Joskin : L'ascension peut reprendre

Joskin : L'ascension peut reprendre

Trente années seulement séparent la première tonne à lisier Joskin de 3 500 litres des mastodontes de 32 000 litres. L'ascension du groupe belge a été assez fulgurante même si des freins l'ont ralenti dans la quête d'un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros en 2017. L'extension du site historique de Soumagne devrait cependant lui donner un nouvel élan.

L'imposante tour du site de production de Soumagne est à la hauteur des travaux réalisés par le Belge Joskin. La marque est en effet sur le point d'achever l'extension de son usine historique. En effet, 20 000 m² de bâtiments dédiés à la production, au stockage des machines et des pièces ont vu le jour courant 2014. Plusieurs années de contraintes administratives ont cependant freiné la réalisation de cet édifice. Cette longue attente est, d'après Victor Joskin, directeur général, l'une des principales raisons de la stagnation du chiffre d'affaires de la société aux alentours de 100 millions d'euros. L'objectif des 200 millions d'euros, fixé initialement pour 2017 est, en plus d'une conjoncture actuelle défavorable, désormais peu envisageable dans ces délais. Le fabricant n'a cependant pas l'intention d'y renoncer. Les bâtiments, remplis d'innombrables nouveaux outils, sont là pour le rappeler, à commencer par les lieux de stockage. Un premier hall de plus de 3 000 m² est, par exemple, dédié aux pièces détachées et compte pas moins de quatre lignes de production entièrement automatisées en plus des quatre chaînes manuelles. L'embonpoint de ces lignes impose également une plus grande fluidité à l'arrivée des matières premières. Le fabricant s'est donc doté d'un espace tout automatisé rangeant des profilés d'acier de 12 mètres de long. L'atelier usinage compte, lui aussi, deux nouvelles tables de découpe laser admettant des tubes de 12 mètres de long et de plus 400 mm de diamètre destinés, par exemple, à la fabrication de châssis. Ces deux outils bien spécifiques alimenteront également l'usine de remorques monocoques de Bourges (Cher). Les robots de soudure disposent à eux seuls de deux magasins sto ckant leurs gabarits. Ils assurent la réalisation des châssis ou des caisses de remorques. Joskin a également multiplié les aires d'assemblage de sous-ensembles hydrauliques, électriques et pneumatiques. Un dernier bâtiment permet enfin de ranger les véhicules de stock et, si besoin, d'assurer le montage d'équipements additionnels sélectionnés par le client final. Sept mille mètres carrés supplémentaires permettront prochainement la création d'un immeuble dédié à la formation des jeunes. La construction d'une station de lavage des véhicules neufs et d'une plate-forme de test des tonnes à lisier est également au programme.  

Produire plus et mieux

  La marque entend bien rentabiliser rapidement ce lourd inves tis sement. Elle espère en effet accroître annuellement son chiffre d'affaires de 10 % pour enfin atteindre, à l'horizon 2021, l'objectif initial de 200 millions d'euros. L'augmentation des capacités de l'usine sera notamment un des points forts du constructeur belge pour les années à venir. La nouvelle organisation de la production lui permettra notamment de faire face à l'accroissement des gammes de matériels. Didier Joskin, fils du fondateur et responsable de la fabrication, entend aussi améliorer la qualité des machines. Sûr de la fiabilité de ses constructions, il garantit, par exemple, ses produits durant trois ans à l'occasion du trentième anniversaire de l'entreprise. Il fournit par ailleurs au client un livret technique personnalisé de son véhicule. La nouvelle banque de données destinée aux concessionnaires permettra, elle, de leur fournir plus rapidement les éléments nécessaires. Le tout dans le but de faciliter le travail du service commercial en Europe mais aussi au-delà. Joskin compte notamment sur l'émergence de nouveaux marchés pour parvenir à ses fins.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus

Voirie

Les pièces d’usure communes à l’épareuse et au broyeur d’accotement Desvoys