Kuhn Audureau SA (La Copechagnière - Vendée) : le bon coup de main des Fourchettes

Kuhn Audureau SA (La Copechagnière - Vendée) : le bon coup de main des Fourchettes

La division Kuhn de La Copechagnière (Vendée), installée dans les bâtiments rachetés à Audureau en 1993, est spécialisée dans la fabrication de produits dédiés à l'élevage et à l'entretien du paysage. Son site historique, enclavé dans le centre-ville et devenu trop exigu pour satisfaire à l'élargissement du catalogue, a poussé la firme alsacienne à construire une annexe, en périphérie du bourg, au lieu-dit Les Fourchettes, un nom parfaitement en rapport avec la production de matériels de distribution des fourrages !

À l'extrémité de la ligne d'assemblage des mélangeuses automotrices, plusieurs employés de l'usine Kuhn Audureau SA achèvent l'ultime étape de vérification du bon fonctionnement des machines. Ce site de production, racheté en 1993 par le groupe Kuhn, a conservé dans son appellation le nom du précédent fabricant, Audureau, implanté historiquement à La Copechagnière (Vendée). Son activité, concentrée initialement sur les matériels de désilage, paillage et distribution des fourrages, ainsi que sur les pulvérisateurs portés, s'est élargie aux remorques mélangeuses à vis horizontales ou verticales dès 1989, et aux désileuses automotrices en 2001. L'activité pulvérisation a, elle, été abandonnée à la fin des années 1990, laissant place aux équipements d'entretien du paysage, tels que les débroussailleuses.  

3 500 machines par an

  Le site principal de La Copechagnière, implanté au beau milieu du bourg, s'étend sur 58 000 m2, dont 27 200 m2 couverts. À l'image des autres usines du groupe Kuhn, cette unité possède son propre bureau d'études ainsi que ses services production, méthode et qualité. Elle emploie aujourd'hui environ 250 personnes pour construire annuellement 3 500 matériels. La fabrication étant exclusivement lancée à la commande, la centaine de machines en parc est déjà vendue et en attente d'expédition. « Nous travaillons selon le principe du lean manufacturing », explique Didier Vallat, directeur général de Kuhn Audureau. « Nous publions une feuille de délai chaque semaine pour chaque produit. La fabrication prend au minimum trois semaines selon le type de matériel. » À l'exception des fonds de bols des mélangeuses oxycoupés, les pièces métalliques sont découpées au laser par un robot puis pliées par l'une des quatre presses de l'usine. La zone de soudure, essentiellement manuelle, compte quelques robots à double poste pour préparer les turbines, hayons et châssis des désileuses et des pailleuses, ainsi que les bâtis d'épareuses. Compte tenu de l'évolution rapide de la taille des machines et pour rationaliser davantage la production, le fabricant a délocalisé une partie du processus de fabrication à 1 km de distance. Les éléments plus imposants sont ainsi soudés dans le bâtiment édifié en 2013 au lieu-dit Les Fourchettes, en périphérie du bourg de La Copechagnière. En quelques années seulement, le coeur du marché des bols Kuhn Audureau contribue pour plus de 5 % au chiffre d'affaires du groupe Kuhn. mélangeurs est en effet passé de modèles monovis de 12 m3 à des remorques double vis de 18 m3 aujourd'hui. Avec ses locaux enclavés dans le centre-ville, Kuhn Audureau avait anticipé les contraintes de production liées à l'évolution du gabarit des matériels en rachetant une parcelle de 15 ha dans la zone artisanale de la commune.  

Un nouveau site de 15 ha

  Sur cette nouvelle implantation comptant 5 500 m2 de surface couverte, une vingtaine de personnes soude, avec des postes manuels ou robotisés, les gros ensembles, tels que les cuves de mélangeuses et de pailleuses à partir de 6 m3, des châssis d'automoteurs mais également ceux des pulvérisateurs Metris, Altis et Lexis de la marque. Après soudure, les futures machines sont renvoyées vers l'usine principale pour la mise en peinture puis le montage. Un chauffeur assure, de quatre à cinq fois par jour, les transferts entre les deux unités. Le site historique compte deux installations de peinture. La première, de type poudre, prépare les petites pièces (phosphatation, rinçage, produit d'accrochage et séchage) avant mise en peinture. La seconde, réservée aux grands éléments et aux composants hydrauliques, applique deux couches de peinture bicomposant à haut extrait sec, afin de limiter la quantité de solvant utilisée. Ces installations traitent chacune 200 000 m2 de surface par an et alimentent les différentes chaînes de montage.  

