Claas Trangé / Sarthe. Une vie pleine de rebondissements

Claas Trangé / Sarthe. Une vie pleine de rebondissements

Trois ans à peine après leur départ, les toupies de bétons ont récemment refait leur apparition au centre d'essai et d'évaluation Claas de Trangé (Sarthe). Près de 1 000 tonnes de leur solide matériau auront été nécessaires au constructeur allemand pour constituer les dalles antisismiques de ses nouveaux bancs de torture. Le tout pour simuler, par exemple, la vie d'un tracteur en à peine quatre semaines.

La petite zone d'activité de Trangé, dans la Sarthe, vient d'inaugurer l'un des seuls bâtiments du secteur équipé de dalles antisismiques. La région, pourtant peu sujette aux tremblements de terre, est désormais soumise aux secousses des nouveaux bancs d'essais installés par Claas sur son site d'évaluation de ses matériels. La marque allemande vient en effet de terminer la seconde étape des investissements prévus sur ce centre situé à quelques encablures de son usine de production de tracteurs du Mans. Cette deuxième tranche de travaux, pas des moindres, a nécessité près de 6,5 M€ complémentaires aux 9,2 M€ déjà utilisés pour la construction des premiers ateliers, locaux administratifs et pistes d'endurance. L'extension des gammes et l'absence de moyens de répétition précis des essais ont incité Claas à s'équiper de deux nouveaux dispositifs. Le premier module s'attache à vérifier la robustesse des différents engins de la marque. Ses quatre gros vérins hydrauliques, fixés sur une dalle à coussins d'air, agitent les matériels à des fréquences comprises entre 0,1 et 25 Hz avec un débattement maximal de 40 cm Les glissières sur lesquelles les vérins sont fixés permettent à ce banc de torture de s'adapter à la voie et à l'empattement d'un tracteur, d'une moissonneuse batteuse ou de toute autre machine de moins de 50 tonnes. En comparaison au plus classique manège à bosses, cet équipement autorise la mise au point de prototypes souvent incomplets. Le fonctionnement 24 heures sur 24 et sept jours sur sept durant un mois suffit à ce module de test pour reproduire les efforts appliqués à un tracteur pendant dix ans selon la marque.  

Des essais proches des conditions réelles

  Trois à quatre semaines sont ensuite nécessaires au service de recherche et développement pour démonter l'engin, pièce par pièce, afin de détecter l'apparition de la moindre petite fissure. Le second banc d'essai, dit de roulage permet, lui, d'appliquer des contraintes aux parties travaillantes d'un tracteur, du plus petit Axos au plus gros Xerion. Cet outil se compose de quatre générateurs électriques, reliés au moyeu de chacune des roues de l'engin, d'un cinquième module connecté à la prise de puissance et d'un dispositif de charge du circuit hydraulique. Le tracteur est ainsi contraint de toute part tel qu'il le serait lors de travaux au champ, par exemple. Dans l'optique de se rapprocher des conditions d'utilisation de tout agriculteur, la gestion électronique du banc autorise également la répétition de cycles de travail enregistrés sur des modèles opérant en France, en Australie voire en Amérique du Nord. La gestion des températures d'utilisation, influençant par exemple le système d'injection du moteur, est, elle, déléguée à un impressionnant système de ventilation fournissant jusqu'à 100 000 m3/h d'air. Claas entend ainsi faire de Trangé le plus pointu de ses huit centres d'essais mondiaux.  

60 000 heures de tests sur le terrain

  Depuis quelques années, Claas a revu sa politique de vérification de ses engins. Le nombre de tracteurs mis entre les mains du service de tests et de validation a, par exemple, été multiplié par cinq, entre 2008 et 2014, pour atteindre aujourd'hui une centaine d'unités. L'arrivée de nouveaux outils d'essai a nettement participé à ce résultat. Toutefois, l'équipe de recherche et développement de la marque n'a pas quitté les plaines. Elle s'appuie en effet sur un réseau composé de 80 fermes pilotes, réparties dans sept pays, ayant effectué en 2014 près de 60 000 heures avec les tracteurs de la marque.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Irrigation

Agri Solution place l’enrouleur sous haute surveillance

Part de marché

Les outils non animés à disques se portent bien

Formation

Promodis s’associe aux Compagnons du devoir

Elevage

Des autochargeuses Jeulin plus stables

Semoirs simplifiés

Claydon distribué par SM3

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Matériels de pommes de terre

Grimme trouve un partenaire en Inde

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite