Ålö Ningbo. Une usine chinoise au standard européen

Ålö Ningbo. Une usine chinoise au standard européen

L'industriel suédois Ålö, un des leaders mondiaux des chargeurs frontaux, dispose d'une usine à Ningbo, en Chine, au sud de Shanghai. Début mai, nous avons eu l'opportunité de découvrir en exclusivité ce site aux procédés de fabrication comparables à ceux utilisés dans les autres unités de la firme.

À Ningbo, en Chine, la firme suédoise Ålö possède une usine fabriquant, depuis 2010, ses outils de chargeurs frontaux pour le monde entier. De cette unité, managée par deux cadres suédois, sortent annuellement 40 000 équipements commercialisés sous la marque Original Implements. Les godets représentent 60 % du volume comprenant aussi les fourches, les multibennes, les pinces à balles rondes... Ce site asiatique regroupe les productions réalisées auparavant dans les usines suédoise de Trima et danoise de Skive, fermées par le groupe. Certaines machines, comme le banc de contrôle du service qualité, les plieuses ou les équipements de soudure, proviennent d'ailleurs de ces deux anciennes unités. Elles permettent ainsi à Ålö de fabriquer en Chine au standard européen. Le site de Ningbo comprend trois bâtiments dédiés à la production. Le premier héberge la partie mécanosoudure. Il dispose de deux plieuses à commande numérique, de huit robots de soudure et de sept postes de soudure manuels. Le deuxième bâtiment abrite la chaîne de peinture récemment installée. Celle-ci retient un procédé de traitement de surface par grenaillage suivi de différents bains dégraissants et protecteurs. La peinture est appliquée sous forme de poudre puis cuite dans un four tunnel. Le troisième hangar loge l'atelier de montage et le service expédition. Dans cet espace, les outils terminés sont conditionnés sur des palettes avant leur chargement dans des containers. Le transport s'effectue ensuite par voie maritime depuis le gigantesque port de Ningbo, situé à trente minutes de l'usine.

Des contrôleurs qualité omniprésents

Seuls les moyens mis en place pour le contrôle de la qualité surprennent. Sur les 109 salariés, neuf personnes, identifiables à leur combinaison orange, vérifient en effet le respect des procédures de fabrication après chaque grande étape : pliage, soudure, peinture et montage. La méthode semble payer puisque, en avril, 94 % des produits finis ont satisfait au niveau de qualité requis dès la première inspection. Aussi, comme la découpe des pièces en acier est sous-traitée, l'industriel porte une grande attention à la conformité des composants livrés. Il s'assure également de la constance dans la qualité des matériaux. Pour se procurer ses 8 000 tonnes d'acier annuelles, l'usine travaille avec des fournisseurs localisés dans un rayon de deux heures autour de Ningbo. Elle s'approvisionne en revanche auprès de quatre fournisseurs extérieurs à la Chine pour, par exemple, les dents et les flexibles hydrauliques. Les vérins hydrauliques montés sur les outils sont eux fabriqués en interne dans l'usine Ålö de Brännland (Suède). Le site de Ningbo voit sa capacité de fabrication évoluer en juin avec, par exemple, la mise en route d'un équipement de soudure supplémentaire composé de deux robots travaillant en duo. L'industriel projette notamment d'y fabriquer 75 000 outils en 2016 et vient d'annoncer l'entrée en production prochaine d'adaptations pour des tracteurs compacts destinés au marché américain.

Le choix stratégique de la Chine

L'implantation d'Ålö sur le continent asiatique répond à deux stratégies : réduire les coûts de production et conquérir de nouveaux marchés. En comptabilisant l'ensemble des charges en Chine, moins élevées qu'en Europe, la firme est aujourd'hui capable de proposer des outils de bonne qualité tout en maintenant ses prix pour rester concurrentielle. Le constructeur mise par ailleurs sur l'évolution de la mécanisation agricole en Chine. Ce pays en pleine mutation peut en effet devenir un sérieux client pour la firme suédoise. Les ventes de tracteurs y sont importantes. Selon les données disponibles, de janvier à juillet 2012, il s'en serait commercialisé 311 592 unités, dont 69 419 développant de 40 à 70 chevaux, 55 583 de 70 à 100 chevaux et 31 296 de plus de 100 chevaux. Au regard de ces chiffres, les ventes de chargeurs frontaux restent confidentielles. Leur développement passe par l'adoption de nouvelles techniques agricoles telles que la récolte avec des presses à balles rondes ou à haute densité, à la place des modèles actuels confectionnant des petites balles. Ces changements de pratique semblent aujourd'hui incontournables si la Chine veut nourrir son 1,4 milliard d'habitants (20 % de la population mondiale). La présence sur ce continent est aussi l'occasion de se rapprocher de marchés importants tels que l'Australie et la Nouvelle-Zélande, où Ålö se place déjà parmi les leaders dans son domaine d'activité.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Miniatures

Wiking, les miniatures de l'été

Pulvérisation

Matrot Falcon 8500, un faucon de 52 m d’envergure

Manutention

Manitou s’agrandit en Espagne

Enrubanneuse

L'enrubanneuse Elho 1790 Pro emballe automatiquement

Marketing

Matermacc passe au vert

Clôture électrique

La clôture électrique plus jamais emmêlée avec Patura Pro

Publirédactionnel

Vidéo : les épandeurs X40+ X50+ Econov passent à l'entraînement hydraulique

Pommes de terre

Agronomic détruit les fanes mécaniquement

Pommes de terre

Ropa récolte de deux manières