4 000 références et 360 fournisseurs

  Construit en 2008 sur 4 200 m2, le magasin principal de Kuhn Audureau sert uniquement à alimenter les chaînes de fabrication de l'usine, car toutes les pièces de rechange sont, elles, centralisées dans l'entrepôt Kuhn Parts de Saverne (Bas-Rhin). Il stocke jusqu'à 4 000 références en provenance de 360 fournisseurs. Il compte des zones de picking ainsi qu'un espace propre et isolé du reste de l'usine dédié au prémontage des éléments hydrauliques. De petits automoteurs tractant de nombreux wagonnets acheminent les composants vers les lignes de production. Les pièces sont repérées à l'aide d'étiquettes (méthode Kanban) pour maîtriser le risque de rupture de stock. La direction utilise par ailleurs le management visuel qui met en exergue la contribution de chaque opérateur. Ainsi, à l'extrémité de chacune des quatre chaînes de production se trouve un point de gestion de ligne, devant lequel les monteurs échangent sur le travail de la veille, tant sur la sécurité et la qualité que sur les délais. Un tableau spécifique permet d'anticiper la constitution des sous-ensembles nécessaires au montage des machines. « Nous souhaitons faire travailler l'individu physiquement et intellectuellement », insiste le directeur, Didier Vallat.  

La conduite d'élevage, première source de chiffre d'affaires à Kuhn

  La firme Kuhn emploie plus de 5 000 personnes à travers le monde. Détenant à ce jour plus de 1 600 brevets, elle consacre 4,5 % de son chiffre d'affaires à la recherche et au développement. « L'ensemble des machines produites en 2014 dans les usines du groupe ont généré un chiffre d'affaires de 1,040 Md€, dont 70 % à l'export », rappelle François Claudot, responsable commercial de Kuhn Audureau. Les deux sites industriels de La Copechagnière y ont contribué à hauteur de 55 M€, dont la moitié environ a été générée grâce aux ventes vers l'étranger, une proportion en constante progression. Ses premiers marchés extérieurs sont l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Biélorussie puis la Chine. Ce développement contribue notamment à la progression du volume de remorques mélangeuses fabriquées en Vendée.  

2 000 remorques mélangeuses Kuhn par an

  Le site vendéen de La Copechagnière fabrique l'intégralité des épareuses, machines à turbines (pailleuses, désileuses...), mélangeuses traînées et automotrices de distribution des fourrages vendues à travers le monde par Kuhn. En revanche, deux usines du groupe se partagent, à parts égales, la fabrication des 2 000 remorques mélangeuses commercialisées annuellement. L'unité de Brodhead, dans le Wisconsin (États-Unis), produit à destination des marchés américain et canadien. Elle fournit aussi une partie de l'Amérique du Sud avec ses mélangeuses à pales. La Copechagnière alimente, elle, les autres marchés du globe. Des échanges de compétences existent entre les deux sites. Le constructeur est en effet parvenu à développer des boîtiers de transmission, des systèmes de pesée ou encore des couteaux de mélangeuses identiques pour les machines des deux marchés. Mais ces synergies restent limitées, le niveau d'utilisation des matériels étant souvent bien plus intensif sur le continent américain. Pierrick Blanchard, le responsable marketing de Kuhn Audureau, assure toutefois que cette expérience internationale profite aux éleveurs français et européens.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Réseaux internationaux

Agco s’installe au Maroc

Pneumatiques agricoles

Nokian prêt à aménager

Travail superficiel

Le canadien porté se replie chez Quivogne

Tracteur

Case IH : ne m’appelez plus jamais Versum !

Agenda

1 293 entreprises inscrites au Space

Chenilles caoutchouc

Camso ouvre ses services à l’agriculture

Tractoriste

Valtra franchit le cap du Stage V

Landini

Le Rex fait sa tournée mondiale

Formation

Aprodema fait son université d’été chez Pellenc