Convention des réseaux Kverneland GroupDu rouge vif dans la cour orange

Du rouge vif dans la cour orange
De gauche à droite - Arild Gjerde, vice-président, vente et marketing de Kverneland, Dai Watanabe, président de Kverneland Group et Patrick Verheecke, directeur général de Kverneland Group France
Depuis le rachat de Kverneland en décembre 2014 par le constructeur japonais Kubota, les concessionnaires des marques Kverneland et Vicon se posent légitimement des questions sur le futur. S'ils sont rassurés sur la capacité financière du repreneur, ils s'interrogent sur l'organisation commerciale qui peut découler de cette reprise. Le lancement des nouveaux tracteurs Kubota présentés en septembre 2015 avec la panoplie d'outils Kverneland et Vicon sous la couleur orange, n'a fait qu'amplifier les craintes. « Faudra-t-il être concessionnaire Kubota pour continuer à distribuer les produits KV ? » s'interrogeaient alors les concessionnaires Kverneland et Vicon. Rappelons que les produits de fenaison sont aussi commercialisés sous la couleur verte de Deutz-Fahr et que les presses à balles rondes se retrouvent également sous les couleurs Massey Ferguson et Fendt !   Pas d'orange à la convention Même si sur le terrain, les représentants des marques Vicon et Kverneland rassurent sur l'indépendance des marques, les concessionnaires voulaient entendre la position des patrons. Pour bien montrer leur « différence » avec le tractoriste japonais, certains distributeurs arboraient d'ailleurs à la convention, la marque de leur tracteur fétiche sur leurs vestes. Le message avait été entendu par les dirigeants : pas d'orange à la convention ! Pour preuve, les matériels Kverneland et Vicon présents dans le film d'annonce étaient tous tractés par des tracteurs autres que des Kubota. Seule, peut-être, la présence de Dai Watanabe pouvait montrer un lien avec le constructeur japonais... Dans le cadre du château de Chambord, le président de Kverneland Group a prononcé quelques mots d'accueil en français avant d'adopter l'anglais pour se présenter et expliquer ses actions aux 350 concessionnaires présents. Dai Watanabe, né au Japon en 1958, a rejoint Kubota en 1984 pour travailler au sein de l'usine de Tsukuba. Après des fonctions commerciales et financières, il a rejoint les États-Unis en 1996. Puis, il a occupé le poste de président de Kubota Europe en 2011, avant de prendre la tête de Kverneland Group (CEO et président), en décembre 2014. Il aime la France. A ses côtés, Arild Gjerde, vice-président, vente et marketing, représente la Norvège. Lui aussi apprécie la France et souligne la beauté du château de Chambord. « Nous n'avons pas ça en Norvège ! » déclare-t-il. Leurs propos sont traduits par Patrick Verheecke, le nouveau directeur général de la filiale française. Arild Gjerde rappelle que la société norvégienne est née en 1879 et qu'aujourd'hui, le groupe Kverneland réalise environ 500 millions d'euros de chiffre d'affaires. L'addition avec Kubota place l'ensemble, au troisième rang des fournisseurs d'agroéquipements sur le plan mondial. L'objectif des dirigeants : porter le chiffre d'affaires de Kverneland Group à 700 millions d'euros en 2019 ! Une organisation à sept branches Arild Gjerde expose l'organisation du groupe établie selon sept branches : protection des cultures, fenaison, récolte, sol-semis, labour, service après-vente, commercial et marketing. Enfin, il touche le sujet du jour en insistant sur la continuité des partenariats stratégiques et de la distribution. Cette stratégie se focalise sur les propres marques du groupe : Kverneland et Vicon. Pour les équipements en orange, ils sont liés à la puissance des tracteurs de cette marque. Ainsi, à ce jour, seuls les matériels capables d'être tirés par un tracteur Kubota peuvent être peints en orange et distribués par les concessionnaires de cette marque. Enfin, l'ensemble des matériels issus des usines du groupe sont soutenus par les équipes des spécialistes du groupe Kverneland. Kubota est présenté comme « un solide actionnaire, engagé sur une dynamique de croissance et de réussite à long terme ». Son chiffre d'affaires net atteint 13 milliards d'euros et son effectif recense 35 500 collaborateurs. Et à Dai Watanabe de vanter l'expertise industrielle de Kubota. « Les responsables japonais passent dans les usines, observent et cherchent en permanence à améliorer une situation. Cette philosophie, Lean et Kaizen, est optimisée par la formation professionnelle et par les ressources projet. » Dai Watanabe indique par exemple les nombreux travaux (postes d'assemblage, ligne de peinture, technologie laser et robots soudeurs...) réalisés au sein de l'usine de fabrication de matériels de fenaison à Kerteminde au Danemark. Il cite encore l'accroissement des capacités du site de fabrication de charrues à Klepp en Norvège (forge, traitement thermique, regroupement du soudage et de l'usinage sur un même site), avec un investissement de 30 millions d'euros. Enfin, l'usine de Ravenne en Italie où sont fabriquées les presses, a totalement été réorganisée. Et en France, que se passe-t-il ? Patrick Verheecke dresse un tableau de l'agriculture française avec un nombre d'exploitations en recul de 26 % entre 2000 et 2016, un agrandissement des structures (20 % des exploitations comptabilisent 60 % de la surface), des agriculteurs plus exigeants, moins fidèles, mieux informés... Et, en face de ces clients et prospects, des concessionnaires (environ 1 000 sur le territoire) qui, eux aussi, s'agrandissent et « subissent une pression de leurs concédants principaux ». Leurs fournisseurs, dont 7 274 entreprises européennes, sont confrontés au coût de plus en plus élevé du développement des produits. « En France, le tissu industriel se compose pour beaucoup d'entreprises de petite taille, souligne Patrick Verheecke, 75 % des constructeurs français ont un chiffres d'affaires inférieur à 30 millions d'euros. » Face à ce constat et compte-tenu que les tractoristes souhaitent proposer des gammes longues, le directeur de Kverneland Group France entrevoit d'inéluctables consolidations. Dans cette situation, Patrick Verheecke rappelle à ses partenaires ce que le groupe Kverneland peut désormais annoncer une pérennité et une clarté dans sa stratégie avec une réelle volonté de progression. Selon lui, il bénéficie d'investissements conséquents en recherches et développements ainsi que d'une expertise industrielle. Le directeur qualifie « ses gammes de produits, d'attractives et compétitives ». Il rappelle la position de leader en nouvelles technologies iM-Farming. La filiale française s'engage sur un programme d'accompagnement de la distribution avec des démonstrations (2 500 envisagées), une communication accrue dans les médias, un appui marketing et des nouvelles conditions commerciales. L'année s'annonce riche en nouveautés avec les lancements de la presse à balle ronde FastBale, d'un nouvelle enrubanneuse, de la charrue i-plough, du semoir e-drill, de l'outil à disques Compactiller LT et des nouveaux distributeurs d'engrais. Ces lancements seront rythmés par la cadence des prochains événements agricoles

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Remorques agricoles

Fliegl reprend Brochard

Entretien du paysage

Une portée de 16 m pour le broyeur automoteur Athena d'Energreen

Manutention

Un pelle sur pneus Liebherr de 14 t

Récolte

Geringhoff resserre les maïs

Tracteur

Les séries 6 Deutz-Fahr en édition Warrior !

Presse haute densité d'occasion

Fiche occasion : des presses New Holland bien carrées

Pièces d’outils de travail du sol

Industriehof aux commandes de Forges de Niaux

Equipement

Des phares de travail a LED Hella

Manutention

Une chargeuse Case au méthane