouvre ses griffes à l'agricole

Bobcat ouvre ses griffes à l'agricole
 
L'usine de Pontchâteau fabrique des chariots télescopiques pour Massey Ferguson depuis 1996.
Bobcat veut développer son activité sur le marché agricole. Cette marque à la tête de félin, déjà bien implantée dans le monde des travaux publics, a récemment renouvelé l'intégralité de sa gamme de chariots télescopiques. Les 192 salariés de l'usine Bobcat de Pontchâteau (Loire-Atlantique) sont à pied d'œuvre en cette matinée estivale du mois de juin. Cette unité française produit l'ensemble des chariots télescopiques commandés à travers le monde, à l'exception des modèles rotatifs fournis par l'Italien Dieci. Elle fut construite en 1963 par Sambron, d'abord fabricant de presses à cidre puis de dumpers. Cet industriel s'est ensuite lancé, dans les années quatre-vingt, dans la fabrication de chariots télescopiques avant d'être racheté en 2000 par Ingersoll-Rand, à l'époque propriétaire de Bobcat. L'usine de Pontchâteau est, par la suite entrée, dans le giron du Sud-Coréen Doosan en 2007. Elle a vu son activité doubler ces quinze dernières années. Son chiffre d'affaires s'est établi à 63 M€ en 2014 et il devrait atteindre 75 M€ cette année. Les dirigeants prévoient en effet de construire 1500 chariots télescopiques cette exercice. Environ 85 % de ce volume devrait être commercialisé dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), 11 % sur le marché nord-américain et 4 % en Asie et en Amérique latine. La capacité de production actuelle s'élève à huit unités par jour, avec une seule équipe. Compte tenu des nombreuses options disponibles sur ces chargeurs, le modèle économique de l'usine est fondé principalement sur une fabrication à la demande. Seuls 2 % des engins sont en effet produits par anticipation.  
L'unité de production Bobcat de Pontchâteau s'est équipée en 2014 d'une nouvelle installation de grenaillage pour améliorer la qualité de finition de la peinture.
Objectif de 6 % de parts de marché Sur le marché européen, les ventes de matériels Bobcat destinés aux applications agricoles ont cru de 103 % entre 2001 et 2013. Elles dépassent désormais en volume celles du secteur de la construction à la demande atone (- 8 % sur la même période). Face à ce constat, la marque a réagi et concentré ses efforts sur le renouvellement de sa gamme de machines. Ces dernières années, elle a ainsi consacré près de 4,5 % du montant de son chiffre d'affaires à la recherche et au développement. Dans la zone EMEA, le constructeur annonce pour l'instant une part de marché de 3 % en agricole mais s'est fixé l'objectif de doubler ce chiffre d'ici à 2020. Pour atteindre ce niveau, il s'affaire depuis fin 2014 à créer un réseau de distribution spécifique. Le constructeur privilégie les sociétés dont l'offre est dépourvue de chariots télescopiques mais n'exclut toutefois aucune opportunité. En France, la marque revendiquait mi-2015 une petite vingtaine de points de ventes dans ce domaine.
Bobcat développe actuellement son réseau de concessionnaires pour asseoir sa présence sur le marché agricole.
Un tractoriste bon client Le tractoriste Massey Ferguson est un bon client de Bobcat car il commercialise sous ses couleurs, depuis 1996, des chariots télescopiques issus de l'usine de Pontchâteau. Les engins à destination des deux firmes disposent d'options et de composants identiques. « L'ensemble des produits de l'offre agricole se retrouve dans les catalogues des deux marques. Il n'existe d'ailleurs pas d'accord officiel de non-concurrence avec Massey Ferguson. Cependant, nous n'avons aucun intérêt à proposer à un de ses concessionnaires de rejoindre notre réseau car nous voulons conserver ce partenariat, indique Xavier Larroque, le directeur de la ligne de produits chariots télescopiques chez Bobcat, en charge notamment du développement d'un réseau agricole de distribution en Europe. Sur l'exercice 2014, 19% des engins sortant de l'usine de Pontchâteau arboraient notamment le rouge Massey Ferguson.
Bobcat développe actuellement son réseau de concessionnaires pour asseoir sa présence sur le marché agricole.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Tractoriste

Valtra franchit le cap du Stage V

Formation

Aprodema fait son université d’été chez Pellenc

Equipement

Ag Leader contrôle la population

Essai utilitaire

Citroën Berlingo, la technologie utile

Travail du sol

Le décompacteur Cultiplow d'Agrisem pour les sols durs

Miniatures

ROS, les miniatures de juin

Crise betteravière

Exel Industrie réduit la voilure

Automotrices mélangeuses

Lucas G. en tête des immatriculations

Immatriculations de tracteurs

Un joli mois de mai