BrexitAgco pourrait alléger ses équipes britanniques

Agco pourrait alléger ses équipes britanniques
Martin Richenhagen se montre très sévère envers des hommes politiques se servant d'idées faciles pour manipuler les électeurs et prendre le pouvoir dans nos démocraties.
Après la sortie du Royaume-Uni de l'Europe, Martin Richenhagen, le P.d.g. d'Agco, s'interroge sur la nécessité de maintenir le siège administratif européen de son groupe en Angleterre. C'est en tout cas ce qu'il a affirmé lors d'un entretien accordé à Roland Lindner, le correspondant aux États-Unis du journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.  «  Conserver en Grande-Bretagne des fonctions centrales telle que la gestion, les finances et les services juridiques n'a plus aucun sens », regrette le dirigeant. Le groupe Agco continue à employer près de 500 personnes sur des postes administratifs à Coventry en Angleterre près du site de l'ancienne usine de tracteurs Massey Ferguson. Mais il pourrait envisager d'en déplacer 250 vers un pays d'Europe Continentale et de ne conserver sur place que les services en charge du Royaume-Uni. Selon Martin Richenhagen, le referendum organisé là-bas n'aurait jamais dû avoir lieu. « Je suis un adversaire de ce type de scrutin parce qu'il peut servir de tribune à n'importe quel idiot. Il suffit alors à ce dernier d'être contre quelque chose pour surfer sur la vague du nihilisme et rafler la majorité », analyse-t-il. Le dirigeant voit un parallèle entre ce triomphe du populisme dans les îles britanniques et la désignation de Donald Trump comme candidat républicain aux États-Unis, un pays dont il possède la citoyenneté. Il dit avoir été surpris et trouver épouvantable qu'un tel personnage ait grimpé dans le Parti républicain « Trump est un populiste et est gratifié du plus faible niveau de culture politique de tous les temps », diagnostique-t-il. Il ne veut pas pour autant accorder son suffrage à sa rivale démocrate Hillary Clinton. « Les deux sont tout autant inaptes à conduire un poste aussi important », regrette-t-il.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Tracteur

Case IH : ne m’appelez plus jamais Versum !

Agenda

1 293 entreprises inscrites au Space

Chenilles caoutchouc

Camso ouvre ses services à l’agriculture

Tractoriste

Valtra franchit le cap du Stage V

Landini

Le Rex fait sa tournée mondiale

Formation

Aprodema fait son université d’été chez Pellenc

Equipement

Ag Leader contrôle la population

Essai utilitaire

Citroën Berlingo, la technologie utile

Travail du sol

Le décompacteur Cultiplow d'Agrisem pour les sols durs