Pöttinger : des journées internationales sous le signe de la presse

Pöttinger : des journées internationales sous le signe de la presse

Tous les deux ans, Pöttinger organise ses journées internationales au sein de son usine en Autriche pour dévoiler les nouveaux matériels et entretenir les liens avec les concessionnaires et la presse. Lors de cette édition, le constructeur a surpris ses invités en levant le rideau sur sa gamme de presses à balles rondes.

La présence de balles rondes sur le stand Pöttinger à l'Agritechnica 2013 n'est pas restée sans suite. Des images de presses avaient déjà circulé sur Internet mais la date de présentation des premières machines était restée bien secrète. Pourtant, à l'issue de la présentation des autres matériels de la marque lors des journées internationales, les 4 et 5 septembre, les frères Klaus et Heinz Pöttinger ont créé la surprise en dévoilant deux modèles de presses, l'un est à chambre variable Impress 155 V Pro et l'autre, une combinaison presse-enrubanneuse 185 VC Pro. Afin de montrer aux concessionnaires l'avancée de ce développement, ce dernier modèle a même réalisé quelques balles d'ensilage sous les regards attentifs des distributeurs. Le constructeur s'accorde encore une année de développements et d'essais avant d'exposer les matériels au salon allemand en novembre 2015.  

Les lignes de matériels de récolte des fourrages s'allongent

  Après le lancement à l'Agritechnica 2013 de la combinaison de fauche S12 travaillant sur une largeur de 11,20 mètres, Pöttinger sort la S10 qui ne fauche plus que sur 9,52 mètres. Le constructeur indique pour cette machine une puissance limitée à 130 chevaux, plus courante en élevage que les 160 chevaux nécessaires pour la S12. L'utilisateur positionne sur le tracteur une unité frontale de 3 ou de 3,50 mètres de largeur. Il attelle derrière les groupes faucheurs qui coulissent latéralement pour s'adapter au groupe avant. Le constructeur indique un rendement de chantier de 11 hectares à l'heure avec cette solution sans conditionneur. Des éleveurs recherchent en effet un haut débit de chantier de façon à pouvoir profiter de fenêtres climatiques parfois courtes. En andainage, le constructeur autrichien a décliné sur ses plus petits modèles les évolutions présentes sur les plus gros. Les monorotors Top 342, 382, 422 et 462 ratissent ainsi sur une envergure de 3,40 à 4,60 mètres. Le choix de boîtiers d'entraînement d'un diamètre élevé entraîne l'emploi de bras plus courts et donc moins fragiles. L'utilisation de la roue de jauge frontale améliore le suivi du terrain et évite ainsi aux dents de gratter le sol et de mettre de la terre dans le fourrage. Dans la série des renouvellements, Pöttinger ajoute les faneuses à quatre et six toupies travaillant de 4,40 à 7,45 mètres. Il annonce, en plus de l'utilisation de nouveaux rotors, des modifications au niveau de l'attelage et de l'amortissement. Dans la catégorie des matériels de ramassage du fourrage, la remorque autochargeuse Faro s'ajoute aux traditionnels modèles Europrofi et Jumbo. Ce matériel se caractérise par un système intégrant 31 couteaux espacés de 45 mm, pour une coupe encore plus fine du fourrage. La Faro demande un tracteur de 90 à 150 chevaux selon les conditions et le modèle choisi : 4010 (essieu 15 tonnes) ou 5010 (essieu 18 tonnes).  

La fertilisation se combine au semis

  Depuis l'Agritechnica 2013, Pöttinger a pu éprouver ses nouveaux matériels sur le terrain et compléter une partie de ses gammes. Le semoir Aerosem, par exemple, qui a obtenu plusieurs récompenses, a prouvé son travail dans différentes conditions de travail. Associé à une herse rotative de trois mètres, il était présenté en Autriche pour le semis de quatre rangées de maïs distantes de 75 cm. La distribution par rang utilise une sélection mécanique et un transport pneumatique des graines (voir Matériel Agricole n° 200 de juin 2014). Divisée en plusieurs parties, la trémie peut aussi embarquer de l'engrais de façon à enfouir la fertilisation dans les espaces intermédiaires. Une distribution centralisée gère alors cet apport d'engrais, ou éventuellement le semis d'herbe. Pour des largeurs plus importantes, le Terrasem de six mètres à châssis repliable propose lui aussi la combinaison de la fertilisation et du semis. Une première distribution centralisée gère l'apport d'engrais derrière les deux rangées de disques et devant les roues de rappuyage. La rampe arrière de semis s'occupe de l'implantation de la culture. Également exposé à l'Agritechnica, le Multiline est un ensemble à châssis traîné reposant sur un rouleau sillonneur. Devant le semoir, l'agriculteur utilise un outil à disques (Terradisc) ou à dents (Synkro). Le Terradisc utilise des doubles bras de support des disques apportant une rigidité à ces sous-ensembles. Sur les matériels traînés, le châssis supportant les roues vient se poser, au travail, bien au-dessus du matériel de façon à l'aider, par son poids, à pénétrer le sol. Les dents du Synkro bénéficient d'un nouveau support offrant la possibilité de régler la pénétration dans le sol.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Remorques agricoles

Fliegl reprend Brochard

Entretien du paysage

Une portée de 16 m pour le broyeur automoteur Athena d'Energreen

Manutention

Un pelle sur pneus Liebherr de 14 t

Récolte

Geringhoff resserre les maïs

Tracteur

Les séries 6 Deutz-Fahr en édition Warrior !

Presse haute densité d'occasion

Fiche occasion : des presses New Holland bien carrées

Pièces d’outils de travail du sol

Industriehof aux commandes de Forges de Niaux

Equipement

Des phares de travail a LED Hella

Manutention

Une chargeuse Case au méthane